La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Paravents" Une opposition entre immobilité et mouvement aux frontières de notre actualité migratoire

Dans une scénographie qui mêle des éléments de grandes dimensions à la blancheur de leurs couleurs, le metteur en scène Arthur Nauzyciel décline symboliquement "Les Paravents" dans un contexte dramaturgique où se mouvoir et trouver sa place, dans un rapport asymétrique de violence et de pouvoir, reste à chaque instant problématique.



© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
La scène découvre un très grand escalier blanc, pentu et haut de dix-sept marches. Il recouvre tout le plateau et est durant la représentation un élément qui pose un cadre délimité et délimitant dans les trajets et postures des personnages. Il est l'élément contraignant par nécessité pour planter une situation dans laquelle tout est contrainte pour ceux qui y sont logés. La guerre d'Algérie est en fond de décor avec ses relents racistes envers la figure de l'Arabe, encore tristement d'actualité, et ce, depuis de nombreuses années. Jean Genet a écrit "Les paravents" (1961) durant cette période et a été représenté la première fois en 1966. Les thèmes de l'oppression, du pouvoir et de la violence sont le fil rouge de chacune des scènes.

Les voix, dans les premières répliques, se perdent dans une scénographie imposante où le blanc immaculé cache une oppression tel un paravent. La blancheur occulte en effet, avant qu'ils ne se montrent ensuite d'eux-mêmes, le mépris et le racisme où le silence cajole une misère que la parole dévoile et où chaque marche sur laquelle se posent, entre autres, Saïd (Aymen Bouchou) et Leïla (Hinda Abdelaoui), est une étape d'un après qui ne dessine pas son horizon, sauf celle d'une fuite en avant vers une autre misère ou vers la mort.

© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
Cet escalier, qui fait l'éclat et la marque des décors de Riccardo Hernández et de Léa Tubiana, en devient aussi son pendant lunaire, car le déplacement, dans ces conditions, est un partenaire difficile. Aussi, la voix devient centrale et la poésie de Genet bascule parfois, comme à son habitude, sur une franchise des mots en témoignage d'un contexte social.

Les personnages sont comme avalés par un monde où la démesure est mesure, à l'image de la scénographie et de la poésie du verbe, paravent élégant et cruel de la violence des oppresseurs. Dans ce va-et-vient entre déplacements contraints et répliques poétiques, la lecture et l'attention du public peuvent être troublées par ce visage théâtral à la Janus.

Les protagonistes se meuvent par de grandes enjambées, parfois à la vitesse d'un écoulement de secondes. On reconnaît chez Saïd une façon particulière de se déplacer, élégante et raffinée. L'escalier influe dans les relations des uns et des autres suivant qu'ils soient assis ou allongés, debout ou se mouvant sur celui-ci. Il témoigne, aussi pour eux, d'une difficulté à exister socialement et physiquement par rapport aux légionnaires (Mohamed Bouadla, Océane Caïraty, Xavier Gallais, Romain Gy, Jan Hammenecker, Brahim Koutari, Mounir Margoum, Maxime Thébault) situés souvent en dehors de l'escalier.

© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
Regroupés parfois comme un régiment militaire avec leurs gestiques rythmées et machinales, ils sont fréquemment en bas de scène, habillés entre autres de leurs bottes et de leurs longues chaussettes. Durant la représentation, apparaissent de très beaux tableaux dans lesquels les voix se chevauchent à dessein avec de belles réparties humoristiques.

En écho à l'époque où Genet a écrit "Les Paravents", les escaliers deviennent la symbolisation d'un djebel dans lequel nombre de colonisés algériens se terraient, se cachaient ou vivaient, étrangers à leur propre terre, car dépossédés. Les personnages apparaissent parfois en haut des marches, comme pour une attaque. Ou immobile quand ils ne montent pas vers le sommet. Le moindre mouvement devient action et attention, la chute, autant sociale que létale, pouvant intervenir comme à la toute fin de la représentation où tous s'évanouissent en plongeant comme des corps morts du haut des marches.

La deuxième partie démarre avec une vidéo d'un ancien appelé qui lit quelques lettres envoyées à sa famille, cassant quelque peu la dynamique de jeu et plongeant la pièce dans une vue historique qui n'était pas nécessaire. La mise en scène d'Arthur Nauzyciel plante aussi un univers où l'immobilité et le mouvement sont deux axes sur lesquels oscillent nos personnages, l'insécurité sociale et physique demeurant à chaque instant. Sa lecture nous rappelle cruellement notre actualité dans nos temps durs et mêlés où chacun d'entre eux peut être la figure autant d'un colonisé, d'un immigré, d'un migrant que d'un laissé-pour-compte malmenés par l'oppression d'un État.

"Les Paravents"

Texte Jean Genet.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Avec : Hinda Abdelaoui, Zbeida Belhajamor, Mohamed Bouadla, Aymen Bouchou, Océane Caïraty, Marie-Sophie Ferdane, Xavier Gallais, Hammou Graïa, Romain Gy, Jan Hammenecker, Brahim Koutari, Benicia Makengele, Mounir Margoum, Farida Rahouadj, Maxime Thébault, Catherine Vuillez et la voix de Frédéric Pierrot.
Dramaturgie : Leila Adham.
Travail chorégraphique : Damien Jalet.
Lumières : Scott Zielinski.
Scénographie et accessoires : Riccardo Hernández, avec la collaboration de Léa Tubiana.
Sculpture : Alain Burkhart, assistée de Jeanne Leblon Delienne.
Son : Xavier Jacquot.
Vidéo : Pierre-Alain Giraud.
Costumes, maquillages, coiffures et peinture des djellabas : José Lévy.
Coiffures et maquillages : Agnès Dupoirier.
Habillage : Charlotte Gillard.
Accessoires : Fanny Martel.
Réalisation du décor : Ateliers du Théâtre du Nord.
Réalisation des costumes : Ateliers du Théâtre national de Bretagne.
Durée : 4 h (avec l'entracte de 15 minutes).

Du 31 mai au 19 juin 2024.
Du mardi au samedi à 19 h 30, dimanche à 15 h.
Représentations surtitrées en anglais les samedis 1er, 8 et 15 juin.
Odéon Théâtre de l'Europe, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Lundi 10 Juin 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024