La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Nancy Jazz Pulsations… Talents sous Chapiteau

Le Nancy Jazz Pulsations (NJP), pour sa quarante-sixième édition, est toujours au rendez-vous des découvertes musicales avec, au-delà du jazz depuis quelques années, des sonorités venues d'ailleurs. Les cuivres, la rythmique des cordes, le tempo des percussions ont accompagné durant notre deuxième soirée des chansons en espagnol, en langue béninoise, en anglais et en arabe.



¿ Who's the cuban ? © DR.
¿ Who's the cuban ? © DR.
Notre deuxième excursion au NJP a des parfums d'Amérique, d'Afrique et d'Asie. Cela nous mène à la salle du Chapiteau avec le groupe ¿ Who's the cuban ?. Ce sont les Caraïbes en plein département de Meurthe-et-Moselle composé aussi depuis peu par un ensemble de cuivres venu de la région. Le groupe français le plus cubain qui soit, selon leur chanteuse colombienne Pao Barreto, existe depuis 2008 mais a choisi ce nouveau nom en 2018.

Loin d'être une décision anodine, ils ont ouvert leur spectre musical en fusionnant des styles différents dans leur dernier album "Circo circo" (2019), taquinant mêle la pop. C'est très entraînant avec des chants souvent en chœur ou en appui. Les instruments à vent sont très présents et donnent un accent joyeux. Les cordes, accompagnées par les percussions, accompagnent les chansons par une base mélodique riche de notes. Les cuivres, les voix, tout participe à une légèreté heureuse.

On ne présente plus Angélique Kidjo qui marque, depuis près de quarante ans, le monde de la musique en se battant, même lors de son concert, pour le rapprochement des peuples et des cultures. Elle est accompagnée sur scène de musiciens venus du Nigeria, de la Guadeloupe, de la Martinique et des USA. Elle rend hommage dans son dernier album "Celia" (2019) à Celia Cruz (1925-2003), la reine de la salsa.

Angélique Kidjo © Laurent Seroussi.
Angélique Kidjo © Laurent Seroussi.
Les chansons sont virevoltantes, pleines de vie à l'image de l'artiste sur scène. Tout est syncopé avec un tempo qui laisse peu de place à des silences. Ça bouge dans les cordes, les percussions. Le corps en avant, la voix haut perchée, l'allure toujours aussi élégante, elle chante aussi bien en fon, yoruba, mina, anglais qu'en français. Elle finit le concert en descendant dans le public pour le faire fredonner et danser.

Place à Max Romeo and Family. Du haut de ses soixante-onze ans, il est venu avec sa fille Azana Smith - une voix des plus cuivrées - et son fils Azizzi Romeo qui est, lui, dans une tessiture plus grave. À tour de rôle, chacun est sur scène, le père semblant donner le relais à ses enfants pour revenir ensuite pour le final.

Le Jamaïcain a composé "Revelation time" (1975) le premier album concept reggae et l'incontournable "War ina Babylon" (1976). Il est toujours inspiré avec un tempo rapide qui n'a pas perdu, depuis plus de quarante ans, sa superbe. Son dernier album "Words from The Brave" (2019) le prouve avec des compositions très charpentées sur le sacro-saint rythme du reggae et, surtout, sa voix, toujours aussi veloutée, n'a pas pris une ride.

Max Romeo © Valentin Campagnie.
Max Romeo © Valentin Campagnie.
Puis ce fut au tour d'Omar Souleyman accompagné d'un clavier et d'une boîte à rythmes. La musique est électronique avec du chaâbi, festif, populaire et présent dans différents pays du Maghreb et du Moyen-Orient. L'artiste syrien a démarré en 1994 en chantant dans les mariages et a été repéré en 1997 par Mark Gergis avec ses compositions sous presse. Cela balance avec un tempo très dansant. Moins dans mon tripe toutefois car le chaâbi est soutenu par une boîte à rythmes, direction qu'il peut prendre parfois, et me semble casser l'ADN de celui-ci.

Ça a envoyé du sérieux et du qualitatif sous le chapiteau, avec des artistes très différents venus des quatre coins du monde. Les oreilles ont été aux premières loges d'une soirée qui a tenu toutes ses promesses. Avec le NJP, Nancy devient la reine des musiques du monde pendant une dizaine de jours.

"Nancy Jazz Pulsations"

Omar Souleyman à La Vapeur (Dijon) en 2018 © Philippe Malet.
Omar Souleyman à La Vapeur (Dijon) en 2018 © Philippe Malet.
Du 9 au 19 octobre 2019.
Chapiteau de la Pépinière, Magic Mirrors, Salle Poirel, Théâtre de la Manufacture, L'Autre Canal, Le Hublot et Opéra national de Lorraine.
Rens. : 03 83 35 40 86 (pas de réservation par téléphone).
>> nancyjazzpulsations.com
>> Programmation du NJP

Soirée du 11 octobre 2019.
¿ Who's the cuban ?
World-latin-jazz/France
Pao Barreto (chant, guitare, maracas), Dayron Ramirez Hernandez (chant, trompette), Sylvain Richard (trombone, chœurs), Cedric Geremia (guitare, chœurs), Olivier Duranton (claviers, chœurs), Olivier Herrmann (basse, chœurs), Thibaut Chipot (batterie, percussions).

Angélique Kidjo, hommage à Celia Cruz
Salsa cubaine/Bénin
Tony Allen (batterie), Meshell Ndegeocello (basse), Shabaka Hutchings (saxophone), David Donatien (percussions).

Max Romeo and Family
Reggae/Jamaïque
Rico Gaultier (saxophone), Pierre Chabrèle (trombone), Dominique Marie Joseph
(basse), Rudi Benett (claviers), Jason Wilson (batterie), Greg Emonet (guitare), Xavier Bornens (trompette).

Omar Souleyman
Électro-chaâbi/Syrie

Safidin Alouache
Jeudi 17 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022