La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Stefan Zweig, ou l’étonnante loquacité d’un pessimiste né

Reprise au Petit Hébertot de "la Femme silencieuse", biopic classico-classique d’un écrivain mythique. Ce spectacle (très académique, un peu vieillot et parfois trop pathétique) nous interroge finalement sur l’intérêt artistique du théâtre historique.



"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
Cette pièce, écrite par Monique Esther Rotemberg, désire nous plonger dans le Londres des années trente, où le célèbre auteur autrichien (Stefan Zweig) a décidé de s’exiler, très tôt conscient du danger que représente l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Là, sur les conseils de sa femme Fridericke, il embauche une nouvelle secrétaire pour l’aider à terminer sa biographie de Marie Stuart : ce sera Lotte, dont il tombera finalement amoureux, cette "femme silencieuse" (titre de son livret d’opéra créé à cette même époque).

Déception, oui da ! Déception par le travail scénographique d’abord (panneaux "en dur", couleur boueuse et verdâtre) de Bernard Fau. On croyait d’ailleurs ne plus trouver qu’au boulevard ces décors réalistes. Ici, le mobilier (tout droit sorti d’une brocante) est recouvert de grands draps blancs, comme si l’appartement était vide depuis bien longtemps… Or Zweig n’y vit-il pas depuis un mois ? "Effet visuel" pas garanti, mais bien souligné… au détriment de tout bon sens ! En revanche, tout n’est pas à jeter aux orties, à partir du moment où l’on mise par touches : les projections vidéos évoquent poétiquement des gouttes de pluie contre une vitre ou des branchages agités par le vent.

Déception ensuite quant au personnage incroyablement loquace de Zweig. Le texte est incontestablement brillant. Il fourmille de phrases bien léchées et de bons mots d’esprit. Les dialogues sont chargés de sens, d’idées, de réflexions (le plaisir de l’auteure est évident) et l’écriture suffisamment théâtrale pour largement passer la rampe. Mais comment imaginer ce torturé, (pessimiste ou clairvoyant ?), avec un caractère si bien trempé et si enjoué ? Même le rire avec sa compagne est léger… Absurde, non ? Quand on sait qu’au même moment, ses livres brûlaient dans les autodafés Nazis. Ce parti pris nous laisse vraiment perplexe…

Déception pas moins grande devant Pierre-Arnaud Juin pour incarner le rôle principal. S’il est physiquement parfait (cheveux courts, moustache, visage fin : la ressemblance est admirable), il ne suffit pas à dépoussiérer son jeu et à pallier son insuffisance articulatoire. Il finit par lasser.

Face à lui, heureusement, Olivia Algazi tire son épingle du jeu, mais (erreur de casting ?), le rôle n’est pas vraiment à sa taille, même si elle incarne avec finesse et douceur une Lotte au tempérament discret. Toutefois, plus le personnage s’efface, plus la comédienne attire notre attention par la sincérité de son jeu.

Enfin, on ne sent pas ce supplément d’âme si précieux qui fait qu’un spectacle vous marque durablement. Celui-ci pêche par son manque d’originalité, de fraîcheur et finalement… d’émotion. Peut-être est-ce à cause de Pascal Elso qui tartine sa mise en scène de poncifs redondants (temps nostalgique, longs fondus au noir pour symboliser les ellipses temporelles…) ? Cette histoire dans l’Histoire est pourtant passionnante. Les années sont charnières, à la fois pour Zweig et pour l’Europe. Le texte est certes très bien écrit, mais la mise en scène et l’interprétation apportent si peu. Et c’est là tout le problème.

À tous les passionnés de Zweig, je ne saurais que trop recommander plutôt la lecture de l’excellent roman de Laurent Seksik, Les Derniers jours de Stefan Zweig, publié chez Flammarion. Accepterons-nous de croire alors que l’Histoire conserve une place meilleure dans l’horizontalité des lignes d’un livre que dans la verticalité d’un comédien sur un plateau ?

"La femme silencieuse"

"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
"La Femme silencieuse" © Xavier Lahache
(Vu le 07/06/2011)

Texte : Monique Esther Rotemberg.
Mise en scène : Pascal Eslo.
Assistante : Sonia Sariel.
Avec : Pierre-Arnaud Juin, Corinne Jaber, Olivia Algazi.
Décors : Bernard Fau.
Lumières : Franck Thevenon.
Costumes : Caroline Martel.

Du 7 juin au 10 juillet 2011.
Théâtre du Petit Hébertot, Paris 17e, 01 42 93 13 04.
petithebertot.fr

Mickaël Duplessis
Lundi 13 Juin 2011


1.Posté par David le 16/06/2011 09:25
C'est Olivia Algazi qui interprète Lotte et non pas Corinne Jaber

2.Posté par koko le 16/06/2011 15:49
A l'attention de Mr DUPLESSIS
Les spectacles ne peuvent pas plaire à tout le monde et heureusement qu'il y a beaucoup de choix afin de satisfaire tout un chacun. Je m'étonne quand même de votre envoi de scuds à l'encontre de la Femme silencieuse d'autant plus (et c'est cela qui est drôle) que vous confondez les rôles tenus par Corinne Jaber et Olivia Algazi. On peut se demander si vous étiez réellement présent dans la salle, endormi , ou que sais-je, je ne peux donc pas prendre votre critique en considération tant elle me parait peut sérieuse.
Théâtralement vôtre

3.Posté par La Rédaction le 18/06/2011 14:58
C'est corrigé ! Nous en sommes en effet navrés.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019