La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Teatro a Corte... Un cocktail de spectacles magiques, rafraîchissants de créativité, de diversité et de générosité...

05/07 au 21/07/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Regard décalé, très créatif et un rien burlesque sur le cirque avec le collectif Ivan Mosjoukine, poétique de l'humain au cœur de l'atome (ou l'inverse!) et du théâtre comme questionnement sur sa solitude et son besoin "d'être ensemble" avec Dries Verhoeven, projet non abouti sur le fond mais réussi sur sa forme superbement esthétisante avec Kalle Nio, approche plastique mais terriblement organique (matricielle) de Boukje Schweigman, telles sont les impressions turinoises, chaleureuses et non moins spectaculaires que nous a laissé le premier week-end de Teatro a Corte.



"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
"De nos jours" par le collectif Ivan Mosjoukine © Ivan Mosjoukine.
C'est enfin l'été en France... et en Italie... Et Turin n'a pas manqué à l'appel le week-end dernier pour l'ouverture du quatorzième Teatro a Corte. Ouverture on ne peut mieux réussie avec le premier spectacle du tout jeune collectif Ivan Mosjoukine : "De nos jours [Notes on the Circus]".

D'une intelligence rare, la création de Maroussia Diaz Verbeke, Erwan Ha Kyoon Larcher, Tsirihaka Harrivel et Vimala Pons propose, sous forme de petites notes sur le cirque, une succession de décryptages sur l'acte du jeu, de l'action, de son effet - sur le public comme sur l'artiste -, démontrant ainsi que chaque vignette de vie peut devenir un acte vivant théâtralisé où la notion du temps, du dire, du faire devient une (re)découverte, une recréation, une image "montrable". Ici le jeu ne fait pas appel (au premier abord) aux performances habituelles des arts du cirque mais, dans une approche gestuelle, souvent burlesque, à une progression d'interventions dynamiques, enjouées et décalées.

"The Big Movement" de Dries Verhoeven sur la Piazza Castello © Lorenzo Passoni.
"The Big Movement" de Dries Verhoeven sur la Piazza Castello © Lorenzo Passoni.
Usant de tranches de vie du quotidien (le karaoké, le mariage, le port du voile, etc.), "De nos jours" est un spectacle qui use de "numéros" qu'on pensait connaître mais que le collectif Ivan Mosjoukine nous donne à revoir de manière complétement nouvelle, innovante... Et si nos quatre artistes (issus du CNAC) ne semblaient pas initialement jouer de la performance (jonglage, funambule, danse sur corde, etc.), subtilement, ils l'installent, allant de notes en notes crescendo pour finir en apothéose... pleine de virtuosité. Une création étonnante, rafraîchissante, burlesque et intelligente conçu par quatre jeunes artistes (25 ans de moyenne d'âge) qui prouve avec ce premier spectacle leur surprenante maturité et leurs réelles talents qui nous incitent à les suivre de très près.

Cela aurait pu s'appeler "The Big Bang"... ce sera "The Big Movement"... Une expérience inattendue écrite et conçue par le scénographe néerlandais Dries Verhoeven. Se situant entre l'art visuel et le théâtre, ses productions expérimentales s'inscrivent dans une démarche souvent radicale et inattendue où le spectateur se retrouve, consciemment ou inconsciemment, avec ou contre son gré, impliqué dans le processus théâtral, voire au centre... acteur principal d'une pièce où les artistes deviennent "guides".

Dans "The Big Movement", l'humain est le centre de l'expérimentation, au centre de l'univers. L'humain... l'homme... c'est à dire nous, spectateurs et acteurs, au sens propre comme au figuré. Vivre ou revivre la réalité pour en dévoiler l'absurdité, la relativité, la dimension superficielle, anecdotique au regard de l'infini de l'univers et du temps (métaphysique éternité) mais aussi en sublimer la surprenante et troublante chorégraphie, la poésie et la gestuelle de nos ballets affairés, de ce chaos organisé... Tel est l'un des incroyables et très réussis résultats de la création de Dries Verhoeven, nous amenant, au fil d'un texte dit en voie off (prenante voix d'Anny Tseng), à un regard différent, intériorisé, sur notre réalité... revenant à ce qu'elle est... Une agitation incessante d'atomes... Un big band permanent en somme !

À suivre...

"Lähtö", Kalle Nio © Gil Chauveau.
"Lähtö", Kalle Nio © Gil Chauveau.
Du 5 au 21 juillet 2013.
Informations pour le public : +39 011.5119409.
Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
Du mardi au jeudi de 15 h à 19 h, vendredi à dimanche de 10 h à 19 h.
Info : +39 0114362736.

InfoPiemonte :
Tous les jours de 10 h à 18 h,
Piazza Castello 165, Torino.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

>> Tournée 2013/2014 du Collectif Ivan Mosjoukine.

"Lähtö", Kalle Nio © Gil Chauveau.
"Lähtö", Kalle Nio © Gil Chauveau.

"The Big Movement" de Dries Verhoeven sur la Piazza Castello © Lorenzo Passoni.
"The Big Movement" de Dries Verhoeven sur la Piazza Castello © Lorenzo Passoni.

Gil Chauveau
Vendredi 12 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021