La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Sous le charme de la "Wagnermania" de l'Orchestre national d'Île-de-France

Le 22 janvier, deux nouveaux enregistrements sont parus en sortie digitale pour fêter l'arrivée, la saison dernière, du nouveau directeur musical et chef principal, Case Scaglione, à la tête de l'ONDIF. Inaugurant un nouveau chapitre de l'histoire de l'orchestre, le chef américain appose sa griffe et ouvre de nouvelles perspectives avec, d'une part, la 3e symphonie de Beethoven (l'Eroica) et, de l'autre, un enregistrement d'extraits d'opéras wagnériens avec Michelle de Young et Simon O'Neill. Nous parlerons ici de ce dernier.



Orchestre national d'Île-de-France © ONDIF/Christophe Urbain.
Orchestre national d'Île-de-France © ONDIF/Christophe Urbain.
En cette période de traversée du désert pour les artistes comme pour les mélomanes, la sortie de ce "Wagnermania", présentant des extraits du "Tristan", de "La Walkyrie" et de "Parsifal", représente un vrai oasis où étancher sa soif d'émotions fortes. Rien d'étonnant à qui connaît la belle mission de l'Orchestre national d'Île-de-France : apporter rien moins que quatre siècles de musique à un vaste public en région Île-de-France - jusqu'aux confins du territoire francilien.

En 2019, Case Scaglione prenait les rênes de l'orchestre et avait choisi ce même programme wagnérien pour son concert inaugural à la Philharmonie (où l'ONDIF est en résidence). Un choix jugé par le jeune chef américain "le plus audacieux et le plus fort" pour initier leur histoire commune que celui de Wagner - dont l'œuvre est à l'origine de sa vocation. Dans son nouveau grand studio d'enregistrement, l'orchestre a magnifiquement gravé ce programme destiné à de nouveaux usages d'écoute (streaming et téléchargement), en poursuivant sa collaboration avec le label #NoMadMusic. Ce choix du tout numérique semble définitif, ce qu'on peut regretter.

Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Quarante minutes (environ) de bonheur, d'abord, avec la troisième scène de l'acte II de "Parsifal", l'ultime "Festival scénique sacré" (ou "solennel") du compositeur. Alors qu'il vient d'échapper aux sortilèges des Filles-Fleurs, le "Chaste Fol" subit d'abord l'attraction de la plus dangereuse des séductrices, Kundry, manipulée par le magicien Klingsor ; mais le baiser de la Tentatrice le réveille en lui révélant l'atroce douleur subie par Amfortas, le roi des Chevaliers du Graal. C'est le chemin de la rédemption du royaume du Graal. Le Heldentenor Simon O' Neill impressionne dès son entrée ("Dies alles hab'ich nun geträumt") en grand wagnérien qu'il est. L'émission souple et la diction précise de ce vrai liedersänger ne sont pas les moindres atouts d'une belle voix, très à l'aise dans tous les registres, entre lyrisme douloureux ("Wehe ! Wehe ! Was tat ich ?") et extase mystique ("Vergeh ! unseliges Weibl").

Le ténor néo-zélandais affronte la forte Kundry de Michelle de Young, au luxueux grain sombre de voix. Son récit des souffrances et de la mort de Herzeleid, la mère de Parsifal, est un beau moment dramatique - même si plus tard la stridence de certains aigus va au-delà de l'état de démence du personnage. L'orchestre et son chef sculptent une pâte sonore fluide d'une éloquence bouleversante avec un sens du drame qui épouse les climats mouvants de la scène, sans omettre d'accompagner avec beaucoup de subtilité les chanteurs. Belle intervention du Klingsor de Pierre-Yves Pruvot, que nous avions fort applaudi dans ce même rôle au Capitole de Toulouse en janvier 2020.

La capacité de la direction de Case Scaglione à soigner les nuances de dynamiques, la clarté et les relations des différentes voix de l'orchestre, des pupitres comme des instrumentistes (tous magnifiques), se vérifie dans le Prélude de "Tristan und Isolde". Bien qu'il nous soit donné ici de n'entendre que des extraits des oeuvres, on sent que l'inspiration du chef se nourrit d'une noble vision formelle générale de celles-ci. Soignant autant les détails dans le "Liebestod" qu'un développement musical déjà fondé sur le fameux "art de la transition" wagnérien dans le Prélude, l'ONDIF offre la profondeur émotionnelle attendue dans la densité du tissu instrumental et le choix idéal de tempi dans les flux et reflux d'une extase toujours différée.

Le "Liebestod" de la mezzo américaine convainc beaucoup moins. Avec une voix qui ne semble pas toujours en place dès la montée dans des aigus plutôt acides ("Immer Lichter, Wie er leuchtet"), un vibrato gênant dans les passages donc un peu forcés de registres, une absence de lumière et de moelleux dans le timbre, Michelle de Young ne parvient pas vraiment à insuffler l'exaltation espérée de cette transfiguration - même si le Fa dièse du "Höchste Lust" est bien tenu. L'émotion adviendra quand même à la réécoute grâce à l'attention de l'orchestre.

Heureusement, la troisième scène du premier acte de "Walküre", mettant en scène la reconnaissance et l'aveu d'amour mutuel des jumeaux Sieglinde et Siegmund, vient effacer ces quelques préventions. Le Siegmund de Simon O'Neill se révèle des plus séduisants avec un sens de la déclamation orfèvre dès "Ein Schwert verhiess mir der Vater", une vaillance héroïque irréprochable (impressionnant "Wälse ! Wälse !"), et une tendresse jouissive aussi dans l'aveu d'amour ("Winterstürme wichen"). Il forme avec la belle Sieglinde de Michelle de Young (dont la raucité sensuelle ici et la ligne de chant plaisent davantage) un duo fascinant, qu'accompagne et commente avec grand talent l'orchestre, remarquable de riche expressivité.

Nous attendrons donc avec une grande impatience la réouverture des salles de concert afin de suivre l'aventure passionnante de l'ONDIF avec Case Scaglione - une passion et une ambition qui s'entendent très nettement ici. En attendant le ONDIF Live permet d'écouter l'orchestre en concert sur son site.

Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
● ONDIF "Wagnermania".
Michelle de Young, Simon O'Neill, Pierre-Yves Pruvot.
Orchestre national d'Île-de-France.
Case Scaglione, direction.
Label : NoMadMusic.
Sortie : 22 janvier 2021.

Disponible sur NoMadMusic depuis le site de l'orchestre.
>> orchestre-ile.com

Prochain concert de l'orchestre sur ONDIF Live :
"Légendes slaves" (Dvoràk, Tchaïkovski).
Samedi 6 février 2021 à 19 h (clés d'écoute à 18 h 30).

Christine Ducq
Mardi 26 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021