La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Quand l'insolence devient une bouffée d'oxygène, d'intelligence et d'esprit

"Les Noces de Betìa", Théâtre de l’Épée de Bois, Paris

Le verbe haut, la verve, le langage comme arraché de la terre même avec sa poésie, sa rugosité, son franc-parler, mêlant dialectes vénitiens, idiomes padouans, expressions populaires et citations en latin tirées des évangiles ou d'Aristote, voilà la matière d'un auteur de la renaissance italienne, Ruzante, avec laquelle René Loyon découpe une fenêtre sur un monde oublié.



© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
Un monde fleuri, pimpant, gouleyant, un monde que le sérieux notre époque a enterré depuis longtemps. Et ce sont les rires, la gouaille, l'insolence et l'esprit grivois qui mènent la danse dans cette comédie tonique. Une danse imaginée par un auteur italien lumineux, qu'on croirait presque contemporain tant son discours est moderne, mais qui a en fait produit ses forfaits littéraires, il y a cinq siècles.

Dario Fo le considérait comme un modèle, un pionnier de la commedia dell'arte, le père d'un théâtre qui met en scène le petit peuple de Padoue. Fermiers, bouviers, taverniers, tâcherons, lavandières peuplent ses pièces. Les héros sont à hauteur d'homme. Pris dans la rue. Avec l'esprit vif ou vil, débonnaire ou intéressé, moralisateur ou libertin mais jamais d'humeur gratuite.

La question ici soulevée par la pièce est l'amour. L'amour, l'amour, l'amour… comme un thème philosophique : mal ou bénédiction, fatalité ou nécessité. La pièce met en scène un jeune homme en plein désir, délirant presque de désir pour une jeune femme qui le nargue, l'évite, bref, le rend fou. Autour d'eux : amis, parents et intérêts divers se mêlent à l'idylle. Après mille péripéties, l'affaire finira bien, en noces, comme il se doit, mais par vraiment de la manière escomptée.

Dans la grande salle de pierre du théâtre de l’Épée de Bois, sobre et massive comme une place de village sans époque, la scénographie tient en un banc, une console et deux tabourets. Tout se joue là, avec certaines scènes secrètes et d'autres étalées au grand jour.

© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
C'est sur la présence des comédiens et l'originalité des personnages que reposent essentiellement le spectacle. À ce sujet, la distribution est parfaitement bien ajustée, équilibrée, chaque interprète s'est ingénié, cela se voit, à inventer avec ingéniosité les traits de son personnage. L'ensemble fonctionne à merveille, rythmé par la mise en scène vive et efficace de René Loyon.

Pour créer ces personnages en couleurs, vindicatifs, excessifs, sans scrupules où le petit peuple courageux côtoie la cour des miracles, où l'avenir est toujours menacé par la misère, l'accident ou le gibet, la tentation pour le metteur aurait pu être belle de forcer les traits et de profiter de ce langage où fleurissent, à chaque réplique, les sous-entendus parfois les plus osés. Mais la pièce y aurait perdu son âme, sa belle âme. René Loyon a eu la sagesse et la finesse de placer l'élégance du verbe avant sa gaillardise.

Il faut ajouter à ces critiques positives une qualité qui concerne une traduction magnifique de la langue originelle difficile de Ruzante par Claude Perrus (Éditions Circé) qui réalise là l'exploit de mêler la forme rythmique parfois versifiée, le phrasé élégant et les images crues qui surgissent du texte à chaque instant. Plutôt que d'aller en quête de traduction d'un dialecte épuisé, il a puisé dans différents patois et parfois dans des inventions phoniques, les expressions et les mots qu'il emploie.

Coups de cœur finaux : pour la véracité de son jeu et la belle pertinence de son personnage à Marie-Hélène Peyresaubes qui crée un personnage de "Mama" italienne à la fois authentique et loin des stéréotypes. Pour l'aisance apparente de son personnage de faux ami, Maxime Coggio. Pour sa pertinence, sa manière fine et subtile de dialoguer avec le public, Yedwart Ingey.

"Les Noces de Betìa"

© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
Texte : Ruzante.
Traduction : Claude Perrus - Éditions Circé.
Mise en scène : René Loyon.
Dramaturgie : Laurence Campet.
Avec : Charly Breton, Maxime Coggio, Titouan Huitric, Yedwart Ingey, Olga Mouak, Marie-Hélène Peyresaubes, Lison Rault.
Lumières : Jean-Yves Courcoux.
Régie : Jean-Louis Portail.
Durée : 2 h.
Compagnie RL.

Du 7 septembre au 15 octobre 2017.
Du jeudi au samedi à 20 h 30, samedi et dimanche à 16 h.
Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes, Route du Champ de Manœuvre, Paris 12e, 01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Bruno Fougniès
Mardi 12 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019