La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

ToccaTram... Badinerie sur des airs baroques entre galants musiciens world et jolie claveciniste

Le "world barock" est né et il se porte bien. Les parents sont les cinq chaleureux musiciens-chanteurs de Tram des Balkans - experts en fusion des musiques du monde - et la radieuse/talentueuse claveciniste concertiste Violaine Cochard... Tous embarqués dans une nouvelle aventure musicale qui réjouit nos oreilles ouvertes aux cultures intemporelles et nous promet des concerts festifs et dansants !



© Joël Kuby.
© Joël Kuby.
Il fallait oser... Ils l'ont fait. Après un précédent album studio "Rubber man" sorti en 2012, décliné récemment en version public ("Rubber Live"), la formation Tram des Balkans s'est associée avec Violaine Cochard - éminente chef de chant et claveciniste de l'ensemble Amarillis, entre autres - pour concocter un pont artistique entre la musique pop 'n' trad - mêlant les accents klezmer et les chants traditionnels de l'Europe de l'Est au swing jazzy et aux rythmes pop rock - et les compositions baroques allant du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

L'album débute par un "tube"... ou une ritournelle... si vous préférez, au sens noble du terme. De celles dont Tram des Balkans a le secret et qui ici, une nouvelle fois, signe sa marque de fabrique : des titres enjolivés et enlevés, bien écrits et savamment orchestrés avec une mélodie élégante et facilement mémorisable. Sauf que le compositeur de "Passacaglia della vita", Stefano Landi, œuvrait dans les années 1590-1639. Dès cette entrée en matière, on comprend que la fusion entre les deux époques fonctionne.

L'arrangement de ce premier titre effectué par Sylvain Lacombe nous donne immédiatement la tonalité de ce qu'est cet opus : festif, surprenant et diablement jouissif. Très "dansant" (avec la présence d'une trompette hispanisante et très enjouée) comme il se doit pour une passacaille, cette danse de la vie qui bondit et "traverse la rue" ("pasar la calle") est d'autant plus étonnante que les paroles traitent de la mort (sujet cher à Landi) comme événement inévitable : "Si more cantando, si more sonando.../... morire bisogna." ("L’on meurt en chantant, l’on meurt en jouant.../... mourir, il le faut.").

© Joël Kuby.
© Joël Kuby.
Intro appuyée et délicatement percussive de Violaine Cochard pour "la Follia" qui nous amène à une petite folie vivaldienne très swing et entraînante où nos cinq compères et l’enthousiaste claveciniste assurent le rythme et la mélodie cadencée à la poursuite des chorus successifs de l'accordéon et de la clarinette !

Sur "Se l'aura spira" de Frescobaldi, c'est encore l'accordéon et le clavecin qui donne la respiration de cette composition chantée du XVIIe... après une entrée en matière en forme de petit duel au sprint entre la contrebasse et les percussions. L'ensemble est véritablement espiègle et guilleret.

Les douze titres suivants sont de même intention et de qualité identique. Violaine Cochard et Tram des Balkans créent ensemble un nouvel univers qui fait éclater les clivages et les carcans des modes musicaux pour ne garder que l’essentiel… ce plaisir d’être ensemble que l'on sent au fil des quinze compositions choisis. Œuvres baroques revisitées, œuvres spécialement composées pour six musiciens dont une claveciniste ("Onagadori", "La rose fraîche rit" ou "Elefante") ou œuvres du répertoire de Tram des Balkans ré-arrangées pour une claveciniste ("Tuga", "L'esperluette" ou "Mila"), le concept ainsi établi fonctionne à merveille et régale nos oreilles "ébahis" devant tant de réussite et de beauté musicale.

Embarquez dans le tram de ToccaTram pour un nouveau voyage musical qui ignore les frontières stylistiques et vous invite sur leur chemin (de fer) à une flamboyante errance à travers l'Europe et son Histoire de la musique.

● Tram des Balkans "ToccaTram".
Production : Les Entêtés Production.
Distribution : L'autre Distribution.
Sortie : 25 août 2014.

Violaine Cochard : clavecin.
Diego Meymarian : violon, chant.
Vincent Gaffet : accordéon, trompette, chant.
Vincent Westphal : chant, clarinettes.
Sylvain Lacombe : contrebasse.
Mathieu Cervera : percussions.

Concerts :
26 septembre 2014 : Salle Louis Aragon, Saint-Maurice-l'Exil (38).
4 octobre 2014 : Festival "Célébrations !", Ambronay (01).
14 octobre 2014 : Studio de l'Ermitage, Paris 20e.
7 avril 2015 : Auditorium, Villefrance sur Saône (69).

Gil Chauveau
Mercredi 24 Septembre 2014

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021