Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Si nous prenions le temps" Le goût épidermique de l'autre

Un plateau nu - comme le seront les deux danseurs au terme de leur odyssée au centre d'eux-mêmes - plongé dans le noir. Lui et elle, couple à la ville, émergent lentement de l'obscurité qui les recouvrait, gommant leurs silhouettes. Tendrement enlacés, leurs mouvements s'épousent…



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Les deux corps s'éloignent, se rapprochent dans une nappe de silence. Comme si à l'aube d'une humanité recouvrée, se rejouait là l'essentiel : découvrir l'autre, se découvrir soi, se découvrir l'un par l'autre en mettant sur pause l'agitation bruyante et chaotique du monde.

Tout semble calme et volupté dans la gestuelle glissante de Chloé Hernandez et Orin Camus à la recherche de leur point de gravité… qui est aussi celui de l'enjeu chorégraphié. En effet, comment échapper aux injonctions d'un environnement où la vitesse est devenue le symbole phare de la "performance" ? Ici, la performance est toute artistique, et son enjeu est de déconstruire le mythe contemporain de la réussite pour introduire l'éloge d'une lenteur propre - non sans une certaine gravité - à une renaissance de rapports humains, simplement humains.

C'est à la fois fort et fragile un corps humain, et si mystérieux qu'il n'est pas apte à livrer d'emblée ses secrets. Le "moi-peau" - enveloppe psychique et corporelle protégeant de l'extérieur tout en se faisant membrane sensible afin d'accueillir l'autre en soi - est en effet une construction complexe, individuelle et sociale, pour qui entend l'explorer afin de parcourir le chemin menant à l'existence d'adulte autonome en lien avec d'autres humains.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
C'est ce parcours accompli du "bout des doigts" que les deux complices vont effectuer, avec grâce, application et énergie, pour nous entraîner à leur suite dans leur monde du silence, un silence criant de sensualité à fleur de peau.

Attiré magnétiquement par l'autre, chacun n'a de cesse d'explorer la distance qui l'en sépare comme pour mieux, l'instant d'après, la réduire à peau de chagrin. De ces allers-retours où les corps s'effleurent pour prendre appui l'un sur l'autre afin de dessiner de folles arabesques, jaillit la douce poésie de l'émerveillement du lien. Du parquet de danse où ils évoluent, clé de sol de leur harmonie marquant le début des portées à venir, au ciel qu'ils tutoient par des envolées aériennes, leurs corps en lévitation dessinent les contours de leur être au monde que de petites notes musicales viennent parfois éclairer.

Aussi, lorsque fondus l'un dans l'autre, leurs corps débarrassés des oripeaux civilisationnels s'enchâssent pour tel Shiva - dieu-déesse hindou à huit bras, doté du ligam phallus, et danseur cosmique rythmant la destruction et la création du monde - célébrer l'avènement d'une nouvelle ère, nous planons avec eux vers d'autres contrées. Quant au tableau final, que nous ne dévoilerons pas, il les montre tels qu'en eux-mêmes.

"La courbe de tes yeux fait le tour de mon cœur Un rond de danse et de douceur Auréole du temps, berceau nocturne et sûr Et si je ne sais plus tout ce que j'ai vécu, C'est que tes yeux ne m'ont pas toujours vu"… échos des vers de Paul Éluard célébrant Gala, sa muse, Orin et Chloé semblent leurs héritiers, ne faisant plus qu'un dans cette recherche chorégraphiée les portant à s'affranchir, avec une grâce à nulle autre pareille, des bruits et pesanteurs du monde.

"Si nous prenions le temps"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Conception et interprétation : Chloé Hernandez et Orin Camus.
Assistant chorégraphie : Vincent Deletang.
Création lumière : Sylvie Debare.
Création musicale : Fred Malle.
Musiques additionnelles : Building It Still (artiste : James Blake), Not long now (artiste, James Blake), Look at me now (artiste : Chris Brown Feat. Busta Rhymes & Lil Wayne).
Par Compagnie YMA.
Durée : 50 minutes.

>> compagnie-yma.com

A été présenté du 12 au 20 février 2020 au Glob Théâtre - scène conventionnée d'intérêt national Art et Création à Bordeaux.

Tournée à venir.

Yves Kafka
Lundi 2 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020