La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Coulisses & Cie

"Melone Blu"… Conte écologiquement responsable

Si la pérennité de la planète et la vie future de nos enfants nous importent, obligation nous est faite de réduire de manière conséquente notre utilisation de matières polluantes comme le plastique et d'avoir une attitude écoresponsable, notamment en pratiquant la récupération et en usant de matériaux recyclés. Conte écologique, "Melone Blu" montre l'exemple et ses créateurs jouent la cohérence en ayant des pratiques adaptées aux enjeux environnementaux qui nous préoccupent aujourd'hui.



"Melone Blu", répétition au Théâtre © Cie La Poursuite du Bleu.
"Melone Blu", répétition au Théâtre © Cie La Poursuite du Bleu.
Fable miroir de nos préoccupations actuelles, "Melone Blu" (comprendre "melon bleu", of course !) est une histoire - du progrès et de ses conséquences - qui naît de la découverte puis de la culture d'un fruit aux vertus quasi miraculeuses… se déroulant sous le "règne" de trois générations qui, tout au long de leur vie, vont aggraver certaines erreurs commises par leurs aïeux. Mauvais choix, mauvaises décisions, appât du gain, robotisation, prise de conscience trop tardive… Agriculture/utopie, technologie/progrès et péril/remise en question, trois phases qui vont profondément transformer l'île bleue et modifier le destin des hommes.

Ces trois dramaturgies à l'envergure et à l'urgence universelles - bien que fictionnelles, elles s'inscrivent dans notre réalité - composent et structurent la nouvelle création de Samuel Valensi, conte écolo, alarmant, mais qui joue sur le merveilleux pour mieux éclairer un monde qui aspire au changement.

Samuel Valensi et Julie Mahieu, scénographe © Cie La Poursuite du Bleu.
Samuel Valensi et Julie Mahieu, scénographe © Cie La Poursuite du Bleu.
Mais ce dernier ne doit pas être une simple posture théâtrale, c'est du moins la conviction de la Cie La Poursuite du Bleu (fondée en 2014 par Samuel Valensi) qui entend dire mais aussi faire. Les membres de la compagnie pensent que les récits peuvent changer le monde… En éveillant les consciences à travers une œuvre et en appliquant les principes qui émanent de celle-ci à eux-mêmes, actions pouvant alors avoir valeur d'exemple de cohérence pour les spectateurs "récepteurs".

Pour ce spectacle, l'équipe a donc pris plusieurs engagements dont certains se sont déjà concrétisés. C'est le cas pour la réalisation de la scénographie et pour la fabrication des costumes. "Dans mon cahier des charges, je me suis imposée de ne pas utiliser de plastique, très peu, voire pas du tout de matériaux neufs, pas de produits chimiques et de privilégier la récupération", indique Julie Mahieu, scénographe. Face à ce postulat de départ, le pari à gagner n'était pas simple, les fournisseurs n'existant pas forcément pour accompagner ce type de démarche… et c'est souvent le système D qui prévaut dans ces cas-là.

Sabine Schlemmer, costumière © Cie La Poursuite du Bleu.
Sabine Schlemmer, costumière © Cie La Poursuite du Bleu.
Pour autant, Julie Mahieu ne s'est pas démontée : "Pour les constructions de base du décor, nous sommes passés par la location pour avoir les structures en métal. Nous ne les avons pas construits nous-mêmes et donc aucune consommation de matériaux. Pour ce qui est de la récupération, cela nécessite une réelle capacité d'adaptation. Il fallait que je m'accommode de ce que nous pouvions avoir et je redessinais souvent le projet en fonction de ce que nous trouvions. Mais c'est bien, car cela stimule la création et on a toujours envie de trouver des solutions. On crée en même temps un réseau qui va nous aider à nous procurer des produits ignifuges bio ou des matériaux de construction bio."

C'est la même voie qu'a suivie Sabine Schlemmer, costumière, pour la réalisation de l'ensemble des costumes du spectacle. N'ont été utilisés que des matières "bio sourcés", récupérés ou recyclés. Dans une même logique durable, aucune matière plastique ne sera utilisée au cours de la création ; tous les trajets de la compagnie sont neutralisés en matière d'émissions carbone grâce à la plantation d'arbres ; tous les supports de communication et toutes les impressions nécessaires au travail de la compagnie devront être "bio sourcés", biodégradables, voire utilisables comme semences biologiques ; et lors de ses résidences, la compagnie a adopté un régime alimentaire durable.

© Cie La Poursuite du Bleu.
© Cie La Poursuite du Bleu.
Au-delà de la scène, d'autres engagements ont été pris dont la replantation de milliers d'arbres via la billetterie avec Reforest'action (entreprise à vocation sociale fondée en 2010) ; le spectacle financera des formations à l'agroécologie via un partenariat avec l'association Fermes d’Avenir ; des débats théâtralisés auront lieu, après certaines représentations, entre les spectateurs, des spécialistes reconnus sur les questions environnementales (agriculture et alimentation, rôle de l'arbre, etc.) proposant des solutions concrètes et les personnages de la pièce incarnés par les comédiens.

Rencontres théâtralisées les dimanches après la représentation avec l'équipe artistique et les spécialistes :
8 septembre : L'agriculture et l'alimentation comme leviers. Avec la participation de Pierre Pageot (Groupe SOS Transition Écologique) et de Florent Guhl (Agence BIO).
15 septembre : Le rôle de l'arbre. Avec la participation de Jules Castro (PUR Projet/Arbres d'Avenir). En partenariat avec Reforest'action.
22 septembre : en cours.

"Melone Blu"

© Cie La Poursuite du Bleu.
© Cie La Poursuite du Bleu.
Écriture et mise en scène : Samuel Valensi.
Le texte est édité à l'Avant-Scène théâtre sous le titre "La Merveilleuse histoire de Melone Blu".
Avec : Brice Borg, Michel Derville, Paul-Éloi Forget, Emmanuel Lemire, Valérie Moinet, Alexandre Molitor, François-Xavier Phan, Maxime Vervonck.
Scénographie : Julie Mahieu, assistée de Capucine Brisset.
Costumes : Sabine Schlemmer, assistée de Nathalia Galina.
Création Lumières : Ludovic Heime et Julie Lorant.
Création musicale et sonore : Léo Elso et Julien Lafosse.
Création Motion Design : Alexandre David.
Communication : Laureen Bonnet.
Production : Cie La Poursuite du Bleu, Mehdi Boufous et Samuel Valensi, assistés d'Isabelle Trofleau.
Durée : 2 h sans entracte.

Du 3 au 22 septembre 2019.
Du mardi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
Théâtre 13/Seine, Paris 13e, 01 45 88 62 22.
>> theatre13.com
>> lapoursuitedubleu.fr

Gil Chauveau
Dimanche 1 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019