La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Peter Pan" et Julie Teuf : antidotes à un monde qui se rétrécit grandement…

Pour notre pauvre monde se rétrécissant à vue de nez comme peau de chagrin, y aurait-il sérieusement à apprendre de l'histoire fabuleuse de cet enfant qui refusait de grandir ? Lorsque la jeune metteure en scène, issue de la deuxième promotion de l'éstba* s'essaie à réécrire le "Peter Pan" de James Matthiew Barrie, ce sont les couleurs de l'enfance merveilleusement impertinente qui éclatent comme autant de pépites vivifiantes. Dans un dispositif nomade destiné à aller à la rencontre de son public, le monde de tous les possibles renaît sans concessions battant en brèche les sentiments timorés liés aux attendus raisonnables.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un esprit libre de toutes amarres avancerait que l'un des plus pernicieux travers actuels serait de vouloir à tout prix trouver un problème insoluble… derrière chaque solution originale. Ainsi, pour se protéger d'un risque, réel quoique invisible, devrait-on - au nom de projections scientifiques sidérantes - "être adulte", c'est-à-dire se cloitrer, renoncer sur le champ aux activités autres que celles imposées par le travail, respecter la bien nommée "distanciation sociale"… en clair être en raccord de "bon sens" avec l'injonction adressée à chacun de renoncer sine die à l'essence même de ce que vivre veut dire.

Heureusement qu'existe quelque part, dans la bulle terrestre, le Pays de Jamais-Jamais habité par un garçon insolemment libre. Ce lieu de tous les possibles, dont le théâtre se fait ici l'impertinent écho, apparaît comme un viatique rendant caduques les résignations "adultes". En effet, au travers d'un savant jeu de miroirs et de mise en abyme de la réalité, la fiction se fait porte-parole des désirs secrets recouverts par des couches de messages de bon ton, prônant le renoncement au nom de la raison.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Joué par un jeune homme inspiré par le rôle, Peter Pan dégage un dynamisme à renverser les montagnes de certitudes. Régnant hardiment sur ce Pays enchâssé dans un castelet aux pouvoirs magiques, il entend bien convaincre la craquante Wendy de devenir maman (et en ce qui le concerne, plus si affinités…) de ces enfants perdus qu'il recueille comme pour "réparer" en lui le manque originel d'amour maternel. D'ailleurs, malgré les réticences d'usage affichées (c'est une jeune fille bien élevée sous tous rapports… enfin presque), ce projet ne semble pas viscéralement déplaire à la belle - en mal de câlins - si l'on en croit l'ombre de Peter qu'elle a "innocemment" subtilisée afin de la garder tout contre elle la nuit.

Ainsi, franchissant allègrement la ligne de démarcation entre le possible rêvé et l'imaginaire vécu, les deux jeunes gens seront réunis dans l'espace d'un castelet où Peter s'amusera à donner vie à des marottes tout autant facétieuses que leur manipulateur. Pressenties pour jouer le rôle de mamans, les marionnettes expressives en forme de sirène aquatique ou d'indienne flanquée d'un père au plumage coloré, s'agiteront joyeusement au bout du bâton du faiseur de rêves avant de disparaître. Le tout sous l'œil charbonneux d'une fée Clochette, sensuelle et séductrice hôtesse, "harponnant" à l'envi tout public sous l'effet de la petite musique distillée par ses cordes pincées.

Quant au pitoyable Capitaine Crochet, il est le seul représentant du monde adulte, l'archétype parfait d'un monde qui, au lieu de résilier les blessures de l'enfance, les reproduit jusqu'à plus soif… Et à ce titre, on ne peut dire qu'il le rende désirable ce monde désenchanté où tout lien à l'autre est marqué du sceau de l'absence d'amour lorsqu'il n'est pas carrément entaché de vilenies envieuses. Personne ne pleurera d'ailleurs sur le sort programmé de ce fantoche rongé par ses aigreurs et sa solitude pérennes, même si un sursaut ultime le sauve de l'abomination.

Mine de rien, en convoquant l'adhésion par le rire et le sensible, ce conte reprend force pour faire infuser dans les replis des consciences colonisées le désir impérieux de ne jamais, non au grand jamais - dans le "Pays de Peter Pan" ou dans le nôtre tant les frontières entre rêves et réalités sont mouvantes - renoncer au sel de tout passage sur terre. Aimer, être aimé, c'est là la pierre philosophale, l'essence de l'existence, et ce n'est pas ce garnement ô combien sympathique de Peter Pan qui nous désavouera, lui qui, pour les beaux yeux de Wendy, semble désormais prêt à s'évader du monde de l'enfance… en en gardant, précieusement, la substantifique moelle.

"Peter Pan"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
D'après "Peter Pan, ou le garçon qui ne voulait pas grandir" de James Matthew Barrie.
Texte et mise en scène : Julie Teuf.
Avec : Clémence Boucon, Zoé Briau, Félix Lefebvre, Léo Namur.
Construction décor : Loïc Ferié, Éric Ferrer et Marc Valladon.
Costumes et accessoires : Estelle Couturier Chatellain, avec la complicité de Kam Derbali.
Chorégraphe des combats : Younes Boutinane.
Durée : 1 h.

Création, représentations destinées aux professionnels (+ classes invitées) le jeudi 28 janvier à 11 h et 15 h au TnBA, Bordeaux (33).

* éstba : École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Tournée (avec les réserves imposées par la situation sanitaire)
28 janvier 2021 : Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, Bordeaux (33).
5 mars 2021 : Ville d'Uzerche (19).
11 mars 2021 : Festival Abracadabrantesque, Bègles (33).
21 mars 2021 : organisée par l'Agence culturelle de la Dordogne, Saint-Aulaye-Puymangou (24).
7 avril 2021 : Internat éducatif et scolaire, Apprentis d'Auteuils, Blanquefort (33).
8 et 9 avril 2021 : École, Saint-Sulpice-et-Cameyrac (33).
3 au 7 mai 2021 : École Montgolfier, Bordeaux (33).
20 au 22 mai 2021: Festival BRIKABRAK, Le Bugue (24).
25 mai 2021 : dans le cadre d'un projet "Culture et Santé", Centre de la Tour de Gassies, Bruges (33).
3 et 4 juin 2021 : Festival Échappée Belle, Blanquefort (33).

Yves Kafka
Mardi 9 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022