La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

Memento Mori et Faun… L'au-delà du Classique

À la grande Halle de la Villette, Sidi Larbi Cherkaoui, accompagné du ballet royal de Flandre, a présenté deux de ses créations qui sont le prolongement l'une de l'autre dans une même thématique, celui du compagnonnage de la vie et de la mort.



"Memento Mori" © Alice Blangero.
"Memento Mori" © Alice Blangero.
C'est un diptyque, autour de deux créations de Sidi Larbi Cherkaoui avec "Memento Mori" (2017) et "Faun" (2009). Autant la première est enrobée de clair-obscur dans lequel l'obscurité a pris le gouvernail, autant pour la seconde, la lumière balaye les planches en reine. L'une est noire, l'autre blanche. Les deux spectacles sont antinomiques dans leur scénographie mais gardent un axe commun, celui de la vie incarnée dans un pas de deux autant artistique qu'amoureux, et ce durant les deux chorégraphies.

Dans "Memento Mori" (souviens-toi que tu vas mourir), expression latine séculaire, le couple est entouré d'interprètes qui passent de façon transversale le plateau avec énergie et en pas de deux, habillés de noir. Tout est mouvement, plus ou moins rapide, comme un flot avec une fixité au centre de la scène, celle de notre duo qui raconte une histoire d'amour, les gestes formant un récit.

"Memento Mori" © Alice Blangero.
"Memento Mori" © Alice Blangero.
Les amants apparaissent éclairés par une faible lumière qui prend petit à petit de l'intensité. Au-dessus d'eux, un ensemble de trois cercles lumineux de différentes tailles, entourés de matière, les plonge dans un halo protecteur. Les passages et danses de groupe symbolisent ceux des rives du Tartare. C'est une lutte, sans violence, entre Éros et Thanatos, comme si celui-ci pouvait embrasser son rival et l'étreindre.

Mais la vie reste stable, sûre d'elle, jamais inquiétée par ces déplacements, comme ceux de planètes autour d'une étoile. Elle est au milieu de ces corps portés, de ces pointes qui avancent en canon, de ces jambes qui se lèvent légèrement tendues où la danse classique, dans une tonalité sombre avec une musique un peu austère, presque de fiction, rejoint celle d'un temps futuriste.

"Memento Mori" © Alice Blangero.
"Memento Mori" © Alice Blangero.
Elle joue ses gammes avec sa gestuelle et donne aux visages de ces deux sœurs, pas aussi antagonistes qu'il y paraît, une gestique certaine nourrie de force… Car la mort fait partie de la vie. Pas de lutte, de combat entre elles dans la représentation. Elles ne se touchent pas, ne se voient pas, ne se calculent pas. Pour le pas de deux, ce sont des attitudes dansées dans lesquelles le corps reste souvent en équilibre.

Pour les déplacements scéniques, comme venus du royaume de Thanatos, des mouvements amples viennent presque réveiller cette noirceur quand le couple est dans des attitudes plus ramassées. C'est la légèreté habillée de sombre dans une scénographie un peu froide, à dessein, déchirée par un cri autour de virevoltes, comme un accent de danse latine.

"Faun" © Nicha Rodboon.
"Faun" © Nicha Rodboon.
"Faun" est librement inspiré de la pièce "Après-midi d'un faune" (1912) créé par Ninjinsky (1889-1950) sur une musique de Debussy (1862-1918). Un autre couple apparaît seul sur scène comme l'éclosion de deux graines, de deux êtres qui n'en font qu'un. L'un est avec l'autre, l'un est sur l'autre, l'un est à côté de l'autre. Presque repliés et légèrement allongés, ils sont au sol, troncs, pieds et jambes le caressant comme l'humus de leur rencontre. Le plateau est leur terre nourricière.

Leurs membres inférieurs prennent appui respectivement sur la plante des pieds de chacun d'eux. Les corps se touchent, les têtes se retrouvent au sol, les troncs côte à côte dans une chorégraphie où la danse classique perd quelque peu de sa hauteur pour faire de ce pas de deux un moment de fusion chaleureuse. Les danseurs sont liés l'un à l'autre aux membres supérieurs se tenant aux épaules pour tournoyer. Nous assistons presque à une naissance de deux êtres qui n'existent l'un que pour l'autre. L'un est le reflet de l'autre.

"Faun" © Filip Van Roe.
"Faun" © Filip Van Roe.
Ils prennent leur sève, leur force de cet appui au sol. Les corps, jambes appuyées sur les planches, reculent en tressaillant. La scène devient l'espace d'un instant une intimité, celui d'une naissance où ils se touchent pour ne jamais se séparer. Tout est douceur avec quelques vigueurs quand la taille est prise des deux mains pour qu'ils se retrouvent au même niveau. La luminosité baigne le plateau avec quelques arbres, une nature éparse dessinée en arrière-scène. Les interprètes se lient, se cherchent, peau contre peau, tronc contre tronc, comme pour s'apprivoiser.

"Memento Mori" est antinomique de "Faun", comme thèse et antithèse d'un même thème qui est celle de la vie et de la mort, comme compagnons de route.

"Memento Mori" et "Faun"

"Faun" © Filip Van Roe.
"Faun" © Filip Van Roe.
"Memento Mori"
Créé à Monaco le 19 juillet 2017.
Chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui.
Scénographie : Amine Amharech.
Costume : Jan-Jan Van Essche.
Création lumières : Fabiana Piccioli.
Musique : Woodkid.
Assistants lumières et scénographie : Sander Loonen.
Répétiteurs : Jason Kittelberger, Oscar Ramos.

"Faun"
Créé à Londres au Sadler's Wells le 13 octobre 2009.
Chorégraphie : Sidi Larbi Cherkaoui.
Costumes : Hussein Chalayan.
Scénographie et lumières : Adam Carrée.
Musique : Nitin Sawhney, Claude Debussy (Prélude à l'après-midi d'un faune).
Répétiteurs : James O'Hara, Yevgeniy Kolesnyk, Virginia Hendricksen.

"Faun" © Filip Van Roe.
"Faun" © Filip Van Roe.
Maître de ballet : Gabor Kapin, Olivier Patey, Joëlle Auspert.
Danseurs : Nancy Osbaldeston, Juliet Burnett, Claudio Cangialosi, Matt Foley, Philippe Lens, Sébastien Tassin, Shelby Williams, Anastasia Paschali, Brent Daneels, Nini de Vet, James Waddell, Nicola Wills, Zoë Ashe-Browne, Viktor Banka, Morgana Cappellari, Anaïs De Caster, Daniel Domenech, Clàudia Gil Cabús, Mikio Kato, Arthur Louarti, Ruka Nakagawa, Nicha Rodboon, Aiko Tanaka, Lateef Williams, Robbie Moore, Joseph Kudra.

Directeur artistique : Sidi Larbi Cherkaoui.
Directeur de la compagnie : Kiki Vervloessem.

Tournée
Memento Mori
Du 19 au 21 septembre 2019 : Cirque Royal de Bruxelles (Belgique).

Faun
Du 19 au 21 septembre 2019 : Cirque Royal de Bruxelles (Belgique).
28 et 29 octobre 2019 : Théâtre Royal Norwich (UK).
1er et 2 novembre 2019 : Festival Theatre, Edinburgh (UK).
12et 13 novembre 2019 : Hippodrome, Birmingham (UK).
Du 18 au 23 novembre 2019 : Sadler's wells, Londres (UK).
13au 15 et 17 mars 2020 : Theater 'T Eilandje, Anvers (Belgique).

Safidin Alouache
Dimanche 7 Juillet 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.









À découvrir

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !

Ce projet, mené par l'association He le'ale'a qui initie des actions culturelles d'envergure tout au long de l'année dans les Hautes-Alpes, se déroulera le 13 et le 20 août. La première date sera dédiée à la danse et au blues. Un événement à vivre sur l'eau sous le regard protecteur du Grand Morgon et de son pic trônant à 2324 m.

L'îlot de la Chapelle Saint-Michel, lieu emblématique du Lac de Serre-Ponçon et des Hautes-Alpes, une scène culturelle !
He le'ale'a n'en est pas à sa première expérience pour ce qui est d'inviter les pratiques artistiques et les artistes de renom dans des lieux insolites. Il y a eu récemment la deuxième édition de "Musique au Sommet" des concerts de musiques actuelles (swing, jazz, rock, soul, folk, etc.) dans un village de 300 habitants, Prunières, en dehors des lieux touristiques… une scène comme suspendue entre les crêtes du domaine skiable de la station de Réallon et le Lac de Serre-Ponçon pour 3 concerts à des altitudes différentes…

Et, aujourd'hui, l'îlot Saint-Michel qui s'inscrit dans ces propositions alliant cadre exceptionnel, valorisation du patrimoine - qu'il soit bâti ou environnemental - et excellence artistique. L'îlot deviendra ainsi une scène naturelle qui se prêtera à partir de 19 h à un Drive-in Boat accueillant des artistes de la musique et de la danse.

Une distanciation de fait, à l'heure du COVID, pour un coucher de soleil inoubliable. Le 13 août, c'est l'artiste international de blues, Cisco Herzhaftet qui sera sur scène et jouera les morceaux de son nouvel albu. En première partie, la Compagnie Isabelle Mazuel, de Briançon, présentera un spectacle de danse contemporaine intitulée "Fauteuil d'extérieur". Le 20 août, la couleur musicale sera Pop-Jazz.

Gil Chauveau
06/08/2020
Spectacle à la Une

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire

C'est du 8 au 15 août 2020 que se déroulera cette nouvelle édition avec la présence sur scène de Natasha St-Pier, du groupe de rock Mes souliers sont rouges, du Trio Sortilège, du Morand Cajun Band, de Pascal Periz (ex-chanteur du groupe Pow Wow), entre autres.

La Semaine Acadienne fête son quinzième anniversaire
Créée en 2006 pour rendre hommage aux soldats Acadiens ayant débarqué en 1944 sur la Côte de Nacre, la Semaine Acadienne est aujourd'hui un festival qui perpétue ces commémorations mais surtout s'est révélé être l'une des manifestations phares consacrées à la musique traditionnelle et d'aujourd'hui de l'Acadie, avec des artistes venant des deux rives de l'Atlantique.

Malgré un contexte difficile dû à la crise du Covid-19, a Semaine Acadienne revient pour souffler ses quinze bougies avec de grands artistes mais également avec ateliers, animations, conférences, projections de documentaires, cérémonies commémoratives en hommage aux soldats Acadiens, bal country, randonnée pédestre sur les traces des soldats canadiens, défilé de voitures anciennes. Tous les incontournables du festival seront bien au rendez-vous.

Gil Chauveau
04/08/2020
Sortie à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020