La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2019

•Off 2019• Les Emigrés Voyage au bout de soi

Deux matelas installés bout à bout sur des palettes de bois, une corde à linge surplombant une table à repasser boiteuse, un réservoir d'eau alimenté de manière intermittente, meublent la cave de ces deux exilés contraints de cohabiter là, dans cet espace sans fenêtre sur cour. Alors que cette nuit de réveillon, les voisins du dessus feront péter les bouchons de champagne, entre ce duo de déracinés que tout oppose et qui pourtant constitue une seule entité indivisible, un huis clos cruel va se jouer.



© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Dans ce cadre confiné, sans ouverture sur le monde, l'ouvrier des travaux publics aux mains calleuses, raconte son jour de repos… À la gare centrale, sur les quais, sont apparus des chariots où de chaudes couvertures en laine attendaient d'être chargées dans les wagons-lits, puis une magnifique actrice se penchant par la fenêtre de l'un des wagons… et l'instant d'après il la prenait dans les toilettes. Halluciner la chaleur et le sexe, quand on grelotte et souffre du manque de rapports, tel semble être son viatique pour compenser les frustrations.

Sans aucun égard pour la quête d'une existence inventée de toutes pièces, le second homme, qui lui trouve dans la lecture addictive son "évasion", démonte implacablement la fable du premier. Pour enfoncer le clou, il ramène à la réalité son compère d'infortune en lui faisant observer que, la boîte de conserve qu'il s'apprête à dévorer, c'est de la nourriture pour chiens, et qu'à ses conserves à lui, il n'aura pas accès, pour "raison didactique", dit-il.

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Confrontation de deux univers opposés condamnés au partage "coûte que coûte" d'un espace réduit à quelques mètres carrés, la violence des échanges en milieu ordinaire est tout de suite palpable. Alors que l'un disserte allègrement sur l'essence des problèmes existentiels, l'autre focalise son énergie sur la disparition des mouches tant l'absence du vrombissement obsédant des ailes de ces petits insectes lui rappelle le manque du pays.

La machine à écrire de l'un (rédige-t-il un roman ?), la peluche de l'autre (quel trésor dissimule-t-elle dans son ventre ?) cristallisent leur rapport au monde et leurs aspirations les reliant chacun à un désir d'être sans lequel rien ne pourrait plus tenir. Et au fil de ce voyage au bout de la nuit d'un passage rituel où, de coutume, l'illusoire changement tient à l'éphéméride calendaire, le drame immobile va évoluer vers un dévoilement.

Au-delà de leur rude opposition, le contexte festif les invite à partager une bouteille. La désinhibition liée à l'alcool opère, les amenant l'un et l'autre à lâcher cruellement les amarres auxquelles ils s'accrochaient comme des naufragés à une bouée de sauvetage. Le manuel s'avouera qu'il travaille comme un chien, sans plaisir aucun, et que les vibrations du marteau piqueur détruisent son corps, et tout ça pour quoi ? Un rêve de retour au pays pour, avec l'argent gagné ici, construire là-bas une maison en pierres ? Sa femme, l'attend-elle toujours ?

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Quant à l'intellectuel, victime de la dictature, qui nourrissait le projet d'écrire en terre libre un essai sur l'esclavage - c'était donc ça son projet d'exil ? - en observant en entomologiste le comportement asservi de son compagnon d'infortune dont il voulait "faire un homme", il se rend compte que, de procrastination en atermoiement, ses pages restent des ébauches. Constat amer de ces deux anciens candidats à l'exil volontaire qui, au lieu de les rapprocher, va les déchirer tant leur corps se doit d'exfiltrer la violence que leur situation d'émigré génère.

Ce déchirement passe par la destruction de ce à quoi ils "tenaient", les ébauches d'écriture pour l'un, les billets gagnés pour l'autre. Leur rage est telle qu'ils s'en prennent au sens de ce qui jusque-là motivait leur exil, se condamnant, eux frères ennemis, au terrible constat que désormais leur existence ne peut se passer de celle de l'autre.

Huis clos sombre qui "éclaire" sous un jour nouveau les enjeux vécus de l'émigration. Aucun pathos mais tout au contraire une formidable énergie - fût-elle destructrice - au service, in fine, d'un dur désir de durer contre mauvaise fortune. Le texte, la mise en jeu et l'interprétation sont remarquables de pertinence percutante. Un choc dans le paysage des voyages sans retour.

"Les Émigrés"

© Pascal Gely.
© Pascal Gely.
Texte : Slawomir Mrozek.
Traducteur : Gabriel Meretik.
Mise en scène : Imer Kutllovci.
Assistant à la mise en scène : Ridvan Mjaku.
Avec : Mirza Halilovic et Grigori Manoukov.
Lumière et son : Philippe Sazerat.
Durée : 1 h 30.
Compagnie de l'Étoile.

•Avignon Off 2019•
Du 6 au 26 juillet 2019.
Tous les jours à 21 h 15, relâche le vendredi sauf le 26.
Théâtre La Reine Blanche
16 rue de la Grande Fusterie.
Réservations : 04 90 85 38 17.
>> reineblanche.com

Du 3 au 29 septembre 2019 : Théâtre les Déchargeurs, Paris 1er.

Yves Kafka
Dimanche 21 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022