La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Sélectionné… pour toujours !

Alfred Nakache, ce nom ne vous dit sans doute rien. Et pourtant, en plus d'être un nageur aux multiples médailles, il a vécu les horreurs des camps de concentration pour en revenir et continuer, peu de temps après, une carrière d'athlète de haut niveau. Dans une mise en scène de Steve Suissa où la scénographie est sobre avec un beau jeu de lumières, le chanteur Amir Haddad, devenu comédien pour cette création, incarne le parcours étonnant de ce héros.



© Ruben Shazon.
© Ruben Shazon.
C'est la vie d'un homme, celle d'Alfred Nakache (1915-1983), mais pas de n'importe qui ni à n'importe quelle époque. Cela recouvre, en partie, l'entre-deux-guerres et la Seconde Guerre mondiale avec son lot de fanatisme politique qui a donné lieu à un génocide et à une collaboration avec des lois infâmes en France contre les Juifs. Alfred Nakache (Amir Haddad) a connu les camps de concentration d'Auschwitz puis de Buchenwald. Il a connu aussi, dans l'entre-deux-guerres, la renommée grâce à ses performances sportives.

La pièce, écrite par Marc Élya et mise en scène par Steve Suissa, est très intéressante car elle met en exergue un héros non de guerre mais de vie qui, en plus d'avoir échappé à la mort, a réussi le tour de force de revenir, quelques mois après, de Buchenwald, de reprendre sa vie d'athlète de natation de haut niveau malgré les lourdes épreuves physiques et psychiques subies. Son récit est aussi celui d'un homme que personne ne connaît, l'Histoire retenant peu ou pas ces parcours individuels pourtant riches d'enseignements.

© Ruben Shazon.
© Ruben Shazon.
Avant 1943, il est reconnu pour ce qu'il fait. À partir de 1943, il est dénoncé et envoyé à Auschwitz puis Buchenwald pour ce qu'il est, à savoir Juif. Des officiers SS le reconnaissent et lui font subir des épreuves de nage d'humiliation. Ses titres sportifs sont légion. Pour n'en citer que quelques-uns, il est le recordman du monde de brasse papillon en 1941 et est à cinq reprises, en 1942, le champion de France dans différentes catégories.

Plus étonnant encore, il devient recordman de France au relais quatre fois deux cents mètres nage libre en 1946, après être revenu, quelques mois auparavant, des camps de concentration. Il deviendra même, en plus d'être sélectionné aux deux cents mètres brasse papillon, un membre de l'équipe de France de water-polo pendant les Jeux Olympiques de Londres (1948). Véritablement étonnant et peu courant de pratiquer deux sports différents dans cette prestigieuse manifestation !

Sa vie est riche de rebondissements. Ayant tout jeune une phobie de l'eau, il réussit tout de même à devenir un nageur couvert d'honneurs. Puis d'horreur. Son parcours, exprimé dans le jeu par Amir Haddad, est empreint d'une certaine sagesse. C'est ce rapport à soi qui fait la force du récit en déchargeant celui-ci de toute notion d'être "victime". C'est en homme simple que le chanteur, mué en comédien pour cette création, incarne le "nageur d'Auschwitz" comme il était surnommé.

© Ruben Shazon.
© Ruben Shazon.
À l'image du jeu, la scénographie est sobre et laisse voir, côté cour, un fauteuil avec une radio des années quarante. Il y a un décentrement du décor qui n'est pas situé en milieu de scène. Ce déport du regard attire l'attention sur ce qui est dit. Amir Haddad n'est quasiment jamais au centre. Parfois côté jardin, il s'installe aussi côté cour dans son fauteuil. Il oscille entre l'émotion, la joie, la détresse et la colère mais toujours avec une voix qui ne tombe pas dans les aigus, revivant ainsi chaque moment de sa vie, très souvent, avec un léger recul. Le débit est parfois en rupture dans un séquencement de tableaux ponctué par des lumières qui s'éteignent pour accueillir un clair-obscur. Quand l'obscurité apparaît sur le comédien, une page, joyeuse ou tragique, se tourne. Quand la lumière réapparaît, c'est une nouvelle page qui s'ouvre.

Celle-ci éclaire parfois le public, le rattachant au récit, en le prenant ainsi à témoin. Cette relation scénographique par le biais des lumières permet de créer une interpellation mutique, celle d'être spect-acteur, afin de ne pas occulter dans un noir une réelle présence, celle de l'assistance. Il s'agit aussi d'interpeller la responsabilité des gens pour présenter un génocide, non au travers de dates, de personnages ou de batailles, mais de la vie d'un homme et de sa famille afin de prévenir de façon différente toute forme de passivité face à d'autres formes de cruauté, l'Histoire ayant malheureusement beaucoup d'imagination à ce sujet.

© Ruben Shazon.
© Ruben Shazon.
On découvre aussi Jacques Cartonnet (1911-1967), son rival en natation, qui devient ensuite journaliste à "La liberté", de tendance doriotiste, et travaille également à "Je suis partout", tristement célèbre pour ses virulentes diatribes antisémites. Certains l'accusent, à tort ou à raison, d'avoir été responsable de l'arrestation et de la déportation d'Alfred Nakache. On y rencontre aussi, par le biais d'une voix au magnétophone reprenant ses propos, l'écrivain Primo Levi (1919-1987) rencontré à Auschwitz, qui a mêlé sa survie au témoignage qu'il a souhaité donner pour rendre publique l'horreur des camps de concentration.

C'est une narration vécue de l'intérieur avec la focale d'un regard extérieur, celui d'être témoin de sa propre vie permettant une certaine mise à distance par rapport aux événements politiques ou sportifs mais non aux drames humains comme ceux de la mort de sa femme et de sa fille, à l'âge de deux ans, rendue à sa connaissance en 1946. Pour sa femme, il n'en saura jamais rien. L'émotion est là, très présente, dans le dit et par ricochet dans l'écoute du spectateur. Ce rapport à son vécu est toujours marqué d'une distance salvatrice, celle de ne jamais basculer dans la haine, l'arme des faibles et des bourreaux.

Steve Suissa et Amir © Ruben Shazon.
Steve Suissa et Amir © Ruben Shazon.
La pièce débute en 2019, lorsqu'il fait son entrée dans le panthéon des grands nageurs de l'histoire, à l'International Swimming Hall of Fame de Fort Lauderdale en Floride. Mais nous sommes en dehors d'un espace-temps puisque cette date, c'est Alfred Nakache (Amir Haddad) qui la dit. Comme un revenant venu nous raconter sa propre vie en tant que témoin de son époque. C'est ainsi le passé d'un homme qui vient dans le futur pour se raconter au présent. Les barrières du temps sont abolies. La narration traverse les exploits, les succès, les joies, l'amour puis les moments d'Histoire, les tragédies, les crimes, le génocide. La France, l'Algérie avec Toulouse, Paris et Constantine, son lieu de naissance, y sont aussi racontées. Au-delà de cette figure remarquable, c'est un émouvant condensé d'humanité vécu sur scène.

"Sélectionné"

© Ruben Shazon.
© Ruben Shazon.
Texte : Marc Élya.
Mise en scène : Steve Suissa.
Avec : Amir Haddad.
Lumière : Jacques Rouveyrollis assisté de Jessica Duclos.
Son et musique : Maxime Richelme.
Costumes : Cécile Magnan.
Décors : Emmanuelle Favre.
Production : Play Two Live.
Durée : 1 h 15.

Du 26 avril au 1er juin 2022. Succès, prolongé jusqu'au 26 juin 2022.
Les mardis 17, 24 et 31 mai à 20 h, les mercredis 1er, 8 et 22 juin à 20 h, les jeudis 26 mai et 23 juin à 20 h, les vendredis 27 mai et 10 juin à 20 h, les dimanches 29 mai à 17 h, 12, 19 et 26 juin à 15 h et 18 h.
Théâtre Edouard VII, Paris 9e, 01 47 42 59 92.
>> theatreedouard7.com

Safidin Alouache
Jeudi 19 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Eurydice aux Enfers" Vivre comme mourir engage l'être tant dans son âme que dans son corps

Ayant perdu son épouse Eurydice, Orphée pleure sa mort durant la cérémonie funèbre. Zeus, voyant le chagrin du jeune homme, l'autorise à descendre aux Enfers pour qu'il aille chercher sa bien-aimée. Une seule condition lui est imposée : qu'il ne croise le regard d'Eurydice à aucun moment.

© Julie Mitchell.
Accueilli d'abord avec hostilité par les Esprits infernaux, Orphée est ensuite guidé par les Ombres heureuses dans le paysage des Champs-Élysées et elles lui rendent Eurydice. Tous deux chantent le bonheur retrouvé et Orphée veille à ne pas regarder son épouse. Mais celle-ci commence à douter de l'amour d'Orphée qui lui refuse tout contact. Tenu au silence, Orphée finit pourtant par briser le serment et témoigne son amour à Eurydice : la jeune femme s'effondre aussitôt, laissant à nouveau Orphée seule. Toutefois, grâce à l'intervention de l'Amour, ils seront bientôt unis pour l'éternité.

Tel est le résumé du célèbre mythe d'Orphée et Eurydice. Mais c'est avec une grande modernité et une grande audace que la Compagnie de l'Eau qui Dort, sous la houlette de Gwendoline Destremau, a revisité ce dernier. Ici, c'est Eurydice qui traverse la croûte terrestre pour retrouver son amant Orphée décédé. Elle rencontre de multiples cadavres et créatures qui font de sa route vers l'amour un véritable chemin initiatique. La mise en scène, d'une modernité heureuse et lumineuse, met l'accent sur une incontestable dimension féminine sans toutefois afficher de grandes revendications féministes auxquelles on est souvent confronté ! Car dans cette pièce, tout est soigneusement sobre à ce sujet, juste et subtile.

Brigitte Corrigou
25/06/2022