La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2022

•Off 2022• "Décrocheurs de lune" Arts et Transformation sociale - Un spectacle Classe départ

On voit toujours les étoiles, c'est ça qui brille, c'est ça qui éblouit. Pourtant la vie, ce sont des petits souffles, des petites âmes nées de la poussière d'étoiles. Des fragments minuscules, invisibles, soi-disant sans importance. Et nous sommes ces poussières qui scintillent, fragiles, comme les bougies des rampes. Nous, nous ne mettons pas le feu, nous, on ne crame rien. Nous, on réchauffe, on éclaire avec ombres et clartés, nos souffles se mélangent, nos vies se tissent aux vôtres, on décroche, on s'accroche et l'univers nous appartient. Décrocher la lune et rallumer le soleil.



© François Saint-Rémy.
© François Saint-Rémy.
En France, 100 00 élèves quittent le système scolaire sans qualifications. "Classe départ" est une méthode inventée par Bruno Lajara, fondateur de l'Association l'Envol crée en 2015. Inspirée d'un dispositif de réinsertion par l'Art en Argentine, elle a pour but de permettre un support pour une employabilité future des bénéficiaires du projet en développant notamment chez eux la confiance en soi, la persévérance, la responsabilité, la ponctualité, la cohésion de groupe, sans oublier bien entendu la créativité et l'expression personnelle. La Fondation "France S'Engage" appuie ce projet depuis 2019, lequel a commencé dans le Pas-de-Calais, d'Arras à Béthune, puis s'est développé à l'échelle régionale sur Roubaix, puis nationale, à Lyon, Guyancourt et Avignon.

Certains de ces jeunes adultes, sur le plateau de la Manufacture, n'ont ni emploi ni formation. On les appelle des "décrocheurs", décrocheurs scolaires, familiaux ou sociaux. Souvent, les trois vont de pair et le projet est de les réinsérer par la culture en essayant, encore une fois, de les guider et de parvenir à faire germer en eux leur part de créativité.

© François Saint-Rémy.
© François Saint-Rémy.
"Ne plus se cacher, ne plus avoir peur- Jouer ses humeurs pour le droit au bonheur/Écrire ses fêlures pour faire péter les murs/Sept mois pour faire pousser des ailes et rêver que ces graines plantées germent enfin au grand jour", Bruno Lajara.

Il n'a pas été simple pour nous d'assister à ce spectacle qui nous a rappelé une myriade de souvenirs personnels et professionnels auprès d'élèves en souffrance, englués dans un système cloisonné à l'envie ne laissant aucune place aux envies ni aux besoins profonds.

Ces seize jeunes femmes et jeunes gens sur scène, en ce samedi 9 juillet, nous les connaissions sans les avoir pourtant jamais rencontrés(es). Nous les avons côtoyés(es) au lycée ou au collège pendant de très nombreuses années d'enseignement passionné, bien souvent démunie face à leur abandon et leur révolte. Que pouvions-nous faire, à titre personnel, sinon croire en eux par quelques frémissements de tentatives hasardeuses face à une institution inébranlable et obsolète ?

Le spectateur, accueilli à l'entrée de la salle par une jeune femme souriante toute de noir vêtue, est très vite immergé dans la représentation où se dégage rapidement une émotion bien palpable. Au centre de la scène, sur des câbles au premier abord invisibles, seront progressivement placées des petites figurines de carton qui seront projetées au fur et à mesure sur les murs en ombres chinoises. Ce sont à la fois les espoirs de ces jeunes adultes ou des représentations d'eux-mêmes. Ils ont des parcours bien différents, mais pourtant tous un point commun : celui d'être là, fragiles dans leurs vies respectives, mais bien présents sur scène.

© François Saint-Rémy.
© François Saint-Rémy.
Ô combien ! Tantôt ils chantent - au demeurant fort bien -, tantôt ils dansent avec légèreté ou de façon plus "organique", tantôt ils proclament des textes écrits avec une grande sensibilité, des cris expulsés et hurlés du haut de l'âme et du cœur.

Certaines scènes sont des cristaux de roche éclatants qui transpercent la vérité pernicieuse de notre société, emportant le spectateur dans un tsunami d'émotions sans fin. On parle d'homosexualité, d'amour, de migration, de spécisme, de différence, d'amitié, de partage ou du corps qu'on aimerait différent. Mais rien d'ostentatoire, car le tout est finement "scénographié" et poétisé par la musique, le chant, les corps, les textes.

À coup sûr, ces jeunes adultes ne se laisseront pas étouffer par les immenses draps noirs qui se dirigent vers eux au début du spectacle. Bien au contraire ! Sur scène, ils en émergent, heureux et transformés par l'expérience menée, emportés par leur flamme créatrice si juste et tellement vertigineuse.

Quel regret que "Décrocheurs de lune" ne soit pas programmé tout le mois du festival. Espérons que l'an prochain, nous les retrouverons !

"Décrocheurs de lune"

© Perrine Fovez.
© Perrine Fovez.
Textes : Bruno Lajara, Godefroy Segal.
Mise en scène : Godefroy Segal, Nathalie Hanrion, Perrine Fovez.
Chorégraphie : Juliette Morel, Johanna Classe.
Interprètes : Julie Coutelle, David Daigue, Xavier Dercanpentrie, Johnny Delerue, Ibrahima Drame, Michel Dupont, Kim Fremy, Arsid Hasanaj, Sofai Hermant, Sévérine Lambour, Esther Masclef, Baptiste Parsy, Fleuriane Petit, Mathier Poletta, Dante Rizetti, Hélène Rosbif, Eric Toursel.
Musiciens : Flavien Riez, Hugo Quittard, Benjamin Riez.
Par la Cie L'Envol, Arts et Transformation sociale.
Tout public à partir de 10 ans.
Durée : 1 h 40.

•Avignon Off 2022•
A été représenté du 7 au 12 juillet 2022.

Tous les jours à 9 h 55, relâche le mercredi.
Théâtre La Manufacture, 2 bis, rue des Écoles, Avignon.
Réservations : 04 90 85 12 71.
>> lamanufacture.org

Brigitte Corrigou
Jeudi 14 Juillet 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022







À découvrir

"L'Écume des jours"… Étonnant et détonnant !

C'est une pièce renversante montée par Claudie Russo-Pelosi à partir d'un roman qui l'est tout autant même si, de son vivant, Boris Vian n'a pas connu la popularité et la reconnaissance qu'il obtiendra ensuite. Dans une mise en scène qui s'appuie aussi sur quelques-unes de ses chansons, sur l'un de ses poèmes et sur le jazz de Duke Ellington, bousculé par un rap, l'amour entre Chloé et Colin prend une tonalité presque surréaliste en écho au style de l'artiste.

© Les Joues Rouges.
Boris Vian (1920-1959), l'homme aux mille qualités artistiques et aux mille vies. Scientifique, démarrant sa vie professionnelle à l'AFNOR (Agence Française de NORmalisation), musicien, écrivain, nouvelliste, chroniqueur, chanteur, poète, dramaturge, critique musical, directeur artistique, Satrape du collège de Pataphysique, il a touché, marqué et influencé différents domaines de l'art. Grand animateur de Saint-Germain-des-Prés où il a été l'un des premiers musiciens du célèbre Tabou, il avait pour passion le jazz et a joué un moment en tant que trompettiste dans le groupe de Claude Luter (1923-2006). Il a influencé des artistes comme Gainsbourg (1928-1991) par ses compositions et ses interprétations. Sous le pseudonyme de Vernon Sullivan, il a écrit aussi des romans, de type américain, dont le plus connu, "J'irai cracher sur vos tombes" (1946), lui a valu autant la célébrité que les ennuis fiscaux.

Mettre en scène un roman est toujours un exercice de réécriture et celui que la troupe "Les Joues Rouges" effectue de "L'Écume des jours" (1946) donne à l'œuvre une lecture théâtrale vive, condensée et musicale. Le roman a eu une reconnaissance tardive, bien après la mort de l'écrivain et bien qu'il ait eu l'appui de Raymond Queneau (1903-1976) et de Jean-Paul Sartre (1905-1980) lors de sa parution. Il a été écrit très rapidement, de mars à mai 1946. C'est une histoire d'amitiés, de désirs, d'amours, de maladie, de mort, de solitude et de couples autour, entre autres, de Chloé (Lou Tilly) et Colin (Ethan Oliel), de Chick (Stéphane Piller) et Alise (Aurore Streich).

Safidin Alouache
04/08/2022
Spectacle à la Une

"L'Alchimiste" Un bien joli voyage théâtral !

Dans une création théâtrale du célèbre roman de Paulo Coelho, le metteur en scène comédien Benjamin Bouzy réussit à créer, dans une simple mais belle scénographie, un voyage autant intérieur qu'extérieur de Santiago, en quête de sa vérité, qui découvre le monde avec ses secrets, ses trésors et ses surprises.

© Matthieu Lionnard.
C'est le mariage d'un conte philosophique, celui de "L'Alchimiste" ("O Alquimista", 1988) de Paulo Coelho et du théâtre, mis en scène par Benjamin Bouzy. À la recherche de sa légende personnelle, pour reprendre les termes de l'auteur brésilien, avec son langage du cœur, ses signes et à la découverte de l'âme du monde, le berger andalou Santiago (Benjamin Bouzy) nous mène du Maroc vers les pyramides d'Égypte en passant par le Sahara. C'est un véritable concentré de poésie et d'actions.

La voix claire, sans tension durant toute la représentation, Santiago porte avec lui le "mektoub", à savoir "ce qui est écrit" comme un parfum de fatalité plein d'espoir. Bien avant qu'il réalise ce que c'est réellement, il l'habite avec quiétude et parfois inquiétude dans les multiples événements qu'il vit. Sa voix, durant ceux-ci, fait l'écho d'une certaine fragilité à la fois poétique et naïve.

L'histoire est racontée au fil de l'eau par deux conteurs, Myriam Anbare et Fabien Floris, qui jouent aussi, à eux deux, tous les autres rôles. Seul Benjamin Bouzy reste dans son personnage. Cette découpe entre conte et actions, récit et situations donnent à la pièce une double dimension avec la parole et l'écrit, le théâtre et le roman. Les actions s'enchaînent dans des tableaux avec, pour chacun, leur décor et leur ambiance. Nous sommes ainsi projetés dans un ailleurs situé dans plusieurs lieux avec un récit qui se décline sous différentes conjugaisons.

Safidin Alouache
06/09/2022
Spectacle à la Une

"Le Dépôt Amoureux" Ou l'art de revisiter de façon tout autant scientifique qu'humoristique le mystère de l'amour et du désamour

Associer avec justesse et inventivité une narration légèrement décalée - du fait de la transposition du traumatisme de la rupture amoureuse d'un patient nommé Noé dans le milieu hospitalier puis dans un centre de rééducation du cœur - et la danse, dont les chorégraphies exprimées peuvent nous mener, selon les interprétations de chacun, dans les méandres du cerveau où s'affrontent les sentiments opposés issus du chagrin d'amour, ou plus exactement de la maladie intitulée ici avec humour… le "Separatus Brutus", telle est la folle création théâtrale, ludique, dynamique et cocasse de la Cie Tout le monde n'est pas normal… Et on veut bien le croire !

© Festival Toi, moi and Co & Ema Martin.
Sur scène, un patient accoutré en mode opératoire d'un linge blanc et entouré de blouses tout aussi blanches qu'on imagine être celles d'une chirurgienne et de quelques autres personnels de santé. L'opéré, Noé, naufragé du cœur après avoir navigué sur l'arche du bonheur, a subi une rupture tout aussi cardiaque que mentale, maladie connue sous le nom évocateur - bien qu'à consonance latine - de "Separatus Brutus".

L'opération chirurgicale est représentée de façon abstraite par le retrait de filaments rouges dans le dos de notre dépité amoureux sous anesthésie. Énumération des actes pratiqués et des suites prévues, envisagés en usant de termes scientifiques propres à consolider la véracité de l'acte médical. C'est la première fois que Noé est atteint de ce mal. Dans son cas, l'annonce de la "fracturation" s'est faite sur l'oreiller avec malheureusement pour lui l'option "rester amoureux" ! Noé, rescapé, survivant, d'un naufrage sentimental.

Diagnostiquer, narrer comme s'il s'agissait d'une opération cardiaque, à cœur "en mal d'amour" ouvert. Après l'intervention vient le temps de la convalescence, direction un centre de rééducation du cœur faisant aussi office d'unité expérimentale de recherche sur le "Separatus Brutus". Dans ce lieu, véritable "dépôt amoureux", on imagine aisément un hangar dans lequel on retrouve des personnages errant comme des âmes en peine. Noé va donc y faire des rencontres nocturnes, issus de son imaginaire… ou pas !

Gil Chauveau
21/09/2022