La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Le Chevreuil et Dalida" Faire le choix du grotesque et de l'excès pour masquer le tragique

Inspirée de la vie de Iolanda Gigliotti, alias Dalida, artiste iconique des années soixante, cette création, naviguant entre réalité et fiction, revisite la vie de la chanteuse mythique et propose une fable tragi-comique contemporaine, drolatique à souhait.



© Ulises Fontana.
© Ulises Fontana.
Dalida nous reçoit à Porto-Vecchio où l'ambiance est légère et où on fait la fête. Le temps d'une interview, elle revient sur ses tubes, ses rêves et les brisures qui ont émaillé sa vie. Entre poésie et incarnation, réalité et fiction, certains grands moments de sa vie sont racontés puis poétisés pour laisser apparaître la tragédie d'une héroïne populaire devenue un mythe, miroir de nos propres vulnérabilités.

Le propre de la création artistique n'est-il pas de savoir oser aller toujours plus loin afin de franchir les portes du processus au risque de surprendre et d'importuner parfois ? C'est de toute évidence le pari qu'ont fait ensemble la metteuse en scène Jessica Walker et la comédienne Clémence Caillouel à l'occasion de ce spectacle. Et ce, pour le plus grand plaisir du spectateur du "plus grand Théâtre du monde", parfois un peu blasé de propositions diverses et variées, incongrues ou trop peu légitimes.

Entre paillettes et souffrances ouvertement affichées, c'est une Dalida époustouflante de vérité qui est interprétée ici par la comédienne, laquelle est servie de façon fort déjantée et burlesque par la mise en scène virevoltante de Jessica Walker. On sourit souvent, mais du bout des lèvres. Les divers excès, tant sur le plan du décor lui-même que de la gestuelle ou du maquillage de Clémence Caillouel, ne sont là que mieux mettre en avant le masque qu'a pu revêtir la célèbre chanteuse tout au long de sa vie et d'interpeller le spectateur. On pense notamment à une tête de chevreuil empaillée suspendue au fond du plateau à laquelle la comédienne s'adresse parfois - ou regarde simplement emplie d'amour -, comme pour mieux nous faire comprendre à quel point la mort a pu être omniprésente dans la vie deIolanda Gigliotti, alias Dalida.

© Ulises Fontana.
© Ulises Fontana.
Dans celle de Iolanda ou de Dalida d'ailleurs ? Frontière très ténue, certes, mais que ce spectacle soulève subtilement à sa manière. Ce chevreuil, c'est une allégorie bien entendu. C'est Luigi, son jeune amant suicidé, c'est son père trop tôt parti, ce sont d'autres amants suicidés eux aussi. Ou bien s'agit-il peut-être du soleil ? Celui qui a pu éclairer sa vie avant de s'éteindre définitivement ? S'agit-il encore de sa propre mort, telle une vanité ?

On se souvient de l'interprétation de la comédienne en 2021 dans "Pauline" au Sham's Théâtre, spectacle où, là aussi, le spectateur ressortait envahi par un propos difficile, mais porté magistralement par son jeu exceptionnel.

Ce n'est pas le départ de Dalida vers l'Égypte, son berceau natal, que cette création propose, ce qui aurait pu être le cas tant la mort y est mise en avant. On se souvient que ce départ pour le tournage du film "Le Sixième jour" l'avait fortement bouleversée et que, quelques mois plus tard, elle mettait fin à ses jours. Mais ce sont d'autres épisodes de sa vie qui ont été choisis où l'angle du grotesque et l'excès, encore une fois, masque le tragique. Jessica Walker, quant à elle, travaille sur le minimal et le tranchant comme elle l'a déjà fait dans son adaptation de "la mélancolie et le mal de vivre" de la chanteuse.

© Ulises Fontana.
© Ulises Fontana.
Clémence Caillouel, formée pendant quatre ans au Laboratorio de Barcelone où elle a rencontré Jessica Walker, est une comédienne revendiquant la performance, le théâtre expérimental, le clown et le bouffon. Tous ces aspects se retrouvent très nettement dans "Le Chevreuil et Dalida". Et peuvent rappeler "La Maison de la force (La Casa de la fuerza)" d'Angélica Liddel.

Le texte est un patchwork de mots et de maux piochés tantôt dans "Le Jeu de la vérité", émission datant de 1985 dans laquelle Dalida répondait à des questions personnelles, dans ses entretiens ou déclarations, dans des textes d'auteurs aussi comme "Candide" de Voltaire ou Stig Dagerman, et enfin dans l'écriture au plateau.

"Je suis un parlement à moi toute seule".
"J'ai voulu cent fois me tuer, mais j'aimais encore la vie. Cette faiblesse ridicule est peut-être un de nos penchants les plus funestes."
Candide.
"Tu crois que tu ne vas pas mourir ? Tu n'en es vraiment pas certain ? Alors, profite, tu profites pas, profite… Il faut aimer la vie. C'est facile… Tu te lèves le matin, tu écoutes ta petite radio, tu beurres tes tartines ! Et roule !"

Des "pioches" savamment agencées, interprétées et mises en scène avec brio pour 50 minutes de spectacle bariolées et outrancières comme on les aime. Surtout quand le propos incite le spectateur à sortir de sa zone de confort.

Attention : au sortir de cette salle du Théâtre Artéphile et même longtemps après, vous risquez de continuer à sentir le regard du chevreuil vous scruter et le souvenir de Dalida ne vous quittera pas de sitôt. Les moments de silences fréquents dans le jeu de Clémence Caillouel deviendront peut-être les vôtres avec leurs interrogations en filigrane. Vous ressortirez de ce moment de théâtre chaloupant un peu comme elle, semblable à un clown disloqué, mais joyeux de la vie qui est la vôtre.

"Le Chevreuil et Dalida"

© Ulises Fontana.
© Ulises Fontana.
Fable tragi-comique. Seule en scène.
Texte : Clémence Caillouel.
Mise en scène : Jessica Walker.
Avec : Clémence Caillouel.
Création lumière : Xavier Duthu.
Par la Compagnie La Volada.
Tout public à partir de 12 ans.
Durée : 55 minutes.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 26 juillet 2022.
Tous les jours à 20 h 30, relâche le mercredi.
Théâtre Artéphile, Salle 2, 7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Réservations : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com

Brigitte Corrigou
Jeudi 21 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022