La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Qui va garder les enfants ? La parité, en politique comme ailleurs… ce n'est pas gagné !

11 • Gilgamesh Belleville, Salle 3, 11, boulevard Raspail

Découvert avec "Sortie d'usine", un récit immersif sur le monde ouvrier, Nicolas Bonneau poursuit son travail de collectage, enquêteur patient et curieux, pour découvrir le quotidien et les problématiques des femmes politiques, de gauche comme de droite, et, par effet de ricoché, met en évidence la disparité non résolue dans les cercles du pouvoir (mais pas que !) où règne encore et toujours la suprématie du mâle… Tout en, avec honnêteté et franchise, interrogeant sa propre domination masculine.



© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Seulement une vingtaine de femmes sont à la tête d'un gouvernement ou d'un état aujourd'hui dans le monde ; notre assemblée nationale est composée de 224 députées avec un "e" contre 353 sans ; en France, une réalisatrice touche un salaire de 42 % inférieur à celui de son homologue masculin ; depuis 2010, seuls quatre films réalisés par des femmes ont été nominés aux Césars et aucun n’a été primé ; 12 % de femmes sont à la tête des 100 plus grandes entreprises culturelles et 30 % d’entre elles occupent des postes de direction dans les établissements publics culturels…

Pendant cette enquête qui a duré plus de deux ans, Nicolas a suivi ou interviewé des femmes politiques au jour le jour, de tous bords politiques, élues locales et/ou nationales, maires, députées, anciennes ministres, universitaires, etc. De ces entretiens, de ces reportages, il en extrait des histoires émouvantes, vivantes, mais aussi humoristiques, voire piquantes, où vie personnelle, privée et carrière professionnelle reste associée, celles-ci ne voulant sacrifier ni l'une, ni l'autre, à l'inverse de la pratique habituelle des hommes.

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
La construction du spectacle de Nicolas Bonneau, basé sur sa posture de conteur, présente une architecture astucieuse où se trouvent enchevêtrés différents éléments burlesques ou dramatiques, l'un scindé en un récit de trois-quatre épisodes, d'autres sous forme d'interview où il joue l'interviewer et l'interviewée - n'hésitant pas à chausser les escarpins à talons du personnage convoqué - ou, dans un profil plein d'une sincérité troublante, ses propres histoires en forme d'autocritique, mea-culpa touchant, déclarées fondatrices de l'idée originelle de la création.

Maintenant la controverse, il nous narre tant l'anecdote de celle qui, engagée politiquement dès l'âge de 17 ans, déclare qu'elle laissera la place à son mari lorsqu'elle aura un enfant, que l'aventure militante (originellement indépendantiste guyanaise) de Christiane Taubira ; tant la dureté mais lucidité d'une Yvette Roudy (créatrice de la journée des droits de la femme) que la détermination d'une Ségolène Royal (à qui Michel Rocard demandera de se "retirer" !).

Que ce soit dans la rencontre un brin caricaturée des deux sus-cités - à la veille du dépôt de candidature à la présidentielle 2007 -, à la limite de l'hilarité, ou dans son interprétation en habit d'autodérision de ses actes regrettés de macho repenti, ou encore en Simone Veil - avec voix off -, seulement assis de profil sur une chaise, silhouette avec perruque et le tailleur vert verre d'eau, Nicolas Bonneau est expressif, hâbleur généreux et fantaisiste, doué d'une adresse facile, naturelle au public, et doté d'un jeu fluide, plein de fraîcheur et de vivacité, sans effets inutiles.

Dans cette narration conjuguée au féminin, et à la syntaxe féministe, apparaissent, au fil des propos retranscrits, les questions encore essentielles et obligatoires auxquelles nous ne voulons, ne souhaitons, ne pouvons pas répondre… "Pourquoi les femmes veulent-elles le pouvoir ? Surtout, pourquoi le veulent-elles si peu ?" ; "Un monde gouverné par plus de femmes serait-il différent, voire meilleur ?" ; "Les hommes sont-ils des femmes comme les autres ?" ; "Comment font-elles pour s'en sortir entre la gestion du foyer, le rôle de mère, la place que leur assigne la société auprès de leur conjoint - ou ointe - et une carrière politique ?"… Er surtout… Qui va garder les enfants ?

"Qui va garder les enfants ?"

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
Création de Nicolas Bonneau.
Conception et écriture : Nicolas Bonneau et Fanny Chériaux.
Co-mise en scène : Gaëlle Héraut.
Avec : Nicolas Bonneau.
Création musicale : Fannytastic.
Scénographie : Gaëlle Bouilly, assistée de Cellule B.
Costumes : Cécile Pelletier.
Création lumière : Rodrigue Bernard.
Création son : Gildas Gaboriau.
Régie : Cynthia Lhopitallier, Xavier Jeannot.
Stagiaire à la mise en scène : Chloé Jauset.
Production La Volige, Cie Nicolas Bonneau.
Durée : 1 h 15.

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.
•Avignon Off 2019•
Du 5 au 26 juillet 2019.
Tous les jours à 17 h 05, relâche les mercredis 10 et 17.
11 • Gilgamesh Belleville, Salle 3
11, boulevard Raspail.
Réservations : 04 90 89 82 63.
>> 11avignon.com

© Pauline Le Goff.
© Pauline Le Goff.

Gil Chauveau
Mardi 25 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020