La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Monsieur Kaïros"… Relier les imaginaires que tout semble séparer

"Monsieur Kaïros", Le Lucernaire, Paris

Dans "Monsieur Kaïros" de Fabio Alessandrini, le héros est un écrivain qui tâtonne, bute sur la page. Le personnage de son roman en gésine est un médecin militaire qui zigzague dans le désert d'Afghanistan, sauvant les vies, accompagné de sa belle assistante et de ses interprètes lorsque explose une bombe. Par la nécessité du récit, il a survécu secouru par un inconnu. Hébété.



© Christophe Leclaire.
© Christophe Leclaire.
L'écrivain a un besoin urgent de vraisemblance, de cohérence. C'est à s'arracher les cheveux, à se prendre la tête, à se la taper contre les murs. D'autant plus durement que, justement, surgit de nulle part, un homme, un inconnu, dont la vie s'inscrit parfaitement dans le fil du récit. À la fois totalement semblable et pourtant absolument différente. L'histoire vire. Les deux hommes, soumis à un interrogatoire haletant de la réalité, luttent contre l'hallucination.

Dans "Monsieur Kaïros ", il est question d'un auteur en quête d'un personnage et de la surprise qui découle d'une rencontre improbable. Entre une réalité qui dépasse la fiction et une fiction qui a besoin de la vraisemblance, le texte assume sa dimension néo pirandellienne et dans l'alternance des séquences qui mettent en lumière la différence des points de vue, le spectateur a le plaisir de retrouver l'essence du théâtre. Celui d'un dialogue qui, dans l'échange des arguments, la présence physique des comédiens et la souplesse du jeu, favorise le glissement des réalités et fait avancer la réflexion du spectateur.

© Christophe Leclaire.
© Christophe Leclaire.
Yann Collette et Fabio Alessandrini sont deux comédiens unis dans la réciprocité du jeu comme en une gémellité parfaite. À égalité de puissance, l'un dévore l'autre et l'autre l'un dans un équilibre parfait. Le temps est suspendu pendant que se propage le doute sur le caractère tangible ou imaginaire de la scène.

Dans cette dimension fantastique, la réalité théâtrale masque et démasque, rend présente une dimension du réel que justement l'écrivain, abrité derrière son ordinateur, animé par la toute-puissance des archétypes qu'il manie et par un désir d'héroïsme qu'il veut instiller dans son récit, répugne à dire, veut esquiver : celui de l'obscénité de toute scène de guerre, de la trivialité des destins ou de la simplicité de la vie. Il suffirait d'un Kaïros, une touffe d'imaginaire, un moment fugace, un déclic, pour que le récit de l'écrivain soit relié aux différents Théâtres du monde. Le sien, le nôtre.

Dans ce spectacle, l'auteur et les comédiens cernent, rendent sensibles, par les moyens du théâtre, par la qualité du jeu, le cheminement du récit et, osons le dire, l'intelligence du propos, cet instant qui relie les imaginaires que tout semble séparer.

Sur scène un cendrier ou bien toltèque ou bien aztèque (selon les points de vue) est sur un point de bascule. Tout un symbole.

Le spectateur apprécie et applaudit.

"Monsieur Kaïros"

© Christophe Leclaire.
© Christophe Leclaire.
Texte : Fabio Alessandrini.
Mise en scène : Fabio Alessandrini.
Assistante mise en scène : Sonia Masson.
Avec : Yann Collette et Fabio Alessandrini.
Scénographie et image vidéo : Jean-Pïerre Benzekri.
Lumière : Jérôme Bertin.
Son : Nicolas Coulon.
Cie Teatro di Fabio.
Durée : 1 h 10.

Du 19 octobre au 3 décembre 2016.
Du mardi au samedi à 21 h.
Théâtre Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Jean Grapin
Lundi 24 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020