La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Le Misanthrope" ou 400 ans de modernité

Alceste est atrabilaire jusqu'au bout des ongles. Il hait la nature humaine en tout point, surtout celle de la Cour et de la société mondaine, et épingle plus que tout autre les mœurs de son temps. Sa misanthropie fait finalement de lui le plus droit des hommes et le plus loyal, mais il lui manque une vertu : l'indulgence pour la conduite de ses semblables. Cela le pousse dans un rigorisme et une franchise extrêmes. S'il reçoit un compliment, il n'y verra que mensonge et hypocrisie, imposture, intérêt, trahison ou fourberie.



© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
"Je ne hais rien que ces faiseurs de paroles. Quel intérêt a-t-on à ce que les hommes vous jurent amitié ?". Paradoxalement, il est follement amoureux de Célimène, une femme, tout récemment veuve qui est l'égérie de cet univers qu'il hait tant : celui de la Cour où tout n'est que frivolité, apparences, faux-semblants, trahison. Mais pas question pour lui de se plier aux compromis de cette société mondaine !

À ses côtés, Philinte, son meilleur ami avec qui il vient de se quereller au sujet de l'hypocrisie, ne veut quant à lui n'être l'ennemi de personne et au bout du compte pousse un peu trop loin l'indulgence et la différence. Tous deux sont sincères à leur manière.

La soirée fut belle ce mercredi 22 juin à l'occasion de la première représentation de la pièce aux Écuries de Versailles dans le cadre de la 26e édition du Mois Molière, un mois de théâtre et de musique en plein cœur de la ville. Un fort joli lieu qui nous a donné un avant-goût d'Avignon et de la Cour d'honneur du Palais des Papes ou du Cloître des Célestins… Une représentation en plein air, sous le soleil, devant une salle comble et enthousiaste qui nous a totalement comblés(es).

De cette pièce où Molière peint avec brio le cœur et l'âme humaine, Thomas Le Douarec a su en préserver la substantifique moelle et ne garder que l'essentiel des intentions de l'auteur : tendre coûte que coûte vers la vérité humaine et chercher un sens profond à l'existence alors qu'à la Cour tout pousse aux grimaces et au port du masque ! Encore lui… Déjà !

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
La majesté et le pouvoir sans failles des alexandrins ont été respectés avec brio par l'ensemble des comédiennes et comédiens. Mais une mention toute particulière tout de même pour la puissance et l'interprétation magistrale de Jean-Charles Chagachbanian dans le rôle d'Alceste. La passion de Thomas Le Douarec pour cette pièce a été secondée très largement par la force de conviction de son ami comédien qui voue depuis longtemps son amour pour ce personnage de Molière. À n'en point douter, la magie de leur complicité et de leur amitié a su œuvrer bien efficacement et ce pour le plus grand bonheur des spectateurs.

Le résultat est époustouflant de maîtrise, notamment dans la juste répartition du comique et du tragique. Pas de parti pris ostentatoire comme sans doute l'a voulu Molière. Dans la mise en scène, rien d'inutile ne dépasse - comme dans la taille des jardins du château de Versailles tout proche ce soir-là. Tout est taillé au cordeau tant dans le jeu des huit artistes que dans la scénographie sobre, mais suffisamment efficace pour rappeler que, même 400 ans après son écriture, la pièce est "toujours à l'image du monde d'aujourd'hui, une pièce qui illumine ma vie de comédien et de metteur en scène. L'histoire de cet homme qui recherche sa vérité dans un monde perverti et hypocrite. Pour Molière, le constat est amer : la bonté et l'amour ne sauveront jamais le monde et la vérité encore moins…" (sic).

Vu sous cet angle particulier, on peut se demander qui serait alors le misanthrope le plus palpable ? Molière ? Alceste ? Thomas Le Douarec ? Ou finalement un peu chacun(e) de nous qui tout compte fait sommes un peu toujours des Don Quichotte nous battant contre des moulins à vent en œuvrant le mieux possible dans nos petites vies afin de trouver notre juste place dans la société ? Le débat autour de cette pièce restera longtemps ouvert tant que des metteurs en scène à l'image de Thomas Le Douarec oseront s'y coller. Pour le plus grand bien de tous.

Les choix scénographiques de ce metteur en scène prolixe (qui a déjà à son actif plus d'une cinquantaine de productions) n'occultent en rien le texte du célèbre dramaturge. Bien au contraire. Encore une fois, ils subliment avec justesse le texte en alexandrins qui est, quant à lui, porté haut et fort par l'ensemble des comédiennes et comédiens, sans excès ni volonté ostentatoire d'être dits juste pour être dits ! La sobriété des décors nous plonge d'emblée dans une réalité contemporaine affichée : deux fauteuils en PVC transparents, une guitare électrique, une rangée de néons fluorescents pointés vers le ciel, des seaux à champagne remplis de bouteilles.

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Ce décor minimaliste embrasse une action scénique ponctuée de deux morceaux de musique à la guitare électrique juste à leur place, d'entrées et de sorties rigoureuses et flamboyantes des différents personnages, acteurs tous très beaux, actrices plastiquement très belles… Des "masques" peut-être ? Beaux, heureux ? Ou pas ? Certainement juste des apparitions esthétiquement chatoyantes, mais peut-être tronquées et qui se révèleront moins lumineuses par la suite.

La pièce s'ouvre sur un dance floor endiablé où l'on danse, rit et s'amuse de façon débridée. On se frôle, on se colle les uns aux autres, on exulte. On dit qu'on s'aime indirectement. Qu'on se comprend. Qu'on est de la même communauté. Un monde d'apparat où l'image de soi et celle qu'on véhicule dépasse la vérité intérieure de chacun et chacune.

Jean-Charles Chagachbanian et Jeanne Pajon interprétant respectivement les rôles d'Alceste et de Célimène gardent dans tout au long de la représentation une ampleur virevoltante et fine dans leurs interprétations. Philippe Maymat dans le rôle de Philinte (qui scelle avec bonheur à l'occasion de cette pièce ses retrouvailles avec Thomas Le Douarec) parvient par son jeu et à son charisme probant à tempérer les excès d'Alceste.

Cette nouvelle mise en scène de Thomas est un délice qui saura enchanter comme nous l'avons été les spectateurs du très prochain Festival d'Avignon. "Je souhaite que le spectateur soit ébranlé par ce qu'il a vu : une vision sans compromis de notre époque contemporaine".
Nous l'avons été de notre côté, Monsieur Le Douarec, sans commune mesure. Puisse le Festival se dérouler au mieux pour vous et pour ce Misanthrope tout en force de propositions et de grâce.
Chapeau bas, Thomas !

Vu lors de l'une des deux représentations (22 et 23 juin 2022) ayant eu lieu aux Écuries de Versailles dans le cadre du Mois Molière.

"Le Misanthrope"

© Bernard Gilhodes.
© Bernard Gilhodes.
Texte : Molière.
Adaptation : Thomas Le Douarec.
Mise en scène : Thomas Le Douarec.
Assistantes à la mise en scène : Caroline Devismes et Virginie Dewees.
Avec (par ordre d'entrée en scène) : Jean-Charles Ghagachbanian, Philippe Maymat, Thomas Le Douarec, Jeanne Pajon, Justine Vultaggio, Rémi Johnsen, Valérian Béhar-Bonnet, Caroline Devismes, Virginie Dewees.
Lumière : Stéphane Balny.
Costume : Marlotte.
Musique : Valérian Béhar-Bonnet.
Cie Thomas Le Douarec.
Tout public dès 12 ans.
Durée : 1 h 45.

•Avignon Off 2022•
Du 6 au 30 juillet 2022.
Tous les jours à 15 h 45, relâche le mercredi.
Théâtre des Lucioles, Salle Mistral, 10, rue du rempart Saint-Lazare, Avignon.
Réservations : 04 90 14 05 51.
>> theatredeslucioles.com

Brigitte Corrigou
Lundi 4 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022