La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Light Falls (Am Ende Licht)" Entre la dure réalité et le monde chaotique présents dans leurs têtes

Le drame social de Simon Stephens, "Light Falls (Am Ende Licht)" prend vie dans le cadre scénique névrotique de Lilja Rupprecht dans lequel seule la tête est le refuge. La cruauté du monde et de la nature humaine est représentée de manière distanciée par les projections vidéo et les personnages masqués qui jouent une version caricaturale d'eux-mêmes. Les membres de l'ensemble du Burgtheater, Dorothee Hartinger (Christine), Norman Hacker (Bernard), Marie-Luise Stockinger (Jess), Max Gindorff (Steven), Maresi Riegner (Ashe) et Philipp Hauss (Michael), naviguent dans le chaos du monde à la recherche de la lumière de réconciliation.



© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Les lieux communs socioculturels particulièrement anglais du texte originel de Simon Stephens, "Light Falls", ne se transposent pas facilement dans la traduction allemande titrée "Am Ende Licht", la pièce montrant Christine mourante dans une allée de supermarché, le prix à partie remise pour ses années d'alcoolisme. C'est à partir de ses derniers moments que la pièce est construite. Elle pense tout d'abord aux veines explosées dans sa tête, aux malheurs du monde en marche, et laisse couler ses réflexions vers sa famille désastreuse dont Bernard le mari infidèle, qu'elle a épousé en savant qu'il ne l'aimait pas et ne l'aimerait jamais, et ses enfants - Jess, Steven et Ashe -, chacun avec son mécanisme de survie dans les temps incertains.

Bernard, pendant que sa femme meure, s'amuse dans un "ménage à trois" avec deux étrangères, Michaela et Emma. Après une nuit d'ivresse totale, Jess se lève dans sa chambre à côté d'un étranger, Michael, qui la convainc qu'il n'a pas abusé d'elle. Steven est dans une relation homosexuelle avec Andy qui pourrait être heureuse si elle ne souffrait pas de sa peur d'abandonnement et les crises qui en découlent. Ashe, depuis quelque temps mère célibataire, lutte pour gagner à nouveau sa vie et, avec cela, le père de son bébé, le junkie Joe. Malgré les tumultes incessants et les circonstances constamment précaires, personne ne lâche ce tout petit espoir de retrouver la "lumière" de la réconciliation et du repos.

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
La metteuse en scène Lilja Rupprecht est sans doute consciente du risque des clichés et prend par conséquent une distance supplémentaire par rapport au texte, à la fois pour le présenter et le commenter. Le paysage scénique, très proche de son esthétique particulière dans la production d'"Ode" ("Solitude") de Thomas Melle débutée au Deutsches Theater à Berlin en 2019, présente un monde dystopique et névrotique dans lequel les sphères personnelles sont absentes et où les gens convulsent sous leurs masques par peur et par inquiétude intérieure. Les décors d'Holger Pohl profitent de l'illusion de multidimensionnalité de profondeur dans les projections vidéo. Sans doute la raison pour laquelle des lunettes 3-D ont été fournies aux spectateurs à l'entrée de la salle.

Les projections à l'arrière-plan, sur l'écran côté jardin, et sur les deux télés accrochées des deux côtés de la scène attestent de la présence constante des "yeux" observateurs qui brise les frontières entre le privé et le public, et fait du premier un spectacle pour tous. En effet, ce sont les moments les plus intimes qui sont projetés : les baisers de Michael qui calme l'angoisse de Jess, ceux réconciliateurs de Steven et Andy, les mouvements discrets sur les visages de Bernard et Michaela qui hésitent tous deux de la véritable nature de leur "plan cul". Cela va dans le sens d'un grand lit au milieu de la scène sur lequel on peut observer la gaucherie du "ménage à trois" entre Bernard, Michaela et Emma.

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
En addition à la distance que crée la disposition scénique, les costumes d'Annelies Vanliere empêchent de pousser plus loin notre identification et notre empathie directes avec les personnages. Ceux-ci sont constamment masqués et ressemblent aux poupées grotesques (mais qui ne sont pas moins drôles) pour montrer, de manière symbolique, leur incapacité de quitter leurs perspectives subjectives et restreintes.

Ce quasi-déguisement est une épée à double tranchant : poignant, d'une part, et, de l'autre, irritant, notamment quand il s'agit des scènes qui nécessitent beaucoup de sincérité. Par exemple, on risque de rater une grande partie de la chimie grandissante qui se forme entre Jess et Michael puisque les masques les retiennent dans le comique. Le moment du retrait des masques donne certes un effet de contraste, produisant un choc qui signale aux spectateurs d'activer leur empathie, mais sa signification et son timing semblent néanmoins arbitraires.

Dorothee Hartinger incarnant Christine, figure-phare du drame, est suffisamment charismatique pour déclencher les premières tensions. Son timbre et le raffinement de sa diction attirent, mais ils sont, hélas, trop élégant pour la nature du tragique d'un personnage rongé par l'alcoolisme dans les derniers moments de la vie.

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Sa fille Jess, incarnée par Marie-Luise Stockinger, est d'une énergie abondante et d'un charme piquant, parfois enfantin, qui parvient tout de même à faire sortir ses problèmes de confiance issus d'une éducation précaire. Auprès de Stockinger, Michael de Philipp Hauss, d'un charme terre-à-terre, est humain et réaliste, n'édulcorant nullement ses batailles intérieures. Bref, il est sympa sans être simple. Les dynamiques entre Jess et Michael sont agréables à regarder : touchantes et tendres, mais aussi vulnérables, qui poussent les deux personnages à confronter leurs démons du passé.

Steven de Max Gindorff est d'une énergie débordante et d'une mélancolie fiévreuse, un écorché vif poignant dans son explosion de colère, protégeant un sens d'identité fragile qui lui est insupportable et qu'il essaie d'anesthésier avec une vision romantique de l'amour. Il trouve un contrepoint adéquat dans son partenaire Andy, incarné par Bardo Böhlefeld, d'une présence posée qui ne tente nullement de surjouer son attrait de jeune professionnel assidu, mais désillusionné.

Ashe de Maresi Riegner a une autorité scénique incroyable, charismatique sans s'imposer, n'hésitant nullement devant les gros sentiments qu'elle transforme avec maîtrise en élans jusqu'au déclenchement. Le fait qu'elle soit à plat-ventre 90 % du temps sur un gros bétail du type pop art, à l'arrière-plan de la scène, n'enlève rien à son éclat sur scène. Auprès d'elle, Joe de Sebastian Klein n'épargne rien dans l'expression de la frustration et le sentiment de perte comme les deux faces d'une pièce de monnaie.

Mari de Christine, Bernard, incarné par Norman Hacker, joue avec les stéréotypes d'un employé blasé, timide et un peu perdu dans le domaine érotique, mais qui tente malgré tout de fuir la fadeur de la vie par des plaisirs faciles. Michaela de Dunja Sowinetz maintient avec habileté l'ambiguïté de ses sentiments pour celui-ci, tout en gardant un masque de légèreté et de badinerie. Emma de Stefanie Dvorak partage avec Bernard une dynamique adorable et pleine d'humour. Le "ménage à trois" raté, néanmoins décomplexé, est un plaisir à regarder dans son humanité comme dans son ironie.

En somme, la production montre une manière de représenter un drame humain et sociétal très proche de la réalité dans une tentative obstinée de le protéger des clichés socioculturels et du sentimentalisme excessif. Quoique la fin frôle le pathétique, l'expressivité sincère des personnages principaux unis sur scène vaut néanmoins le coup. Dans les ténèbres et la dissolution momentanée, ils trouvent le chemin vers la lumière.

Vu le 16 mai 2022 à l'Akademietheater de Vienne.

"Am Ende Licht/Light Falls"

© Susanne Hassler-Smith.
© Susanne Hassler-Smith.
Spectacle en langue allemande.
Texte : Simon Stephens.
Traduction allemande : Barbara Christ.
Mise en scène : Lilja Rupprecht.
Dramaturgie : Anika Steinhoff.
Avec : Dorothee Hartinger, Norman Hacker, Marie-Luise Stockinger, Maresi Riegner, Max Gindorff, Philipp Hauss, Bardo Böhlefeld, Sebastian Klein, Dunja Sowinetz, Stefanie Dvorak.
Décors : Holger Pohl.
Costumes : Annelies Vanlaere.
Musique : Philipp Rohmer.
Vidéo : Moritz Grewenig.
Éclairage : Norbert Piller.

Prochaines représentations les 27 mai, 23 et 25 juin 2022.
Akademietheater, Burgtheater, Vienne, Autriche, +43 1 51444 4545.
>> burgtheater.at

Vinda Miguna
Lundi 23 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022