La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Quand l'insolence devient une bouffée d'oxygène, d'intelligence et d'esprit

"Les Noces de Betìa", Théâtre de l’Épée de Bois, Paris

Le verbe haut, la verve, le langage comme arraché de la terre même avec sa poésie, sa rugosité, son franc-parler, mêlant dialectes vénitiens, idiomes padouans, expressions populaires et citations en latin tirées des évangiles ou d'Aristote, voilà la matière d'un auteur de la renaissance italienne, Ruzante, avec laquelle René Loyon découpe une fenêtre sur un monde oublié.



© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
Un monde fleuri, pimpant, gouleyant, un monde que le sérieux notre époque a enterré depuis longtemps. Et ce sont les rires, la gouaille, l'insolence et l'esprit grivois qui mènent la danse dans cette comédie tonique. Une danse imaginée par un auteur italien lumineux, qu'on croirait presque contemporain tant son discours est moderne, mais qui a en fait produit ses forfaits littéraires, il y a cinq siècles.

Dario Fo le considérait comme un modèle, un pionnier de la commedia dell'arte, le père d'un théâtre qui met en scène le petit peuple de Padoue. Fermiers, bouviers, taverniers, tâcherons, lavandières peuplent ses pièces. Les héros sont à hauteur d'homme. Pris dans la rue. Avec l'esprit vif ou vil, débonnaire ou intéressé, moralisateur ou libertin mais jamais d'humeur gratuite.

La question ici soulevée par la pièce est l'amour. L'amour, l'amour, l'amour… comme un thème philosophique : mal ou bénédiction, fatalité ou nécessité. La pièce met en scène un jeune homme en plein désir, délirant presque de désir pour une jeune femme qui le nargue, l'évite, bref, le rend fou. Autour d'eux : amis, parents et intérêts divers se mêlent à l'idylle. Après mille péripéties, l'affaire finira bien, en noces, comme il se doit, mais par vraiment de la manière escomptée.

Dans la grande salle de pierre du théâtre de l’Épée de Bois, sobre et massive comme une place de village sans époque, la scénographie tient en un banc, une console et deux tabourets. Tout se joue là, avec certaines scènes secrètes et d'autres étalées au grand jour.

© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
C'est sur la présence des comédiens et l'originalité des personnages que reposent essentiellement le spectacle. À ce sujet, la distribution est parfaitement bien ajustée, équilibrée, chaque interprète s'est ingénié, cela se voit, à inventer avec ingéniosité les traits de son personnage. L'ensemble fonctionne à merveille, rythmé par la mise en scène vive et efficace de René Loyon.

Pour créer ces personnages en couleurs, vindicatifs, excessifs, sans scrupules où le petit peuple courageux côtoie la cour des miracles, où l'avenir est toujours menacé par la misère, l'accident ou le gibet, la tentation pour le metteur aurait pu être belle de forcer les traits et de profiter de ce langage où fleurissent, à chaque réplique, les sous-entendus parfois les plus osés. Mais la pièce y aurait perdu son âme, sa belle âme. René Loyon a eu la sagesse et la finesse de placer l'élégance du verbe avant sa gaillardise.

Il faut ajouter à ces critiques positives une qualité qui concerne une traduction magnifique de la langue originelle difficile de Ruzante par Claude Perrus (Éditions Circé) qui réalise là l'exploit de mêler la forme rythmique parfois versifiée, le phrasé élégant et les images crues qui surgissent du texte à chaque instant. Plutôt que d'aller en quête de traduction d'un dialecte épuisé, il a puisé dans différents patois et parfois dans des inventions phoniques, les expressions et les mots qu'il emploie.

Coups de cœur finaux : pour la véracité de son jeu et la belle pertinence de son personnage à Marie-Hélène Peyresaubes qui crée un personnage de "Mama" italienne à la fois authentique et loin des stéréotypes. Pour l'aisance apparente de son personnage de faux ami, Maxime Coggio. Pour sa pertinence, sa manière fine et subtile de dialoguer avec le public, Yedwart Ingey.

"Les Noces de Betìa"

© Nathalie Hervieux.
© Nathalie Hervieux.
Texte : Ruzante.
Traduction : Claude Perrus - Éditions Circé.
Mise en scène : René Loyon.
Dramaturgie : Laurence Campet.
Avec : Charly Breton, Maxime Coggio, Titouan Huitric, Yedwart Ingey, Olga Mouak, Marie-Hélène Peyresaubes, Lison Rault.
Lumières : Jean-Yves Courcoux.
Régie : Jean-Louis Portail.
Durée : 2 h.
Compagnie RL.

Du 7 septembre au 15 octobre 2017.
Du jeudi au samedi à 20 h 30, samedi et dimanche à 16 h.
Théâtre de l’Épée de Bois, Cartoucherie de Vincennes, Route du Champ de Manœuvre, Paris 12e, 01 48 08 39 74.
>> epeedebois.com

Bruno Fougniès
Mardi 12 Septembre 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021