La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Pour sa 15e édition, Teatro a Corte brille sous les feux du soleil de minuit

17/07 au 03/08/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Malgré des dates décalées pour cause de Mondial, Teatro a Corte répond toujours présent et, pour sa quinzième édition, pose à nouveau son regard sur l'innovation théâtrale européenne et en sort quelques joyaux parmi les plus brillants - dont quelques perles nordiques - pour les déposer, comme dans un écrin, au cœur des baroques et royales demeures du Piémont.



"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
Durant trois week-ends, l'héritage patrimoniale et architecturale de la Maison de Savoie va accueillir en ses fiefs piémontais quelques joyaux de ce qui se fait de plus créatifs dans le domaine du spectacle vivant européen. Pour mémoire, rappelons que ce choix d'utiliser comme cadre des spectacles des monuments et parcs historiques est une caractéristique, unique en Europe, propre à Teatro a Corte.

Après quelques années difficiles dû à la conjoncture économique - qui touche particulièrement le monde de la culture - et bien que les difficultés n'aient pas totalement disparus, Beppe Navello (directeur du festival) a pu annoncer le programme plus tôt et un peu plus florissant que les années précédentes. Ce léger mieux est majoritairement à mettre au bénéfice d'une confiance renouvelée de la part des principales institutions impliquées dans le financement (Région du Piémont, Ministère des Biens et des Activités Culturelles et du Tourisme, Ville de Turin, etc.). C'est le résultat de la prise de conscience de l'impact économique de ce type de festival sur le tourisme culturel de Turin et de ses alentours … Un constat qui serait heureux d'appliquer à de nombreuses autres manifestations !

"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
Une programme étoffée donc (versus 2013) avec plus de 25 compagnies invitées présentant des spectacles allant du nouveau cirque au théâtre visuel en passant, entre autres, par la danse, les arts de la rue, la musique, les arts performatifs et vidéos. Comme à chaque édition, un pays est l'invité privilégié du festival. Après les Pays-Bas en 2013, cette nouvelle édition part à la découverte de la création scandinave et propose un panorama de productions provenant de Finlande, Norvège, Suède et Islande. Sont également à l'affiche des artistes venant de France, d'Espagne, de Belgique et du Royaume-Unis.

Les pays du Soleil de Minuit marqueront leur présence avec notamment un focus sur le cirque contemporain finlandais (très actif sur la scène internationale). Le 18 juillet, deux solos de clown : l'un signé par Circo Aereo - "The Pianist" - et l'autre signé par Kallo Collective - "Moving Stationery" - mais tout deux interprétés par Thomas Monckton qui appartient aux deux troupes. Le 25 juillet, WHS et Zerogravity Company présenteront "Pinta", numéro de cirque aérien sous une cascade de pluie et, le 27 juillet, Ilona Jӓntti revient au festival avec "Muualla", une courte performance de quinze minutes, entre projections vidéos, danse et cirque aérien.

"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
Le Circo Aereo sera également partenaire d'un projet inhabituel de courts-métrages sur le cirque avec "Narri", coproduit par Teatro a Corte, se déroulant en ville et dans les demeures de la famille de Savoie, avec Rauli Kosonen qui relit l'idée de "court" au travers du rapport entre le public et l'artiste "divertissant" au fil des siècles.

La Finlande toujours avec deux chorégraphes : le jeune Ima Idouzee avec "This is the title" (solo mêlant danse et vidéo), le 19 juillet, et Alpo Aaltokoski, le 25 juillet, avec "Deep" (seul en scène sur humanité/animalité) et "Together", un duo émouvant sur les relations interpersonnelles.

Un hommage au foot - of course ! - viendra de Norvège avec "A Dance Tribute to the Art of Football" de Jo Strømgren (2 août), un spectacle original où des danseurs-footballeurs jouent un match entre classe moyenne du football et bourgeoisie des ballets. Également norvégienne, la chorégraphe Ina Christel Johannessen et sa compagnie Zero Visibility Corp. présentera le 17 juillet, dans un décor de carton aux multiples facettes, "Again". Le lendemain, elle réalisera une création in situ sur la Piazzetta Reale et sur la Piazza Carignano, à Turin : "Leave. Two Houses", performance pour deux danseurs et une porte.

"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
La Suède et l'Islande seront présentes au festival le 27 juillet avec des dance movies et deux chorégraphes, le suédois Pontus Lidberg avec son très primé "Rain", et l'islandaise Helena Jonsdottir avec "Red Buses" et "Bigir".

La vitrine scandinave se traduira également par un Nordic Show Case (19 juillet) dans lequel les principales institutions de promotion du spectacle - dont CircusInfo Finland, DanceInfo Finland, Performing Arts Hub Norway et Loco World - présenteront leurs structures nationales et certains de leurs artistes. Le même jour au Palais Royal de Venaria aura lieu l'inauguration de l'exposition "Underneath the Nordic Sky" par Nanna Susi, artiste finlandaise figurative.

Au programme également deux performances françaises très attendue : le théâtre de rue de Kumulus le 27 juillet au Château de Rivoli et son "Silence Encombrant" ; et le cirque chorégraphique d'investigation du Collectif G. Bistaki, le 19 juillet, avec "Maison"... et ses poêles en terre cuite, au Palais Royal de Venaria.

"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
Les espagnols Senza Tempo emmèneront le public, le 26 juillet, pour une aventure onirique intitulée "Lazurd, viaje a travers de l’agua", jouée autour d'un bassin d'eau. Espagnols aussi les membres d'Agrupación Señor Serrano et "Katastrophe", le 1er août.

Le dimanche 3 août, les français de Système Castafiore clôtureront le festival avec "Stand Alone Zone", une vraie full immersion dans un univers de science fiction fonctionnant comme un film 3D où les personnages réels se mélangent aux images projetées.

Bien d'autres évènements sont bien sûr programmés tant la richesse de cette nouvelle édition de Teatro a Corte est évidente. Artistes belges, britanniques seront également de la partie. De nombreuses formes, spectaculaires mais toujours festives, parfois créés en résonance directe avec le lieu qui les accueillent, seront là pour étonner le public au fil de ces trois week-ends.

À noter également que le festival représente une opportunité intéressante d'un point de vue touristique et culturel pour découvrir ces demeures de la famille de Savoie où sont programmés les spectacles. À cette fin, un service de navettes gratuites est mis à disposition les jours de représentation. En complément, Turin regorge de magnifiques musées... Et, pour les plaisirs de bouche, glaciers et restaurants de qualité permettent de s'initier à la délicieuse gastronomie piémontaise !

"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
Du 17 juillet au 3 août 2014.
Informations pour le public : +39 0115119409.

Biglietteria di Teatro Astra
Via Rosolino Pilo 6, Torino.
Du mardi au samedi de 16 à 19 h.
Tél. : +39 0115634352.

Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
À partir du 17 juillet, du jeudi au samedi de 12 h à 18 h 30, dimanche de 10 h à 16 h.

InfoPiemonte :
Piazza Castello 165, Torino.
Tous les jours de 9 h à 18 h.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire à la billetterie du Teatro Astra ou du Palazzo Reale.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Dimanche 13 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022