La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Le Misanthrope" ou 400 ans de modernité

Alceste est atrabilaire jusqu'au bout des ongles. Il hait la nature humaine en tout point, surtout celle de la Cour et de la société mondaine, et épingle plus que tout autre les mœurs de son temps. Sa misanthropie fait finalement de lui le plus droit des hommes et le plus loyal, mais il lui manque une vertu : l'indulgence pour la conduite de ses semblables. Cela le pousse dans un rigorisme et une franchise extrêmes. S'il reçoit un compliment, il n'y verra que mensonge et hypocrisie, imposture, intérêt, trahison ou fourberie.



© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
"Je ne hais rien que ces faiseurs de paroles. Quel intérêt a-t-on à ce que les hommes vous jurent amitié ?". Paradoxalement, il est follement amoureux de Célimène, une femme, tout récemment veuve qui est l'égérie de cet univers qu'il hait tant : celui de la Cour où tout n'est que frivolité, apparences, faux-semblants, trahison. Mais pas question pour lui de se plier aux compromis de cette société mondaine !

À ses côtés, Philinte, son meilleur ami avec qui il vient de se quereller au sujet de l'hypocrisie, ne veut quant à lui n'être l'ennemi de personne et au bout du compte pousse un peu trop loin l'indulgence et la différence. Tous deux sont sincères à leur manière.

La soirée fut belle ce mercredi 22 juin à l'occasion de la première représentation de la pièce aux Écuries de Versailles dans le cadre de la 26e édition du Mois Molière, un mois de théâtre et de musique en plein cœur de la ville. Un fort joli lieu qui nous a donné un avant-goût d'Avignon et de la Cour d'honneur du Palais des Papes ou du Cloître des Célestins… Une représentation en plein air, sous le soleil, devant une salle comble et enthousiaste qui nous a totalement comblés(es).

De cette pièce où Molière peint avec brio le cœur et l'âme humaine, Thomas Le Douarec a su en préserver la substantifique moelle et ne garder que l'essentiel des intentions de l'auteur : tendre coûte que coûte vers la vérité humaine et chercher un sens profond à l'existence alors qu'à la Cour tout pousse aux grimaces et au port du masque ! Encore lui… Déjà !

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
La majesté et le pouvoir sans failles des alexandrins ont été respectés avec brio par l'ensemble des comédiennes et comédiens. Mais une mention toute particulière tout de même pour la puissance et l'interprétation magistrale de Jean-Charles Chagachbanian dans le rôle d'Alceste. La passion de Thomas Le Douarec pour cette pièce a été secondée très largement par la force de conviction de son ami comédien qui voue depuis longtemps son amour pour ce personnage de Molière. À n'en point douter, la magie de leur complicité et de leur amitié a su œuvrer bien efficacement et ce pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Le résultat est époustouflant de maîtrise, notamment dans la juste répartition du comique et du tragique. Pas de parti pris ostentatoire comme sans doute l'a voulu Molière. Dans la mise en scène, rien d'inutile ne dépasse - comme dans la taille des jardins du château de Versailles tout proche ce soir-là. Tout est taillé au cordeau tant dans le jeu des huit artistes que dans la scénographie sobre, mais suffisamment efficace pour rappeler que, même 400 ans après son écriture, la pièce est "toujours à l'image du monde d'aujourd'hui, une pièce qui illumine ma vie de comédien et de metteur en scène. L'histoire de cet homme qui recherche sa vérité dans un monde perverti et hypocrite. Pour Molière, le constat est amer : la bonté et l'amour ne sauveront jamais le monde et la vérité encore moins…" (sic).

Vu sous cet angle particulier, on peut se demander qui serait alors le misanthrope le plus palpable ? Molière ? Alceste ? Thomas Le Douarec ? Ou finalement un peu chacun(e) de nous qui tout compte fait sommes un peu toujours des Don Quichotte nous battant contre des moulins à vent en œuvrant le mieux possible dans nos petites vies afin de trouver notre juste place dans la société ? Le débat autour de cette pièce restera longtemps ouvert tant que des metteurs en scène à l'image de Thomas Le Douarec oseront s'y coller. Pour le plus grand bien de tous.

Les choix scénographiques de ce metteur en scène prolixe (qui a déjà à son actif plus d'une cinquantaine de productions) n'occultent en rien le texte du célèbre dramaturge. Bien au contraire. Encore une fois, ils subliment avec justesse le texte en alexandrins qui est, quant à lui, porté haut et fort par l'ensemble des comédiennes et comédiens, sans excès ni volonté ostentatoire d'être dits juste pour être dits ! La sobriété des décors nous plonge d'emblée dans une réalité contemporaine affichée : deux fauteuils en PVC transparents, une guitare électrique, une rangée de néons fluorescents pointés vers le ciel, des seaux à champagne remplis de bouteilles.

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Ce décor minimaliste embrasse une action scénique ponctuée de deux morceaux de musique à la guitare électrique juste à leur place, d'entrées et de sorties rigoureuses et flamboyantes des différents personnages, acteurs tous très beaux, actrices plastiquement très belles… Des "masques" peut-être ? Beaux, heureux ? Ou pas ? Certainement juste des apparitions esthétiquement chatoyantes, mais peut-être tronquées et qui se révèleront moins lumineuses par la suite.

La pièce s'ouvre sur un dance floor endiablé où l'on danse, rit et s'amuse de façon débridée. On se frôle, on se colle les uns aux autres, on exulte. On dit qu'on s'aime indirectement. Qu'on se comprend. Qu'on est de la même communauté. Un monde d'apparat où l'image de soi et celle qu'on véhicule dépasse la vérité intérieure de chacun et chacune.

Jean-Charles Chagachbanian et Jeanne Pajon interprétant respectivement les rôles d'Alceste et de Célimène gardent dans tout au long de la représentation une ampleur virevoltante et fine dans leurs interprétations. Philippe Maymat dans le rôle de Philinte (qui scelle avec bonheur à l'occasion de cette pièce ses retrouvailles avec Thomas Le Douarec) parvient par son jeu et à son charisme probant à tempérer les excès d'Alceste.

Cette nouvelle mise en scène de Thomas est un délice qui saura enchanter comme nous l'avons été les spectateurs du très prochain Festival d'Avignon. "Je souhaite que le spectateur soit ébranlé par ce qu'il a vu : une vision sans compromis de notre époque contemporaine".
Nous l'avons été de notre côté, Monsieur Le Douarec, sans commune mesure. Puisse le Festival se dérouler au mieux pour vous et pour ce Misanthrope tout en force de propositions et de grâce.
Chapeau bas, Thomas !

Vu lors de l'une des deux représentations (22 et 23 juin 2022) ayant eu lieu aux Écuries de Versailles dans le cadre du Mois Molière.

"Le Misanthrope"

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Texte : Molière.
Adaptation : Thomas Le Douarec.
Mise en scène : Thomas Le Douarec.
Assistantes à la mise en scène : Caroline Devismes et Virginie Dewees.
Avec (par ordre d'entrée en scène) : Jean-Charles Ghagachbanian, Philippe Maymat, Thomas Le Douarec, Jeanne Pajon, Justine Vultaggio, Rémi Johnsen, Valérian Béhar-Bonnet, Caroline Devismes, Virginie Dewees.
Lumière : Stéphane Balny.
Costume : Marlotte.
Musique : Valérian Béhar-Bonnet.
Cie Thomas Le Douarec.
Tout public dès 12 ans.
Durée : 1 h 45.

•Avignon Off 2022•
Du 6 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 15 h 45, relâche le mercredi.
Théâtre des Lucioles, Salle Mistral, 10, rue du rempart Saint-Lazare, Avignon.
Réservations : 04 90 14 05 51.
>> theatredeslucioles.com

Brigitte Corrigou
Lundi 4 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022