La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Musique à L’Emperi : Salon de musique, Salon d’amour

Le Festival international de musique de Salon-de-Provence, créé par un trio de passionnés en 1992, débutera le 29 juillet 2014 avec une riche programmation de musique de chambre sur le thème des grandes passions amoureuses. Une 22e édition à ne pas manquer avec la venue de maints interprètes de premier plan telle la mezzo Karine Deshayes.



© Nicolas Tavernier.
© Nicolas Tavernier.
À l'origine trois amis, chambristes de cœur, décident qu'ils vont réunir une trentaine d'artistes d'envergure au cœur de cette Provence où le pianiste Éric Le Sage a ses racines et qu'adorent le flûtiste Emmanuel Pahud et le clarinettiste Paul Meyer. Tous les ingrédients sont réunis pour que ce festival devienne le troisième rendez-vous musical de la région avec ceux de La Roque d'Anthéron et d'Aix-en-Provence : un lieu magique (le château gothique de l'Emperi sur son promontoire rocheux et sa cour Renaissance), une programmation pointue faisant la part belle au grand répertoire comme à la modernité, des artistes aux carrières internationales bien établies. Deux concerts par jour dans une ambiance décontractée aux antipodes des concerts institutionnels habituels.

Le public connaît bien désormais Emmanuel Pahud, le soliste du Philharmonique de Berlin, qui codirige ce festival avec ses deux complices, Éric Le Sage (ce digne représentant de l'école française de piano qui poursuit depuis 2006 son intégrale des œuvres de Robert Schumann) et Paul Meyer, concertiste et maintenant chef d'orchestre. Cette année, ils entendent nous parler d'amour en musique avec des compositeurs tels les époux Schumann ou Johannes Brahms, avec des sérénades, des romances et des lieds de Fauré à Bizet ou Debussy, avec des grandes œuvres de Schubert, Prokofiev, Mozart ou Messiaen. Cette année encore la musique contemporaine n'est pas oubliée avec trois créations de Philippe Hersant, Jérôme Combier et Christian Rivet.

Emmanuel Pahud, Éric Le Sage et Paul Meyer © Nicolas Tavernier.
Emmanuel Pahud, Éric Le Sage et Paul Meyer © Nicolas Tavernier.
Tout juste en congé de l'opéra Garnier où elle vient de chanter le rôle titre de Monteverdi dans "Le couronnement de Poppée", l'irrésistible mezzo Karine Deshayes vient pour la première fois à l'Emperi interpréter les "Chansons de Bilitis" de Debussy, en digne héritière de son mentor Régine Crespin - un cycle admirable composé à partir de poèmes de Pierre Louÿs par l'habitué des mardis de Mallarmé -, entre nombreux autres chefs-d'œuvre de la musique romantique ou post-romantique. Les habitués tel le pianiste Franck Braley côtoieront les nouveaux (le pianiste Adam Laloum, le violoncelliste Julian Steckel) et non des moindres (pas moins de trois solistes du Berliner Philharmoniker accompagneront Emmanuel Pahud).

Surtout ne ratez pas les ténors de cette 22e édition. Tout d'abord le jeune Jean-Jacques L'Anthoën - en congé de l'ensemble "Pygmalion" - et l'allemand Julian Prégardien à la carrière déjà bien remplie et qui brille en marchant dans les traces de son père Christoph. C'est dans le répertoire du lied qu'il vient confirmer son expertise à l'Emperi après la sortie remarquée de son CD "An die Geliebte" chez Myrios Classics. On ne ratera pas non plus le spectacle gratuit du deux août sur la place Saint-Michel avec le Concert de marimba de Ria Ideta.

Du 29 juillet au 8 août 2014.

Renseignements et réservations : 04 90 56 00 82.
info@festival-salon.fr
>> festival-salon.fr

Concerts de 18 h : Église Saint-Michel Salon-de-Provence (13).
Concerts de 21 h : Château de l'Emperi Salon de Provence (13).

Christine Ducq
Dimanche 27 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020