La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Pelléas et Mélisande" Théâtre du symbolisme où le poète décrit une tension, une hésitation au noir

Dans la pièce de Maurice Maeterlinck, "Pelléas et Mélisande", l'histoire n'est pas claire. Des mots ne se prononcent pas. Des silences interrompent les scènes dont l'enchaînement est abrupt. Les protagonistes, dont on ne sait rien, ou si peu, eux-mêmes ont leurs silences, leur destin brutal. La pièce est symboliste et, depuis l'origine, elle est confrontée aux écueils de la représentation de l'espace, du corps, du temps, des énergies, aux maniérismes du geste, aux couleurs de la voix.



Dans sa mise en scène, Julie Duclos prend le parti de ne pas s'appuyer sur le texte pour bâtir l'enchaînement du jeu et, se concentrant sur les situations, suit le déroulement des scènes en les rationalisant. Ce faisant, elle banalise le récit tout en accentuant sa fragmentation. Le spectacle avance avec les éléments scéniques du temps : la vidéo et les boîtes superposées. Propre et dans l'air du temps, la mise en scène n'approfondit pas les scènes et leurs articulations. Ce théâtre contemporain se contente de visualiser les recoins d'une maison de poupées sans s'interroger sur l'aspect symbolique que peuvent revêtir certains détails, notamment la chevelure de Mélisande et le sens des événements que ce détail enclenche. Elle déroule une apparence d'histoire familiale.

Le spectateur, lui, a faim d'action, d'une action qui ne vient pas et qui n'est pas montrée mais qui existe pourtant. Une action qui est ailleurs. Elle est dans ce qui n'est pas dit et n'est pas exprimé. Dans les silences d'une jeune fille du nom de Mélisande éperdue dans une forêt profonde aux longs cheveux et aux yeux immenses qui jette sa couronne de princesse à l'étang. Les silences d'un chasseur, Golaud, égaré, ému mais homme de colère. Les silences d'une contrée humide aux rivages embrumés, à l'eau croupissante. Les silences autour des rumeurs de disettes, de guerre. Les silences autour d'une succession à assurer, d'un enfant à naître, d'une maladie lancinante.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Ces silences qui font que Mélisande ne peut être heureuse. Mélisande est sans mélodie, elle n'est pas Ondine ni Mélusine ni Ophélie.

Le texte est attentif aux détails concrets qui environnent les personnages. Ce sont ces annotations d'apparence anodine qui signalent la présence des pulsations d'émotion d'autant plus exacerbées qu'elles sont pointées par la sur-présence de signes typographiques, la redondance des mots et les ruptures qu'elles entraînent. Comme des didascalies inversées, le texte délivre des symptômes, ceux de la gêne de la présence (la tension, l'attirance, la répulsion, les aimantations) ; il décrit une perception du monde indicible. Le récit invisible de la peur qui n'a pas de délivrance, un conte qui l'anéantirait.

Le choix du nom des personnages eux-mêmes - Pelléas, Arken, Golaud, Yniold, Mélisande - sont, dans leurs consonances et leur graphie, comme une approximation de contes sans lien entre eux. Grecs, celtiques, germaniques : on ne sait. Mais leur rapprochement dans une même histoire appelle des parcelles de mémoire, des réminiscences mais aussi, dans leur approximation, des hésitations, des manques, des manques aux contes. Des manques à l'intime rendus tangibles par la sensation de la présence, la vibration qu'exerce sur soi l'autre, le saisissement.

Maurice Maeterlinck ne souligne-t-il pas dans son agenda de 1891 : "Exprimer surtout cette sensation d'emprisonnés, d'étouffés, de haletants en sueur qui veulent se séparer, s'en aller, s'écarter, fuir, ouvrir, et qui ne peuvent pas bouger. Et l'angoisse de cette destinée contre laquelle ils se heurtent la tête comme contre un mur et qui les serre de plus en plus étroitement l'un contre l'autre".

Par ce théâtre dit du symbolisme, le poète, dans le mouvement même de l'écriture, décrit une tension, une hésitation au noir. Dans cette tant triste histoire, Mélisande n'est pas Yseult et Pelléas n'est pas Tristan. D'un certain point de vue est donné à feuilleter un livre d'images de rêves lourds, celui de la légende de Gaulod l'inhospitalier.

À l'évidence, l'espace scénique et symbolique proposé par la mise en scène ne restitue pas les tensions entre les êtres, les épaisseurs du temps, la nervosité inquiète présentes dans l'œuvre de Maurice Maeterlinck. Et, de fait, évite la confrontation avec le caractère symboliste de la pièce.

Le spectateur déçu reste sur sa faim.

"Pelléas et Mélisande"

Texte : Maurice Maeterlinck.
Mise en scène : Julie Duclos.
Assistante à la mise en scène : Calypso Baquey.
Avec : Vincent Dissez, Philippe Duclos, Stéphanie Marc, Alix Riemer, Matthieu Sampeur, Émilien Tessier ; et Clément Baudouin, Sacha Huyghe, Eliott Le Mouël (les enfants en alternance).
Scénographie : Hélène Jourdan.
Lumière : Mathilde Chamoux.
Vidéo : Quentin Vigier.
Son Quentin Dumay
Costumes Caroline Tavernier
Collaboration artistique : Calypso Baquey
Coordination technique : Sébastien Mathé.
Production Compagnie L’'In-quarto.
Durée : 1 h 50.

Du 25 février au 21 mars 2020.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 15 h.
Odéon Théâtre de l'Europe, Ateliers Berthier, Paris 17e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu
© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.

Jean Grapin
Vendredi 6 Mars 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020