La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Leurs enfants après eux" Portrait doux-amer d'une génération à réenchanter

Porter au plateau l'univers tissé de nuances subtiles de Nicolas Mathieu (prix Goncourt 2018 pour son roman éponyme) apparaissait "sur le papier" de l'ordre de la pure gageure. Sous l'impulsion d'un jeune metteur en scène audacieux, sept jeunes filles et garçons débordant d'envie de relever le défi "livrent" là une version époustouflante de vérité, exhalant l'essence de l'écrit original pour en délivrer les substances enivrantes. Un grand moment de théâtre à mettre à l'actif d'une troupe plus que prometteuse.



© Yannick Perrin.
© Yannick Perrin.
Tout commence par la musique d'un ovni musical venu de Seattle et déferlant sur le plateau où sept jeunes gens, d'une petite ville de l'est de la France - où les hauts fourneaux ne sont plus que des taches assombrissant l'horizon des zones pavillonnaires -, s'apprêtent à faire leur éducation sentimentale. Pendant que Nirvana secoue les consciences, percutant le vague à l'âme de ses beats explosifs - on est au début des années quatre-vingt-dix où l'idée soixante-huitarde de révolution est déjà à classer aux archives de l'Histoire -, eux vont vivre les émois de trajectoires amplement déterminées à leur insu par leur milieu d'appartenance.

S'enchaîneront des tableaux traversant six années (du tube stupéfiant "Smells Like Teen Spirit" en 92 à la coupe du monde 98) de la vie de ses ados pubères (Anthony, le protagoniste, ayant quatorze ans quand commence l'action) devenant de jeunes adultes, et de leurs aînés (leurs parents) confrontés, eux aussi, au dur de la réalité qui résiste. Ces fragments bruts d'existences prises entre émois, rêves et revers, constituent la matière vivante "travaillée" par ces jeunes acteurs, affichant dans leurs vêtements et leurs postures les traces du temps qui passe.

© Yannick Perrin.
© Yannick Perrin.
L'emprunt clandestin de la moto du père (modèle 82 !) par le fils, voulant rejoindre son cousin afin d'entreprendre une virée nocturne, se révèle être la scène primitive "embrayant" le courant déferlant qui, sans jamais faiblir, va irriguer le plateau, sorte de kaléidoscope géant reconstituant des moments de vie à vif. Succède, à celle de la rentrée à pied (la moto a été volée…) au petit matin d'une nuit piteuse où les velléités de flirt d'Anthony sont tombées à l'eau, la scène de l'entretien d'embauche d'Hacine (le voleur potentiel de la précieuse bécane) où la césure entre deux mondes (celui d'un fils d'immigré refusant d'avoir la même vie que celle de ses parents exploités, et celui décalé d'une conseillère au retour à l'emploi) éclate.

Et quand il prend l'idée à Anthony de se rapprocher du caïd local pour tenter de récupérer la moto du paternel, on est pris avec lui dans les rets des réseaux des petits trafiquants de coke, eux-mêmes victimes d'un système qui les broie. Ainsi, dans les friches industrielles du monde de la consommation libérale de ces années sida, se développe une économie souterraine de survie. L'action, en même temps qu'elle est investie par chaque acteur, est commentée en direct par le personnage marquant une pause face au public, ou encore par les autres personnages commentant "de l'extérieur" le contexte et apportant en écho un éclairage sociologique sur ces événements microscopiques.

On retrouve dans cette mise en abyme permanente, les mêmes préoccupations que celles qui animaient Didier Eribon ("Retour à Reims") ou encore Victor Louis ("Qui a tué mon père ?") pour éclairer les destins individuels par l'analyse du contexte social qui les co-produit. Défileront à un rythme soutenu les tableaux des émois amoureux plus ou moins heureux du "héros" de cette histoire, ses premières extases, ses déboires. Il y aura l'amoureuse de "la première fois" dont les parents vivaient une vie tranquille dans leur pavillon confortable, avec les mantras réglant les existences des gens rangés - "à chacun ses goûts, quand on veut on peut" - avant qu'un cancer ne vienne perturber ce monde millimétré. Elle le larguera d'ailleurs en douceur à son retour du service militaire, sans qu'il ne puisse jamais revoir ses seins à jamais manquant.

© Yannick Perrin.
© Yannick Perrin.
Il y aura la rixe avec Hacine, enfant d'un père marocain ayant quitté le bled pour la Terre Promise du pays d'accueil, et lui le fils retournant au Maroc pour en revenir avec 45 kg de résine de cannabis dans ses bagages. Il y aura le père d'Anthony, cet homme blessé, ayant perdu son premier travail et croyant trouver dans l'alcool une rémission à ses peines, alors que ce faux ami lui fera tout perdre, jusqu'à la vie. Il y aura la mère d'Anthony, femme découvrant une liberté confisquée jusque-là. Et bien d'autres personnages encore, tous évoqués avec grande justesse. On les suivra pendant un peu moins d'une décennie. Ainsi d'Hacine, passager clandestin de sa propre vie, marié avec une jeune femme gentille et "adopté" par des beaux-parents, gentils, eux aussi, dont la vie manque cependant cruellement d'horizon d'attente.

Jusqu'à la chute où, dans le délicieux parfum des gaz d'échappement de la mob empruntée à Hamid - juste retour de l'histoire -, le héros sans qualités savourera l'effroyable douceur d'appartenir à ce monde, si implacable soit-il. Dans un dispositif scénique autant épuré qu'efficace, "leurs enfants après eux" se mettent à vivre de manière autonome, sans rien perdre de la beauté de la langue initiale alliant oralité et narrations écrites. Quant aux comédiens, ils semblent - tout comme le personnage de "La Rose pourpre du Caire" de Woody Allen - sortir en droite ligne des pages du roman de Nicolas Mathieu pour s'approprier, non sans jouissance, l'espace du plateau.

"Leurs enfants après eux"

Texte : Nicolas Mathieu (texte publié chez Actes Sud, prix Goncourt 2018).
Adaptation : Hugo Roux.
Mise en scène : Hugo Roux.
Avec : Tristan Cottin, Soufian Khalil, Jeanne Masson, Adil Mekki, Lauriane Mitchell, Eva Ramos, Édouard Sulpice.
Scénographie : Juliette Desproges.
Costumes : Alex Costantino.
Lumières et régie générale : Hugo Fleurance.
Habilleuse : Françoise Léger.
Son : Camille Vitté.
Collaboration artistique : Ferdinand Flame.
Stagiaire scénographie : Aouregan Floc'h.
Conception et réalisation perruques : Françoise Chaumayrac.
Production : Cie Demain dès l'Aube.
À partir de 15 ans.
Durée : 1 h 50.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 22 h 15, relâche le mardi.
Théâtre Le 11 Avignon, Salle 2, 11, boulevard Raspail, Avignon.
Réservations : 04 84 51 20 10.
>> 11avignon.com

Tournée
11 et 12 mai 2023 : Théâtre Les Allos, Cluses (74).

Yves Kafka
Jeudi 14 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022