La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Pascal Parsat : pour un théâtre accessible à toutes les singularités

Au milieu de l'effervescence avignonnaise, des 1 200 spectacles proposés dans le Off du festival, il faut se pencher pour découvrir la présence de Pascal Parsat, directeur artistique et co-fondateur du Centre Ressource Théâtre Handicap (CRTH). Discret mais opiniâtre, il œuvre pour l'accessibilité des pièces de théâtre à tous les publics. Surtout à l'un des plus marginalisés : les personnes handicapées. Une action qui dépasse de loin le cadre de la plus grande manifestation internationale d'arts vivants.



Pascal Parsat © Anaïs Heluin
Pascal Parsat © Anaïs Heluin
Brigade d'accessibilité, souffleurs d'images, régie mobile, programmes en braille... Dans un enthousiasme communicatif, Pascal Parsat nous fait entrevoir un visage bien peu connu du festival, composé de structures d'aide à l'accessibilité. Cette année, c'est sur le Festival Théâtr'enfants et tous publics qu'est présent le CRTH. Mis en place par l'association Eveil Artistique des Jeunes publics, cet événement regroupe onze pièces, une exposition ludique et des ateliers d'éveil artistique à la Maison du Théâtre pour enfants du 7 au 26 juillet. Car il faut mener la lutte en amont.

Pascal Parsat observe que le public dont il se charge est "habitué à sortir en groupes, dans des usages associatifs d'un autre autre temps. Très rares sont ceux qui ont été sensibilisés à l'art, aussi les amateurs de théâtre sont-ils bien peu nombreux". Pallier au déficit d'éducation artistique qui touche les personnes en situation de handicap est donc une priorité : sans un traitement du problème à sa racine, la pauvreté actuelle des usages culturels se perpétuera.

"Avant, nous avons travaillé trois ans sur le In et le Off. Cette année, le In s'est lui-même offert ses programmes en braille." Preuve que c'est une démarche qui fonctionne, dont l'éthique suscite une prise de conscience. Tel est bien le but du CRTH, qui refuse de se substituer aux obligations des lieux et festivités qu'il accompagne dans leur apprentissage de la prise en compte du handicap. "Nous œuvrons pendant trois ans auprès de chaque manifestation culturelle. Ensuite, nous rendons les clés. Nous sommes là pour encadrer les premiers pas, pour que les choses installées deviennent naturelles."

Pascal Parsat : pour un théâtre accessible à toutes les singularités
C'est d'une méthode mûrie depuis 1993, date de création du CRTH, que bénéficie les théâtres d'Avignon ainsi que bien d'autres. De la prospection pour trouver des salles accessibles jusqu'aux dispositifs techniques à fournir aux lieux intéressés, l'association s'occupe de tout. Chaque étape donne lieu à l'intervention d'un groupe spécialisé. Première à entrer en scène dans le dispositif, la brigade d'accessibilité "évalue les lieux culturels, pas uniquement sur le bâti mais aussi sur toute la chaîne d'accessibilité : internet, informations par téléphone, etc.". Constituée de personnes représentatives handicap par handicap, cette équipe donne aussi une idée juste de la formation et de la sensibilisation nécessaires aux personnels.

Ces derniers auront à se familiariser à la Régie mobile, sorte de bibliobus qui offre surtitrage, boucle magnétique, casque d'audiodescription, programme en gros caractères, interprète en langue des signes... Sinon, moins contraignant, le système des Souffleurs d'images permet aux personnes non ou mal voyantes d'aller voir la pièce qu'ils veulent, quand ils le veulent. Apprentis comédiens, les Souffleurs rejoignent les spectateurs dans la salle et répondent à leurs demandes concernant la mise en scène et les costumes. Officiellement lancé en 2011, ce système suscite déjà plus de 35 demandes par mois. Sur Avignon comme ailleurs, il permet un nombre de propositions artistiques bien plus important qu'auparavant.

Tous ces services répondent à la volonté de Pascal Parsat de coller au mieux au goût des personnes handicapées. Ce que, selon lui, ne font pas les autres structures peu ou prou similaires à la sienne. "Accès culture, par exemple, ne propose que de grands événements culturels qui touchent très peu des personnes en situation de handicap. Beaucoup connaissent mieux Florence Foresti et Bigard que Wajdi Mouawad ou autres." Le CRTH n'est pas là pour apprécier la qualité artistique des spectacles. "Dans la diversité, la richesse et la confrontation, le spectateur doit pouvoir se faire son propre avis."

Pascal Parsat : pour un théâtre accessible à toutes les singularités
Seul en Europe à être engagé dans une telle démarche, il déplore le manque de cohésion entre les différentes structures liées au handicap. Certes, Pascal Parsat peut créer des conflits d'intérêt en marchant sur les plates-bandes des ateliers associatifs plus ou moins artistiques. Mais l'intérêt des personnes pour qui tous travaillent ne devrait-il pas passer avant ces querelles dérisoires ? À la tête d'une école de théâtre ouverte à tous depuis 2004, consultant pour le Fonds Professionnel d'Action et de Solidarité et pour Pôle Emploi, Pascal Parsat occupe une position qui devrait être reconnue à sa juste valeur. Par le gouvernement, par les collectivités territoriales...

Les festivals, eux ne s'y trompent pas. En plus d'Avignon, le CRTH est partenaire du festival de cinéma Premiers plans à Angers et en pourparlers avec le festival de Grignan, avec Marseille Provence 2013, le salon artistique du 104 à Paris à la rentrée ou encore la Biennale Internationale du Spectacle (BIS) à Nantes... Jusqu'à la Comédie française qui songe à se rapprocher de Pascal Parsat et de ses professionnels de l'accompagnement culturel. Des signes encourageants, autant pour le public visé que pour les emplois qui pourront être ainsi créés. Car opposé au bénévolat, le co-directeur du CRTH rémunère tous ses employés. Un argument de taille pour qui ne serait pas encore convaincu de l'intérêt de cette aventure...


Centre Ressources Théâtre Handicap

163 rue de Charenton – 75012 Paris

Tel : 01 42 74 17 87


www.crth.org

Anaïs Heluin
Mercredi 13 Juillet 2011

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020