La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Tarquin"… lyrisme et fantaisie à souhait

Drame lyrique qui traite de la mort, du mal, du passé, du présent par le biais de légèreté et d'un brin de fantaisie, "Tarquin" est un savant mariage de musique, de chant et de théâtre où une enquête est menée après une disparition.



© J.-L. Fernandez.
© J.-L. Fernandez.
Lumières encore allumées dans la salle, le silence s'installe insidieusement dans le public puis un homme s'avance sur les planches, habillé de façon un peu inélégante. Il aurait pu être confondu avec un spectateur sauf que là, il entonne en allemand le prologue. L'interprétation est à nu dès les premières minutes comme si la mise en scène de Jeanne Candel mettait aussi, autour d'une musique de Florent Hubert et du livret d'Aram Kebabdjian, l'anodin et le quotidien au centre de ce drame lyrique.

Les décors sont encore grossièrement barrés durant les premières minutes par un plastique gris qui laisse découvrir un intérieur dans lequel se cache, entre autres, une douche italienne suffisamment profonde pour faire un plongeon, salle de bain où l'on se cache, se déshabille, avec une autre pièce totalement ouverte dans le prolongement de celle-ci. Cet homme esseulé, en préambule, est porté par sa présence discrète et sa voix puissante. C'est dans ce décalage de fragilité et de puissance que le spectacle trouve aussi sa force. Ce qui fait aussi sa particularité est cette dramaturgie qui pousse au dérangement, au décalage.

Dérangement où, quand tout semble établi, l'humour débarque, l'à propos détonne, l'événement fait irruption. Nous sommes dans l'absurde, le baroque où un propos, un fait ou un événement hors de tout contexte donne à la trame une coloration autre, différente, détournant le cours du spectacle. Le jeu est continuellement bousculé par ces ruptures.

Le spectacle a pour trame une intrigue policière qui nous mène vers un territoire dramaturgique où l'humour suit un fil conducteur, celui d'une enquête menée par une juge (Delphine Cottu) pour essayer de comprendre la disparition de Tarquin, un général tyrannique, figure du Mal. C'est un entrelacement de temps, de séquences, d'événements qui se juxtaposent les uns aux autres. Le passé rejoint le présent, la tragédie se mêle à l'humour, le bruit du marteau-piqueur à la musique, la franche discussion au sec à l'apparition d'un plongeur sortant de l'eau, bousculant par sa seule présence le contexte scénique.

© J.-L. Fernandez.
© J.-L. Fernandez.
C'est dans ces silences, ces apparitions, ces attitudes, ces paroles que s'élabore une alchimie où les événements deviennent le reflet d'un déphasage, celui d'un homme ou d'une femme avec une situation ou un alter ego. Un décalage dans lequel l'accordéon, le violon, la clarinette et le saxophone s'inscrivent comme pièces d'un puzzle où le passé se reconstruit au présent au travers de la figure de Tarquin.

Les ruptures de jeu permettent de jouer d'alternances avec tout élément tel que de l'eau et de la terre, du friable et du solide, du léger et du tonnant, du plat et du souterrain, des souvenirs et des oublis. Les contraires se conjuguent. La musique fait écho à ce qui se joue verbalement sur scène. Le chant est à l'unisson. On joue avec les octaves, on s'amuse avec la voix donnant un écho aux mouvements ou en appuyant la tonalité par des accents vocaux.

La musique est prise en otage, ou plutôt en relais, par un marteau qui tape une dalle puis un marteau-piqueur qui la pilonne. Elle accompagne souvent par petites touches, parfois de façon soutenue, les scènes. Un élément étranger vient fréquemment s'interposer, comme ce plongeur avec ses palmes qui sort de la piscine en faisant un plongeon directement sur le sol. C'est ce décalage entre protagonistes ou éléments venant de l'extérieur qui amène un cachet absurde, baroque.

Le chant s'immisce aussi de façon autant discrète qu'engageante. C'est du théâtre-opéra qui mêle avec légèreté un drame où la mort et le mal se disputent de façon énigmatique les faveurs de leurs retrouvailles.

"Tarquin"

Drame lyrique pour chanteurs, comédiens et orchestre de salle de bain.
Mise en scène : Jeanne Candel.
Assistant à la mise en scène : Yannick Bosc.
Avec Florent Baffi, Delphine Cottu, Myrtille Hetzel, Antonin Tri Hoang, Sébastien Innocenti, Léo-Antonin Lutinier, Damien Mongin, Agathe Peyrat, Marie Salvat.
Musique : Florent Hubert.
Livret : Aram Kebabdjian.
Costumes : Pauline Kieffer.
Scénographie : Lisa Navarro.
Lumières : Anne Vaglio.
Chef de chant : Nicolas Chesneau.
Durée estimée : 1 h 45.
Production La vie brève - Théâtre de l’Aquarium.

Du 20 septembre au 6 octobre 2019.
Mardi, mercredi et vendredi à 20 h, samedi à 18 h, dimanche à 17 h.
Nouveau théâtre de Montreuil - CDN, Montreuil (93), 01 48 70 48 90.
>> nouveau-theatre-montreuil.com

Tournée 2019/2020
19 septembre au 6 octobre 2019 : création Nouveau théâtre de Montreuil - CDN, Montreuil (93).
9 et 10 octobre 2019 : Théâtre de Lorient - CDN de Bretagne, Lorient (56).
16 au 18 octobre 2019 : Le Grand T, Nantes (44).
26 au 28 novembre 2019 : La Comédie, Valence (26).
6 et 7 février 2020 : Le Théâtre de Caen, Caen (14).
13 et 14 février 2020 : CDN Orléans Centre Val de Loire, Orléans (45).

Safidin Alouache
Jeudi 26 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019