La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Retour à Berratham"… parlez-moi de danse !

"Retour à Berratham", Théâtre National de Chaillot, Paris

Angelin Preljocaj lie la Danse au Théâtre, le Corps à la Parole. Dans un spectacle qui mêle des chorégraphies aussi antinomiques les unes aux autres par leur griffe artistique, le chorégraphe nous invite dans un univers où les contraires se marient.



© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Allier le théâtre à la danse ne tombe pas sous le sens. Le premier est au corps ce que le second est à la parole. Corps et parole se mêlent, se conjuguent mais se marient difficilement. Lorsque la danse se fait, la parole s'éclipse. Preljocaj relève le défi en faisant cohabiter les deux.

Quand la danse est seule sur scène, l'atmosphère est énergique ou recueillie. Quand le théâtre s'immisce, la parole devient presque une Loi donnant une solennité au spectacle. Dans les scènes de théâtre, la parole habille la gestuelle des danseurs tout en la bousculant.

Les danses sont portées par une énergie forte et bousculée ou par un rythme lent et "ramassé". Une chorégraphie laisse voir les membres inférieurs et supérieurs des danseurs faisant balancier avec leur abdomen. Là, les mouvements deviennent amples et très découpés. Les membres supérieurs s'étendent, s'étirent avec le corps des danseurs planté sur leur pied gauche avec un pied droit faisant des allers-retours au-dessus de celui-ci.

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Dans une autre chorégraphie, le temps semble s'écouler tout doucement. Les mouvements sont au ralenti, les jambes se lèvent, pointant le bout de leurs pieds. Cela respire la symphonie corporelle et les danseuses sont disposées comme des nénuphars qui flotteraient sur une eau glissante.

Ainsi, Preljocaj fait du Temps, un écoulement continu ou en rupture, ralenti ou rapide. La parole est toujours claire, forte et il n'y a pas de dialogue. Le silence accompagne souvent les chorégraphies. Et la gestuelle des corps est aussi ample que contenue, courbe que droite.

C'est une danse théâtralisée où la parole accompagne les corps faisant d'eux comme une caisse de résonance où l'organique rejoint le vocal. C'est le théâtre qui se marie à la danse. Deux univers se dépossèdent, pour le premier de la souveraineté de sa parole et pour le second de son corps, pour se réunir dans une même communion. Comme un Occident des corps qui s'allie à l'Orient de la parole.

En ces temps de troubles, de peurs et de raccourcis politiques, c'est un bien beau programme artistique !

"Retour à Berratham"

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.
Chorégraphie et mise en scène : Angelin Preljocaj.
Texte : Laurent Mauvignier.
Scénographie : Adel Abdessemed.
Avec : Virginie Caussin, Laurent Cazanave, Aurélien Charrier, Fabrizio Clemente, Baptiste Coissieu, Margaux Coucharrière, Emma Gustafsson, Verity Jacobsen, Caroline Jaubert, Emilie Lalande, Barbara Sarreau, Niels Schneider, Liam Warren, Nicolas Zemmour.
Lumières : Cécile Giovansili-Vissière.
Création sonore : 79D, assisté de Didier Muntaner.
Musique additionnelle : Georg Friedrich Haendel, Fatima Miranda, Abigail Mead.
Costumes : Sophie Ghellert.
Réalisation des costumes : Margarita Ospina.
Assistant adjoint à la direction artistique : Youri Aharon Van den Bosch.
Choréologie : Dany Lévêque.
Direction : Nicolas Saïd.
Direction technique : Luc Corazza.
Régie générale et son : Martin Lecarme.
Régie lumières : Sébastien Dué, Jean-Sébastien Nehr.
Electricien : Julian Rousselot.
Régie plateau : Khalil Bessaa
Régie costumes : Martine Hayer
Fabrication décors : Atelier du Petit Chantier, Atelier CHD Art-Production (voitures).
Durée : 1 h 35.

Du 29 septembre au 23 octobre 2015.
Mardi, mercredi, vendredi et samedi à 20 h 30, jeudi à 19 h 30, samedi 10 octobre à 17 h, dimanche à 15 h 30.
Théâtre National de Chaillot, Salle Jean Vilar, Paris 16e, 01 53 65 30 00.
>> theatre-chaillot.fr

© Jean-Claude Carbonne.
© Jean-Claude Carbonne.

Safidin Alouache
Vendredi 9 Octobre 2015

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.








Vidéos les plus récentes



À découvrir

•Off 2021• Le Souffleur Dans l'ombre de la création du Cyrano d'Edmond Rostand

Le 28 décembre 1897, au Théâtre de la Porte Saint-Martin, a lieu la première représentation du "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand avec, dans le rôle-titre, le grand comédien de l'époque : Benoît Constant Coquelin. Depuis, cette pièce est l'une des plus célèbres du répertoire du théâtre français. Cyrano, Roxane sont devenus des personnages de légende, des héros, des joyeux fantômes de l'inconscient collectif. C'est l'apport qu'a eu ce texte dans la symbolique de la bravoure, de la passion, de l'abnégation. Un amour impossible de plus.

© Compagnia dell'Edulis.
Pourtant, il manque un héros à cette liste issue de cette première représentation. Il y manque un fantôme, un tout petit fantôme, mais un fantôme protecteur qui était, lui aussi, au plateau ce 28 décembre 1897. Oublié. C'est un peu normal puisque Edmond Rostand n'a pas écrit un vers pour lui. Et pourtant, lui seul dans toute la distribution avait lu, mis en bouche, voire appris, les répliques de tous les personnages de la pièce et, en particulier, celle de l'Auguste Coquelin. Il s'appelait Ildebrando Biribo'. Il était ce soir-là dans le trou en avant-scène, invisible des spectateurs, le manuscrit devant lui, le trou du souffleur.

Et c'était sa dernière performance. Coquelin, avant le début de la représentation, lui annonce qu'il n'aurait plus besoin de lui pour les suivantes. La représentation se déroule. Ildebrando Biribo' fait son office. La pièce se termine. Les acteurs quittent la scène sous les ovations. C'est un triomphe. Ils sortent de scène. Le public quitte la salle. Et l'on retrouve le souffleur mort dans son trou.

Bruno Fougniès
20/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

● Avignon Off 2021 ● Acquittez-la ! par Pierrette Dupoyet

Alexandra L., femme battue depuis des années par son mari, finit par l'assassiner. Elle est passible de 20 ans de prison… Toutefois, le réquisitoire de l'Avocat Général va surprendre tout le monde…

Pierrette Dupoyet dans un précédent spectacle
Ce récit nous plonge dans la spirale que vivent des milliers de femmes violentées qui, bâillonnées par la peur, se murent dans le silence… Quand le drame éclate au grand jour, les questions pleuvent : "pourquoi n'as-tu pas quitté ton bourreau avant ? Pourquoi n'en as-tu parlé à personne ?". Questions faciles à poser, mais les réponses sont difficiles à trouver…
Et si tout commençait à la première gifle ?

Depuis 37 ans, Pierrette Dupoyet crée tous ses spectacles au Festival d'Avignon, avant d'aller les interpréter dans le monde entier (70 pays à son actif).
"Hallucinante" Nouvel Obs.
"Saisissante !" Télérama.
"Une présence" Le Monde.
"Exceptionnelle !" France-Soir.
"Une défricheuse qui ne sait vivre que dans le risque"

Création de Pierrette Dupoyet.
Auteur, interprète, metteur en scène : Pierrette Dupoyet.
Durée : 1 h 15.

● Avignon Off 2021 ●
Du 7 au 31 Juillet 2021.
Tous les jours à 11 h 50 .
Théâtre Buffon, 18, rue Buffon, Avignon.
Réservations: 04 90 27 36 89.

>> pierrette-dupoyet.com
>> theatre-buffon.fr

Annonce
31/05/2021