La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Tânia Carvalho et le ballet national de Marseille… Toute une poétique en poésie

Dans une trilogie artistique, la chorégraphe portugaise, Tânia Carvalho, marie danses classique et contemporaine dans des rythmes où le mouvement devient parfois presque statuaire. Le silence et la musique accompagnent les gestiques tout en beauté donnant souvent l'impression d'avoir des peintures humaines.



"One Of Four Periods In Time © Théo Giacometti.
"One Of Four Periods In Time © Théo Giacometti.
Sans bruit, juste un souffle pour être porté vers la scène, une danseuse entre, le tronc courbé vers le sol, le regard en biais côté cour et les jambes bien ancrées. Tânia Carvalho, de par sa formation, fait un mariage de danses classique et contemporaine où les équilibres sont à la frontière de la tension et d'un temps qui s'écoule doucement. Les chorégraphies se partagent entre danses de groupe et solos. Très souvent ceux-ci composent ceux-là où chacun est dans son pré carré. Peu, voire pas de contact entre eux. Plusieurs centimètres les séparent ou, au-delà de la distance, ce sont aussi des gestuelles qui les mettent dans un rapport à l'espace où le corps s'exprime de toute son étendue avec une dynamique du mouvement qui semble toujours accompagnée de secondes. Comme si tout prenait son temps.

Espace, temps, musique et silence sont les quatre axes de ce spectacle. Tânia Carvalho s'en nourrit pour faire du danseur un élément aussi esseulé qu'accompagné, se suffisant à lui-même, mais prenant tout son envol grâce à ses partenaires. Ainsi, le regard du spectateur doit balayer tous les artistes pour avoir une vue d'ensemble du spectacle, chacun ayant très souvent leur propre gestuelle. De ces axes, les corps en ressortent comme un ornement artistique dans des figures où l'esthétisme, dans sa plus simple et pourtant élaborée expression, en est moteur.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Une des chorégraphies montre trois lots de six danseurs se synchronisant les membres supérieurs en appui des troncs et des jambes qui donnent à voir une poétique très belle du mouvement. On croirait un ensemble de dominos qui se touchent les uns aux autres. C'est la rare fois où les interprètes ont un contact entre eux dans une disposition scénique où les trois groupes créent une relation géométrique en forme de triangle, avec deux d'entre eux qui se mettent en avant-scène quand l'autre reste en arrière-scène.

Parfois, une danseuse est dans une autre dynamique, à l'arrêt pour reprendre ensuite dans une autre gestique. Cette césure dans le même groupe installe une individualité de chacun qui devient garant de l'ensemble. Parce que l'un est différent des autres que tout devient scéniquement cohérent avec un regard du public qui doit se décentrer pour capter ce qui fait différence. Ce décentrement oculaire, nous le retrouvons aussi dans ces tableaux où l'ensemble devient un feu d'artifice avec chaque artiste dans sa propre gestique. Là, les interprètes adoptent des gestuelles de différentes allures autant classiques que contemporaines.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Il y a aussi un solo où l'une d'elles va, seule, sur les planches, les deux jambes repliées et bien en appui au sol avec la taille abaissée et un tronc plutôt droit. L'esthétisme est, pour cette seule fois, absent mais ce qui interpelle est le silence et cet équilibre tout en tension qui habillent une pose presque immobile.

Ce qui saute aux yeux est la beauté des tableaux qui fait parfois penser à une peinture avec des attitudes, des postures où chacun semble moulé dans une fixité presque statuaire. L'arrêt, les départs, les mouvements très souvent lents donnent à voir une poétique gestuelle qui dessine des trajectoires dans l'espace comme pour figurer leur beauté qui accompagne les déplacements à chaque fois. Celle-ci s'affiche avec élégance dans chaque gestique dévoilant l'élégance des allures avec une fixité qui bouge parfois pour finir par affirmer un itinéraire jamais rapide, mais toujours pensé et réfléchi.

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Les costumes sont très variés et unisexes, hommes et femmes étant habillés et maquillés de la même manière. Les visages sont aussi théâtraux avec des bouches grandes ouvertes laissant voir les dentitions, ressemblant à des rires un peu tendus, comme des marionnettes aux expressions figées. Le maquillage dessine une marque rouge ou noire à un œil pour certains et pour d'autres, il est étalé sur tout le visage avec les lèvres bien dessinées.

Selon le nombre d'interprètes, il y a une certaine résonance faisant écho à ce qui se passe sur scène, parfois accompagné de calme ou de musique, corporelle et sonore. Le rapport à l'espace est en effet différent selon la présence des uns et des autres et, par ricochet, à leur disposition. De même que musicalement, le silence orne le corps de sa présence. Ainsi, il devient objet d'art et d'attention pour lequel Tânia Carvalho en dessine une dynamique artistique où, dans ses arrêts et ses déplacements, il est en exposition.

Spectacle ayant eu lieu du 19 au 22 mai 2022 à la Grande Halle de la Villette.

"Tânia Carvalho et le ballet national de Marseille"

© Thierry Hauswald.
© Thierry Hauswald.
Un spectacle proposé par Théâtre de la Ville hors les murs.
Chorégraphie : Tânia Carvalho.
Avec les danseurs et danseuses du Ballet national de Marseille : Sarah Abicht, Daniel Alwell, Nina Laura Auerbach, Isaia Badaoui, Alida Bergakker, Martha Eckl, Riley Fitgerald, Myrto Georgiadi, Nathan Gombert, Ibai Jimenez Gorostizu Orkaiztegi, Nonoka Kato, Yoshiko KINOSHITA, Angel Martinez Hernandez, Jonatan Myhre Jorgensen, Hanna-May Porlon, Aya Sato, Noam Segal, Elena Valls Garcia, Nahimana Vandenbussche, Antoine Vander Linden.

"Xylographie"
Chorégraphie Tânia Carvalho.
Musique : Tânia Carvalho, Ulrich Estreich.
Création lumières : Zeca Iglesias.
Création costumes : Aleksandar Protic.
Durée : 20 minutes.

"As If I Could Stay There For Ever"
Chorégraphie, costumes et musique : Tânia Carvalho.
Durée : 10 minutes.

"One Of Four Periods In Time (Ellipsis)"
Chorégraphie et costumes : Tânia Carvalho.
Musique : Vasco Mendonça.
Interprété par Drumming GP : Miquel Bernai, Pedro Oliveira, João Cunha et Rui Rodriguez. Lumières : Éric Wurtz.
Répétitrice et répétiteur : Valentina Pace & Thierry Hauswald.
Costumes : Nicole Murru.
Durée : 21 minutes.

Safidin Alouache
Jeudi 26 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022