Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Macbeth (the notes)" Quand l'acteur est l'instrument du poète

Voilà cinq ans, David Ayala et Dan Jemmett, fins connaisseurs de Shakespeare, créaient "Macbeth (the notes)", spectacle conçu comme une réduction de cette pièce infernale et insensée qui, de l'aveu même de l'auteur, se révélant à cet égard plein d'humour et d'orgueil, n'est qu'"un récit plein de bruit et de fureur raconté par un idiot, qu'à un moment, on n'entend plus et qui ne signifie rien". Ce seul en scène d'Ayala est infiniment drôle captivant et… instructif. Sa reprise au Lucernaire - qui fête ses cinquante ans - est à ne pas rater.



© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Dans "Macbeth (the notes)" est montré au public cet instant d'avant la présentation et qui appartient à la partie la plus cachée de la répétition. Ce bref instant des commentaires et des corrections, qui voit le metteur en scène, seul face à sa troupe (invisible), lire les notes prises (ces brèves de séance), passer en revue le cas de chacun, flatter et enguirlander, et encourager, se montrer enjoué, renvoyer en miroir les défauts constatés et contre-jouer le jeu pour mieux se faire comprendre, contrefaire toutes les feintes du métier, ses roueries, pour mieux les déjouer…

… Du vidéaste choyé aux régisseurs qui foirent les lumières et les accessoires, les comédiens et comédiennes qui faiblissent ou surjouent, à qui il faut rappeler sans cesse la vigilance de tous les instants, la concentration constante, la conscience de l'effet produit.

En bref, dans ce bref qui s'éternise, le metteur en scène déroule un collier de perles, de caricatures, d'anecdotes, de références savantes ou populaires aux irisations multiples, autant d'histoires individualisées pour faire comprendre et concrétiser ce théâtre de "la distorsion" dont il est le théoricien. Et qui miraculeusement, ironiquement, comme aux dépens, s'accomplit au temps même de sa mise à l'épreuve et dont le spectateur surprend le travail.

David Ayala s'approprie l'espace vide de la scène et s'offre une échappée avec toute sa saveur d'humour et son goût de liberté. N'affirme-t-il pas fièrement que, si "le sage montre la Lune… le chemin qui conduit à la Lune appartient à l'acteur".

Dans ce "seul" en scène, David Ayala est tous les rôles, toutes les inflexions, toutes les situations, toutes les truculences, toutes les émotions. Ce spectacle plein d'humour et de folie envoie des clins d'œils à chacun.

L'érudit y retrouve ses petits (1), tout comme l'amateur de festival de théâtre contemporain (2) et, avant tout, le simple spectateur (3).

© Patrick Berger.
© Patrick Berger.
Sous ses yeux, le metteur en scène est conduit au bord du vertige, franchit les bornes de l'histrion qu'il honnit portant, atteint celles de l'hallucination. Il devient Macbeth en quelques monologues impressionnants. Comme un condensé de théâtre dans le cercle, le surgissement de l'effroi. Le spectre de Macbeth toujours parasitant la conscience de tous les personnages.

Pour le spectateur, la parenthèse du titre "Macbeth (the notes)" prend pleinement sur scène valeur d'incise : elle est bien cette sortie du temps du récit, cette précision qui conforte l'ensemble, ce point particulier comme un gros plan, ce temps d'arrêt, cette partie pour le tout dont la représentation n'est que la dilatation.

"Macbeth (the notes)" réalise cet instant prodigieux de l'acteur, du comédien qui (seul visible sur scène) s'accorde au poète dans ce point de bascule joyeux et insensé. Ce point de grotesque et de sublime qui est le cœur du théâtre.

Dans ce spectacle qui mêle le bruit et la fureur, porté par la joie, il n'est qu'une voix entendue, celle du Poète dont l'acteur n'est que l'instrument.

La lyre d'Orphée était constituée d'une carapace de tortue. Dans "Macbeth (the notes)", David Ayala est une tortue qui est Falstaff qui est Macbeth.

C'est magnifique.

(1) Pour en citer quelques-uns : Peter Brook, Jan Kott, Denis Diderot mais pas que, etc…
(2) Avignon… mais pas que…
(3) Habitué aux talk-shows et blockbusters.

"Macbeth (the notes)"

D'après : William Shakespeare.
Traduction : Jean-Michel Déprats.
Écriture et adaptation : Dan Jemmett et David Ayala.
Mise en scène : Dan Jemmett.
Avec : David Ayala.
Collaboration artistique : Juliette Mouchonnat et Thierry Ganivenq.
Régie générale : Serge Oddos.
Production : Antisthène et Cie Les Petites Heures (F. Biessy).
Durée : 1 h 25.

Du 28 août au 13 octobre 2019.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 16 h.
Théâtre Lucernaire, Théâtre Rouge, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Jean Grapin
Lundi 2 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021