La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2024

•Off 2024• "La Danse du Poisson" Un seul en scène sensible révèlant un jeu épuré mais largement émouvant

François, la trentaine, célibataire sans enfant, est un employé de banque à la vie bien rangée et routinière. Un jour, il s'inquiète au sujet de son voisin de palier, Arno, un individu qu'il juge étrange, et dont les volets sont fermés depuis au moins deux mois. Il apprend par sa mère que ce dernier est hospitalisé.



© Fanny Masson.
© Fanny Masson.
Pour lui rendre service, François accepte d'arroser les plantes de l'appartement d'Arno, de relever le courrier et va régulièrement tenir compagnie à cet homme qui s'avère totalement aphasique, peut-être dans le coma… François prend goût aux visites qu'il rend à Arno et, rapidement, naît entre eux une forme d'intimité.

C'est une voix off qui interpelle le public dès l'ouverture du spectacle. Celle du comédien ? Du metteur en scène ? Fiction du propos ? Réalité ? Peu importe après tout ! Laissons-nous porter par la suite, quand bien même cette intention en coulisses peut surprendre ou dérouter…

"J'ai fait ce pari fou de rejouer "La Danse du Poisson". Ce texte, je l'ai écrit il y a trente ans. C'est ma première écriture, même si je me suis fait aider par une amie, Véronique Joessel, qui a été mon autorisante et qui a peaufiné mon improvisation. Certains d'entre vous ont peut-être déjà vu mon spectacle à Bruxelles ou à Paris, ou à Limoges, ou encore à Genève. À la veille de mes soixante ans, je me suis replongé dans cette écriture. Je n'ai rien changé du texte. Alors, un peu d'imagination. Ce soir, nous avons tous et toutes trente ans de moins (…). Je dédie ce spectacle à Renaud et à tous les autres".

Cette annonce-préambule, à bien y regarder, revêtira toute sa consistance au fil du spectacle, quelque chose de tout personnel et d'universel conjugué.

Puis le spectacle débute véritablement et le spectateur découvre un décor épuré avec, au centre du plateau, un simple banc de bois sur lequel est posé un oreiller. Dès son entrée, le comédien va s'adresser à ce banc, dont on imagine bien qu'il s'agit du lit d'hôpital de ce fameux Arno. Une bulle de "présence absence" qui en dit long sur le propos autobiographique de l'écriture, pour peu que l'on ait pu en avoir connaissance au préalable.

Puis les scènes s'enchaînent qui convoquent rapidement une allure douce amère à l'ensemble de la représentation et, surtout, au jeu tout en finesse de Christophe Guichet.

© Fanny Masson.
© Fanny Masson.
"Toi, tu es toujours dans le même sens", dit à un moment le comédien, laissant entendre, avec une grande sensibilité toute nuancée, qu'en ce qui le concerne, ce n'est pas le cas. À compter de ce moment-là semble s'installer une ambiance à la fois lourde et pesante, non dépourvue d'humour. Mais on "rit jaune". Quelques éclats de rire timides émergent de la salle, comme gênés de se manifester…

Dans cette chambre 211 où Arno repose, chaque spectateur et spectatrice peut se projeter, car qui n'a pas connu au moins une fois l'univers de l'hôpital pour y être allé rendre visite à un proche ? Dans cette chambre 211, c'est la solitude du comédien qui envahit le plateau, sensiblement, comme la nôtre d'ailleurs lors de ces visites dont on se passerait bien… Il essaiera d'y pallier, pourtant, par le biais d'un flot de paroles proche d'une logorrhée incontrôlable, presque psychotique.

À bien y regarder, "La Danse du Poisson" est un spectacle qui fait honneur au verbe et à la parole, aux mots et aux dires qui, parfois, sont juste là pour combler un vide existentiel, la gêne ou encore l'impuissance face à "la" maladie.

Mais de quelle maladie Arno est-il atteint ? Dans ce spectacle autobiographique, il en est une en particulier, mais il pourrait s'agir d'une autre. "La" maladie qui détruit tout sur son chemin, brise les amours, l'amitié, chamboule, voire déconstruit l'être que nous sommes avant de l'avoir regardé droit dans les yeux. Celle qu'on ne veut ou ne peut pas affronter bien souvent, mais qui est pourtant bien au centre du monde de l'humain…

© Fanny Masson.
© Fanny Masson.
Le jeu de Christophe Guichet, au risque de se répéter, est d'une finesse absolue, tout en abordant pourtant plusieurs thèmes qui auraient pu le fragiliser tant ils sont nombreux : l'impact du métier sur nos vies personnelles, les collègues, amis et amies, qui ne le sont pas toujours, des amis, le chômage, la bureaucratie déconcertante, la lâcheté pour tenter de se sauver, le quotidien qui plombe les rêves, sans oublier l'homosexualité abordée ici de façon détournée, mais finement scénographiée, non sans un trait d'humour subtil.

Fuir ou rester ? Regarder la vérité en face ou partir aux Canaries ? Toutes ces questions qui placent une forme de désespérance humaine au cœur du spectacle. L'écriture de Christophe Guichet, via son interprétation, s'approche par moments d'un hyperréalisme à la Edgar Hooper, sans le caddie ni les bigoudis néanmoins. Entre autres.

"La Danse du Poisson" est un bien joli spectacle qui résonnera longtemps en vous. "J'imagine des poissons qui chantent sur l'herbe. Il y a un carrosse et les poissons s'en vont à Saint-Pétersbourg".

Inutile d'aller à Saint-Pétersbourg pour suivre ce carrosse, d'autant qu'en ce moment, cela risque d'être compromis ! Mais rendez-vous simplement au Théâtre de l'Oriflamme, à Avignon, ouvrez le portail de la rue et celui de la chambre 211 et vous y découvrirez, pendant une heure, un seul en scène émouvant, d'une grande poésie malgré le propos plutôt sombre, mais tellement réaliste à plusieurs niveaux.

"La Danse du Poisson"

Spectacle pour un homme seul. En dix visites.
Texte : Christophe Guichet et Véronique Le Mauff.
Mise en scène : Christophe Guichet.
Avec : Christophe Guichet.
Regard extérieur : Claire Cafaro.
Scénographie et costumes : Christophe Guichet
Lumières : Sara Cornu.
Musique : Tom Lemann.
Création du costume du poisson : Joëlle Bondil.
Production Gaby Théâtre (1996) en co-production avec Drôles de Dames.
Durée : 1 heure.

•Avignon Off 2024•
Du 3 au 21 juillet 2024.
Tous les jours à 10 h. Relâche le lundi.
Théâtre L'Oriflamme, 3-5, rue du Portail Matheron, Avignon.
Réservations : 04 88 61 17 75.
>> loriflamme-avignon.fr

Brigitte Corrigou
Jeudi 16 Mai 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024