La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
À l'affiche

"Luminescences", exposition des peintures d'Emmanuelle Amsellem

Depuis le 27 février et jusqu'au 14 mars, la peintre Emmanuelle Amsellem expose à Paris ses toiles magnifiques, qui témoignent d'une réinvention du néo-impressionnisme se fondant sur l'abstraction. Une expérience sensorielle et quasi mystique à ne pas manquer.



Détail du tableau "EA 2018-10" © Emmanuelle Amsellem.
Détail du tableau "EA 2018-10" © Emmanuelle Amsellem.
Notons d'abord qu‘aucune photographie ne peut rendre justice à l'art d'Emmanuelle Amsellem (et donc malheureusement pas non plus celles qui illustrent cet article). Ses tableaux doivent être découverts en galerie, au musée ou chez ses collectionneurs et vus à différents moments du jour ou de la nuit pour produire leurs effets, dont le moindre n'est pas l'émerveillement. L'artiste en a pleinement conscience qui s'assigne une mission "éveiller, réveiller, réchauffer - élever". Cette exposition, dont le commissariat a été confié à Sébastien Mullier, vient à point nommé nous signifier l'importance de son art et de son œuvre.

Si les toiles semblent prendre leur place dans la riche histoire picturale des monochromes abstraits, il ne faut cependant pas s'arrêter au terme de "monochrome". Ses "Figures" et "Variations" se déclinent en noir, en blanc, en bleu, en réalisant l'ambition que s'était donné Paul Signac (un maître de référence pour E. Amsellem) : rendre "un maximum de couleur et de lumière". Avec les treize œuvres exposées dans la Galerie Philippe Gelot se poursuit son travail sur la fragmentation de la matière - couleur et lumière - grâce à sa technique de la touche, un pointillisme au couteau, mais aussi grâce à un remarquable travail sur les pigments.

"EA 2018-10" © Emmanuelle Amsellem.
"EA 2018-10" © Emmanuelle Amsellem.
Ce travail sur les pigments à l'huile de ses trois couleurs fétiches - conçues comme des absolus - se décline en quatorze nuances pour le bleu, cinq pour le noir et trois pour le blanc induisant des éclats, des aspérités, des lignes, des formes qui semblent se renouveler à l'infini suivant l'heure, la lumière naturelle et la position du spectateur. Ce dernier éprouve devant chaque toile l'expérience de la durée et de la profondeur : un voyage de l'œil toujours recommencé sur la surface "luminescente" et en même temps l'apprentissage d'une intériorité de la toile, jamais épuisée dans une sorte de songe éveillé. C'est l'invitation à la rêverie d'un art naturellement lyrique.

Chaque toile, par l'infinité de ses propositions, se fait à coup sûr plurielle, se métamorphosant en une vraie série. Les formats choisis (rectangulaire ou hexagonal) évoquent les vitraux de cathédrales, les répétitions et contrastes du jeu d'échecs comme des dallages symboliques de lieux consacrés (1). Les tableaux peuvent aussi former un triptyque (par exemple "Figures" B1 à 3) proposant la libre association de plusieurs œuvres. Dans l'exposition, cinq huiles sur papier sont également offertes à notre admiration.

Dans l'abnégation et la solitude des vrais créateurs, Emmanuelle Amsellem élabore ainsi une œuvre sans compromis, à l'écart des modes. Elle a fait le choix dès ses débuts de l'exigence et de la spiritualité d'un art qui nous rend sensibles la beauté et la grâce. Cadeau insigne devenu trop rare par les temps qui courent. L'artiste sera en résidence à la Fondation Dufraisne (2) dans le Vexin en 2018.

"EA 2018-4" © Emmanuelle Amsellem.
"EA 2018-4" © Emmanuelle Amsellem.
(1) Lire l'ouvrage de Sébastien Mullier "Emmanuelle Amsellem, vers la couleur cathédrale", Éditions Hermann 2015.
(2) Fondation Dufraisne, Académie des Beaux-Arts de l'Institut de France, Chars (Vexin).


Exposition du 27 février au 14 mars 2018 (14 h 30 à 19 h).

Galerie Philippe Gelot.
29 Rue Saint-Paul Paris 4e.
Tél. : 01 40 27 00 50.

>> http://www.emmanuelleamsellem.com/

Christine Ducq
Dimanche 11 Mars 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019