La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Poupées" Tentatives (dés)articulées pour faire renaître un monde à extirper de l'oubli

Ils sont deux à occuper l'avant-scène de L'Atelier des Marches, un comédien plasticien - lui-même double du plasticien Michel Nedjar - et une danseuse - incarnation de ses baigneurs de celluloïd. Derrière eux, un panneau où sont accrochées des poupées au visage barré de sparadraps. Un peu moins d'une heure durant, ils vont s'évertuer à illustrer graphiquement, chorégraphiquement, les propos enregistrés du "maître des poupées".



© Cie In Vitro.
© Cie In Vitro.
Un créateur qui s'adresse directement à la metteuse en jeu - Marine Mane - pour lui faire part du rapport qu'il entretient avec ses créations… autant dire ses créatures. Qu'est-ce qu'une poupée ? Une chose… un être étrange qui nous fait remonter aux origines lointaines avec son mixte d'interdit, de loi du père, du père suprême. Un cabinet de curiosités peuplé de fantasmagories arrachées à l'enfance pour resurgir sur l'autre scène d'un présent voué à la création artistique.

Habillés l'un et l'autre de tuniques d'un blanc immaculé, comme pourraient l'être les officiants d'un culte, les deux artistes vont avec application rejouer les minutes du parcours initiatique du mentor. Et tout commence très tôt - tissu brandi où le mot "école" est brodé -, le jour même où le jeune Michel, suite à une maladresse coupable, vit à son corps défendant son œuvre mériter les honneurs de la maîtresse suppléante. Depuis, la graine créative n'a cessé de faire germer ses fruits, échappant aux récoltes convenues. Et tandis que le passé recomposé est dessiné sous nos yeux, la danseuse s'escrime à en mimer les gestes.

© Cie In Vitro.
© Cie In Vitro.
Coudre, découdre, recoudre les pièces d'un passé en miettes, sur fond de voix off de l'artiste dépliant les secrets enterrés… Avoir eu pour père un tailleur violent auquel il n'a pas voulu ressembler, tel semble être le fil(s) de cette vocation réifiée sous nos yeux. Le mot "jardin" décroche celui d'"école" et devient le lieu d'une cérémonie à résonance vaudoue où chants et bercements insufflent vie aux poupées de celluloïd. La voix off commente la poupée mise en terre et le bonheur ressenti lorsqu'il lui fut donné de la retrouver. Bonheur fait de son odeur prégnante de pourri, comme la promesse d'une métamorphose à jamais inaccomplie.

Et alors que le mot "matière" apparaît brodé sur toile, les tissus et lambeaux sont convoqués pour, mêlés à la terre détrempée, devenir matière d'une composition à quatre mains. Quelque chose d'animal, de boue, de cailloux, de végétal, mélange de cruauté et d'innocence de l'enfance, est exhumé comme un précieux combustible vital. Et quand le mot "atelier" s'accroche, la voix off retrouve les allées et venues de son cheminement : peindre, toujours et encore, recouvrir de cire, peindre à nouveau, ne plus pouvoir contrôler où l'élan le mène.

© Cie In Vitro.
© Cie In Vitro.
Quant aux poupées concentrant tous les gestes créatifs, ces tissus qui les recouvrent, les dessins qui les exposent, ils sont à prendre comme les reliques vivantes d'une histoire de l'enfance se prolongeant dans l'artiste-adulte. Un adulte avide d'en découdre avec un passé douloureux - famille juive confrontée à la Shoah - en reprisant ce qui a fait événement dans son passé… Écho (édulcoré) du monde des poupées d'Annette Messager, ou de Louise Bourgeois, projetant l'une et l'autre dans leurs installations plastiques les tourments d'une enfance mise à mal.

Sans remettre en cause l'intérêt du projet artistique, l'on se doit de constater que la réalisation n'a pas été à la hauteur de l'ambition du "laboratoire" qui l'a conçu. On reste inexorablement spectateurs de la "monstration" sans être embarqués dans une histoire qui aurait pu être passionnante tant l'inquiétante étrangeté des poupées recelait de potentiels. En effet, les deux artistes sur scène semblent n'être que les marionnettes appliquées d'un deus ex machina planqué en coulisses, donnant de la voix certes, mais sans pour autant convaincre.

Vu le mercredi 3 novembre à L'Atelier des Marches du Bouscat (33), en coréalisation avec le Théâtre des Quatre Saisons, dans le cadre de "À l'autre bout du fil…", temps fort consacré à la marionnette, au théâtre d'objets, d'ombres et de lumières.

"Les Poupées"

© Cie In Vitro.
© Cie In Vitro.
Création 2020 (danse, arts plastiques, création sonore).
Conception et direction : Marine Mane.
Interprétation : Claire Malchrowicz, Vincent Fortemps.
Analyse du mouvement : Claire Malchrowicz.
Création sonore et régie générale : Margaux Robin.
Lumières : Auriane Durand.
Scénographie : Amélie Kiritzé-Topor.
Durée : 50 minutes.

Tournée
21 et 22 février 2022 : Le Nouveau Relax - Scène conventionnée, Chaumont (62).
Du 24 au 26 mars 2022 : La machinerie 54 - Scène conventionnée, Homécourt (54).

© Cie In Vitro.
© Cie In Vitro.

Yves Kafka
Vendredi 12 Novembre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Partenariat



À découvrir

"Cendres sur les mains" La femme qui murmurait à l'oreille des morts

Dead Can Dance : "Les morts peuvent danser" ! Beauté, Lisa Gerrard est ma chanteuse préférée… J'ai assisté à la représentation de "Cendres sur les mains" sans avoir pris le temps de me renseigner. Bien m'en a pris ! Par les temps qui courent, j'aurais pu penser que ce spectacle allait ajouter au blues de la saison et au retour des contaminations, encore un peu plus de dépression. Et non !

© Jon. D Photographie.
Ce que je retiens, c'est d'abord une voix, celle de Prisca Lona. Envoûtante et habitée. Comme celle de Lisa Gerrard que je cite plus haut et à qui, un temps, elle m'a fait penser. Prisca Lona, la silhouette fine, le costume taillé sur mesure et la beauté lumineuse rattrapée par la bougie dans une semi-obscurité. Une "survivante" revenue des morts… de la mort.

Puis, progressivement, le plateau s'ouvre et s'éclaire juste un peu plus devant nous. Des sacs portés par deux hommes. Un duo. Ils pourraient être frères tant leur ressemblance physique est frappante. Ils portent la même tenue, ils sont fossoyeurs. Ils transportent des corps et les entassent. Tous deux côtoient les cadavres, manipulent des bidons d'essence et se retrouvent dans une marée de cendres. Une mer d'horreur ! Ils font ce qu'on leur demande de faire sans aucun autre retour que de devoir appliquer sans broncher ce "travail" insoutenable, monstrueux qui va s'attaquer à leur propre corps et à leur âme.

Isabelle Lauriou
06/05/2022
Spectacle à la Une

"Monte-Cristo" Grande Épopée pour une grande narration : Monte-Cristo en lumière

Au Quai des Rêves, la bien nommée salle de spectacle de Lamballe, la Compagnie La Volige a présenté l'histoire merveilleuse, palpitante et instructive du Comte de Monte-Cristo. Il s'agit d'un exploit que de restituer sur scène en une heure trente les trois tomes du roman d'Alexandre Dumas. Non seulement par l'étendue du texte, mais également par la multiplicité des lieux où se déroule l'action et par le nombre des personnages impliqués dans cette saga qui se déroule sur plus d'un quart de siècle. Un exploit qui sera cet été au festival d'Avignon Off.

© Frédéric Ferranti.
C'est là qu'entre en jeu la spécificité de la compagnie La Voltige et plus particulièrement celle de l'un de ses créateurs, Nicolas Bonneau. C'est un conteur, original moderne, dont les spectacles s'inscrivent en général dans notre époque, se sourçant au terroir ou à sa propre histoire (citons "Sortie d'usine", "Le combat du siècle", "Qui va garder les enfants ?" ou encore "Mes ancêtres les Gaulois" : tous extraits de notre époque, de notre réalité). "Monte-Cristo" dévie en apparence de ces inspirations. En apparence, car les thèmes qu'il développe et le monde dont il parle ne sont pas si éloignés des nôtres. En cette période trouble du début du XIXe siècle naissait le capitalisme qui nous berce toujours de ses rêves et de ses dévastations. "Il y a dans Le Comte de Monte-Cristo une pertinence philosophique et un esprit de revanche sur la naissance du capitalisme qui résonne avec notre monde actuel", dixit Nicolas Bonneau.

Voici pour le fond de l'histoire. Mais quand il s'agit de raconter cette épopée dantesque (oui, le héros s'appelle Edmond Dantès… mais rien à voir ?), qui mieux qu'un habile conteur comme Nicolas Bonneau pour prendre Edmond et la verve furieuse de Dumas à bras le corps et nous la faire vivre ? Toujours avec douceur, précautions, fluidité et surtout art du langage, c'est ainsi que procède ce conteur moderne, jamais dans l'intention d'imposer sa vision, mais toujours sur une intensité qui fait jaillir de ses mots les images. Ce qui ne l'empêche pas de jeter son habit de conteur dans l'ombre pour se glisser dans la peau de certains personnages, donnant la vie à certaines scènes.

Bruno Fougniès
05/05/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022