La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Secret"… c'est à répéter, c'est renversant !

Dans une scénographie très précise, Johann Le Guillerm défie l'espace et les volumes pour porter l'équilibre jusqu'à la brèche. En maître du temps, il déploie un savoir-faire autant artistique que mathématique pour proposer des figures dans toute leur beauté géométrique.



© Philippe Cibille.
© Philippe Cibille.
Un secret est (ou devrait être) toujours entouré de silences sous le sceau de la confidence. C'est exactement l'atmosphère du spectacle que nous propose Johann Le Guillerm. Chez lui, une maîtrise totale est effectuée autour de composants tels que du bois, des fils, du métal au travers de roues, de planches et de cordes, d'instruments et de véhicules des plus originaux. Deux moutures ont été créées, la première en 2003 avec "Secret (temps 1)", la deuxième en 2012 avec "Secret (temps 2)".

Le spectacle est découpé en tableaux. Johann Le Guillerm entre avec ses éléments à construire ou déjà montés tel cet empilement de planches plaquées les unes contre les autres, qui sont utilisées comme des effets de dominos ; ou bien cet étrange bicycle sur lequel l'artiste se tient en jouant d'équilibre. Le temps et la mesure sont les principaux maîtres d'œuvre du spectacle avec une maîtrise géométrique des figures et de l'espace.

© Philippe Cibille.
© Philippe Cibille.
Tout est théâtral, précis et millimétré. Aucun geste, attitude ou regard n'est anodin. Le Guillerm joue de poésie dans des constructions volumétriques où les déséquilibres taquinent les équilibres. Toujours sur la brèche, il monte une pièce après une autre, la regardant, jaugeant de sa progression et de sa cohérence avec l'ensemble, l'insérant autour d'une corde, puis d'une autre pour nouer le tout, chevauchant les uns aux autres des éléments disparates qu'il rehausse parfois. Ce sont toujours amoncellements de matériaux pour donner lieu à une construction en équilibre ou, à dessein, en semi-équilibre.

L'artiste tord du métal malléable pour élaborer un cercle ouvert et le faire glisser, le mouvoir sur la scène. C'est un travail d'apprivoisement des éléments pour en faire des complices. Des cathédrales d'équilibres sont bâtis sous nos yeux. Johan Le Guillerm les pousse, les étire jusqu'à la limite du déséquilibre. Tout est affaire d'adresse gestuelle, de calculs, de coups d'œil pour mesurer et décider sur l'instant. Rien ne peut être laissé au hasard. Ni erreur, ni approximation ne sont possibles, sauf à sacrifier le spectacle.

© Philippe Cibille.
© Philippe Cibille.
Le jeu est très théâtral dans le regard, la gestique. Il n'y a aucune parole, à peine des bruitages vocaux venant échancrer ce silence comme pour faire exister verbalement la concentration de l'interprète. C'est aussi une affaire de chutes. Johann Le Guillerm laisse tomber une, voire plusieurs planches au sol. Celles-ci font entendre une lourde sonorité qui vient briser le silence, créant une rupture sonore.

Faire tomber après avoir construit, rebâtir après avoir fait chuter, c'est dans ce va-et-vient perpétuel, jamais le même, que s'inscrit un renouvellement scénique qui démarre un nouveau tableau avec une nouvelle construction. Il joue aussi de finesse en remplissant de cailloux blancs et noirs un mini gouvernail qui gère une construction cyclique qui, à un clap sonore de l'artiste placé à distance, rentre dans les coulisses par lui-même. Avec une précision renversante. C'est bluffant.

"Secret (temps 2)"

© Philippe Cibille.
© Philippe Cibille.
Conception, mise en piste, interprétation : Johann Le Guillerm.
Interprétation musicale : Alexandre Piques.
Régie lumières : Lionel Usandivaras.
Régie piste : Franck Bonnot, Julie Lesas, Anaëlle Husein, Sharif Khalil.
Conception lumières : Hervé Gary.
Création musicale : Thomas Belhom.
Régie générale : Adrien Maheux.
Construction machinerie, lumières : Silvain Ohl, Maryse Jaffrain.
Création costumes : Corinne Baudelot.
Réalisation costumes : Anaïs Abel.
Réalisation des chaussures : Antoine Bolé.
Études de faisabilité des sculptures de cirque : Sylvain Beguin.
Réalisation des sculptures de cirque : Silvain Ohl, Maryse Jaffrain, Lucas de Staël, Jean Christophe Dumont, Jean-Marc Delanoye, Georges Matichard.
Durée : 1 h 30.
Production Cirque Ici - Johann Le Guillerm.

© Philippe Cibille.
© Philippe Cibille.
Du 24 septembre au 20 octobre 2019.
Du mardi au vendredi à 20 h, samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Espace Chapiteau, La Villette, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Safidin Alouache
Lundi 14 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020