La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Tânia Carvalho et le ballet national de Marseille… Toute une poétique en poésie

Dans une trilogie artistique, la chorégraphe portugaise, Tânia Carvalho, marie danses classique et contemporaine dans des rythmes où le mouvement devient parfois presque statuaire. Le silence et la musique accompagnent les gestiques tout en beauté donnant souvent l'impression d'avoir des peintures humaines.



"One Of Four Periods In Time © Théo Giacometti.
"One Of Four Periods In Time © Théo Giacometti.
Sans bruit, juste un souffle pour être porté vers la scène, une danseuse entre, le tronc courbé vers le sol, le regard en biais côté cour et les jambes bien ancrées. Tânia Carvalho, de par sa formation, fait un mariage de danses classique et contemporaine où les équilibres sont à la frontière de la tension et d'un temps qui s'écoule doucement. Les chorégraphies se partagent entre danses de groupe et solos. Très souvent ceux-ci composent ceux-là où chacun est dans son pré carré. Peu, voire pas de contact entre eux. Plusieurs centimètres les séparent ou, au-delà de la distance, ce sont aussi des gestuelles qui les mettent dans un rapport à l'espace où le corps s'exprime de toute son étendue avec une dynamique du mouvement qui semble toujours accompagnée de secondes. Comme si tout prenait son temps.

Espace, temps, musique et silence sont les quatre axes de ce spectacle. Tânia Carvalho s'en nourrit pour faire du danseur un élément aussi esseulé qu'accompagné, se suffisant à lui-même, mais prenant tout son envol grâce à ses partenaires. Ainsi, le regard du spectateur doit balayer tous les artistes pour avoir une vue d'ensemble du spectacle, chacun ayant très souvent leur propre gestuelle. De ces axes, les corps en ressortent comme un ornement artistique dans des figures où l'esthétisme, dans sa plus simple et pourtant élaborée expression, en est moteur.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Une des chorégraphies montre trois lots de six danseurs se synchronisant les membres supérieurs en appui des troncs et des jambes qui donnent à voir une poétique très belle du mouvement. On croirait un ensemble de dominos qui se touchent les uns aux autres. C'est la rare fois où les interprètes ont un contact entre eux dans une disposition scénique où les trois groupes créent une relation géométrique en forme de triangle, avec deux d'entre eux qui se mettent en avant-scène quand l'autre reste en arrière-scène.

Parfois, une danseuse est dans une autre dynamique, à l'arrêt pour reprendre ensuite dans une autre gestique. Cette césure dans le même groupe installe une individualité de chacun qui devient garant de l'ensemble. Parce que l'un est différent des autres que tout devient scéniquement cohérent avec un regard du public qui doit se décentrer pour capter ce qui fait différence. Ce décentrement oculaire, nous le retrouvons aussi dans ces tableaux où l'ensemble devient un feu d'artifice avec chaque artiste dans sa propre gestique. Là, les interprètes adoptent des gestuelles de différentes allures autant classiques que contemporaines.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Il y a aussi un solo où l'une d'elles va, seule, sur les planches, les deux jambes repliées et bien en appui au sol avec la taille abaissée et un tronc plutôt droit. L'esthétisme est, pour cette seule fois, absent mais ce qui interpelle est le silence et cet équilibre tout en tension qui habillent une pose presque immobile.

Ce qui saute aux yeux est la beauté des tableaux qui fait parfois penser à une peinture avec des attitudes, des postures où chacun semble moulé dans une fixité presque statuaire. L'arrêt, les départs, les mouvements très souvent lents donnent à voir une poétique gestuelle qui dessine des trajectoires dans l'espace comme pour figurer leur beauté qui accompagne les déplacements à chaque fois. Celle-ci s'affiche avec élégance dans chaque gestique dévoilant l'élégance des allures avec une fixité qui bouge parfois pour finir par affirmer un itinéraire jamais rapide, mais toujours pensé et réfléchi.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Les costumes sont très variés et unisexes, hommes et femmes étant habillés et maquillés de la même manière. Les visages sont aussi théâtraux avec des bouches grandes ouvertes laissant voir les dentitions, ressemblant à des rires un peu tendus, comme des marionnettes aux expressions figées. Le maquillage dessine une marque rouge ou noire à un œil pour certains et pour d'autres, il est étalé sur tout le visage avec les lèvres bien dessinées.

Selon le nombre d'interprètes, il y a une certaine résonance faisant écho à ce qui se passe sur scène, parfois accompagné de calme ou de musique, corporelle et sonore. Le rapport à l'espace est en effet différent selon la présence des uns et des autres et, par ricochet, à leur disposition. De même que musicalement, le silence orne le corps de sa présence. Ainsi, il devient objet d'art et d'attention pour lequel Tânia Carvalho en dessine une dynamique artistique où, dans ses arrêts et ses déplacements, il est en exposition.

Spectacle ayant eu lieu du 19 au 22 mai 2022 à la Grande Halle de la Villette.

"Tânia Carvalho et le ballet national de Marseille"

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Un spectacle proposé par Théâtre de la Ville hors les murs.
Chorégraphie : Tânia Carvalho.
Avec les danseurs et danseuses du Ballet national de Marseille : Sarah Abicht, Daniel Alwell, Nina Laura Auerbach, Isaia Badaoui, Alida Bergakker, Martha Eckl, Riley Fitgerald, Myrto Georgiadi, Nathan Gombert, Ibai Jimenez Gorostizu Orkaiztegi, Nonoka Kato, Yoshiko KINOSHITA, Angel Martinez Hernandez, Jonatan Myhre Jorgensen, Hanna-May Porlon, Aya Sato, Noam Segal, Elena Valls Garcia, Nahimana Vandenbussche, Antoine Vander Linden.

"Xylographie"
Chorégraphie Tânia Carvalho.
Musique : Tânia Carvalho, Ulrich Estreich.
Création lumières : Zeca Iglesias.
Création costumes : Aleksandar Protic.
Durée : 20 minutes.

"As If I Could Stay There For Ever"
Chorégraphie, costumes et musique : Tânia Carvalho.
Durée : 10 minutes.

"One Of Four Periods In Time (Ellipsis)"
Chorégraphie et costumes : Tânia Carvalho.
Musique : Vasco Mendonça.
Interprété par Drumming GP : Miquel Bernai, Pedro Oliveira, João Cunha et Rui Rodriguez. Lumières : Éric Wurtz.
Répétitrice et répétiteur : Valentina Pace & Thierry Hauswald.
Costumes : Nicole Murru.
Durée : 21 minutes.

Safidin Alouache
Jeudi 26 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022