La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"On ne danse pas pour rien"… poétique et politique !

Dans un superbe spectacle, le chorégraphe congolais DeLaVallet Bidiefono noue la politique à la danse sans que la première ne vienne à aucun moment occulter la beauté et la poésie de la seconde. Il fait ainsi de sa création, un art au cœur même du monde et de la cité.



© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Il y a des représentations qui sont à porter autant par les interprètes que par les spectateurs. Ce sont des œuvres où la dimension politique est présente et où le talent en est le porte-voix. Quand cet art corporel se fait résistance et lutte contre l'oppression, elle est ce qui la "n'homme", et ce qui la fait exister.

Oui, ils ne dansent pas pour rien. Ils s'expriment, disent pour ne pas taire et se taire à une époque de drames qui trouvent porte close d'une Europe malade de ses peurs et digne de sa seule indignité.

DeLaVallet Bidiefono, figure incontournable de la scène congolaise, a créé en 2005 sa compagnie Baninga. Ces "monstres", ce sont ces hommes et ces femmes, par le biais de sa poésie, qui luttent contre les dictatures et sont les victimes de tragédies humaines.

Il est tout seul sur scène. Dans l'obscurité. Sans musique. Sans son. Sa gestuelle est souple, articulée, faisant des rotations de ses membres au sol, comme pour se glisser, trouver une issue. Puis il est rejoint par un groupe.

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Là, les mouvements deviennent moins fluides mais plus fermes. Ils sont autant arrêtés, fixes que mobiles pour repartir par à-coups. L'instant d'immobilité devient un axe fondateur de la chorégraphie. Comme s'ils exprimaient une parole qui serait stoppée, non dite, après qu'elle se soit terrée dans le noir et la solitude. La création de Bidiefono décortique dans ses éléments artistiques tout l'écheveau de la représentation politique où le corps devient média, support de réalisation, de liberté ou de contraintes.

Porté par la musique et le chant qui incarnent la voix qui se fait entendre, l'être est une chrysalide qui se fait papillon tout au long de la représentation. Celle-ci représente la naissance d'un corps pour être ensuite en communion avec d'autres. Le groupe fait la force, l'union fait cohésion. La gestuelle devient plus physique, voire sportive, les mains finissant en poing. Elle est arrêtée, suspendue pour repartir. Puis elle se raffermit de plus en plus. Tout est synchronisé, en harmonie, porté par des mouvements brisés qui s'arrêtent juste au moment de s'exprimer.

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Deux batteries, une guitare, parfois une basse sont "accrochées" au-dessus de la scène. Des escaliers y amènent, qu'utilisent parfois les artistes. Deux chanteurs, l'un à la voix grave et veloutée, l'autre très aiguë apportent au spectacle un tempo qui habille la chorégraphie de toute sa splendeur. Le chant apporte un souffle de liberté. Les aigus donnent une dimension presque liturgique, comme si les droits, la liberté étaient chose sacrée.

Puis arrive sur scène Rébecca Chaillon, descendant des gradins pour apporter de la "bonne pâte" aux artistes "qui doivent être fatiguées" comme elle dit. Place au théâtre. Elle se met à poil, montrant ses jambes, sa poitrine, se verse de la farine, de la bière pour devenir "pâte" pour ces messieurs. La scène est humoristique au premier abord. Mais c'est surtout le cri, l'interpellation d'une femme face aux détresses du monde. Comment ne pas reconnaître une dénonciation des exactions commises à l'encontre des femmes, en parallèle de l'affaire Weinstein, dans cette mise en scène où la femme est utilisée, de façon caricaturale car revendiquée, comme un objet sexuel ? Elle interpelle le public et devient combat, révolte symbolisée par un jeu de boxeuse, habillée d'un peignoir. Elle dénonce cette habitude que nous avons de plus en plus de "se mettre du déodorant" et "de baisser la tête".

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
"Baisser la tête" devant le drame des réfugiés de guerre abandonnés par toute une Europe, France en tête, qui perd sa dignité en parlant de droit maritime pour fermer ses frontières et bafouer son humanité en "se mettant du déodorant" pour les nommer "Migrants". Le spectacle est très fort dans sa touche musicale, son côté théâtral. Il peut être vu selon plusieurs biais. L'aspect politique est présent, nous le soulignons, mais l'élégance du geste, la beauté de la musique, les chorégraphies ne sont, en aucune façon, occultées.

Le cheminement, de l'ombre à la lumière, sort la danse de sa gangue. Au début, c'est un peu le mystère qui entoure une gestique qui semblerait plus gesticulatoire qu'artistique. Elle interpelle même. Mais se dégage très rapidement une expressivité d'un homme. Puis d'un groupe. C'est monstrueux. Au sens noble !

"Monstres/On ne danse pas pour rien"

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Chorégraphie : Delavallet Bidiefono.
Dramaturgie : Aurélia Ivan.
Collaboratrice artistique : Carine Piazzi.
Danseurs : Delavallet Bidiefono, Destin Bidiefono, Fiston Bidiefono, Rébecca Chaillon, Ella Ganga, Marie-Bède Koubemba, Cognès Mayoukou, Aïper Moundou, Lousinhia Simon.
Musiciens : Francis Lassus, Armel Malonga, Raphaël Otchakowski.
Création lumières : Stéphane Babi' Aubert.
Création son : Jean-Noël Françoise.
Scénographie : Hafid Chouaf et Caroline Frachet.

A été joué du 22 au 23 juin 2018.
Grande Halle de la Villette, Paris 19e.

Safidin Alouache
Vendredi 29 Juin 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019