La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"On ne danse pas pour rien"… poétique et politique !

Dans un superbe spectacle, le chorégraphe congolais DeLaVallet Bidiefono noue la politique à la danse sans que la première ne vienne à aucun moment occulter la beauté et la poésie de la seconde. Il fait ainsi de sa création, un art au cœur même du monde et de la cité.



© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Il y a des représentations qui sont à porter autant par les interprètes que par les spectateurs. Ce sont des œuvres où la dimension politique est présente et où le talent en est le porte-voix. Quand cet art corporel se fait résistance et lutte contre l'oppression, elle est ce qui la "n'homme", et ce qui la fait exister.

Oui, ils ne dansent pas pour rien. Ils s'expriment, disent pour ne pas taire et se taire à une époque de drames qui trouvent porte close d'une Europe malade de ses peurs et digne de sa seule indignité.

DeLaVallet Bidiefono, figure incontournable de la scène congolaise, a créé en 2005 sa compagnie Baninga. Ces "monstres", ce sont ces hommes et ces femmes, par le biais de sa poésie, qui luttent contre les dictatures et sont les victimes de tragédies humaines.

Il est tout seul sur scène. Dans l'obscurité. Sans musique. Sans son. Sa gestuelle est souple, articulée, faisant des rotations de ses membres au sol, comme pour se glisser, trouver une issue. Puis il est rejoint par un groupe.

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Là, les mouvements deviennent moins fluides mais plus fermes. Ils sont autant arrêtés, fixes que mobiles pour repartir par à-coups. L'instant d'immobilité devient un axe fondateur de la chorégraphie. Comme s'ils exprimaient une parole qui serait stoppée, non dite, après qu'elle se soit terrée dans le noir et la solitude. La création de Bidiefono décortique dans ses éléments artistiques tout l'écheveau de la représentation politique où le corps devient média, support de réalisation, de liberté ou de contraintes.

Porté par la musique et le chant qui incarnent la voix qui se fait entendre, l'être est une chrysalide qui se fait papillon tout au long de la représentation. Celle-ci représente la naissance d'un corps pour être ensuite en communion avec d'autres. Le groupe fait la force, l'union fait cohésion. La gestuelle devient plus physique, voire sportive, les mains finissant en poing. Elle est arrêtée, suspendue pour repartir. Puis elle se raffermit de plus en plus. Tout est synchronisé, en harmonie, porté par des mouvements brisés qui s'arrêtent juste au moment de s'exprimer.

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Deux batteries, une guitare, parfois une basse sont "accrochées" au-dessus de la scène. Des escaliers y amènent, qu'utilisent parfois les artistes. Deux chanteurs, l'un à la voix grave et veloutée, l'autre très aiguë apportent au spectacle un tempo qui habille la chorégraphie de toute sa splendeur. Le chant apporte un souffle de liberté. Les aigus donnent une dimension presque liturgique, comme si les droits, la liberté étaient chose sacrée.

Puis arrive sur scène Rébecca Chaillon, descendant des gradins pour apporter de la "bonne pâte" aux artistes "qui doivent être fatiguées" comme elle dit. Place au théâtre. Elle se met à poil, montrant ses jambes, sa poitrine, se verse de la farine, de la bière pour devenir "pâte" pour ces messieurs. La scène est humoristique au premier abord. Mais c'est surtout le cri, l'interpellation d'une femme face aux détresses du monde. Comment ne pas reconnaître une dénonciation des exactions commises à l'encontre des femmes, en parallèle de l'affaire Weinstein, dans cette mise en scène où la femme est utilisée, de façon caricaturale car revendiquée, comme un objet sexuel ? Elle interpelle le public et devient combat, révolte symbolisée par un jeu de boxeuse, habillée d'un peignoir. Elle dénonce cette habitude que nous avons de plus en plus de "se mettre du déodorant" et "de baisser la tête".

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
"Baisser la tête" devant le drame des réfugiés de guerre abandonnés par toute une Europe, France en tête, qui perd sa dignité en parlant de droit maritime pour fermer ses frontières et bafouer son humanité en "se mettant du déodorant" pour les nommer "Migrants". Le spectacle est très fort dans sa touche musicale, son côté théâtral. Il peut être vu selon plusieurs biais. L'aspect politique est présent, nous le soulignons, mais l'élégance du geste, la beauté de la musique, les chorégraphies ne sont, en aucune façon, occultées.

Le cheminement, de l'ombre à la lumière, sort la danse de sa gangue. Au début, c'est un peu le mystère qui entoure une gestique qui semblerait plus gesticulatoire qu'artistique. Elle interpelle même. Mais se dégage très rapidement une expressivité d'un homme. Puis d'un groupe. C'est monstrueux. Au sens noble !

"Monstres/On ne danse pas pour rien"

© Christophe Pean.
© Christophe Pean.
Chorégraphie : Delavallet Bidiefono.
Dramaturgie : Aurélia Ivan.
Collaboratrice artistique : Carine Piazzi.
Danseurs : Delavallet Bidiefono, Destin Bidiefono, Fiston Bidiefono, Rébecca Chaillon, Ella Ganga, Marie-Bède Koubemba, Cognès Mayoukou, Aïper Moundou, Lousinhia Simon.
Musiciens : Francis Lassus, Armel Malonga, Raphaël Otchakowski.
Création lumières : Stéphane Babi' Aubert.
Création son : Jean-Noël Françoise.
Scénographie : Hafid Chouaf et Caroline Frachet.

A été joué du 22 au 23 juin 2018.
Grande Halle de la Villette, Paris 19e.

Safidin Alouache
Vendredi 29 Juin 2018

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018