La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ?" Enquête "l'air de rien" sur notre monde hyperconnecté

On le sait, c'est irrémédiable, autant le dire tout de suite, Jessica va quitter Brandon. Mais au-delà de ce constat, les vraies questions ne sont-elles pas : qui est Brandon ? ; qui est Jessica ? ; quelle est la réelle raison de cette rupture ? Est-elle liée à l'univers particulier de Brandon, ancien pilote de drone devenu lanceur d'alerte. C'est, au travers d'une enquête théâtrale décalée, non dénuée d'humour et de dérision, que Pierre Solot et Emmanuel et Candido échafaudent quelques réponses en usant d'outils numériques variés et ludiques.



© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Et l'air de rien, voilà un bon prétexte pour interroger nos pratiques digitales quotidiennes, actuelles ou originelles (prenant naissance dès l'apparition des premiers jeux vidéo et des PC balbutiants). Dans notre société hyperconnectée, imprégnées d'interfaces informatiques, de réseaux sociaux, d'usages numériques commerciaux, de digitalisation d'actes qui furent intimes, ou encore de visioconférences dédiées à la communication, aux relations familiales ou amoureuses, à la confrontation physique, tout semble à la fois possible et terriblement virtuel, éphémère, d'une durée qui, de plus en plus, confine à l'insignifiant.

User ainsi d'une multitude de technologies actuelles, de modes virtuelles de communication, comme pour mieux en démontrer l'excès… Et mettre en avant l'aberration des pseudos relations se concluant en profils de solitaires définitifs, l'annihilation de toutes alertes, qu'elles qu'en soit la nature, se transformant en fugaces anecdotes… Démonstration qui, finalement, conduit le spectateur, via ces chemins de traverse, sur les traces bien réelles d'un ancien pilote de drone "tueur" de l'US Air Force… devenu "lanceur d'alerte".

Sur ce canevas vont se succéder de fil en aiguille un exposé pédagogique, une démo de jeu vidéo (sur une console de bar telle qu'on en trouvait dans les années quatre-vingt), une conférence gesticulée, une captation en direct d'un micro-récit se déroulant sur un plateau wargame avec figurines, des projections vidéo, quelques débats et causeries, etc. Sur celui-ci, nos deux créateurs belges, Pierre Solot et Emmanuel De Candido, jouant d'humour et de tragique burlesque, rassemblent les pièces d'un puzzle - réalité, virtualité, guerre propre, emprise fascinante des médias… - qui composent aujourd'hui notre civilisation binaire.

© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Pour dérouler cette aventure spectaculaire et surprenante aux multiples genres – narration classique, exposé gestuel, musique, multimédia, théâtre documentaire, etc. -, dévoiler les différentes facettes du monde de Brandon, les auteurs comédiens découpent en quatre chapitres leur exploration, leur enquête théâtrale.

Le chapitre historique des jeux vidéo avec rappel du premier qui devint populaire, "Pong", lancé en 1972. Quatre ans après, naît "Breakout", jeu d'arcade dérivé de "Pong". Il s'agit du tout premier jeu de casse-briques. Puis suivra "Tetris", puzzle conçu par Alekseï Pajitnov en juin 1984 à partir d'un code simple (doté d'une musique entêtante). Faisant référence à l'univers guerrier de Brandon, est évoqué "Death Race", sorti en 1976, qui sera le premier jeu vidéo controversé pour sa violence gratuite. Bien d'autres, plus cruels, comme "Les Sims" où celle-ci est générée par le joueur (qui a le droit de vie et de mort sur ses "Sims" comme s'il était Dieu) et non le jeu. Idem pour "World of Warcraft", jeu vidéo du type MMORPG, massivement multijoueur en ligne.

Le second, "Mythologie et rumeurs du monde" nous dit que "Naître au monde aujourd'hui, c'est techno naître" et détaille quelques aspects de la vie de notre héros futur soldat. S'ensuit le chapitre sur la guerre propre, devenu réalisable, opérable, grâce aux drones tueurs, aux programmes militaires meurtriers aux milliers de morts. Puis le dernier nous emmène vers la vraie intimité du "vrai" Brandon et la découverte de Jessica, sa psychologie. Pour tenter de comprendre pourquoi Brandon agissait ainsi, pourquoi il décide de témoigner, il devient un lanceur d'alerte.

Cette proposition singulière de Pierre Solot et Emmanuel De Candido, utilisant avec dérision des outils numériques variés et de multiples expressions artistiques, interpelle cette société numérisée où Twitter efface les puissants, où Facebook gère notre virtuelle notoriété, et où les pétitions en ligne ont plus d'influence que les manifestations physiques. Ici sont alors questionnées nos capacités à la prise de conscience individuelle et à la résistance collective. Quant à la réponse au titre ? Cela reste un mystère… À chacun de la trouver !

"Pourquoi Jessica a-t-elle quitté Brandon ?"

© Lionel Devuyst.
© Lionel Devuyst.
Concepteurs : Pierre Solot et Emmanuel De Candido.
Co-mise en scène : Olivier Lenel.
Avec : Pierre Solot, en alternance avec Benjamin Laurent, et Emmanuel De Candido.
Créateur lumières et directeur technique : Clément Papin.
Scénographe et assistante plateau : Marie-Christine Meunier.
Conseiller artistique : Zoumana Meïté.
Création et dramaturgie sonore : Milena Kipfmüller.
Création vidéo : Emmanuel De Candido et Antoine Lanckmans.
Conseils vidéo : Lou Galopa.
Costumes : Perrine Langlais.
Par la compagnie MAPS.
À partir de 13 ans.
Durée : 1 h 27.

•Avignon Off 2022•
7 au 26 juillet 2022.
Tous les jours à 17 h 35 (relâche les 13 et 20 juillet).
La Manufacture, 2, rue des Écoles, Avignon.
Réservations : 04 90 85 12 71.
>> lamanufacture.org

Tournée
14 et 15 septembre 2022 : Festival Bruxellons, Château du Karreveld, Bruxelles (Belgique).
20 septembre 2022 : Théâtre de la Tête Noire, Orléans (45).
11 octobre 2022 : Centre Culturel, Ottignies (Belgique).
13 et 14 octobre 2022 : Théâtre Marni, en collaboration avec la Ligue des Droits Humains et le Label IMPACT.
19, 20 et 21 octobre 2022 : Théâtre d’Angoulême, scène nationale
Du 27 mars au 2 avril 2023 : Théâtre des Martyrs, Bruxelles (Belgique).
6 avril 2023 : Théâtre de Jean Vilar, Suresnes (92).

Gil Chauveau
Vendredi 27 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler à Vienne… Purgatoire collectif et laboratoire des âmes

"Le vaste pays", dans le titre de la pièce d'Arthur Schnitzler, se réfère aux âmes humaines. Barbara Frey saisit cette métaphore à la plénitude dans sa nouvelle mise en scène à l'Akademietheater de Vienne. Une disposition parfaite pour une distribution de premier rang où figure, entre autres, Michael Maertens (Friedrich Hofreiter), Katharina Lorenz (Génia), Itay Tiran (le docteur Mauer), Bibiana Beglau (Aigner) et l'acteur vétéran Branko Samarovsksi (le banquier Natter).

© Matthias Horn.
"Das weite Land" d'Arthur Schnitzler, parut en 1911, a été rapidement apprécié à Paris. Tombé sous le charme de la pièce, le feuilletoniste Henry Bidou a consacré un article pour louer "le talent incisif et net de l'auteur" et encourager une adaptation française. Un projet d'adaptation suivit en 1912, avec le titre traduit "Le Pays mystérieux", qui ne connut malheureusement aucune suite. Qualifiée de tragi-comédie, la pièce présente un portrait d'une société viennoise de la première moitié du XXe siècle qui se trouve dans l'entre-deux entre l'héritage du tournant de siècle et des nouveaux codes socio-culturels émergeant de la modernité.

Le drame se déroule autour du couple Hofreiter, l'industriel Friedrich et sa femme Génia, dont le mariage s'est depuis longtemps refroidi et est marqué par des infidélités mutuelles. Friedrich est récemment sorti d'une liaison avec Adèle, la femme de son banquier Natter et on suspecte Génia d'être la cause du suicide soudain du célèbre pianiste russe Korsakov, fou amoureux d'elle. Après une confrontation, Friedrich décide à l'improviste de rejoindre son ami, le docteur Mauer, dans son voyage.

Vinda Miguna
30/11/2022