Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Les deux faces de la Lune

La chronique d'Isa-belle L

Quand on voit une étoile filante... Il paraît qu’il faut un faire à vœu. Mais parfois elle va trop vite. Alors on ne le fait pas. Et on a plus qu’à espérer qu’une autre pointe le bout de son strass. Je n’y crois pas moi. Au vœu qui se réaliserait. Ni aux paillettes d’ailleurs. Et pourtant.



© DR.
© DR.
Une étoile a brillé dans le ciel puis elle s’est posée devant moi. Carrément. Une étoile qui s’appelle Estelle. C’est un signe ça ! Je me dois de développer, on ne sait jamais, mon vœu le plus cher pourrait enfin s’exaucer.

"Le soleil a rendez-vous avec la lune. Mais la lune n’est pas là et le soleil l’attend." Charles Trénet.

Amis, et vous tous ici-bas, sachez que moi, l’autre soir, la nuit tombée, je l’ai trouvée : la lune. Et à côté d’elle, une étoile. L’étoile s’appelait Estelle. Stella, en latin. La salle s’est éteinte en un éclair. Estelle, la comédienne est devenue Léna - son personnage. L’étoile a cédé sa place à l’interprète. Et sans chichi, sans paillette, j’ai eu droit à mon coup d’éclat.

J’ai trouvé la lune et le soleil. Pour les trouver il faisait nuit. C’était à Paris, dans le onzième.
Une chance que les étoiles, en réalité, ne filent pas. Estelle est là et bien là. Défilent avec elle, des rimes, des mots, des chansons, des silences et des tableaux.

"Que feriez-vous si vous étiez coincé(e) trois semaines dans votre appartement sans aucun moyen de communication ?" (Sous-titre de son spectacle).

C’est une bonne question Estelle. Que ferions-nous ? À qui pourrions-nous parler en dehors des faux amis d’une plateforme virtuelle qui ne sert qu’à manger de notre temps, de notre énergie et à rendre le plus équilibré des artistes : dépressif.

A son miroir peut-être ? C’est ça. Se regarder en face. Ce que c’est bon de vous regarder Estelle. De vous regarder vous regarder en face. Pas de profil comme s’évertuent à le demander les directeurs de casting. Vous interprétez d’ailleurs une comédienne, vous le savez. Vous le savez bien que plus on grandit, mieux c’est, de se regarder en face.

Une comédienne qui interprète une comédienne qui, après une traversée du désert, se voit embauchée dans une production à laquelle elle ne peut pas aller. Puisqu’elle est enfermée. C’est con. Ou un signe ? Constellation ? Les astres dans tous les états. Y a plus qu’à :
S’interroger. Pourquoi ? S’énerver, sur soi ? Les autres ? Se questionner ? Avouer. Crier. Chanter. Se regarder pour soulager son mal. Se regarder et balancer les mots, les maux, ô ciel ! Voilà que la belle étoile se réveille !

J’aime ! Comme on dit dans le virtuel ! J’ai vraiment aimé, en réalité et je vous le dis en face aussi. Mademoiselle, Estelle Brattesani.

© DR.
© DR.
Se regarder en face. Vous voilà enfermée dans votre "1 pièce", à Paris, au loyer exOrbitant – tiens ! Orbite ; on ne quitte jamais le ciel, décidément.

S’enfermer pour mieux se regarder. Rien d’autre à faire justement. Méditer. Sur ce monde qui nous entoure. Comprendre, entendre, écouter, accepter.

Estelle, vous prouvez dans votre spectacle qu’il est inutile de claquer tout son Smic dans des coachings super à la mode où, un interlocuteur, moyennant 50 euros de l’heure, va vous expliquer en moins de 8 heures, comment faire pour "mieux" vivre ?

"Mieux" vivre ? Lutter ? Dans un monde où solidarité, générosité, partage, sont devenus des gros mots. Des vains mots. Tiens ! Devin ?

Ah ! Si seulement… Un devin pouvait apparaître… Et faire disparaître, d’un coup de baguette ou de charabia astral, cette foutue conjoncture ! Pour redonner un bon coup de soleil sur les figures.

Ah ! Estelle, j’aimerais vous dire que vous nous faites du bien à vous regarder en face pendant plus d’une heure et que le remède semble efficace.

La voix qui vous accompagne, sorte de messagère intersidérale, dit à un moment dans le spectacle : "Tout est question d’énergie". Avant, ça me faisait rire ce genre d’ânerie. Avant, j’ai dit. Des spectateurs n’auront peut-être pas saisi sur l’instant. Cette histoire d’énergie. Et la lumière qui reprend sa place dans notre esprit.

En quittant le théâtre de la Main d’Or, j’en étais pleine, d’énergie. Pas seulement parce que je suis une passionnée de sophrologie et que moi aussi, des glaces, je m’en suis prises en face.

Non, j’étais juste pleine d’ondes positives, malgré la pluie. D’ailleurs, les gouttes ont cessé de tomber quand vous êtes sortie. Que de signes, décidément.

Je sais que les étoiles filantes ne filent pas. D’ailleurs, les étoiles existent elles, vraiment ? Je ne sais pas.

Ce que je sais. C’est que votre prénom : Estelle. Vient de Stella.

Ce que je sais. C’est qu’au théâtre de la Main d’Or, plus qu’une main qui est tendue, on offre au spectateur une histoire de vie, interprétée par une étoile qui va, je le prédis, (dé)filer, longtemps.

Mon vœu s’est exaucé ce soir. Une étoile a brillé et sans crier gare, elle a redonné un peu d’espoir à ce mot : humanité.

"Les deux faces de la Lune"

Texte et mise en scène : Estelle Brattesani.
Interprété par l'auteur.
Lumière : Jo Damas.
Arrangements musicaux : Swann Ménigot, Raphaël Giagnorio.
Affiche et vidéo : Rémi Mouret.

Spectacle du 3 octobre 2012 au 2 janvier 2013.
Prolongations jusqu'au 27 février 2013.
Mercredi à 20 h 30.
Les dimanches 20 janvier et 17 février à 17 h 30.
Le samedi 23 février à 20 h 30.
Théâtre de la Main d'Or, Paris 11e, 01 43 38 06 99.

Isabelle Lauriou
Lundi 15 Octobre 2012


1.Posté par gato maurtier le 27/10/2012 12:40
Critique très juste. Je suis allé voir la pièce et je ne peux que recommander !

2.Posté par jann le 26/11/2012 13:57
J'ai adoré, de tout point! à voir et à recommander sans hésitations!!!

3.Posté par bros le 06/12/2012 13:10
A voir sans modération !!! c'est recommander par la sécurité sociale et tous les psys de Paris qui se respectent! on aurait presque envie de se faire enfermer dans sa chambre après ça, juste pour voir jusqu'où on peut aller soi même...

4.Posté par Barbara Ates le 06/12/2012 15:22
Excellent. C'est drôle, juste, cinglant. Estelle est assurément une grande comédienne. Le spectacle peut être vu par tous, y compris les jeunes ados.
J'étais accompagnées de 5 jeunes filles de 13 à 15 ans, elles ont aimé et ri aux éclats.

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020