Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Pour sa 15e édition, Teatro a Corte brille sous les feux du soleil de minuit

17/07 au 03/08/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Malgré des dates décalées pour cause de Mondial, Teatro a Corte répond toujours présent et, pour sa quinzième édition, pose à nouveau son regard sur l'innovation théâtrale européenne et en sort quelques joyaux parmi les plus brillants - dont quelques perles nordiques - pour les déposer, comme dans un écrin, au cœur des baroques et royales demeures du Piémont.



"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
Durant trois week-ends, l'héritage patrimoniale et architecturale de la Maison de Savoie va accueillir en ses fiefs piémontais quelques joyaux de ce qui se fait de plus créatifs dans le domaine du spectacle vivant européen. Pour mémoire, rappelons que ce choix d'utiliser comme cadre des spectacles des monuments et parcs historiques est une caractéristique, unique en Europe, propre à Teatro a Corte.

Après quelques années difficiles dû à la conjoncture économique - qui touche particulièrement le monde de la culture - et bien que les difficultés n'aient pas totalement disparus, Beppe Navello (directeur du festival) a pu annoncer le programme plus tôt et un peu plus florissant que les années précédentes. Ce léger mieux est majoritairement à mettre au bénéfice d'une confiance renouvelée de la part des principales institutions impliquées dans le financement (Région du Piémont, Ministère des Biens et des Activités Culturelles et du Tourisme, Ville de Turin, etc.). C'est le résultat de la prise de conscience de l'impact économique de ce type de festival sur le tourisme culturel de Turin et de ses alentours … Un constat qui serait heureux d'appliquer à de nombreuses autres manifestations !

"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
Une programme étoffée donc (versus 2013) avec plus de 25 compagnies invitées présentant des spectacles allant du nouveau cirque au théâtre visuel en passant, entre autres, par la danse, les arts de la rue, la musique, les arts performatifs et vidéos. Comme à chaque édition, un pays est l'invité privilégié du festival. Après les Pays-Bas en 2013, cette nouvelle édition part à la découverte de la création scandinave et propose un panorama de productions provenant de Finlande, Norvège, Suède et Islande. Sont également à l'affiche des artistes venant de France, d'Espagne, de Belgique et du Royaume-Unis.

Les pays du Soleil de Minuit marqueront leur présence avec notamment un focus sur le cirque contemporain finlandais (très actif sur la scène internationale). Le 18 juillet, deux solos de clown : l'un signé par Circo Aereo - "The Pianist" - et l'autre signé par Kallo Collective - "Moving Stationery" - mais tout deux interprétés par Thomas Monckton qui appartient aux deux troupes. Le 25 juillet, WHS et Zerogravity Company présenteront "Pinta", numéro de cirque aérien sous une cascade de pluie et, le 27 juillet, Ilona Jӓntti revient au festival avec "Muualla", une courte performance de quinze minutes, entre projections vidéos, danse et cirque aérien.

"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
Le Circo Aereo sera également partenaire d'un projet inhabituel de courts-métrages sur le cirque avec "Narri", coproduit par Teatro a Corte, se déroulant en ville et dans les demeures de la famille de Savoie, avec Rauli Kosonen qui relit l'idée de "court" au travers du rapport entre le public et l'artiste "divertissant" au fil des siècles.

La Finlande toujours avec deux chorégraphes : le jeune Ima Idouzee avec "This is the title" (solo mêlant danse et vidéo), le 19 juillet, et Alpo Aaltokoski, le 25 juillet, avec "Deep" (seul en scène sur humanité/animalité) et "Together", un duo émouvant sur les relations interpersonnelles.

Un hommage au foot - of course ! - viendra de Norvège avec "A Dance Tribute to the Art of Football" de Jo Strømgren (2 août), un spectacle original où des danseurs-footballeurs jouent un match entre classe moyenne du football et bourgeoisie des ballets. Également norvégienne, la chorégraphe Ina Christel Johannessen et sa compagnie Zero Visibility Corp. présentera le 17 juillet, dans un décor de carton aux multiples facettes, "Again". Le lendemain, elle réalisera une création in situ sur la Piazzetta Reale et sur la Piazza Carignano, à Turin : "Leave. Two Houses", performance pour deux danseurs et une porte.

"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
La Suède et l'Islande seront présentes au festival le 27 juillet avec des dance movies et deux chorégraphes, le suédois Pontus Lidberg avec son très primé "Rain", et l'islandaise Helena Jonsdottir avec "Red Buses" et "Bigir".

La vitrine scandinave se traduira également par un Nordic Show Case (19 juillet) dans lequel les principales institutions de promotion du spectacle - dont CircusInfo Finland, DanceInfo Finland, Performing Arts Hub Norway et Loco World - présenteront leurs structures nationales et certains de leurs artistes. Le même jour au Palais Royal de Venaria aura lieu l'inauguration de l'exposition "Underneath the Nordic Sky" par Nanna Susi, artiste finlandaise figurative.

Au programme également deux performances françaises très attendue : le théâtre de rue de Kumulus le 27 juillet au Château de Rivoli et son "Silence Encombrant" ; et le cirque chorégraphique d'investigation du Collectif G. Bistaki, le 19 juillet, avec "Maison"... et ses poêles en terre cuite, au Palais Royal de Venaria.

"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
Les espagnols Senza Tempo emmèneront le public, le 26 juillet, pour une aventure onirique intitulée "Lazurd, viaje a travers de l’agua", jouée autour d'un bassin d'eau. Espagnols aussi les membres d'Agrupación Señor Serrano et "Katastrophe", le 1er août.

Le dimanche 3 août, les français de Système Castafiore clôtureront le festival avec "Stand Alone Zone", une vraie full immersion dans un univers de science fiction fonctionnant comme un film 3D où les personnages réels se mélangent aux images projetées.

Bien d'autres évènements sont bien sûr programmés tant la richesse de cette nouvelle édition de Teatro a Corte est évidente. Artistes belges, britanniques seront également de la partie. De nombreuses formes, spectaculaires mais toujours festives, parfois créés en résonance directe avec le lieu qui les accueillent, seront là pour étonner le public au fil de ces trois week-ends.

À noter également que le festival représente une opportunité intéressante d'un point de vue touristique et culturel pour découvrir ces demeures de la famille de Savoie où sont programmés les spectacles. À cette fin, un service de navettes gratuites est mis à disposition les jours de représentation. En complément, Turin regorge de magnifiques musées... Et, pour les plaisirs de bouche, glaciers et restaurants de qualité permettent de s'initier à la délicieuse gastronomie piémontaise !

"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
Du 17 juillet au 3 août 2014.
Informations pour le public : +39 0115119409.

Biglietteria di Teatro Astra
Via Rosolino Pilo 6, Torino.
Du mardi au samedi de 16 à 19 h.
Tél. : +39 0115634352.

Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
À partir du 17 juillet, du jeudi au samedi de 12 h à 18 h 30, dimanche de 10 h à 16 h.

InfoPiemonte :
Piazza Castello 165, Torino.
Tous les jours de 9 h à 18 h.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire à la billetterie du Teatro Astra ou du Palazzo Reale.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Dimanche 13 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020