La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mon père (pour en finir avec)" Reçu pour solde de tout compte…

La famille, nid de prédilection de toutes les névroses, constitue une source inépuisable d'inspiration pour les dramaturges avides d'explorer la veine des joutes intrafamiliales. Pierre Notte, dont le goût pour le cabaret, le boulevard et les comédies est (re)connu, signe ici une comédie aux parfums entêtants sur un clan au bord de l'implosion lorsque, à l'initiative de leur mère, les deux frères et la sœur se trouvent réunis par surprise sous le toit commun, le patriarche quant à lui étant occupé à agoniser à l'étage… En proie aux fantômes de leur passé qui implose, une déferlante va envahir le plateau.



© Éric Schoenzetter.
© Éric Schoenzetter.
La psychologie collective nous a appris que le sujet se construit à partir du modèle familial qui l'a façonné (là, un pater familias aux mœurs des plus avariées et une mère gentiment détraquée) et vis-à-vis duquel il se sent redevable en faisant symptôme. Ainsi les héritiers présents sont-ils tributaires, chacun à sa façon, de leur roman familial, la réalité n'étant qu'un mythe à géométrie variable. Pas étonnant alors que les rejetons regroupés autour d'une mère truculente aient bruyamment à "donner du je", du grand fils souffrant du complexe d'être le non-aimé, au frère adopté occupant la place du "fils préféré", en passant par la sœur ainée obsédée par l'idée partagée avec le père de descendre à la cave pour y chercher une bouteille.

Après avoir ouvert la séance par un petit précis de théâtre (tiré de son opus "L'effort d'être spectateur") magnifiant l'imaginaire de celui qui regarde, et cité à l'appui Marguerite Duras ("C'est le manque qui donne à voir"), le deus ex machina en la personne de leur metteur en scène présent sur le plateau va tirer les fils de chacun des personnages pour mieux faire entendre le concert des frustrations héritées. La cacophonie de révélations abracadabrantesques se succédant à la vitesse du son, comme les tirs d'une sulfateuse endiablée, crée une tornade d'effets dont le parti pris assumé vise à déclencher le rire, fût-il grinçant.

Ainsi, venant hanter le calvaire des vivants, défileront les confessions des fantômes convoqués par ces âmes en peine. En particulier les révélations des victimes des frasques du "pas encore disparu", réapparu là pour rendre l'âme après dix ans d'éclipse… Dans un maelström se mêlent pêle-mêle le clitoris de la jeune tante(atrice) et son petit sac à main rose passant de main en main, "organe vital" vivant son existence de substitut freudien du vagin visité naguère par le père à peine pubère. Puis viendra le temps du fantôme de sa première aimée éconduite, s'étant échinée sa vie durant à vouloir "donner son amour à quelqu'un qui n'en veut pas" (clin d'œil à la définition "d'aimer" du psychanalyste Jacques Lacan)… Ajoutons à ce début d'inventaire "fantomatique", l'apparition de la séduisante jeune fille en rouge, séduite à quatorze ans par le patriarche, et avortée au sécateur par le fantôme du jardinier repentant.

© Éric Schoenzetter.
© Éric Schoenzetter.
Autre tableau et même procédé à visée comique lorsque l'auteur place dans la bouche du banquier venu solder la succession : "Il y a des héritiers, mais aucun testament". Cette fois-ci, le clin d'œil est adressé au poète René Char – "Notre héritage n'est précédé d'aucun testament" – dont la pensée est accommodée à la sauce de l'auteur en veine d'inspiration… "C'est comme un pudding, on peut mettre n'importe quoi", saillie synthétique du concepteur du projet artistique sentant, qu'à toutes fins utiles, il serait bon de rappeler une fois pour toutes – par le biais de l'un de ses personnages – que l'on est bien là dans un second degré manifeste.

Le portrait de ce père, alcoolique, sans foi ni loi, sera encore complété par une révélation dévoilant pourquoi le fils adopté est devenu ipso facto "le fils préféré". En effet, lorsque le fantôme du psychiatre avance au "petit métis des colonies" venu le consulter : "La crème de votre père, matière blanche et liquide sur votre bouche, vous empêche de crier…", il n'y a plus guère d'équivoque sur la nature de la préférence que lui accordait son père adoptif.

Le côté hard de la peinture de ce père abuseur se double de la hardiesse se voulant décomplexée des registres de langue s'entrecroisant comme les vivants et les morts se croisent dans un flux et reflux donnant le tournis. Pour exemple, on citera le jeu de mots à faire s'étrangler la plus austère des bigotes ("avec plus que lisieux pour pleurer") ou le langage cru brandit comme un doigt d'honneur adressé à qui le prendra pour lui ("tu te mets le doigt dans l'œil, ça le changera des fesses").

Quant à la chute – c'est une comédie, humaine… –, elle célébrera la mort du père par une réconciliation des frères, de la sœur et de la mère, tous réunis autour de la dépouille pas encore refroidie, dont on aura pris soin de brûler les carnets pour réduire en cendres les traces écrites à haute valeur toxique… Le temps est enfin venu de recomposer de toutes pièces un autre récit du patriarche, un récit… "aimable".

Au terme de cette représentation, menée tambour battant par des comédiennes et comédiens au-dessus de tous soupçons (de belles performances sont à mettre à leur actif), on n'est pas cependant sans ressentir une certaine insatisfaction… Sans nier aucunement l'intérêt des intentions nourrissant ce projet – déglinguer la figure du patriarche, engendreur de névroses familiales –, on se demande si mêler autant d'ingrédients de natures opposées (bouffonneries, arlequinades, drames et abjections) dans la même proposition est une bonne idée dramaturgique, "l'effet non désiré" se soldant par une confusion assourdissante. La comédie, y compris grinçante, exige sans doute plus de rigueur dans son traitement et son écriture, moins de surcharges, les ficelles utilisées là pouvant parfois prendre allure de cordes.

"Mon père (pour en finir avec)"

© Éric Schoenzetter.
© Éric Schoenzetter.
Texte : Pierre Notte, édité aux éditions L'avant-scène théâtre.
Mise en scène : Pierre Notte.
Avec : Muriel Gaudin, Benoît Giros, Silvie Laguna, Pierre Notte, Shékina, Clyde Yeguete.
Collaboration artistique : Éric Schoenzetter.
Lumières : Éric Schoenzetter.
Costumes : Sarah Leterrier.
Production : Compagnie Les Gens qui tombent.
À partir de 14 ans.
Durée : 1 h 25.

Représenté les 9 et 10 Février au Théâtre du Pont Tournant à Bordeaux.
>> theatreponttournant.com

Tournée
Représenté du 29 juin au 21 juillet 2024 à 21 h 30 dans le jardin du Théâtre des Halles à Avignon (84), dans le cadre du Festival Off d'Avignon
Relâche le mercredi.
Théâtre des Halles.
Réservation : 04 32 76 24 51.

Yves Kafka
Mardi 27 Février 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024