La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Ici, la nuit" Deux petits garçons face à un questionnement plus grand qu'eux…

Et si un petit mensonge, un tout petit mensonge de rien du tout, se transformait soudain en peur panique d'être "découvert" ? Et si les pensées du soir transportaient avec elles l'immensité de l'Univers et de ses improbables limites propres à nous engloutir ? Ces interrogations à hauteur d'enfant, le dramaturge norvégien Jon Fosse les a traduites dans deux courtes pièces - "Si lentement" et "Kant" - nimbées d'une inquiétante étrangeté. Frédéric Garbe et L'Autre Compagnie s'en saisissent pour, avec grande justesse, les faire résonner jusqu'à nous.



© Camille Desbiez.
© Camille Desbiez.
Quel dispositif serait plus approprié qu'un casque audio stéréophonique pour dupliquer l'écho des mots étranges de Jon Fosse, délivrés au travers de la voix suave de Frédéric Garbe ? Comme si des correspondances baudelairiennes réunissaient l'auteur et son interprète, l'un et l'autre partageant la même intuition d'une poétique du langage, seule apte à distiller l'indicible. Et lorsque le "texte vivant" trouve son double visuel et sonore dans une animation graphique aux couleurs subtiles, rien d'étonnant alors que la fête des "sens" soit au rendez-vous.

"Si lentement"… Des maisons dont les fenêtres éclairent la nuit profonde. Un ciel d'un bleu outremer se constellant d'étoiles. Une musique douce flottant dans l'air… Travelling avant. On s'avance lentement vers l'un des immeubles, on en franchit la porte, se retrouve sur le palier d'un appartement… "Tu étais où ? Maman dira qu'elle s'est inquiétée, elle ne dira rien de plus. Je m'inquiète quand tu ne rentres pas à l'heure prévue". Ainsi en va-t-il de la puissance suggestive de la poésie qu'au travers de la dissociation écholalique d'un non-événement se crée un univers d'une puissance évocatrice insoupçonnable.

© Camille Desbiez.
© Camille Desbiez.
Et l'enfant, tenant dans ses mains innocentes l'objet de son larcin, se devra de fournir une explication quant à sa provenance… La banane, elle dépassait du cabas de la vieille dame, c'était trop tentant… Mais ça, bien sûr, c'est son secret, inavouable. "C'est une vieille dame qui me l'a donnée. Tu lui as dit merci ? Il faut dire merci quand on te donne quelque chose. Viens avec moi, on va ensemble lui dire merci"

Confronté à l'angoisse d'avoir menti et d'être un méchant garçon, l'enfant galopant à toutes jambes rattrapera la vieille dame avant sa maman. Mais le mot qu'il lui adressera alors en pénitence ne sera pas merci…

© Camille Desbiez.
© Camille Desbiez.
"Kant""Je m'appelle Christopher, j'ai huit ans et le soir, éveillé dans mon lit, je pense. Je pense, ou bien je lis Mickey. Je m'appelle Christopher et j'ai huit ans. L'Univers, je n'arrive pas à comprendre… S'il a une fin… qu'y a-t-il après ?"… Ainsi s'enclenche le mouvement irrésistible de la pensée, conduisant ce jeune enfant à découvrir intuitivement les vertus insoupçonnées de la philosophie kantienne. Toute connaissance supposant une "co-naissance" du sujet pensant, appréhendant avec sa sensibilité le monde avant de le comprendre avec sa raison, Christopher va apprendre à tutoyer les mystères "universels".

"Je suis au CE et je n'aime pas les choses qu'on comprend pas. Heureusement il y a papa pour m'expliquer… L'Univers, c'est pas possible qu'il s'étende au-delà de ses limites. Ou bien, si on vivait dans le rêve d'un géant endormi quelque part au fin fond de l'Univers, disparaîtrait-on s'il se réveillait ?"… La peur venue du fond des âges d'être englouti par le vide sidéral, seul un papa bienveillant a le pouvoir de l'apaiser…

Défilent alors sur l'écran de la nuit du petit garçon, une myriade de planètes et d'étoiles chorégraphiées. Au "J'ai peur, papa" de Christopher, se sentant décidément bien petit face à l'infiniment grand, papa répondra qu'il ne sert à rien d'avoir peur, qu'il faut comprendre que l'on ne peut pas tout comprendre… Et là, lové entre les bras protecteurs, le lit de l'innocent enfant flotte, voguant dans l'immensité de la voûte céleste. On se croirait immergé dans un tableau de Marc Chagall, peintre de la "surréalité", avec ses personnages volant.

© Camille Desbiez.
© Camille Desbiez.
"Je m'appelle Christopher. J'ai huit ans. Et mon papa m'a parlé d'un auteur qui s'appelle Kant. Mais moi je préfère Mickey". Sous un ciel de lit étoilé, brillant de mille constellations, l'enfant rassuré peut enfin s'abandonner au sommeil…

Deux contes initiatiques à l'écriture onirique rendue palpable par l'entremise d'un metteur en jeu de "l'autre scène", telles apparaissent ces pièces d'un théâtre murmurant à l'oreille de chacun pour mieux exhumer les rhizomes de ce qui attise la peur ancestrale ; peur fondatrice, originelle de notre "être au monde".

Vu le lundi 11 juillet au Théâtre Transversal, Avignon.

"Ici, la nuit"

© Camille Desbiez.
© Camille Desbiez.
Voyage immersif.
Textes : "Si lentement" et "Kant" de Jon Fosse (aux éditions de L'Arche).
Traduction : Terje Sinding.
Conception et mise en scène : Frédéric Garbe.
Avec : Frédéric Garbe.
Univers graphique (illustration) : Camille Desbiez.
Animation Vidéo : Baptiste Alexandrowicz.
Conception sonore, Alexandre Maillard.
Par L'Autre Compagnie.
Tout public à partir de 8 ans.
Durée : 50 minutes.

•Avignon Off 2022•
Du 7 au 26 juillet 2022.
Tous les jours à 15 h 15, relâche le mercredi.
Théâtre Transversal, Salle 2, 10, rue d'Amphoux, Avignon.
Réservations : 04 90 86 17 12.
>> theatretransversal.com


Yves Kafka
Mercredi 20 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022