La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Peter Pan" et Julie Teuf : antidotes à un monde qui se rétrécit grandement…

Pour notre pauvre monde se rétrécissant à vue de nez comme peau de chagrin, y aurait-il sérieusement à apprendre de l'histoire fabuleuse de cet enfant qui refusait de grandir ? Lorsque la jeune metteure en scène, issue de la deuxième promotion de l'éstba* s'essaie à réécrire le "Peter Pan" de James Matthiew Barrie, ce sont les couleurs de l'enfance merveilleusement impertinente qui éclatent comme autant de pépites vivifiantes. Dans un dispositif nomade destiné à aller à la rencontre de son public, le monde de tous les possibles renaît sans concessions battant en brèche les sentiments timorés liés aux attendus raisonnables.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Un esprit libre de toutes amarres avancerait que l'un des plus pernicieux travers actuels serait de vouloir à tout prix trouver un problème insoluble… derrière chaque solution originale. Ainsi, pour se protéger d'un risque, réel quoique invisible, devrait-on - au nom de projections scientifiques sidérantes - "être adulte", c'est-à-dire se cloitrer, renoncer sur le champ aux activités autres que celles imposées par le travail, respecter la bien nommée "distanciation sociale"… en clair être en raccord de "bon sens" avec l'injonction adressée à chacun de renoncer sine die à l'essence même de ce que vivre veut dire.

Heureusement qu'existe quelque part, dans la bulle terrestre, le Pays de Jamais-Jamais habité par un garçon insolemment libre. Ce lieu de tous les possibles, dont le théâtre se fait ici l'impertinent écho, apparaît comme un viatique rendant caduques les résignations "adultes". En effet, au travers d'un savant jeu de miroirs et de mise en abyme de la réalité, la fiction se fait porte-parole des désirs secrets recouverts par des couches de messages de bon ton, prônant le renoncement au nom de la raison.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Joué par un jeune homme inspiré par le rôle, Peter Pan dégage un dynamisme à renverser les montagnes de certitudes. Régnant hardiment sur ce Pays enchâssé dans un castelet aux pouvoirs magiques, il entend bien convaincre la craquante Wendy de devenir maman (et en ce qui le concerne, plus si affinités…) de ces enfants perdus qu'il recueille comme pour "réparer" en lui le manque originel d'amour maternel. D'ailleurs, malgré les réticences d'usage affichées (c'est une jeune fille bien élevée sous tous rapports… enfin presque), ce projet ne semble pas viscéralement déplaire à la belle - en mal de câlins - si l'on en croit l'ombre de Peter qu'elle a "innocemment" subtilisée afin de la garder tout contre elle la nuit.

Ainsi, franchissant allègrement la ligne de démarcation entre le possible rêvé et l'imaginaire vécu, les deux jeunes gens seront réunis dans l'espace d'un castelet où Peter s'amusera à donner vie à des marottes tout autant facétieuses que leur manipulateur. Pressenties pour jouer le rôle de mamans, les marionnettes expressives en forme de sirène aquatique ou d'indienne flanquée d'un père au plumage coloré, s'agiteront joyeusement au bout du bâton du faiseur de rêves avant de disparaître. Le tout sous l'œil charbonneux d'une fée Clochette, sensuelle et séductrice hôtesse, "harponnant" à l'envi tout public sous l'effet de la petite musique distillée par ses cordes pincées.

Quant au pitoyable Capitaine Crochet, il est le seul représentant du monde adulte, l'archétype parfait d'un monde qui, au lieu de résilier les blessures de l'enfance, les reproduit jusqu'à plus soif… Et à ce titre, on ne peut dire qu'il le rende désirable ce monde désenchanté où tout lien à l'autre est marqué du sceau de l'absence d'amour lorsqu'il n'est pas carrément entaché de vilenies envieuses. Personne ne pleurera d'ailleurs sur le sort programmé de ce fantoche rongé par ses aigreurs et sa solitude pérennes, même si un sursaut ultime le sauve de l'abomination.

Mine de rien, en convoquant l'adhésion par le rire et le sensible, ce conte reprend force pour faire infuser dans les replis des consciences colonisées le désir impérieux de ne jamais, non au grand jamais - dans le "Pays de Peter Pan" ou dans le nôtre tant les frontières entre rêves et réalités sont mouvantes - renoncer au sel de tout passage sur terre. Aimer, être aimé, c'est là la pierre philosophale, l'essence de l'existence, et ce n'est pas ce garnement ô combien sympathique de Peter Pan qui nous désavouera, lui qui, pour les beaux yeux de Wendy, semble désormais prêt à s'évader du monde de l'enfance… en en gardant, précieusement, la substantifique moelle.

"Peter Pan"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
D'après "Peter Pan, ou le garçon qui ne voulait pas grandir" de James Matthew Barrie.
Texte et mise en scène : Julie Teuf.
Avec : Clémence Boucon, Zoé Briau, Félix Lefebvre, Léo Namur.
Construction décor : Loïc Ferié, Éric Ferrer et Marc Valladon.
Costumes et accessoires : Estelle Couturier Chatellain, avec la complicité de Kam Derbali.
Chorégraphe des combats : Younes Boutinane.
Durée : 1 h.

Création, représentations destinées aux professionnels (+ classes invitées) le jeudi 28 janvier à 11 h et 15 h au TnBA, Bordeaux (33).

* éstba : École supérieure de théâtre de Bordeaux Aquitaine.

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Tournée (avec les réserves imposées par la situation sanitaire)
28 janvier 2021 : Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine, Bordeaux (33).
5 mars 2021 : Ville d'Uzerche (19).
11 mars 2021 : Festival Abracadabrantesque, Bègles (33).
21 mars 2021 : organisée par l'Agence culturelle de la Dordogne, Saint-Aulaye-Puymangou (24).
7 avril 2021 : Internat éducatif et scolaire, Apprentis d'Auteuils, Blanquefort (33).
8 et 9 avril 2021 : École, Saint-Sulpice-et-Cameyrac (33).
3 au 7 mai 2021 : École Montgolfier, Bordeaux (33).
20 au 22 mai 2021: Festival BRIKABRAK, Le Bugue (24).
25 mai 2021 : dans le cadre d'un projet "Culture et Santé", Centre de la Tour de Gassies, Bruges (33).
3 et 4 juin 2021 : Festival Échappée Belle, Blanquefort (33).

Yves Kafka
Mardi 9 Février 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021