La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Maya", un parfum de Broadway, une manière d'Huckelbury Finn

"Maya, une voix", Théâtre Essaion, Paris

Sur scène, quelques chaises, quelques patères, comme qui dirait un théâtre de bouts de ficelle servi par cinq comédiennes dans une kyrielle de personnages. Ceux qui ont croisé l'enfance de Marguerite Annie Johnson alias Maya Angelou. Maya Angelou poétesse, femme de conviction et combattante de la Liberté, qui aux côtés de Martin Luther King et Malcolm X sut dire non à la violence faite aux noirs, et aux femmes*.



© Laurent Sallard.
© Laurent Sallard.
Le rôle est tenu par Ursuline Kairson chanteuse et comédienne. Éblouissante d'énergie de justesse et de joie. Et par son entremise, soutenue par quatre comparses à la maîtrise du "show" indéniable, la pièce de théâtre devient comédie musicale. Les dialogues enclenchant des chants a capella en autant de reprises de standards du jazz.

Le récit avance comme un conte plein d'optimisme par touches, par épisodes brefs et nerveux. Il retrace l'enfance de Maya. L'héroïne est pleine de vitalité, d'entêtement à vivre. Marguerite qui, de la campagne profonde aux bas-fonds de la ville, connaît une grand-mère aimante et nourricière, une mère artiste de music-hall et lointaine, un père absent, un "oncle" violeur, un frère "chapardeur", tombe dans un mutisme profond et rencontre une bonne fée qui lui ouvre sa bibliothèque. Comment Marguerite est devenue Maya. Cette voix d'importance aux États-Unis d'Amérique trop peu connue en France.

© Laurent Sallard.
© Laurent Sallard.
Sous la surface du spectacle, le gospel et le blues font des apparitions sporadiques dans une respiration naturelle, sublimant leur dimension originelle comme l'évaporant : celle du douloureux récit de la violence faite aux noirs et de la misère. Comme une basse continue, une tension permanente qui apporte le réconfort et la liberté du corps. Une force de vivre qui passe par le chant, le rythme, l'expression, le plaisir de la chorégraphie, le retour périodique à la complicité des comédiennes elles-mêmes sur le plateau scénique.

Le jeu est immédiat et précis. Les différents personnages sont saisis dans leur type, leur caractère, leur situation et leur échappée libre. Ce quintette féminin offre un parfum de Broadway. Une manière d'Huckelbury Finn.

Ému et diverti, le spectateur applaudit la découverte qu'il vient de faire.

* Le jour de l'investiture de Bill Clinton, Maya Angelou lut un long poème d'espoir :
A rock, a river, a tree
/..../ your country
and say simply
Very simply,
With hope
Good Morning.

"Maya, une voix"

© Laurent Sallard.
© Laurent Sallard.
Spectacle musical inspiré de la vie de Maya Angelou.
D'Éric Bouvron, Julie Delaurenti, Tiffany Hofstetter, Sharon Mannet, Elisabeth Wautlet
Traduction : Julie Delaurenti
Mise en scène : Éric Bouvron.
Avec : Ursuline Kairon, Julie Delaurenti ou Sharon Mann, Vanessa Dolmen, Tiffany Hofstetter ou Elisabeth Wautlet, Audrey Mikondo.
Musiques originales : Nina Forte.
Et autres standarts de blues et de Jazz.
Durée : 70 minutes.
Spectacle musical à partir de 8 ans.

Du 24 mai au 15 juin 2019.
Vendredi et samedi à 19 h 45.
Du 28 juin au 27 juillet 2019.
Vendredi et samedi à 21 h 30.
Théâtre Essaion, Paris 4e, 01 42 78 46 42.
>> essaion-theatre.com

Jean Grapin
Lundi 10 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | À l'affiche bis








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019