La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les téméraires"… Les deux faces d'une même lutte !

Dans une très belle pièce qui nous fait remonter à la fin du XIXe siècle avec l'affaire Dreyfus, nous voici face à Zola et Méliès qui, au travers de leur art respectif, ont mené le combat pour la défense du capitaine français – de confession juive – accusé, par calomnie et mensonge, de trahison dans une France aux relents nauséabonds et antisémites.



© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
Deux personnages célèbres, Zola (interprété par Romain Lagarde) et Méliès (par Stéphane Dauch), pour une même cause, celle de Dreyfus (1859-1935). C'est un retour en arrière, même si quelques éléments historiques sont un peu maquillés de fiction. Les armes de nos deux artistes étaient respectivement le cinéma naissant et la littérature qui a donné lieu au terme "Intellectuel" à l'égard de Zola qui nous manque tant aujourd'hui en ces périodes dures et mêlées.

Cet intellectuel était décrié par, entre autres, Barrès pour son combat de la défense de Dreyfus. Le mot prête facilement à caricature et insulte, comme l'estime justement Blanchot qui ne s'en privait pas. Pour le chef de file des naturalistes, les conséquences ont été terribles avec des critiques acerbes, des violences verbales presque physiques et un exil forcé en Angleterre après avoir été condamné à un an de prison pour diffamation (février 1898) pour son article "J'accuse" (13 janvier 1898 dans l'Aurore).

"L'affaire Dreyfus" (1899) de Méliès est considéré comme le premier film politique et celui-ci arbore les casquettes de réalisateur, scénariste, producteur et même comédien dans le rôle de l'avocat Labori, défenseur de Dreyfus puis de Zola. Il a abandonné la magie et la science-fiction pour une œuvre des plus réalistes, composée de onze tableaux dont deux n'ont jamais été retrouvés. Le film dure un peu plus de 10 minutes. Il est remarquable par le jeu des acteurs, par sa concision et sa précision historique des faits sous-titrés pour chaque séquence.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
La plume pour l'un, la caméra pour l'autre, c'est aussi dans son intérieur que la metteure en scène Charlotte Matzneff met en lumière, pour Zola, une plongée autant intime que publique du personnage quand, pour Méliès, c'est au travers de son film qu'il est surtout présenté. Il y a plusieurs tableaux qui alternent entre vie publique et vie privée, entre cinéma et théâtre. Nous voyons Zola avec ses soucis domestiques entre sa femme Alexandrine (Sandrine Seubille) et son amante Jeanne Rozerot (Barbara Lamballais) avec qui il a eu deux enfants, Denise et Jacques.

La scénographie est découpée en deux, entre le chez-soi de l'écrivain et le studio de cinéma de Méliès. Ainsi ce rapport intérieur/extérieur nous mène ainsi dans l'intimité d'un homme, écrivain de renom à l'époque de l'affaire Dreyfus, ayant déjà à son actif la rédaction de son cycle en vingt romans des Rougon-Macquart (1871-1893) et son cycle des trois villes ("Lourdes", "Rome", "Paris") composé jusqu'en 1898. Les quatre évangiles suivront ensuite ("Fécondité", "Travail", "Vérité", Justice") dont le dernier est resté à l'état d'ébauche, et "Vérité" (1903) publié à titre posthume.

On bascule ainsi entre l'homme et ses fêlures domestiques et celui public, courageux, et ne tremblant sous aucun prétexte face aux attaques féroces et violentes de ses détracteurs. Dans ces deux faces, la focale proposée par Charlotte Matzneff est intéressante à double titre, car elle montre un Zola parfois gêné devant son éditeur par la présence de son amante Jeanne Rozerot et plus loin, debout et infaillible, pour porter aux fers sa lutte pour Dreyfus.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
Chez Zola, c'est une grande table que l'on découvre avec ses multiples tiroirs et dont le couvercle ouvert donne lieu à un piano côté cour. Il y a un très beau tableau où on le voit, la voix grondante et forte, dans une superbe incarnation de son article "J'accuse", aidé des autres personnages où chacun reprend un propos de l'article. Moment oratoire avec en appui un piano et quelques chœurs. Le chant et la musique font écho à cette lutte comme celle d'un peuple face aux puissants et dont Zola était, par ses écrits, un farouche défenseur des premiers, bien que, socialement, il pouvait se réclamer des seconds.

Pour Méliès, sa vie intime en est occultée. Est mis en exergue son travail de cinéaste. Sur cette oscillation entre les deux arts, l'optique adoptée est de faire du cinéma dans le théâtre qui devient du théâtre dans le théâtre. La seule différence est une caméra qui tourne, dans une semi-obscurité, à la lisière du public. Nous sommes sur une crête sur laquelle un déport artistique est effectué du 7e au 6e art, la glissade est scénique, car elle se déroule sur les planches, libre aux spectateurs de se projeter dans un décor cinématographique ou théâtral. On travaille à jouer pour dénoncer l'injustice pour l'un quand pour l'écrivain naturaliste, combat et courage sont son quotidien. Pour le premier, la rudesse de la lutte n'est pas visible quand pour le deuxième, on ne voit que celle-ci. Pour les deux toutefois, l'engagement est total.

© Grégoire Matzneff.
© Grégoire Matzneff.
On y rencontre aussi Alphonse Daudet (Thibault Sommain) et Clemenceau (Antoine Guiraud ou Arnaud Allain), alors rédacteur en chef de l'Aurore, qui a eu l'idée de changer le titre initial "Lettre au président de la république" par "J'accuse". Ce moment est un peu dénué de force avec un Clemenceau presque gêné de dire à l'auteur de "L'assommoir" (1876) que son titre manquait de résonance journalistique.

Décision pourtant très importante qui a permis, sans doute, d'écouler entre 200 000 et 300 000 exemplaires avec un titre beaucoup plus accrocheur pour les vendeurs à la criée. Heure de gloire aussi pour L'Aurore, dont les tirages moyens s'écoulaient à 20 000 exemplaires. Ces éléments sont portés à la connaissance du public, rendant ainsi un clinquant bien réel à un fait majeur, mais minimisé, et qui a permis, 125 ans après sa création, de faire connaître l'article à tous depuis des générations.

Le jeu des comédiens est parfois comique, avec quelques répliques humoristiques, bien qu'elles puissent être tout autant politiques. On y retrouve aussi des propos fascistes et antisémites avec une France divisée entre dreyfusards et anti-dreyfusards.

La mort de Zola, trop rapide dans la représentation, est presque à deviner si le spectateur n'en avait pas la connaissance avec, originellement, un feu de cheminée où l'auteur meurt asphyxié. La réalité est proche avec de rares fumées traversant le séjour et Zola qui tousse. La mort du grand homme aurait valu toutefois une mise en relief plus importante, car la pièce met surtout en évidence l'homme et son combat sans mettre en exergue une asphyxie qui pose encore question 121 ans après. Est-il mort à cause de l'affaire Dreyfus ou d'un banal, et tragique, accident domestique ? Cette interrogation est à peine esquissée. C'est le seul bémol d'une œuvre très bien montée et jouée avec beaucoup de truculence et de force.

"Les téméraires"

Texte : Julien Delpech et Alexandre Foulon.
Metteur en scène : Charlotte Matzneff.
Assistante mise en scène : Manoulia Jeanne.
Avec : Arnaud Allain, Stéphane Dauch ou Aurélien Houver, Armance Galpin, Romain Lagarde, Barbara Lamballais, Sandrine Seubille et Thibault Sommain.
Musiques : Mehdi Bourayou.
Costumes : Corinne Rossi.
Lumières : Moïse Hill.
Scénographie : Antoine Milian.
Durée : 1 h 30.

Du 18 novembre 2023 au 30 juin 2024.
Mercredi et vendredi à 19 h, jeudi et samedi à 21 h et dimanche à 17h.
Comédie Bastille, Paris 11e, 01 48 07 52 07.
>> comedie-bastille.com

Safidin Alouache
Samedi 18 Novembre 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024