La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Le Misanthrope" ou 400 ans de modernité

Alceste est atrabilaire jusqu'au bout des ongles. Il hait la nature humaine en tout point, surtout celle de la Cour et de la société mondaine, et épingle plus que tout autre les mœurs de son temps. Sa misanthropie fait finalement de lui le plus droit des hommes et le plus loyal, mais il lui manque une vertu : l'indulgence pour la conduite de ses semblables. Cela le pousse dans un rigorisme et une franchise extrêmes. S'il reçoit un compliment, il n'y verra que mensonge et hypocrisie, imposture, intérêt, trahison ou fourberie.



© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
"Je ne hais rien que ces faiseurs de paroles. Quel intérêt a-t-on à ce que les hommes vous jurent amitié ?". Paradoxalement, il est follement amoureux de Célimène, une femme, tout récemment veuve qui est l'égérie de cet univers qu'il hait tant : celui de la Cour où tout n'est que frivolité, apparences, faux-semblants, trahison. Mais pas question pour lui de se plier aux compromis de cette société mondaine !

À ses côtés, Philinte, son meilleur ami avec qui il vient de se quereller au sujet de l'hypocrisie, ne veut quant à lui n'être l'ennemi de personne et au bout du compte pousse un peu trop loin l'indulgence et la différence. Tous deux sont sincères à leur manière.

La soirée fut belle ce mercredi 22 juin à l'occasion de la première représentation de la pièce aux Écuries de Versailles dans le cadre de la 26e édition du Mois Molière, un mois de théâtre et de musique en plein cœur de la ville. Un fort joli lieu qui nous a donné un avant-goût d'Avignon et de la Cour d'honneur du Palais des Papes ou du Cloître des Célestins… Une représentation en plein air, sous le soleil, devant une salle comble et enthousiaste qui nous a totalement comblés(es).

De cette pièce où Molière peint avec brio le cœur et l'âme humaine, Thomas Le Douarec a su en préserver la substantifique moelle et ne garder que l'essentiel des intentions de l'auteur : tendre coûte que coûte vers la vérité humaine et chercher un sens profond à l'existence alors qu'à la Cour tout pousse aux grimaces et au port du masque ! Encore lui… Déjà !

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
La majesté et le pouvoir sans failles des alexandrins ont été respectés avec brio par l'ensemble des comédiennes et comédiens. Mais une mention toute particulière tout de même pour la puissance et l'interprétation magistrale de Jean-Charles Chagachbanian dans le rôle d'Alceste. La passion de Thomas Le Douarec pour cette pièce a été secondée très largement par la force de conviction de son ami comédien qui voue depuis longtemps son amour pour ce personnage de Molière. À n'en point douter, la magie de leur complicité et de leur amitié a su œuvrer bien efficacement et ce pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Le résultat est époustouflant de maîtrise, notamment dans la juste répartition du comique et du tragique. Pas de parti pris ostentatoire comme sans doute l'a voulu Molière. Dans la mise en scène, rien d'inutile ne dépasse - comme dans la taille des jardins du château de Versailles tout proche ce soir-là. Tout est taillé au cordeau tant dans le jeu des huit artistes que dans la scénographie sobre, mais suffisamment efficace pour rappeler que, même 400 ans après son écriture, la pièce est "toujours à l'image du monde d'aujourd'hui, une pièce qui illumine ma vie de comédien et de metteur en scène. L'histoire de cet homme qui recherche sa vérité dans un monde perverti et hypocrite. Pour Molière, le constat est amer : la bonté et l'amour ne sauveront jamais le monde et la vérité encore moins…" (sic).

Vu sous cet angle particulier, on peut se demander qui serait alors le misanthrope le plus palpable ? Molière ? Alceste ? Thomas Le Douarec ? Ou finalement un peu chacun(e) de nous qui tout compte fait sommes un peu toujours des Don Quichotte nous battant contre des moulins à vent en œuvrant le mieux possible dans nos petites vies afin de trouver notre juste place dans la société ? Le débat autour de cette pièce restera longtemps ouvert tant que des metteurs en scène à l'image de Thomas Le Douarec oseront s'y coller. Pour le plus grand bien de tous.

Les choix scénographiques de ce metteur en scène prolixe (qui a déjà à son actif plus d'une cinquantaine de productions) n'occultent en rien le texte du célèbre dramaturge. Bien au contraire. Encore une fois, ils subliment avec justesse le texte en alexandrins qui est, quant à lui, porté haut et fort par l'ensemble des comédiennes et comédiens, sans excès ni volonté ostentatoire d'être dits juste pour être dits ! La sobriété des décors nous plonge d'emblée dans une réalité contemporaine affichée : deux fauteuils en PVC transparents, une guitare électrique, une rangée de néons fluorescents pointés vers le ciel, des seaux à champagne remplis de bouteilles.

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Ce décor minimaliste embrasse une action scénique ponctuée de deux morceaux de musique à la guitare électrique juste à leur place, d'entrées et de sorties rigoureuses et flamboyantes des différents personnages, acteurs tous très beaux, actrices plastiquement très belles… Des "masques" peut-être ? Beaux, heureux ? Ou pas ? Certainement juste des apparitions esthétiquement chatoyantes, mais peut-être tronquées et qui se révèleront moins lumineuses par la suite.

La pièce s'ouvre sur un dance floor endiablé où l'on danse, rit et s'amuse de façon débridée. On se frôle, on se colle les uns aux autres, on exulte. On dit qu'on s'aime indirectement. Qu'on se comprend. Qu'on est de la même communauté. Un monde d'apparat où l'image de soi et celle qu'on véhicule dépasse la vérité intérieure de chacun et chacune.

Jean-Charles Chagachbanian et Jeanne Pajon interprétant respectivement les rôles d'Alceste et de Célimène gardent dans tout au long de la représentation une ampleur virevoltante et fine dans leurs interprétations. Philippe Maymat dans le rôle de Philinte (qui scelle avec bonheur à l'occasion de cette pièce ses retrouvailles avec Thomas Le Douarec) parvient par son jeu et à son charisme probant à tempérer les excès d'Alceste.

Cette nouvelle mise en scène de Thomas est un délice qui saura enchanter comme nous l'avons été les spectateurs du très prochain Festival d'Avignon. "Je souhaite que le spectateur soit ébranlé par ce qu'il a vu : une vision sans compromis de notre époque contemporaine".
Nous l'avons été de notre côté, Monsieur Le Douarec, sans commune mesure. Puisse le Festival se dérouler au mieux pour vous et pour ce Misanthrope tout en force de propositions et de grâce.
Chapeau bas, Thomas !

Vu lors de l'une des deux représentations (22 et 23 juin 2022) ayant eu lieu aux Écuries de Versailles dans le cadre du Mois Molière.

"Le Misanthrope"

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Texte : Molière.
Adaptation : Thomas Le Douarec.
Mise en scène : Thomas Le Douarec.
Assistantes à la mise en scène : Caroline Devismes et Virginie Dewees.
Avec (par ordre d'entrée en scène) : Jean-Charles Ghagachbanian, Philippe Maymat, Thomas Le Douarec, Jeanne Pajon, Justine Vultaggio, Rémi Johnsen, Valérian Béhar-Bonnet, Caroline Devismes, Virginie Dewees.
Lumière : Stéphane Balny.
Costume : Marlotte.
Musique : Valérian Béhar-Bonnet.
Cie Thomas Le Douarec.
Tout public dès 12 ans.
Durée : 1 h 45.

•Avignon Off 2022•
Du 6 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 15 h 45, relâche le mercredi.
Théâtre des Lucioles, Salle Mistral, 10, rue du rempart Saint-Lazare, Avignon.
Réservations : 04 90 14 05 51.
>> theatredeslucioles.com

Brigitte Corrigou
Lundi 4 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024