La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "Hedwig and the Angry inch" Quand l'ingratitude de la vie œuvre en silence et brise les rêves et le talent pourtant si légitimes

La comédie musicale rock de Broadway enfin en France ! Récompensée quatre fois aux Tony Awards, Hedwig, la chanteuse transsexuelle germano-américaine, est-allemande, dont la carrière n'a jamais démarré, est accompagnée de son mari croate,Yithak, qui est aussi son assistant et choriste, mais avec lequel elle entretient des relations malsaines, et de son groupe, the Angry Inch. Tout cela pour retracer son parcours de vie pour le moins chaotique : Berlin Est, son adolescence de mauvais garçon, son besoin de liberté, sa passion pour le rock, sa transformation en Hedwig après une opération bâclée qui lui permet de quitter l'Allemagne en épouse d'un GI américain, ce, grâce au soutien sans failles de sa mère…



© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
Hedwig bouscule les codes de la bienséance et va jusqu'au bout de ses rêves.
Ni femme, ni homme, entre humour queer et confidences trash, il/elle raconte surtout l'histoire de son premier amour devenu l'une des plus grandes stars du rock, Tommy Gnosis, qui ne cessera de le/la hanter et de le/la poursuivre à sa manière.

"Hedwig and the Angry inch" a vu le jour pour la première fois en 1998, au Off Broadway, dans les caves, sous la direction de John Cameron Mitchell. C'est d'ailleurs lui-même qui l'adaptera au cinéma en 2001. C'est la version de 2014, avec Neil Patrick Harris dans le rôle-titre, qui remporte les quatre Tony Awards, dont celui de la meilleure reprise de comédie musicale.

Ce soir-là, c'était la première fois que nous assistions à un spectacle au Théâtre du Rouge Gorge, alors que nous venons pourtant au Festival depuis de nombreuses années ! Situé au pied du Palais des Papes, du centre historique et du non moins connu hôtel de la Mirande, il s'agit là d'un lieu de la ville close pour le moins pittoresque et exceptionnel.

© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
C'est dans ce cadre unique, emblématique, atypique et ô combien raffiné, que nous avons assisté à un spectacle musical pour le moins… remarquable. Parfois, les mots nous font défaut pour traduire les émotions et le ressenti que telle ou telle pièce nous procure. Ce fut le cas avec "Hedwig and the Angry inch".

Remarquable, certes ! Ou improbable, transcendant, bluffant, aussi, tant le contenu de l'histoire qui nous est racontée, que son appropriation et son adaptation par Brice Hillairet et Dominique Guillo, nous ont littéralement emportée.

Entre drags show, country rock, ballade, concert, comédie musicale, stand-up, musical rock, hard rock, récit théâtral, spectacle queer, cette prestation tourbillonnante et déjantée, certainement unique au festival, regorge de pépites scéniques et de talents et elle embarque le public sans commune mesure à travers l'histoire mouvementée de cette femme trans-genre qui malheureusement ne parviendra pas à émerger du lot musical et artistique de son époque, malgré son talent notoire et largement justifié.

Ce show est un spectacle au mélange de genres incomparables. Du jamais vu !

© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
Ainsi vont bien souvent les choses de la vie de certains(es) artistes, occultés(es) et bafoués(es), qui ne laissent pas de place au soleil à leur combat quotidien. Leur destin est émouvant, leur instinct de survie organique et vital.

Cette nouvelle adaptation est surréaliste par moments, parfois dépressive, mais, paradoxalement, exaltante, débordante d'énergie, bigarrée et bourrée d'humour trash.

Molière de la révélation masculine en 2020 pour son rôle dans "La Souricière" et finaliste du concours Jeunes metteurs en scène en 2018 au Théâtre 13, à Paris, avec la pièce "Lorsque l'enfant paraît", Brice Hillairet incarne Hedwig et porte le rôle de façon admirable, du début à la fin du show. Écorché vif dans la justesse de son interprétation, le comédien se confie avec brio sur le parcours chaotique de la star abandonnée sur fond de chute du Mur de Berlin. Sa transposition avec l'héroïne rock est ahurissante de justesse, de fougue, de talent.

L'émotion est au summum à de nombreux moments du spectacle, notamment lorsque Hedwig nous relate le moment où Tommy apprend qu'elle n'est pas une vraie femme et qu'il la plaque, sans le sou, au milieu de nulle part.

© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
Le tout est porté par une adaptation musicale hors pair et les lumières de Jacques Rouveyrollis, dignes des shows de Broadway, sont des plus perfectionnées.

Le médecin qui a opéré Hedwig lui a laissé un morceau ("One Inch" : un bout de chair dysfonctionnel) de l'homme qu'il était ! Tommy, pourtant toujours amoureux, ne reverra plus jamais Hedwig, mais la scénographie de cette luxuriante représentation, taillée au cordeau, nous fait comprendre que ces deux êtres-là ne se quitteront jamais totalement : des extraits du concert de Tommy, aux paroles sous-titrées, sont diffusés de manière régulière en intensifiant le propos.

L'histoire de ce spectacle est bouleversante, comme bien souvent les histoires d'amour raté, émaillées d'injustice, de chagrin et de spleen, mais, vêtue de ses bottes rose fluo, de sa veste en jean à franges démesurées et de sa perruque extravagante, l'Hedwig endommagée, interprétée par Brice Hillairet, est à son firmament : brillantissime "tout simplement". Anthéa Chauvière est également remarquable dans le rôle du mari croate et il donne le ton du spectacle dès les premières secondes.

© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
Encore une fois – au risque de nous répéter, mais cela vaut la peine quand les choses frôlent les étoiles –, les musiciens survoltés de ce show incomparable se conjuguent à merveille avec l'âme d'Hedwig et inondent la scène. Les synthétiseurs et les guitares pleuvent de notes assourdissantes dès l'ouverture sans nous lâcher un millième de seconde.

Un énorme bravo à eux quatre et tout particulièrement à Raphaël Sanchez pour sa direction musicale !

Ne passez pas à côté de ce show déjanté au Rouge Gorge à Avignon. Et si, par malheur, c'est le cas, vous pourrez toujours le retrouver à Paris du 18 septembre au 18 décembre au Café de la Danse.

"Hedwig and the Angry inch"

© Grégory Juppin.
© Grégory Juppin.
De John Cameron Mitchell et Stephen Trask.
Adaptation : Brice Hillairet et Dominique Guillo.
Mise en scène : Dominique Guillo.
Assistant mise en scène : Grégory Juppin.
Avec : Brice Hillairet, Anthéa Chauvière, Lucie Wendremaire, Louis Buisset, Antonin Holub et Raphael Sanchez.
Direction musicale : Raphaël Sanchez.
Direction technique : Mathilde Monier.
Création lumières : Jacques Rouveyrollis et Jessica Duclos.
Vidéo : Stéphane Cottin.
Costumes : Jackie Tadeoni.
Coiffures et maquillages : Audrey Borca.
Conception sonore : Christophe Yvernault.
Par la Cie Hedwig and the Angry Inch.
À partir de 12 ans.
Durée : 1 h 30.

•Avignon Off 2023•
Du 7 au 29 juillet 2023.
Tous les jours à 21 h. Relâche le mercredi.
Théâtre Rouge Gorge, Place de la Mirande, 11, rue de la Peyrolerie, Avignon.
Réservations : 04 84 51 24 34.
>> lerougegorge.fr

23 octobre 2023.
À 20 h.
Café de la Danse, Paris 11e, 01 47 00 57 59.
>> cafedeladanse.com

Brigitte Corrigou
Lundi 24 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024