La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Rosa Luxemburg Kabarett" Comme un quintette interprétant une pavane pour une infante défunte

Trop iconique, trop emblématique pour n'être pas méconnue. Objet de mémoire, repoussoir ou glorieux, Rosa Luxemburg (dans un spectacle "Rosa Luxemburg Kabarett" de Viviane Théophilidès) est, par-delà le temps qui a passé, comme citée à comparaître sur scène et le spectateur découvre un point de vue singulier et original sur cette femme politique.



© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Dans sa mise en scène, Viviane Théophilidès applique à la lettre les règles d'un théâtre d'estrade mais elle le fait de manière très distanciée. Avec sa bande des quatre à la fois comédiens chanteurs musiciens, ce "kabarett" ne fait pas satire, ne fait pas sarcasme, ne fait pas batelage et, sans complaisance, met en valeur la protagoniste tête d'affiche.

Avec ses oripeaux de velours rouges, ses acteurs musiciens mêlent, sans fards chant et jeu, monologues et apostrophes au public, interviews ou témoignages, enlacent des pantomimes dont une époustouflante prestation de sifflement de merle moqueur d'Anna Kupfer ou bien des scènes de pur théâtre vériste et dramatique (Sophie de la Rochefoucauld qui joue Rosa). Jusqu'à la pianiste (Géraldine Agostini) qui prend des détours discrètement swingués, accompagne, commente du clavier et de la voix, en contrepoints ou en appui, les saynètes.

Pour le spectateur, c'est comme un florilège qui lui est proposé, lied d'Hugo Wolf et chansons yiddish ou tsigane, chansons de Prévert et Kosma, texte de Louise Michel, un "Temps des cerises" de Jean-Baptiste Clément et Antoine Renard, pour une fois dans une version pleine d'énergie, enfin non larmoyante…

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Pour le spectateur, les points de repère sont simples et évidents. Le jeu est attentif, adopte une approche distanciée pleine de tact de délicatesse et de virtuosité discrète. En somme, le spectateur regarde un spectacle de cabaret à la fois à part entière et bien singulier dont Viviane Théophilidès est la dame loyale et Bernard Vergne un subtil médiateur.

C'est que ce spectacle se présente de manière tellement homogène et progressive que le spectateur a le sentiment d'un partage d'intimité. Il assiste à la création d'un portrait intuitif et sensible de Rosa Luxemburg. Qui apparaît alors non pas en tant que figure mais en tant que personne.

Et l'on découvre Rosa née au mauvais moment au mauvais endroit. Juive d'appartenance. Polonaise quand la Pologne n'existait plus. Allemande dans une Allemagne ivre de sa puissance impériale. Rosa, femme intelligente et lucide, éprise de justice et de littérature des lumières. Rosa révoltée par la déclaration de guerre et le déchaînement nationaliste. Rosa, femme d'action rendue impuissante durant la guerre, qui ne put qu'écrire depuis le fond de sa prison, observer l'envol des oiseaux, avant d'être assassinée.

Rosa Luxemburg, qui crut enfanter une révolution de la justice, enfanta la révolte à l'image des esclaves de Spartacus et constata, dans ses derniers discours, combien le marxisme était tombé en de mauvaises mains…

Dans cette forme théâtrale ramassée, le spectateur est comme à l'écoute d'un quintette interprétant une pavane pour une infante défunte. Rosa la rouge.

"Rosa Luxemburg Kabarett"

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Texte : Viviane Théophilidès.
Mise en scène : Viviane Théophilidès.
Avec : Géraldine Agostini, Sophie de la Rochefoucauld, Anna Kupfer, Viviane Théophilidès, Bernard Vergne.
Lumières : Philippe Catalano.
Costumes : Joan Bich.
Arrangements musicaux Géraldine Agostini.
Durée : 1 h 40.
Collectif Ondes Sensibles.

Du 7 janvier au 1er février 2020.
Du mardi au samedi à 19 h.
Théâtre Les Déchargeurs, Salle Vicky Messica, Paris 1er, 01 42 36 00 50.
>> lesdechargeurs.fr

Jean Grapin
Lundi 20 Janvier 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024