La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Paravents" Une opposition entre immobilité et mouvement aux frontières de notre actualité migratoire

Dans une scénographie qui mêle des éléments de grandes dimensions à la blancheur de leurs couleurs, le metteur en scène Arthur Nauzyciel décline symboliquement "Les Paravents" dans un contexte dramaturgique où se mouvoir et trouver sa place, dans un rapport asymétrique de violence et de pouvoir, reste à chaque instant problématique.



© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
La scène découvre un très grand escalier blanc, pentu et haut de dix-sept marches. Il recouvre tout le plateau et est durant la représentation un élément qui pose un cadre délimité et délimitant dans les trajets et postures des personnages. Il est l'élément contraignant par nécessité pour planter une situation dans laquelle tout est contrainte pour ceux qui y sont logés. La guerre d'Algérie est en fond de décor avec ses relents racistes envers la figure de l'Arabe, encore tristement d'actualité, et ce, depuis de nombreuses années. Jean Genet a écrit "Les paravents" (1961) durant cette période et a été représenté la première fois en 1966. Les thèmes de l'oppression, du pouvoir et de la violence sont le fil rouge de chacune des scènes.

Les voix, dans les premières répliques, se perdent dans une scénographie imposante où le blanc immaculé cache une oppression tel un paravent. La blancheur occulte en effet, avant qu'ils ne se montrent ensuite d'eux-mêmes, le mépris et le racisme où le silence cajole une misère que la parole dévoile et où chaque marche sur laquelle se posent, entre autres, Saïd (Aymen Bouchou) et Leïla (Hinda Abdelaoui), est une étape d'un après qui ne dessine pas son horizon, sauf celle d'une fuite en avant vers une autre misère ou vers la mort.

© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
Cet escalier, qui fait l'éclat et la marque des décors de Riccardo Hernández et de Léa Tubiana, en devient aussi son pendant lunaire, car le déplacement, dans ces conditions, est un partenaire difficile. Aussi, la voix devient centrale et la poésie de Genet bascule parfois, comme à son habitude, sur une franchise des mots en témoignage d'un contexte social.

Les personnages sont comme avalés par un monde où la démesure est mesure, à l'image de la scénographie et de la poésie du verbe, paravent élégant et cruel de la violence des oppresseurs. Dans ce va-et-vient entre déplacements contraints et répliques poétiques, la lecture et l'attention du public peuvent être troublées par ce visage théâtral à la Janus.

Les protagonistes se meuvent par de grandes enjambées, parfois à la vitesse d'un écoulement de secondes. On reconnaît chez Saïd une façon particulière de se déplacer, élégante et raffinée. L'escalier influe dans les relations des uns et des autres suivant qu'ils soient assis ou allongés, debout ou se mouvant sur celui-ci. Il témoigne, aussi pour eux, d'une difficulté à exister socialement et physiquement par rapport aux légionnaires (Mohamed Bouadla, Océane Caïraty, Xavier Gallais, Romain Gy, Jan Hammenecker, Brahim Koutari, Mounir Margoum, Maxime Thébault) situés souvent en dehors de l'escalier.

© Philippe-Chancel TNB 2023.
© Philippe-Chancel TNB 2023.
Regroupés parfois comme un régiment militaire avec leurs gestiques rythmées et machinales, ils sont fréquemment en bas de scène, habillés entre autres de leurs bottes et de leurs longues chaussettes. Durant la représentation, apparaissent de très beaux tableaux dans lesquels les voix se chevauchent à dessein avec de belles réparties humoristiques.

En écho à l'époque où Genet a écrit "Les Paravents", les escaliers deviennent la symbolisation d'un djebel dans lequel nombre de colonisés algériens se terraient, se cachaient ou vivaient, étrangers à leur propre terre, car dépossédés. Les personnages apparaissent parfois en haut des marches, comme pour une attaque. Ou immobile quand ils ne montent pas vers le sommet. Le moindre mouvement devient action et attention, la chute, autant sociale que létale, pouvant intervenir comme à la toute fin de la représentation où tous s'évanouissent en plongeant comme des corps morts du haut des marches.

La deuxième partie démarre avec une vidéo d'un ancien appelé qui lit quelques lettres envoyées à sa famille, cassant quelque peu la dynamique de jeu et plongeant la pièce dans une vue historique qui n'était pas nécessaire. La mise en scène d'Arthur Nauzyciel plante aussi un univers où l'immobilité et le mouvement sont deux axes sur lesquels oscillent nos personnages, l'insécurité sociale et physique demeurant à chaque instant. Sa lecture nous rappelle cruellement notre actualité dans nos temps durs et mêlés où chacun d'entre eux peut être la figure autant d'un colonisé, d'un immigré, d'un migrant que d'un laissé-pour-compte malmenés par l'oppression d'un État.

"Les Paravents"

Texte Jean Genet.
Mise en scène : Arthur Nauzyciel.
Avec : Hinda Abdelaoui, Zbeida Belhajamor, Mohamed Bouadla, Aymen Bouchou, Océane Caïraty, Marie-Sophie Ferdane, Xavier Gallais, Hammou Graïa, Romain Gy, Jan Hammenecker, Brahim Koutari, Benicia Makengele, Mounir Margoum, Farida Rahouadj, Maxime Thébault, Catherine Vuillez et la voix de Frédéric Pierrot.
Dramaturgie : Leila Adham.
Travail chorégraphique : Damien Jalet.
Lumières : Scott Zielinski.
Scénographie et accessoires : Riccardo Hernández, avec la collaboration de Léa Tubiana.
Sculpture : Alain Burkhart, assistée de Jeanne Leblon Delienne.
Son : Xavier Jacquot.
Vidéo : Pierre-Alain Giraud.
Costumes, maquillages, coiffures et peinture des djellabas : José Lévy.
Coiffures et maquillages : Agnès Dupoirier.
Habillage : Charlotte Gillard.
Accessoires : Fanny Martel.
Réalisation du décor : Ateliers du Théâtre du Nord.
Réalisation des costumes : Ateliers du Théâtre national de Bretagne.
Durée : 4 h (avec l'entracte de 15 minutes).

Du 31 mai au 19 juin 2024.
Du mardi au samedi à 19 h 30, dimanche à 15 h.
Représentations surtitrées en anglais les samedis 1er, 8 et 15 juin.
Odéon Théâtre de l'Europe, Paris 6e, 01 44 85 40 40.
>> theatre-odeon.eu

Safidin Alouache
Lundi 10 Juin 2024

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter







À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024