La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Sous le charme de la "Wagnermania" de l'Orchestre national d'Île-de-France

Le 22 janvier, deux nouveaux enregistrements sont parus en sortie digitale pour fêter l'arrivée, la saison dernière, du nouveau directeur musical et chef principal, Case Scaglione, à la tête de l'ONDIF. Inaugurant un nouveau chapitre de l'histoire de l'orchestre, le chef américain appose sa griffe et ouvre de nouvelles perspectives avec, d'une part, la 3e symphonie de Beethoven (l'Eroica) et, de l'autre, un enregistrement d'extraits d'opéras wagnériens avec Michelle de Young et Simon O'Neill. Nous parlerons ici de ce dernier.



Orchestre national d'Île-de-France © ONDIF/Christophe Urbain.
Orchestre national d'Île-de-France © ONDIF/Christophe Urbain.
En cette période de traversée du désert pour les artistes comme pour les mélomanes, la sortie de ce "Wagnermania", présentant des extraits du "Tristan", de "La Walkyrie" et de "Parsifal", représente un vrai oasis où étancher sa soif d'émotions fortes. Rien d'étonnant à qui connaît la belle mission de l'Orchestre national d'Île-de-France : apporter rien moins que quatre siècles de musique à un vaste public en région Île-de-France - jusqu'aux confins du territoire francilien.

En 2019, Case Scaglione prenait les rênes de l'orchestre et avait choisi ce même programme wagnérien pour son concert inaugural à la Philharmonie (où l'ONDIF est en résidence). Un choix jugé par le jeune chef américain "le plus audacieux et le plus fort" pour initier leur histoire commune que celui de Wagner - dont l'œuvre est à l'origine de sa vocation. Dans son nouveau grand studio d'enregistrement, l'orchestre a magnifiquement gravé ce programme destiné à de nouveaux usages d'écoute (streaming et téléchargement), en poursuivant sa collaboration avec le label #NoMadMusic. Ce choix du tout numérique semble définitif, ce qu'on peut regretter.

Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Quarante minutes (environ) de bonheur, d'abord, avec la troisième scène de l'acte II de "Parsifal", l'ultime "Festival scénique sacré" (ou "solennel") du compositeur. Alors qu'il vient d'échapper aux sortilèges des Filles-Fleurs, le "Chaste Fol" subit d'abord l'attraction de la plus dangereuse des séductrices, Kundry, manipulée par le magicien Klingsor ; mais le baiser de la Tentatrice le réveille en lui révélant l'atroce douleur subie par Amfortas, le roi des Chevaliers du Graal. C'est le chemin de la rédemption du royaume du Graal. Le Heldentenor Simon O' Neill impressionne dès son entrée ("Dies alles hab'ich nun geträumt") en grand wagnérien qu'il est. L'émission souple et la diction précise de ce vrai liedersänger ne sont pas les moindres atouts d'une belle voix, très à l'aise dans tous les registres, entre lyrisme douloureux ("Wehe ! Wehe ! Was tat ich ?") et extase mystique ("Vergeh ! unseliges Weibl").

Le ténor néo-zélandais affronte la forte Kundry de Michelle de Young, au luxueux grain sombre de voix. Son récit des souffrances et de la mort de Herzeleid, la mère de Parsifal, est un beau moment dramatique - même si plus tard la stridence de certains aigus va au-delà de l'état de démence du personnage. L'orchestre et son chef sculptent une pâte sonore fluide d'une éloquence bouleversante avec un sens du drame qui épouse les climats mouvants de la scène, sans omettre d'accompagner avec beaucoup de subtilité les chanteurs. Belle intervention du Klingsor de Pierre-Yves Pruvot, que nous avions fort applaudi dans ce même rôle au Capitole de Toulouse en janvier 2020.

La capacité de la direction de Case Scaglione à soigner les nuances de dynamiques, la clarté et les relations des différentes voix de l'orchestre, des pupitres comme des instrumentistes (tous magnifiques), se vérifie dans le Prélude de "Tristan und Isolde". Bien qu'il nous soit donné ici de n'entendre que des extraits des oeuvres, on sent que l'inspiration du chef se nourrit d'une noble vision formelle générale de celles-ci. Soignant autant les détails dans le "Liebestod" qu'un développement musical déjà fondé sur le fameux "art de la transition" wagnérien dans le Prélude, l'ONDIF offre la profondeur émotionnelle attendue dans la densité du tissu instrumental et le choix idéal de tempi dans les flux et reflux d'une extase toujours différée.

Le "Liebestod" de la mezzo américaine convainc beaucoup moins. Avec une voix qui ne semble pas toujours en place dès la montée dans des aigus plutôt acides ("Immer Lichter, Wie er leuchtet"), un vibrato gênant dans les passages donc un peu forcés de registres, une absence de lumière et de moelleux dans le timbre, Michelle de Young ne parvient pas vraiment à insuffler l'exaltation espérée de cette transfiguration - même si le Fa dièse du "Höchste Lust" est bien tenu. L'émotion adviendra quand même à la réécoute grâce à l'attention de l'orchestre.

Heureusement, la troisième scène du premier acte de "Walküre", mettant en scène la reconnaissance et l'aveu d'amour mutuel des jumeaux Sieglinde et Siegmund, vient effacer ces quelques préventions. Le Siegmund de Simon O'Neill se révèle des plus séduisants avec un sens de la déclamation orfèvre dès "Ein Schwert verhiess mir der Vater", une vaillance héroïque irréprochable (impressionnant "Wälse ! Wälse !"), et une tendresse jouissive aussi dans l'aveu d'amour ("Winterstürme wichen"). Il forme avec la belle Sieglinde de Michelle de Young (dont la raucité sensuelle ici et la ligne de chant plaisent davantage) un duo fascinant, qu'accompagne et commente avec grand talent l'orchestre, remarquable de riche expressivité.

Nous attendrons donc avec une grande impatience la réouverture des salles de concert afin de suivre l'aventure passionnante de l'ONDIF avec Case Scaglione - une passion et une ambition qui s'entendent très nettement ici. En attendant le ONDIF Live permet d'écouter l'orchestre en concert sur son site.

Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
Case Scaglione © ONDIF/Christophe Urbain.
● ONDIF "Wagnermania".
Michelle de Young, Simon O'Neill, Pierre-Yves Pruvot.
Orchestre national d'Île-de-France.
Case Scaglione, direction.
Label : NoMadMusic.
Sortie : 22 janvier 2021.

Disponible sur NoMadMusic depuis le site de l'orchestre.
>> orchestre-ile.com

Prochain concert de l'orchestre sur ONDIF Live :
"Légendes slaves" (Dvoràk, Tchaïkovski).
Samedi 6 février 2021 à 19 h (clés d'écoute à 18 h 30).

Christine Ducq
Mardi 26 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Je vous écris dans le noir" Tragédie d'une femme libre, moderne… en quête de l'impossible amour

Même quand elle est emportée dans les vents de l'amour, Pauline Dubuisson n'échappe pas à son destin… Un destin aux accents de tragédie grecque, comme une filiation à la malédiction des Atrides… Adolescente charnelle et donc collabo "involontaire" durant l'occupation, tondue et violée à 15 ans, meurtrière passionnelle à 24 ans, son passé finira toujours par la rattraper. Entre souhaits d'indépendance, de liberté et désirs de sincérité, de volonté d'aveux voués à l'amour… elle perdra tout espoir de vivre une passion amoureuse "normale" et se suicidera à 36 ans.

© Roland Baduel.
Sensuelle et solaire Essaouira (appelée alors Mogador)… en fond sonore, une entêtante mélopée. En second plan, des voix de femmes parlant en arabe. Pauline est devenue Andrée (son deuxième prénom). Elle est interne dans cet hôpital marocain où elle est arrivée en 1962. Elle rencontre Jean Lafourcade, un ingénieur pétrolier de six ans plus jeune qui souhaite l'épouser. À nouveau l'amour. Mais le souvenir de Félix, qu'elle a tué, est toujours là. Flash-back : Dunkerque, Seconde Guerre mondiale. Apprentissage des plaisirs de la vie et du sexe avec un médecin-chef allemand.

Elle dira la vérité à Félix sur son passé : son statut de femme "tondue" à la libération et violée. Rupture suivie ensuite de fausses retrouvailles… Ils couchent ensemble, font l'amour mais, le lendemain matin, celui-ci la traite comme une prostituée. Elle le tue en tirant au hasard… ou pas. En prison, elle s'évadera par la lecture. Libérée au bout de six ans pour bonne conduite. C'est après la sortie du film d'Henri-Georges Clouzot, "La Vérité" avec Brigitte Bardot (1960), qu'elle fuira en 1962 à Essaouira. Séquence finale, le destin tragique déroule son dénouement… elle donne à Jean ses cahiers où sont contenus les drames de sa vie… Rupture, nouvel abandon… elle se suicide le 22 septembre 1963 à 36 ans.

Gil Chauveau
25/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022