La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Pour sa 15e édition, Teatro a Corte brille sous les feux du soleil de minuit

17/07 au 03/08/2013, Festival International "Teatro a Corte", Turin, Italie

Malgré des dates décalées pour cause de Mondial, Teatro a Corte répond toujours présent et, pour sa quinzième édition, pose à nouveau son regard sur l'innovation théâtrale européenne et en sort quelques joyaux parmi les plus brillants - dont quelques perles nordiques - pour les déposer, comme dans un écrin, au cœur des baroques et royales demeures du Piémont.



"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
"Cooperatzia - Maison", Collectif G. Bistaki © Damien Bossis.
Durant trois week-ends, l'héritage patrimoniale et architecturale de la Maison de Savoie va accueillir en ses fiefs piémontais quelques joyaux de ce qui se fait de plus créatifs dans le domaine du spectacle vivant européen. Pour mémoire, rappelons que ce choix d'utiliser comme cadre des spectacles des monuments et parcs historiques est une caractéristique, unique en Europe, propre à Teatro a Corte.

Après quelques années difficiles dû à la conjoncture économique - qui touche particulièrement le monde de la culture - et bien que les difficultés n'aient pas totalement disparus, Beppe Navello (directeur du festival) a pu annoncer le programme plus tôt et un peu plus florissant que les années précédentes. Ce léger mieux est majoritairement à mettre au bénéfice d'une confiance renouvelée de la part des principales institutions impliquées dans le financement (Région du Piémont, Ministère des Biens et des Activités Culturelles et du Tourisme, Ville de Turin, etc.). C'est le résultat de la prise de conscience de l'impact économique de ce type de festival sur le tourisme culturel de Turin et de ses alentours … Un constat qui serait heureux d'appliquer à de nombreuses autres manifestations !

"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
"Pinta", WHS et Zerogravity Company © DR.
Une programme étoffée donc (versus 2013) avec plus de 25 compagnies invitées présentant des spectacles allant du nouveau cirque au théâtre visuel en passant, entre autres, par la danse, les arts de la rue, la musique, les arts performatifs et vidéos. Comme à chaque édition, un pays est l'invité privilégié du festival. Après les Pays-Bas en 2013, cette nouvelle édition part à la découverte de la création scandinave et propose un panorama de productions provenant de Finlande, Norvège, Suède et Islande. Sont également à l'affiche des artistes venant de France, d'Espagne, de Belgique et du Royaume-Unis.

Les pays du Soleil de Minuit marqueront leur présence avec notamment un focus sur le cirque contemporain finlandais (très actif sur la scène internationale). Le 18 juillet, deux solos de clown : l'un signé par Circo Aereo - "The Pianist" - et l'autre signé par Kallo Collective - "Moving Stationery" - mais tout deux interprétés par Thomas Monckton qui appartient aux deux troupes. Le 25 juillet, WHS et Zerogravity Company présenteront "Pinta", numéro de cirque aérien sous une cascade de pluie et, le 27 juillet, Ilona Jӓntti revient au festival avec "Muualla", une courte performance de quinze minutes, entre projections vidéos, danse et cirque aérien.

"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
"A Dance Tribute to the Art of Football", Jo Strømgren Kompani © Knut Bry.
Le Circo Aereo sera également partenaire d'un projet inhabituel de courts-métrages sur le cirque avec "Narri", coproduit par Teatro a Corte, se déroulant en ville et dans les demeures de la famille de Savoie, avec Rauli Kosonen qui relit l'idée de "court" au travers du rapport entre le public et l'artiste "divertissant" au fil des siècles.

La Finlande toujours avec deux chorégraphes : le jeune Ima Idouzee avec "This is the title" (solo mêlant danse et vidéo), le 19 juillet, et Alpo Aaltokoski, le 25 juillet, avec "Deep" (seul en scène sur humanité/animalité) et "Together", un duo émouvant sur les relations interpersonnelles.

Un hommage au foot - of course ! - viendra de Norvège avec "A Dance Tribute to the Art of Football" de Jo Strømgren (2 août), un spectacle original où des danseurs-footballeurs jouent un match entre classe moyenne du football et bourgeoisie des ballets. Également norvégienne, la chorégraphe Ina Christel Johannessen et sa compagnie Zero Visibility Corp. présentera le 17 juillet, dans un décor de carton aux multiples facettes, "Again". Le lendemain, elle réalisera une création in situ sur la Piazzetta Reale et sur la Piazza Carignano, à Turin : "Leave. Two Houses", performance pour deux danseurs et une porte.

"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
"Silence Encombrant", Kumulus © Jean-Pierre Estournet.
La Suède et l'Islande seront présentes au festival le 27 juillet avec des dance movies et deux chorégraphes, le suédois Pontus Lidberg avec son très primé "Rain", et l'islandaise Helena Jonsdottir avec "Red Buses" et "Bigir".

La vitrine scandinave se traduira également par un Nordic Show Case (19 juillet) dans lequel les principales institutions de promotion du spectacle - dont CircusInfo Finland, DanceInfo Finland, Performing Arts Hub Norway et Loco World - présenteront leurs structures nationales et certains de leurs artistes. Le même jour au Palais Royal de Venaria aura lieu l'inauguration de l'exposition "Underneath the Nordic Sky" par Nanna Susi, artiste finlandaise figurative.

Au programme également deux performances françaises très attendue : le théâtre de rue de Kumulus le 27 juillet au Château de Rivoli et son "Silence Encombrant" ; et le cirque chorégraphique d'investigation du Collectif G. Bistaki, le 19 juillet, avec "Maison"... et ses poêles en terre cuite, au Palais Royal de Venaria.

"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
"Lazurd, viaje a travers de l’agua", Senza Tempo © Alfred Mauve
Les espagnols Senza Tempo emmèneront le public, le 26 juillet, pour une aventure onirique intitulée "Lazurd, viaje a travers de l’agua", jouée autour d'un bassin d'eau. Espagnols aussi les membres d'Agrupación Señor Serrano et "Katastrophe", le 1er août.

Le dimanche 3 août, les français de Système Castafiore clôtureront le festival avec "Stand Alone Zone", une vraie full immersion dans un univers de science fiction fonctionnant comme un film 3D où les personnages réels se mélangent aux images projetées.

Bien d'autres évènements sont bien sûr programmés tant la richesse de cette nouvelle édition de Teatro a Corte est évidente. Artistes belges, britanniques seront également de la partie. De nombreuses formes, spectaculaires mais toujours festives, parfois créés en résonance directe avec le lieu qui les accueillent, seront là pour étonner le public au fil de ces trois week-ends.

À noter également que le festival représente une opportunité intéressante d'un point de vue touristique et culturel pour découvrir ces demeures de la famille de Savoie où sont programmés les spectacles. À cette fin, un service de navettes gratuites est mis à disposition les jours de représentation. En complément, Turin regorge de magnifiques musées... Et, pour les plaisirs de bouche, glaciers et restaurants de qualité permettent de s'initier à la délicieuse gastronomie piémontaise !

"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
"Stand Alone Zone", Système Castafiore © Karl Biscuit.
Du 17 juillet au 3 août 2014.
Informations pour le public : +39 0115119409.

Biglietteria di Teatro Astra
Via Rosolino Pilo 6, Torino.
Du mardi au samedi de 16 à 19 h.
Tél. : +39 0115634352.

Biglietteria di Palazzo Reale,
Piazzetta Reale 1, Torino.
À partir du 17 juillet, du jeudi au samedi de 12 h à 18 h 30, dimanche de 10 h à 16 h.

InfoPiemonte :
Piazza Castello 165, Torino.
Tous les jours de 9 h à 18 h.

Service de navette gratuit de Turin (Piazza Castello) pour les sites des spectacles.
Réservation obligatoire à la billetterie du Teatro Astra ou du Palazzo Reale.

>> teatroacorte.it
>> Programme du festival en anglais

Gil Chauveau
Dimanche 13 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021