La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Stefan Zweig, ou l’étonnante loquacité d’un pessimiste né

Reprise au Petit Hébertot de "la Femme silencieuse", biopic classico-classique d’un écrivain mythique. Ce spectacle (très académique, un peu vieillot et parfois trop pathétique) nous interroge finalement sur l’intérêt artistique du théâtre historique.



"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
Cette pièce, écrite par Monique Esther Rotemberg, désire nous plonger dans le Londres des années trente, où le célèbre auteur autrichien (Stefan Zweig) a décidé de s’exiler, très tôt conscient du danger que représente l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Là, sur les conseils de sa femme Fridericke, il embauche une nouvelle secrétaire pour l’aider à terminer sa biographie de Marie Stuart : ce sera Lotte, dont il tombera finalement amoureux, cette "femme silencieuse" (titre de son livret d’opéra créé à cette même époque).

Déception, oui da ! Déception par le travail scénographique d’abord (panneaux "en dur", couleur boueuse et verdâtre) de Bernard Fau. On croyait d’ailleurs ne plus trouver qu’au boulevard ces décors réalistes. Ici, le mobilier (tout droit sorti d’une brocante) est recouvert de grands draps blancs, comme si l’appartement était vide depuis bien longtemps… Or Zweig n’y vit-il pas depuis un mois ? "Effet visuel" pas garanti, mais bien souligné… au détriment de tout bon sens ! En revanche, tout n’est pas à jeter aux orties, à partir du moment où l’on mise par touches : les projections vidéos évoquent poétiquement des gouttes de pluie contre une vitre ou des branchages agités par le vent.

Déception ensuite quant au personnage incroyablement loquace de Zweig. Le texte est incontestablement brillant. Il fourmille de phrases bien léchées et de bons mots d’esprit. Les dialogues sont chargés de sens, d’idées, de réflexions (le plaisir de l’auteure est évident) et l’écriture suffisamment théâtrale pour largement passer la rampe. Mais comment imaginer ce torturé, (pessimiste ou clairvoyant ?), avec un caractère si bien trempé et si enjoué ? Même le rire avec sa compagne est léger… Absurde, non ? Quand on sait qu’au même moment, ses livres brûlaient dans les autodafés Nazis. Ce parti pris nous laisse vraiment perplexe…

Déception pas moins grande devant Pierre-Arnaud Juin pour incarner le rôle principal. S’il est physiquement parfait (cheveux courts, moustache, visage fin : la ressemblance est admirable), il ne suffit pas à dépoussiérer son jeu et à pallier son insuffisance articulatoire. Il finit par lasser.

Face à lui, heureusement, Olivia Algazi tire son épingle du jeu, mais (erreur de casting ?), le rôle n’est pas vraiment à sa taille, même si elle incarne avec finesse et douceur une Lotte au tempérament discret. Toutefois, plus le personnage s’efface, plus la comédienne attire notre attention par la sincérité de son jeu.

Enfin, on ne sent pas ce supplément d’âme si précieux qui fait qu’un spectacle vous marque durablement. Celui-ci pêche par son manque d’originalité, de fraîcheur et finalement… d’émotion. Peut-être est-ce à cause de Pascal Elso qui tartine sa mise en scène de poncifs redondants (temps nostalgique, longs fondus au noir pour symboliser les ellipses temporelles…) ? Cette histoire dans l’Histoire est pourtant passionnante. Les années sont charnières, à la fois pour Zweig et pour l’Europe. Le texte est certes très bien écrit, mais la mise en scène et l’interprétation apportent si peu. Et c’est là tout le problème.

À tous les passionnés de Zweig, je ne saurais que trop recommander plutôt la lecture de l’excellent roman de Laurent Seksik, Les Derniers jours de Stefan Zweig, publié chez Flammarion. Accepterons-nous de croire alors que l’Histoire conserve une place meilleure dans l’horizontalité des lignes d’un livre que dans la verticalité d’un comédien sur un plateau ?

"La femme silencieuse"

"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
(Vu le 07/06/2011)

Texte : Monique Esther Rotemberg.
Mise en scène : Pascal Eslo.
Assistante : Sonia Sariel.
Avec : Pierre-Arnaud Juin, Corinne Jaber, Olivia Algazi.
Décors : Bernard Fau.
Lumières : Franck Thevenon.
Costumes : Caroline Martel.

Du 7 juin au 10 juillet 2011.
Théâtre du Petit Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
petithebertot.fr

Mickaël Duplessis
Lundi 13 Juin 2011


1.Posté par David le 16/06/2011 09:25
C'est Olivia Algazi qui interprète Lotte et non pas Corinne Jaber

2.Posté par koko le 16/06/2011 15:49
A l'attention de Mr DUPLESSIS
Les spectacles ne peuvent pas plaire à tout le monde et heureusement qu'il y a beaucoup de choix afin de satisfaire tout un chacun. Je m'étonne quand même de votre envoi de scuds à l'encontre de la Femme silencieuse d'autant plus (et c'est cela qui est drôle) que vous confondez les rôles tenus par Corinne Jaber et Olivia Algazi. On peut se demander si vous étiez réellement présent dans la salle, endormi , ou que sais-je, je ne peux donc pas prendre votre critique en considération tant elle me parait peut sérieuse.
Théâtralement vôtre

3.Posté par La Rédaction le 18/06/2011 14:58
C'est corrigé ! Nous en sommes en effet navrés.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020