La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Ma première fois : un tourbillon drolatique anti-crise

"Ma première fois", Théâtre Michel, Paris

Se basant sur plus de 40 000 témoignages recueillis sur un blog intitulé "myfirsttime.com", invitant les internautes à raconter anonymement leur première fois, Ken Davenport crée la pièce "My First Time" qui est un florilège, un véritable feu d’artifice des témoignages les plus fous, les plus surprenants, les plus touchants, les plus hors normes, drôles, grotesques, émouvants, hétéros, homos, mais toujours authentiques.



"Ma première fois" © DR.
"Ma première fois" © DR.
Et bien tout est dit dans cette présentation. Difficile d’en rajouter au niveau des adjectifs. "Florilège, Feu d’artifice, surprenant, touchant, drôle… ", c’est tout à fait vrai… le sujet de la pièce, facile cette fois de le déflorer. Il porte sur ce moment très intime que tout le monde, ou presque, a vécu une fois, et une seule, dans sa vie : le dépucelage. Tout dans les propos nous y mène (jeu de mot).

Le premier constat que l’on ressent quand la pièce est terminée, c’est que la mise en scène et les effets mis en œuvre sont réellement formidables. Pourtant, il n’y a pas grand-chose : quatre tabourets de bar que l’on peut utiliser à d’autres fins et quatre grands panneaux de tissu blanc qui servent d’écran pour des décors, des projections, voire des ombres chinoises, ou qui pivotent pour donner lieu à un jeu de portes. Quelle efficacité ! Rien qu’avec les nombreuses trouvailles qui ponctuent cette scénographie ô combien inventive, le pari est gagné.

"Ma première fois" © DR.
"Ma première fois" © DR.
Et quand on y ajoute la remarquable performance des comédiens, on se dit que "Ma première fois" va immanquablement drainer un large public. En effet, tout le monde est concerné par ce thème et, pourtant, c’est un sujet que l’on aborde rarement entre soi… La pièce est toute construite en arythmie. Ça commence par une salve de petites phrases, de réflexions, de confidences, des brèves quoi. Cet exercice choral donne un échange très vif. Après quoi, on assiste à de plus ou moins longues saynètes interprétées à deux, à trois ou à quatre, permettant ainsi tout un éventail de situations le plus souvent très drôles… Il y a toutefois aussi une séquence pleine de tendresse et d’émotion qui nous étreint littéralement le cœur tant elle déborde d’amour… Il y a également de la musique, accompagnant du chant ou du slam (signée Pierre Billon). Et, parmi ce tourbillon drolatique, il y a un tableau qui m’a complètement bluffé et enchanté, celui de la post synchronisation. Vous comprendrez quand vous le verrez.

"Ma première fois" © DR.
"Ma première fois" © DR.
Sans jouer les pères-la-pudeur - ce que je ne suis pas -, certains tableaux ou certains dialogues sont vraiment gonflés. Nos quatre artistes y vont à fond. Il n’y a aucun tabou. C’est osé mais jamais choquant, cru mais jamais vulgaire, chaud mais jamais hard. C’est la vie après tout. Et un pareil thème ne peut se focaliser que sur ce qui se passe en-dessous de la ceinture. Et pourtant, cela n’exclut pas les sentiments. Cette fameuse première fois est psychologiquement très importante. Rares sont ceux qui déclarent l’avoir oubliée.

Après avoir insisté une fois de plus sur l’étonnant travail qui a amené à cette véritable performance scénique, il faut justement saluer l’interprétation des quatre comédiens. Ils sont tous épatants, habiles dans tous les registres, précis dans le moindre de leurs jeux. Très bon choix. Mais je ne peux néanmoins m’empêcher de mettre en avant la présence comique de la blonde Belen Lorenzo. C’est un vrai clown, elle est irrésistible.

En allant voir cette pièce, je ne m’attendais à rien de précis. En quelques minutes, j’étais intéressé, puis conquis, pour sortir totalement emballé. C’est une pièce anti-crise par excellence. On y rit pratiquement sans cesse. Et ça nous rappelle inévitablement un souvenir très personnel, qu’il ait été bon, ou moins bon. En tout cas, ça devrait marcher et ce serait justice.

"Ma première fois"

"Ma première fois" © DR.
"Ma première fois" © DR.
Texte : Ken Davenport.
Traduction : Marie-Astrid Périmony.
Adaptation: Clément Michel.
Mise en scène : Gabriel Olivarès.
Avec : Belen Lorenzo, David Macquart, David Tournay, Astrid Veillon.
Décors : Anne Tussel et Esther Fernandez.
Lumières : Felipe R. de Lima.
Musiques : Muriel Andrzejewski et Tuti Fernandes.
Régie : Benjamin Penamaria.

"Ma première fois" © DR.
"Ma première fois" © DR.
Spectacle à partir du 19 janvier 2012.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h 30.
Théâtre Michel, Paris 8e, 01 42 65 35 02.
>> theatre-michel.fr

Article publié en partenariat avec >> critikator

Gilbert Jouin
Vendredi 10 Février 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021