La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Séquence Danse Paris : "Tù"… La danse aux éclats

Festival "Séquence Danse Paris", Le Cent-Quatre, Paris

Pour sa cinquième édition, "Séquence Danse Paris" offre un éventail très varié d'une composition artistiquement riche où la danse contemporaine cohabite souvent avec le théâtre et où le classique revisité fait front avec des danses urbaines.



© Olivier Meyrou.
© Olivier Meyrou.
Un long papier crisse et bouge telle une chenille. Les mouvements sont articulés et il est aisé d'imaginer leurs formes qui cheminent par en dessous. Derrière celles-ci, Matias Pilet fait montre d'une maîtrise du corps et de la matière où l'un se nourrit de l'autre.

Les mouvements sont bien découpés et visibles même sous cette enveloppe blanche. Cela tourne, pivote, ramenant l'ensemble au centre, se déployant vers différentes directions pour faire de cette blancheur un habillement gracieux. Le danseur se plie et se déplie, s'articule dans une matière à la fois légèrement criante de froissements et aussi gracieuse qu'une robe de mariée. Les gestuelles, faussement retorses, ont des trajectoires en demi-cercle où, au centre, elles se recroquevillent comme un fœtus ou un être en sommeil. Le corps apparaît telle une courbe, juste une forme avant d'être son propre support quand il sort de son enveloppe.

Le corps se meut une fois qu'il a quitté sa chrysalide autour d'acrobaties et d'élégantes contorsions. Dans une danse très physique, il s'exprime, se montre, après qu'il se soit terré comme un bébé qui veut sortir du ventre maternel.

Le tronc tombant en arrière jusqu'au sol, tenu par les mains, jouant de cabrioles de biais ou en frontal, Matias Pilet courbe ses membres supérieurs en s'appuyant au sol. Tout est équilibres et culbutes où le danseur revient, comme un pendule, à sa place. Il symbolise par ses différents déplacements et gestuelles, une vie en équilibre, entre chute et renaissance, ou comme un être en formation, prêt à sortir d'un ventre pour aller au cœur de la vie.

Ce parti pris d'Olivier Meyrou et Amrita David de faire "naître" sur scène n'est pas anodin. Elle est une histoire, vécue, réelle. Celle de cette petite fille morte in utero quelques jours avant son accouchement et qui devait être la sœur jumelle de Matias Pilet. Le danseur habite cette absence qui devient présence, cette forme qui devient être, cette blancheur qui devient couleur, ces froissements qui deviennent musique et vidéos. Ces mouvements portent un élan de vie où le danseur excelle dans des acrobaties où le saut périlleux fait figure de renaissance dans une sorte d'exorcisme natal.

"Tù"

Metteur en scène : Olivier Meyrou.
Dramaturge : Amrita David et Olivier Meyrou.
Interprète : Matias Pilet.
Apparitions vidéos : Karen Wenvl, Erika Bustamante et Françoise Gillard, sociétaire de la Comédie-Française.
Musique : François-Eudes Chanfrault et Sébastien Savine.
Chant : Karen Wenvl.
Scénographe : Simon André.
Créateur lumières : Nicolas Boudier.
Créateur vidéo : Loïc Bontems.
Régisseur général : Jules Pierret.
Régisseur lumière : Sofia Bassim.
Régisseur/vidéo : Marie-Pascale Bertrand et Yohann Gilles, stagiaires Léo Ricordel et Pierre Audoynaud.

"Trois Sacres" © Eric Miranda.
"Trois Sacres" © Eric Miranda.
5e Festival Séquence Danse Paris
Du 14 mars au 9 avril 2017.
Le CentQuatre-Paris, Paris 19e, 01 53 35 50 00.
>> 104.fr

5 et 6 avril à 19 h.
"Projection(s)"
Chorégraphe/interprète : Smaïl Kanouté.
Dispositif scénique : Philippe Baudelocque.

5 et 6 avril à 19 h 30.
"J.C."
Créateur : Juliette Navis. Avec : Douglas Grauwels.

Du 6 au 9 avril à 21 h 30.
"CHROMA_don't be frightened of turning the page" (création mondiale)
Créateur : Alessandro Sciarroni.
Dramaturgie : Alessandro Sciarroni, Su-Feh Lee.

"Sous-Vide" © DR.
"Sous-Vide" © DR.
Du 5 au 9 avril à 20 h 30, dimanche à 16 h.
"A love Supreme"
Chorégraphie : Salva Sanchis, Anne Teresa De Keersmaeker.
Avec : José Paulo dos Santos, Bilal El Had, Jason Respilieux, Thomas Vantuycom.

Du 7 au 9 avril à 19 h, dimanche à 18 h 30.
"Trois Sacres"
Chorégraphe : Sylvain Groud.
Interprètes : Bérénice Bejo et Sylvain Groud.

Du 7 au 9 avril à 19 h 30, dimanche à 16 h 30.
"Sous-vide"
Musique : Dmitri Kourliandski. Conception : Aliénor Dauchez.
Avec : Aliénor Dauchez, Dmitri Kourliandski.

Du 14 mars au 9 avril.
"The fire flies, Baltimore/Paris"
Installation vidéo.
Frédéric Nauczyciel.

Safidin Alouache
Mardi 4 Avril 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016