La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2024

•Off 2024• "Tout le monde écrit des chansons" One-man-show unique durant lequel la musique, entre audace et enthousiasme, devient accessible

À bien y regarder, tout le monde écrit des chansons à sa manière. Tout le temps… Sous la douche, en marchant, dans sa voiture, au marché, en faisant son jogging, etc. Certains et certaines d'entre nous – et c'est le cas de Julien Joubert – ont décidé d'en faire leur métier. Pas de recettes dans ce spectacle pour y parvenir, cela dit, mais quelques pistes pour sonder les mystères de la création musicale.



Julien Joubert © Olivier Carton.
Julien Joubert © Olivier Carton.
Bon nombre de personnes possèdent un sens créatif et sont finalement musiciennes et musiciens, mais elles l'ignorent… Bon nombre, aussi, ont toujours rêvé de jouer d'un instrument de musique, de déchiffrer une partition avec aisance et spontanéité, ou encore de composer.

Mais, bien souvent, les choses se passent tout autrement et, au fil du temps, rien ne se passe. Probablement parce que la rencontre avec LA bonne personne ne s'est pas faite en temps et en heure ou pour toute autre raison…

Assister au spectacle de Julien Joubert pourrait bien nous faire sauter le pas et nous ouvrir les yeux sur nos rêves enfouis, tant son savoir-faire ludico-pédagogique est inspirant et hautement créatif !

Violoncelliste, pianiste, chanteur à ses heures, compositeur de musique symphonique, de chambre, de ballet, de théâtre, de comédie musicale, en passant par l'opéra et la musique de films, sans oublier ses opéras pour chœurs d'enfants, Julien Joubert œuvre aussi avec l'Orchestre national de Lille, l'Orchestre philharmonique de Radio-France, et l'Orchestre du Capitole. Mais ici, il ne se contente pas de manipuler les touches de son piano avec virtuosité ou de saturer de notes de musique les pages blanches de ses feuillets, seul à sa table ! Il manie aussi la parole avec brio et les mots virevoltent avec un humour élégant, à l'image d'un Raymond Devos, d'un Stéphane de Groot. Ou, dans sa gestuelle proche d'un clown désorienté, d'un Charlot attendrissant.

© Olivier Carton.
© Olivier Carton.
Point d'érudition ostentatoire dans ce seul-en-scène pédagogico-musical, mais bien davantage une démonstration suave et savoureuse d'une heure vingt de laquelle le public ressort enthousiaste et conquis, en ayant bien ri. Ce qui, par les temps qui courent, n'est pas négligeable. On y compose une chanson, temps imparti, parce qu'il faut que ça marche et aussi par respect pour le spectacle qui suit… La scène a ses raisons que la création ignore.

On survole plusieurs horizons musicaux variés et convoque certains compositeurs en passant pas Johann Strauss, Patrick Bruel, Françoise Hardy, Yves Duteil, entre autres, sans bien sûr oublier Beethoven et Mozart.

"Mozart, il joue avec nos nerfs ! Il jouait de la musique contemporaine et tout le monde connaissait les codes… Thomas Pesquet, c'est de la rigolade à côté !"

Le ton est donné, entre émotions, fines instructions, humour et pantomimes justement ciblées, comme lors de l'évocation du "Pont Mirabeau" de Guillaume Apollinaire, "Le Beau Danube bleu" de Johann Strauss, ou encore Beethoven dont Julien Joubert dit qu'il est le champion des fins (sic).
"Tout le monde écrit des chansons" est un seul en scène hautement instructif mené en cadence et brio par un musicien compositeur comédien pédagogue hors pair.

Bien lui en a pris de quitter quelque temps le silence feutré de son bureau, de ses répétitions et de ses concerts pour concevoir ce spectacle, nous parler de musique et, surtout, nous la faire voir !
Que vous soyez mélomane ou pas, ne ratez pas ce bien joli moment de spectacle qui, sous la houlette bien originale de Julien Joubert, saura vous séduire sans commune mesure.

"Le chat ouvrit les yeux, le soleil y entra.
Le chat ferma les yeux, le soleil y resta.
Voilà pourquoi le soir, quand le chat se réveille, j'aperçois dans le noir, deux morceaux de soleil".


Les notions de "carrure, de prosodie, de modulation, de mélodie, d'harmonie ou d'accords" vous resteront peut-être inconnues malgré tout. Mais peu importe !
Au moins, vous saurez qu'elles existent… Et vous aurez chanté !

"Tout le monde écrit des chansons"

© Olivier Carton.
© Olivier Carton.
Stand-up pédagogique et musical.
Texte : Julien Joubert.
Mise en scène : Julien Joubert.
Avec : Julien Joubert.
Compagnie Let it Be.
Durée : 1 h 10.

Du 11 janvier au 9 mai 2024.
Jeudi à 19 h 30.
Supplémentaires les samedis 6 et 27 avril à 16 h 30.
Théâtre Montmartre-Galabru, Paris 18e, 01 42 23 15 85.
>> theatregalabru.com

•Avignon Off 2024•
Du 3 juillet au 21 juillet 2024.
Tous les jours à 17 h 30. Relâche le jeudi.
BA Café-Théâtre, 25, rue Saint-Jean-le-Vieux, Avignon.
Réservations : 04 65 87 54 40.

Brigitte Corrigou
Lundi 25 Mars 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024