La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Pour sa 15e édition, Teatro a Corte brille sous les feux du soleil de minuit

17/07 au 03/08/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Malgré des dates décalées pour cause de Mondial, Teatro a Corte répond toujours présent et, pour sa quinzième édition, pose à nouveau son regard sur l'innovation théâtrale européenne et en sort quelques joyaux parmi les plus brillants - dont quelques perles nordiques - pour les déposer, comme dans un écrin, au cœur des baroques et royales demeures du Piémont.



"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
Durant trois week-ends, l'héritage patrimoniale et architecturale de la Maison de Savoie va accueillir en ses fiefs piémontais quelques joyaux de ce qui se fait de plus créatifs dans le domaine du spectacle vivant européen. Pour mémoire, rappelons que ce choix d'utiliser comme cadre des spectacles des monuments et parcs historiques est une caractéristique, unique en Europe, propre à Teatro a Corte.

Après quelques années difficiles dû à la conjoncture économique - qui touche particulièrement le monde de la culture - et bien que les difficultés n'aient pas totalement disparus, Beppe Navello (directeur du festival) a pu annoncer le programme plus tôt et un peu plus florissant que les années précédentes. Ce léger mieux est majoritairement à mettre au bénéfice d'une confiance renouvelée de la part des principales institutions impliquées dans le financement (Région du Piémont, Ministère des Biens et des Activités Culturelles et du Tourisme, Ville de Turin, etc.). C'est le résultat de la prise de conscience de l'impact économique de ce type de festival sur le tourisme culturel de Turin et de ses alentours … Un constat qui serait heureux d'appliquer à de nombreuses autres manifestations !

"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
Une programme étoffée donc (versus 2013) avec plus de 25 compagnies invitées présentant des spectacles allant du nouveau cirque au théâtre visuel en passant, entre autres, par la danse, les arts de la rue, la musique, les arts performatifs et vidéos. Comme à chaque édition, un pays est l'invité privilégié du festival. Après les Pays-Bas en 2013, cette nouvelle édition part à la découverte de la création scandinave et propose un panorama de productions provenant de Finlande, Norvège, Suède et Islande. Sont également à l'affiche des artistes venant de France, d'Espagne, de Belgique et du Royaume-Unis.

Les pays du Soleil de Minuit marqueront leur présence avec notamment un focus sur le cirque contemporain finlandais (très actif sur la scène internationale). Le 18 juillet, deux solos de clown : l'un signé par Circo Aereo - "The Pianist" - et l'autre signé par Kallo Collective - "Moving Stationery" - mais tout deux interprétés par Thomas Monckton qui appartient aux deux troupes. Le 25 juillet, WHS et Zerogravity Company présenteront "Pinta", numéro de cirque aérien sous une cascade de pluie et, le 27 juillet, Ilona Jӓntti revient au festival avec "Muualla", une courte performance de quinze minutes, entre projections vidéos, danse et cirque aérien.

"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
Le Circo Aereo sera également partenaire d'un projet inhabituel de courts-métrages sur le cirque avec "Narri", coproduit par Teatro a Corte, se déroulant en ville et dans les demeures de la famille de Savoie, avec Rauli Kosonen qui relit l'idée de "court" au travers du rapport entre le public et l'artiste "divertissant" au fil des siècles.

La Finlande toujours avec deux chorégraphes : le jeune Ima Idouzee avec "This is the title" (solo mêlant danse et vidéo), le 19 juillet, et Alpo Aaltokoski, le 25 juillet, avec "Deep" (seul en scène sur humanité/animalité) et "Together", un duo émouvant sur les relations interpersonnelles.

Un hommage au foot - of course ! - viendra de Norvège avec "A Dance Tribute to the Art of Football" de Jo Strømgren (2 août), un spectacle original où des danseurs-footballeurs jouent un match entre classe moyenne du football et bourgeoisie des ballets. Également norvégienne, la chorégraphe Ina Christel Johannessen et sa compagnie Zero Visibility Corp. présentera le 17 juillet, dans un décor de carton aux multiples facettes, "Again". Le lendemain, elle réalisera une création in situ sur la Piazzetta Reale et sur la Piazza Carignano, à Turin : "Leave. Two Houses", performance pour deux danseurs et une porte.

"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
La Suède et l'Islande seront présentes au festival le 27 juillet avec des dance movies et deux chorégraphes, le suédois Pontus Lidberg avec son très primé "Rain", et l'islandaise Helena Jonsdottir avec "Red Buses" et "Bigir".

La vitrine scandinave se traduira également par un Nordic Show Case (19 juillet) dans lequel les principales institutions de promotion du spectacle - dont CircusInfo Finland, DanceInfo Finland, Performing Arts Hub Norway et Loco World - présenteront leurs structures nationales et certains de leurs artistes. Le même jour au Palais Royal de Venaria aura lieu l'inauguration de l'exposition "Underneath the Nordic Sky" par Nanna Susi, artiste finlandaise figurative.

Au programme également deux performances françaises très attendue : le théâtre de rue de Kumulus le 27 juillet au Château de Rivoli et son "Silence Encombrant" ; et le cirque chorégraphique d'investigation du Collectif G. Bistaki, le 19 juillet, avec "Maison"... et ses poêles en terre cuite, au Palais Royal de Venaria.

"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
Les espagnols Senza Tempo emmèneront le public, le 26 juillet, pour une aventure onirique intitulée "Lazurd, viaje a travers de l’agua", jouée autour d'un bassin d'eau. Espagnols aussi les membres d'Agrupación Señor Serrano et "Katastrophe", le 1er août.

Le dimanche 3 août, les français de Système Castafiore clôtureront le festival avec "Stand Alone Zone", une vraie full immersion dans un univers de science fiction fonctionnant comme un film 3D où les personnages réels se mélangent aux images projetées.

Bien d'autres évènements sont bien sûr programmés tant la richesse de cette nouvelle édition de Teatro a Corte est évidente. Artistes belges, britanniques seront également de la partie. De nombreuses formes, spectaculaires mais toujours festives, parfois créés en résonance directe avec le lieu qui les accueillent, seront là pour étonner le public au fil de ces trois week-ends.

À noter également que le festival représente une opportunité intéressante d'un point de vue touristique et culturel pour découvrir ces demeures de la famille de Savoie où sont programmés les spectacles. À cette fin, un service de navettes gratuites est mis à disposition les jours de représentation. En complément, Turin regorge de magnifiques musées... Et, pour les plaisirs de bouche, glaciers et restaurants de qualité permettent de s'initier à la délicieuse gastronomie piémontaise !

"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
Du 17 juillet au 3 août 2014.
Informations pour le public : +39 0115119409.

Biglietteria di Teatro Astra
Via Rosolino Pilo 6, Torino.
Du mardi au samedi de 16 à 19 h.
Tél. : +39 0115634352.

Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
À partir du 17 juillet, du jeudi au samedi de 12 h à 18 h 30, dimanche de 10 h à 16 h.

InfoPiemonte :
Piazza Castello 165, Torino.
Tous les jours de 9 h à 18 h.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire à la billetterie du Teatro Astra ou du Palazzo Reale.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Dimanche 13 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019