La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.



© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
Sur le plateau, les premiers gestes sont un peu gauches, avec des hésitations, des maladresses d'expression, une volubilité du verbe qui signalent la progression de l'émotion, la vivacité du plaisir éprouvé. Dans "Nos films", peu à peu, il est fait recours à l'accessoire, au mime, à l'attitude. Être le héros fugace et temporaire du récit que l'on campe et auquel, pour mieux en fixer la mémoire, y entremêler les souvenirs personnels, les circonstances. Et, trouver un fil conducteur, et la manière d'émotion, non maîtrisée ou pas !

Elle peut être une image, un rythme, un grain de plaisir corrélé à l'icône filmique que l'on décrit, au souvenir que l'on veut en garder. C'est une chanson souvent car le paradoxe, c'est que l'émotion, quand elle habite un corps et une conscience, peut se réduire à un petit air, un refrain ou bien un simple geste, ébauche d'une gestuelle typée. Des mains dans les poches d'un imperméable. Une cigarette dans le jeu d'un poignet… Un accessoire, un habit et c'est la confiance trouvée. L'élaboration d'un caractère. L'apparition du film.

© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
Paradoxalement, plus Cendre Chassanne approfondit le plateau théâtral et le jeu, plus le spectateur de théâtre devient un spectateur pris sous l'emprise du cinéma. En quête de prise de vues.

Assurément, le spectateur entre dans le viseur et assiste à ces instants coupés au montage qui fondent les rushs. Captés, piégés par la caméra. Au spectateur de monter, de rêver le film dont il s'agit. Il n'est pas nécessaire qu'il ait vu l'ensemble pour le comprendre.

Dans ce spectacle, le spectateur est confronté au mot et à la chose, cette "matière à contes et récits" que l'on nomme "cinéma". Il Imagine. Et officie dans cette cérémonie populaire inventée par les frères Lumière par laquelle le spectateur, après s'être imprégné en solitaire de sons d'images et de voix, éprouve des émotions, les raconte, les partage avec qui est supposé les avoir aussi ressenties. Et composer entre chaque spectateur comme un concerto le va-et-vient d'une génération, d'une époque. LE film. SON film. "Nos films".

© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
Il est fait par ce mode théâtral une mise en abyme de ce qui nous habite tous. Le souvenir de la chambre noire. Cette prise de conscience de l'ombre qui nous accompagne et de son reflet qui nous poursuit. Cet objet évanescent qui, depuis l'apparition de la lumière et de la chambre noire, peut être dès la caverne, assurément à la première flaque d'eau, assurément dès la première journée immobile quand seule l'ombre s'allonge et se raccourcit. Cet autre, ce semblable dédoublé entre soi et un support devant soi, ou par devers soi.L'ombre qui concrétise l'imaginaire… L'écran.

Dans "Nos films", le cinéma, pour une fois absent de l'écran, vibre intensément au cœur de nos rêves vécus en direct. Dans "Nos films", il est aussi question de théâtre. Ce qui accroît le plaisir.

P.S. : Le spectacle a été créé au printemps, en résidence du 25 février au 7 mars 2019, à l'Atheneum de Dijon. Cendre Chassanne est maintenant artiste associée au Volcan, au Havre, mais elle renforce en même temps l'ancrage de sa compagnie au Cinéma de Tonnerre (devenu Cinéma-Théâtre) où elle vient de terminer un événement avec les habitants.

Vu en octobre au Théâtre municipal Berthelot - Jean Guerrin à Montreuil (93).

"Nos films"

© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
9 solos
Conception, mise en scène, lumières et costumes : Cendre Chassanne.
Musique originale Roudoudou.
Création sonore, lumières et régie générale : Edouard Alanio.
De et avec : Nathalie Bitan, Pauline Bolcatto, Simon Bourgade, Cendre Chassanne, Isabelle Fournier, Jean-Baptiste Gillet, Carole Guittat, Cécile Leterme, Stéphane Szestak.
Durée : 2 h avec 2 entractes et pop-corn !
Production : Cie Barbès 35.
Coproduction : Le Volcan, Scène nationale du Havre, L'atheneum (Dijon).

Saison #1
Les enfants ils en savent plus que nous > Enfance et transmission.
"L'argent de poche" de François Truffaut par Carole Guittat.
"Ponette" de Jacques Doillon par Isabelle Fournier.
"Sans toit ni loi" d'Agnès Varda par Nathalie Bitan.

© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
© Thierry Ardouin-Tendance Floue.
Saison #2
La maison explose > Figures féminines et domination.
"Une femme sous influence" de John Cassavettes par Pauline Bolcatto.
"Le mariage de Maria Braun" de Rainer Werner Fassbinder par Cécile Leterme.
"Shining" de Stanley Kubrick par Cendre Chassanne.

Saison #3
To be or not to be...a man ? > Les hommes et la libération.
"Dupont Lajoie" d'Yves Boisset par Jean Baptiste Gillet.
"La meilleure façon de marcher" de Claude Miller par Simon Bourgade.
"La mort aux trousses" d'Alfred Hitchcock par Stéphane Szestak.

Tournée estivale
17 et 18 juillet 2020 : Zone i - Image et Environnement (en extérieur), Thoré La Rochette.
25 juillet 2020 : Château de Chateauneuf-en-Auxois (plateau en extérieur), entrée gratuite sur réservation (L'argent de poche, Le mariage de Maria Braun, La mort aux trousses), Châteauneuf (21).
29, 30, 31 juillet et 1er août 2020 : 15e Rencontres de Monthelon (L'argent de poche, Sans toit ni loi, Shining), Château de Monthelon, Route de Montbard, Montréal (89).

Jean Grapin
Mardi 21 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020