La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
CédéDévédé

Orchestre de chambre Nouvelle Europe : Un voyage musical dans la Russie d’hier et d’aujourd’hui, ça vous tente ?

Préparez vos bagages ! Avec la sortie du CD "Russie XIXe - XXIe siècles", le tout jeune Orchestre de chambre Nouvelle Europe créé par son (tout aussi jeune) chef Nicolas Krauze nous plonge dans l’âme slave via trois compositeurs, trois moments clefs de l’histoire de ce pays fascinant.



© Neme Perier Stefanovitch.
© Neme Perier Stefanovitch.
Trois compositeurs à l’honneur, Piotr Illitch Tchaïkovski, Dimitri Chostakovitch, Evgueni Galperine choisis ici comme autant d’instantanés d’une psyché vraiment russe, et d’œuvres conçues comme citadelles intérieures et espaces de liberté à l’heure du tsarisme, de l’ère bolchevique puis de l’ère Poutine. D’abord le XIXe siècle de Tchaïkovski avec sa "Sérénade pour cordes" opus 48, parfois appelée "Souvenir de Florence". Une œuvre légère comme le veut le genre de la sérénade, plutôt inhabituelle pour ce musicien angoissé et dépressif. Sur ces quatre mouvements souffle l’esprit mozartien, autant dire une véritable grâce.

Dimitri Chostakovitch et sa "Symphonie de chambre en ut mineur" opus 110A est choisi pour le XXe siècle. Sa symphonie ? Une petite formation de douze musiciens (pour l’Orchestre de chambre Nouvelle Europe), une durée de l’œuvre d’une vingtaine de minutes : voilà qui ne ressemble guère au gigantisme des autres symphonies du maître de Leningrad ! Il s’agit en fait d’une transcription réalisée en 1967 par Rudolph Barchaï du "Quatuor à cordes n°8". Pièce que le compositeur s’est dédicacé à lui-même telle une inscription funéraire : "Dédié à la mémoire de l’auteur de ce quatuor" !

© DR.
© DR.
Barchaï, fidèle à l’original, conserve les thèmes du quatuor - dont le principal contient une vraie signature de Chostakovitch, avec l’utilisation des notes DSCH - et les diverses auto-citations que l’ironique compositeur a semé dans les mouvements : rappels de motifs de certaines symphonies, de son opéra censuré "Lady Macbeth of Mzensk", et même d’un chant révolutionnaire au titre explicite, "Victimes de la terrible prison" ! Les ténèbres, l’emphase lyrique, l’énigme mélancolique succèdent à l’âpreté la plus violente et la plus féroce en cinq mouvements cycliques. Ce langage nouveau, dissonant et consonant bien dans la manière chostakovienne, évoque sotto voce Mahler et Schönberg. Cette "Symphonie de chambre" avait reçu l’approbation du créateur du quatuor d’origine : on le comprend sans mal à l’écoute !

Une commande de l’Orchestre Nouvelle Europe vient terminer avec pertinence ce programme : une courte pièce pour trompette de huit minutes, "Par cœur", d’Evgueni Galperine, ce jeune compositeur franco-russe né en 1975. Connu surtout pour ses musiques de films - la bande originale du film de Jacques Audiard "De rouille et d’os", c’est lui - il se révèle un excellent compositeur, sachant aussi bien utiliser la touche jazz-rock de son trompettiste virtuose Sergeï Nakariakov (impeccable), que citer ci et là quelques accords des grands maîtres russes d’hier. Comme de lointains échos d’aînés tels Igor Stravinski et Chostakovitch disséminés dans une pièce triomphante, pleine d’espoir quand même pour ce début de XXIe siècle.

Orchestre de chambre Nouvelle Europe : Un voyage musical dans la Russie d’hier et d’aujourd’hui, ça vous tente ?
L’Orchestre Nouvelle Europe, actuellement en résidence à la Fondation La Borie-en-Limousin, recèle les chambristes et solistes de demain. Cette pépinière de jeunes talents ne manque pas de fraîcheur, d’engagement et de passion. Et on souscrit sans réserve à la pensée musicale de son chef, Nicolas Krauze. On pourra cependant regretter la médiocrité technique de l’enregistrement studio, qui ne leur rend pas tout à fait honneur.

• Orchestre de Chambre Nouvelle Europe "Russie XIXe - XXIe siècles".
Sorti le 23 octobre 2012.
Label : Laborie Records. Distribution : Abeille musique.

Orchestre de chambre Nouvelle Europe :
Nicolas Krauze, direction.
Sergeï Nakariakov, trompette.
Vinh Pham, violon solo.
Anastasia Karizna, violon.
Julie Gehan Rodriguez, violon.
Christophe Ribière, violon.
Karen Jauffreau, chef d’attaque violon II.
Oriane Carcy, violon II.
Ahim Horvath Kisromay, violon II.
Othar Melikichvili, alto solo.
Cynthia Perrin, alto.
Dimitri Maslennikov, violoncelle solo.
Livia Stanese, violoncelle solo.
Alexandre Baile, contrebasse.

Concert :
Le 8 novembre 2012 au Théâtre le Village, 4 rue de Chézy, Neuilly-sur-Seine, 01 55 62 60 35.

>> orchestre-nouvelle-europe.com

Christine Ducq
Mardi 6 Novembre 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020