La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

ToccaTram... Badinerie sur des airs baroques entre galants musiciens world et jolie claveciniste

Le "world barock" est né et il se porte bien. Les parents sont les cinq chaleureux musiciens-chanteurs de Tram des Balkans - experts en fusion des musiques du monde - et la radieuse/talentueuse claveciniste concertiste Violaine Cochard... Tous embarqués dans une nouvelle aventure musicale qui réjouit nos oreilles ouvertes aux cultures intemporelles et nous promet des concerts festifs et dansants !



© Joël Kuby.
© Joël Kuby.
Il fallait oser... Ils l'ont fait. Après un précédent album studio "Rubber man" sorti en 2012, décliné récemment en version public ("Rubber Live"), la formation Tram des Balkans s'est associée avec Violaine Cochard - éminente chef de chant et claveciniste de l'ensemble Amarillis, entre autres - pour concocter un pont artistique entre la musique pop 'n' trad - mêlant les accents klezmer et les chants traditionnels de l'Europe de l'Est au swing jazzy et aux rythmes pop rock - et les compositions baroques allant du XVIIe siècle jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

L'album débute par un "tube"... ou une ritournelle... si vous préférez, au sens noble du terme. De celles dont Tram des Balkans a le secret et qui ici, une nouvelle fois, signe sa marque de fabrique : des titres enjolivés et enlevés, bien écrits et savamment orchestrés avec une mélodie élégante et facilement mémorisable. Sauf que le compositeur de "Passacaglia della vita", Stefano Landi, œuvrait dans les années 1590-1639. Dès cette entrée en matière, on comprend que la fusion entre les deux époques fonctionne.

L'arrangement de ce premier titre effectué par Sylvain Lacombe nous donne immédiatement la tonalité de ce qu'est cet opus : festif, surprenant et diablement jouissif. Très "dansant" (avec la présence d'une trompette hispanisante et très enjouée) comme il se doit pour une passacaille, cette danse de la vie qui bondit et "traverse la rue" ("pasar la calle") est d'autant plus étonnante que les paroles traitent de la mort (sujet cher à Landi) comme événement inévitable : "Si more cantando, si more sonando.../... morire bisogna." ("L’on meurt en chantant, l’on meurt en jouant.../... mourir, il le faut.").

© Joël Kuby.
© Joël Kuby.
Intro appuyée et délicatement percussive de Violaine Cochard pour "la Follia" qui nous amène à une petite folie vivaldienne très swing et entraînante où nos cinq compères et l’enthousiaste claveciniste assurent le rythme et la mélodie cadencée à la poursuite des chorus successifs de l'accordéon et de la clarinette !

Sur "Se l'aura spira" de Frescobaldi, c'est encore l'accordéon et le clavecin qui donne la respiration de cette composition chantée du XVIIe... après une entrée en matière en forme de petit duel au sprint entre la contrebasse et les percussions. L'ensemble est véritablement espiègle et guilleret.

Les douze titres suivants sont de même intention et de qualité identique. Violaine Cochard et Tram des Balkans créent ensemble un nouvel univers qui fait éclater les clivages et les carcans des modes musicaux pour ne garder que l’essentiel… ce plaisir d’être ensemble que l'on sent au fil des quinze compositions choisis. Œuvres baroques revisitées, œuvres spécialement composées pour six musiciens dont une claveciniste ("Onagadori", "La rose fraîche rit" ou "Elefante") ou œuvres du répertoire de Tram des Balkans ré-arrangées pour une claveciniste ("Tuga", "L'esperluette" ou "Mila"), le concept ainsi établi fonctionne à merveille et régale nos oreilles "ébahis" devant tant de réussite et de beauté musicale.

Embarquez dans le tram de ToccaTram pour un nouveau voyage musical qui ignore les frontières stylistiques et vous invite sur leur chemin (de fer) à une flamboyante errance à travers l'Europe et son Histoire de la musique.

● Tram des Balkans "ToccaTram".
Production : Les Entêtés Production.
Distribution : L'autre Distribution.
Sortie : 25 août 2014.

Violaine Cochard : clavecin.
Diego Meymarian : violon, chant.
Vincent Gaffet : accordéon, trompette, chant.
Vincent Westphal : chant, clarinettes.
Sylvain Lacombe : contrebasse.
Mathieu Cervera : percussions.

Concerts :
26 septembre 2014 : Salle Louis Aragon, Saint-Maurice-l'Exil (38).
4 octobre 2014 : Festival "Célébrations !", Ambronay (01).
14 octobre 2014 : Studio de l'Ermitage, Paris 20e.
7 avril 2015 : Auditorium, Villefrance sur Saône (69).

Gil Chauveau
Mercredi 24 Septembre 2014

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019