La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Concerts

Musique à L’Emperi : Salon de musique, Salon d’amour

Le Festival international de musique de Salon-de-Provence, créé par un trio de passionnés en 1992, débutera le 29 juillet 2014 avec une riche programmation de musique de chambre sur le thème des grandes passions amoureuses. Une 22e édition à ne pas manquer avec la venue de maints interprètes de premier plan telle la mezzo Karine Deshayes.



© Nicolas Tavernier.
© Nicolas Tavernier.
À l'origine trois amis, chambristes de cœur, décident qu'ils vont réunir une trentaine d'artistes d'envergure au cœur de cette Provence où le pianiste Éric Le Sage a ses racines et qu'adorent le flûtiste Emmanuel Pahud et le clarinettiste Paul Meyer. Tous les ingrédients sont réunis pour que ce festival devienne le troisième rendez-vous musical de la région avec ceux de La Roque d'Anthéron et d'Aix-en-Provence : un lieu magique (le château gothique de l'Emperi sur son promontoire rocheux et sa cour Renaissance), une programmation pointue faisant la part belle au grand répertoire comme à la modernité, des artistes aux carrières internationales bien établies. Deux concerts par jour dans une ambiance décontractée aux antipodes des concerts institutionnels habituels.

Le public connaît bien désormais Emmanuel Pahud, le soliste du Philharmonique de Berlin, qui codirige ce festival avec ses deux complices, Éric Le Sage (ce digne représentant de l'école française de piano qui poursuit depuis 2006 son intégrale des œuvres de Robert Schumann) et Paul Meyer, concertiste et maintenant chef d'orchestre. Cette année, ils entendent nous parler d'amour en musique avec des compositeurs tels les époux Schumann ou Johannes Brahms, avec des sérénades, des romances et des lieds de Fauré à Bizet ou Debussy, avec des grandes œuvres de Schubert, Prokofiev, Mozart ou Messiaen. Cette année encore la musique contemporaine n'est pas oubliée avec trois créations de Philippe Hersant, Jérôme Combier et Christian Rivet.

Emmanuel Pahud, Éric Le Sage et Paul Meyer © Nicolas Tavernier.
Emmanuel Pahud, Éric Le Sage et Paul Meyer © Nicolas Tavernier.
Tout juste en congé de l'opéra Garnier où elle vient de chanter le rôle titre de Monteverdi dans "Le couronnement de Poppée", l'irrésistible mezzo Karine Deshayes vient pour la première fois à l'Emperi interpréter les "Chansons de Bilitis" de Debussy, en digne héritière de son mentor Régine Crespin - un cycle admirable composé à partir de poèmes de Pierre Louÿs par l'habitué des mardis de Mallarmé -, entre nombreux autres chefs-d'œuvre de la musique romantique ou post-romantique. Les habitués tel le pianiste Franck Braley côtoieront les nouveaux (le pianiste Adam Laloum, le violoncelliste Julian Steckel) et non des moindres (pas moins de trois solistes du Berliner Philharmoniker accompagneront Emmanuel Pahud).

Surtout ne ratez pas les ténors de cette 22e édition. Tout d'abord le jeune Jean-Jacques L'Anthoën - en congé de l'ensemble "Pygmalion" - et l'allemand Julian Prégardien à la carrière déjà bien remplie et qui brille en marchant dans les traces de son père Christoph. C'est dans le répertoire du lied qu'il vient confirmer son expertise à l'Emperi après la sortie remarquée de son CD "An die Geliebte" chez Myrios Classics. On ne ratera pas non plus le spectacle gratuit du deux août sur la place Saint-Michel avec le Concert de marimba de Ria Ideta.

Du 29 juillet au 8 août 2014.

Renseignements et réservations : 04 90 56 00 82.
info@festival-salon.fr
>> festival-salon.fr

Concerts de 18 h : Église Saint-Michel Salon-de-Provence (13).
Concerts de 21 h : Château de l'Emperi Salon de Provence (13).

Christine Ducq
Dimanche 27 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019