La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"The Six Brandenburg Concertos" par Rosas & B'Rock Orchestra… Aussi baroque que moderne !

Pour "Les six Concertos brandebourgeois"(jouée la première fois le 12 septembre 2018 à la Volksbühne de Berlin), Anne Teresa de Keersmaker s'accompagne de l'orchestre baroque B'Rock d'Amandine Beyer. La chorégraphe belge s'appuie sur la musique de Bach où se dégage, selon elle, une "lucidité ensoleillée" et où elle explore corporellement le contrepoint du compositeur allemand.



© Anne Van Aerschot.
© Anne Van Aerschot.
Dix-sept danseurs arrivent en arrière-scène et s'avancent vers le public avec, momentanément, un pas accéléré qui donne un tempo. Puis cela recommence à plusieurs reprises avec quelques évolutions dans le rythme au travers d'autres pas qui accélèrent légèrement le rythme. La démarche donne le ton du spectacle avec ses évolutions, ses ruptures et sa trame faussement répétitive. D'autres chorégraphies, différentes, viennent se greffer durant le spectacle accompagné par les musiciens du B'Rock Orchestra placés dans un lieu qui fait office de fosse, entre le public et la scène.

Ils jouent les six concertos brandebourgeois (1721) de Bach (1685-1750). Cette médiation scénographique est tel un pont entre une musique et une danse, une modernité et du baroque avec deux époques que tout pourrait séparer. Et pourtant. Anne Teresa de Keersmaker n'est pas à son premier coup d'essai, elle qui, depuis de longues années, fait un travail de création des plus audacieux entre ces deux arts.

Tout au long de la représentation, les danseurs marchent, courent à pleines enjambées et remontent ou descendent la scène avec une gestique souvent ample et parfois courbe. Les déplacements sont autant circulaires que diagonaux et horizontaux. Les planches sont investies sur toute leur surface. Tout est coordonné avec une relation à l'autre toujours ambivalente car les interprètes sont à la fois ensemble et indépendants, sauf à de rares exceptions, les uns des autres.

© Anne Van Aerschot.
© Anne Van Aerschot.
Les mouvements sont autant en tension que décontractés. La synchronisation n'est pas, à dessein, au cordeau à l'inverse du tempo qui est mené par la musique baroque. Les danses sont surtout de groupe. Il y a peu de solos et de rares duos avec un danseur, en appui de son alter ego pour, dans une figure, l'élever de quelques dizaines de centimètres ou plus loin lui faire opérer une bascule sur le dos. Le mariage entre danse contemporaine et musique baroque semble évident car homogène par le tempo et la découpe chorégraphique qui en est faite.

Le spectacle est découpé en tableaux avec, avant leur entame, une personne en milieu de scène portant un panneau blanc rectangulaire où est écrit, entre autres, Konzert avec le numéro de séquence. Cette rupture dure plusieurs secondes, devenant un temps de pause. Puis les chorégraphies s'enchaînent où les artistes dansent sans se toucher ou rarement lors de duos uniquement. La synchronisation des mouvements est assez libre, car la gestique paraît être propre à chaque danseur même si elle est identique. Chacun se retrouve ainsi à l'exprimer par rapport à sa propre expressivité et non par rapport à un agencement des plus précis.

© Anne Van Aerschot.
© Anne Van Aerschot.
Les danseurs courent en cercle, en diagonale ou en ligne droite avec des mouvements assez amples des membres supérieurs ou avec quelques appuis au sol via une jambe. Les mains, tels des aiguillons, donnent une courbure à la gestuelle qui remonte jusqu'aux épaules pour descendre vers le tronc. Au-delà de ces déplacements dans lesquels les mouvements sont de plus en plus physiques, les corps se courbent, se plissent ou s'étendent vers le haut par sauts ponctuels avec le bas des jambes légèrement replié de côté.

Les vagues successives de gestuelles s'enchaînent durant toute la représentation. Cette découpe chorégraphique est à deux niveaux avec une séquence par concerto et, dans celle-ci, un groupe d'artistes qui se déploient sur les planches en réitérant les gestiques du groupe précédent ou celui d'à côté avec une fraîcheur autre, comme si chaque vague existait par elle-même sans se recouvrir entre elles. Nous sommes sur une même trame artistique avec des évolutions où se mêlent courses, marches et gestuelles de différentes intensités et modulations. Dans la fosse, les six concertos brandebourgeois s'échappent pour faire entendre leurs contrepoints que les chorégraphies de Keersmaker incarnent avec bonheur et pour lesquels Bach avait construit toute sa grammaire musicale.

"The Six Brandenburg Concertos" Rosas & B'Rock Orchestra

© Anne Van Aerschot.
© Anne Van Aerschot.
Chorégraphie : Anne Teresa De Keersmaeker.
Création et interprétation : Boštjan Antončič, Carlos Garbin, Frank Gizycki, Marie Goudot, Robin Haghi, Cynthia Loemij, Mark Lorimer, Michaël Pomero, Jason Respilieux, Igor Shyshko, Luka Švajda, Jakub Truszkowski, Thomas Vantuycom, Samantha van Wissen, Sandy Williams, Sue Yeon Youn.
Musique : Johann Sebastian Bach, Brandenburgische Konzerte, BWV 1046–1051.
Direction musicale création : Amandine Beyer.
Direction musicale représentations La Villette : Cecilia Bernardini.
Musiciens du B'Rock Orchestra : Cecilia Bernardini (violon solo), Jivka Kaltcheva, David Wish Alto, Manuela Bucher, Luc Gysbregts, Marta Paramo (violon) ; Rebecca Rosen, Frederic Baldassare, Julien Barre (violoncelle) ; Tom Devaere (contrebasse) ; Marcel Ponseele, Stefaan Verdegem, Jon Olaberria (hautbois) ; Bart Coen, Manuela Bucher (flûte à bec) ; Manuel Granatiero (traverso) ; Bruno Fernandes (trompette) ; Tomas Wesolowski (basson) ; Bart Aerbeydt, Mark De Merlier (cor) ; Andreas Küppers (clavecin).
Dramaturgie : Jan Vandenhouwe.

© Anne Van Aerschot.
© Anne Van Aerschot.
Assistante artistique : Femke Gyselinck.
Scénographie et lumières : Jan Versweyveld.
Assistants scénographie et lumières : François Thouret, Pascal Leboucq.
Son : Alban Moraud, Aude Besnard.
Conseil musical : Kees van Houten.
Costumes : An D'Huys.
Coordination artistique et planning : Anne Van Aerschot.
Chef costumière : Alexandra Verschueren.
Directeur technique : Freek Boey.
Production : Rosas.
Durée : 2 h.

A été représenté du 21 au 23 décembre 2022 à la Grande Halle de la Villette, Paris 19e.

Safidin Alouache
Jeudi 5 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022