La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Danse

"Man Rec" et "Zizag"… Talents sans frontières

Du 19 au 23 juillet est organisé, au théâtre Paris-Villette, le festival "Génération A" pour faire découvrir de jeunes artistes venus du continent africain. Ils sont treize et viennent de huit pays différents. Voyage vers un Ailleurs.



"Zigzag" © Marie Charbonnier.
"Zigzag" © Marie Charbonnier.
Une vidéo est projetée en arrière-scène dans laquelle des artistes, situés chacun dans des lieux géographiques différents, dansent. Dans le film, nous les découvrons les uns à la suite des autres. Est-ce la même chorégraphie ? La question a peu d'importance, car cela apparaît comme un seul ensemble où chacun porte à tour de rôle le flambeau artistique.

Puis lumières sur la scène avec une chorégraphie sans séquencement. La gestuelle est continue avec des membres supérieurs en extension, le tout ramené vers le nombril, les jambes bien au sol, le buste légèrement fléchi pour dessiner autour du tronc des figures courbes. Le pied tapote aussi les planches comme pour simuler poétiquement un démarrage. Le corps est aussi parfois étiré porté par une vitesse plus rapide.

La grâce tient lieu d'aiguillon à des mouvements, souvent allongés et assez proches du sol, dans un équilibre qui fait que le tronc doit s'abaisser avec des membres inférieurs en appui. Les déplacements permettent de faire glisser le centre de gravité des danseurs pour leur donner différents points de chute. Ainsi les trajets scéniques s'effectuent toujours avec grâce, légèreté comme une abeille qui butinerait le pollen des planches. Têtes et regards droits, les bras prennent le relais, les paumes des mains ouvertes, avec des trajectoires circulaires autour du tronc.

"Man Rec" © Jef Rabillon.
"Man Rec" © Jef Rabillon.
Puis apparaît le solo "Man Rec" ("seulement moi" en wolof*) d'Amala Dianor qui mêle aussi une tension toujours en éveil avec des bras simultanément étendus avec les poignets relevés. Cela frôle le sol, le tout appuyé par une flexion des jambes. Des arrêts, rapides et furtifs, sont effectués par le haut du pied pour donner une impulsion dans une autre direction. Les mouvements restent légèrement fléchis avec le tronc à mi-chemin entre équilibres au sol et à mi-hauteur.

Amala Dianor devient ainsi un récital de légèreté où le souffle soutenu, montré avec humour par le visage, finit par scander un tempo respiratoire. Tout est physique, mais c'est toujours équilibré poétiquement avec des figures courbes assorties d'un rapport au temps et à l'espace presque doux et charnel du fait d'une vitesse d'exécution modérée.

"Zigzag" © Marie Charbonnier.
"Zigzag" © Marie Charbonnier.
"Zigzag" avec Coumba Dem et Hardo Ka suit ensuite. Une grande table les sépare baignée par une lumière qui dessine leur visage. Assis tous les deux aux extrémités, ils s'effleurent la joue de leur vis-à-vis puis sont très proches pour effectuer quelques pas de danse. Cette chorégraphie traite des handicapés. Soit méprisés, soit non compris, ils en deviennent le thème principal avec Coumba Dem. Elle l'est de la jambe gauche, mais sans handicap de par le talent artistique qu'elle déploie. Elle avait été aussi sur scène au début de la représentation avec, entre autres, un numéro de mouvement circulaire des bras fluide et courbe qui m'avait accroché le regard du début jusqu'à la fin.

Elle devient, pendant ce duo, l'incarnation du rejet, au travers du personnage méprisant joué par Hardo Ka. La parole est utilisée pour exprimer ce conflit entre les protagonistes. Le corps prend le relais autour d'un refus et d'une réponse à celui-ci avec une cohabitation froide au début, lors de la danse de couple, qui devient rejet théâtral puis défi comparatif entre le personnage de Hardo Ka qui a la jambe gauche bloquée finalement par un ruban adhésif rouge et Coumba Dem. Les deux sont handicapés, le premier par l'esprit et par ce ruban dans un équilibre des plus instables compensé par une forte tension, la seconde par nature ou par accident, mais se déplaçant avec grâce.

"Man Rec" © Jef Rabillon.
"Man Rec" © Jef Rabillon.
Mis à part les discours avant le spectacle, longs pour certains et sans intérêt artistique, et qui ont failli me faire quitter la salle, cette première soirée a été de toute beauté. Le talent n'a vraiment pas de frontière.

* Le wolof est une des langues parlées au Sénégal, en Gambie et en Mauritanie.

"Man Rec" et "Zigzag"

"Zigzag" © Marie Charbonnier.
"Zigzag" © Marie Charbonnier.
"Man Rec"
France/Sénégal.

Chorégraphie et interprétation : Amala Dianor.
Assistant à la chorégraphie : Rinda Rasoavelson.
Lumières : Samson Milcent.
Musique : Awir Léon.
Régie générale : Nicolas Tallec.
Production : Compagnie Amala Dianor/Kaplan.
Durée : 25 minutes.

"Zigzag"
Sénégal.

Chorégraphie : Hardo Ka.
Assistante chorégraphie : Gnagna Guèye.
Avec : Hardo Ka, Coumba Dem.
Lumières : Mamadou Dia.
Musicien : Michael Wall.
Collaboration artistique : Zapo Babilée, Renaud Farah.
Partenaires : Association Diagn'art, Institut Français de Saint-Louis, Association Kaay Fecc de Dakar.
Durée : 40 minutes.

Festival Génération A 2021
5 jours pour découvrir la nouvelle génération de la scène artistique africaine.
Danse, expo, food, DJ set.
Du 19 au 23 juillet 2021.
Théâtre Paris-Villette, Paris 19e, 01 40 03 74 20.
>> Programme "Génération A" 2021

Safidin Alouache
Vendredi 23 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021