Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Les Molières déconfinés et maintenus… Voici les nominations 2020

Surprise ! Les Molières sont de retour ! Premier effet notable du déconfinement dans le monde du spectacle… sujet encore à de nombreuses incertitudes, notamment concernant le devenir économique des salles de spectacle, des moyens et petits théâtres, des compagnies et des intermittents… But the show must go on !



"Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian © Antoine Agoudjian.
"Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian © Antoine Agoudjian.
C'est le 23 juin que se déroulera la cérémonie des Molières qui sera diffusée en prime time sur France 2. Les votes pour deuxième tour auront lieu le 1er et le 12 juin.

"Plus que jamais cette 32e édition rappelle la vitalité et le désir de théâtre. La saison 2019/2020, même si elle fut tronquée, aura vu des spectacles naître, des artistes émerger, d'autres confirmer leur talent. Des millions de spectateurs auront fréquenté nos salles de spectacles, démontrant par leur intérêt le désir profond de théâtre qui irrigue l'ensemble de notre pays.

Cette 32e cérémonie est là pour penser la continuité à l'heure d'une grande rupture. Elle est là pour nous projeter dans l'après covid, même si nous sommes dans une incertitude absolue. Elle est là pour fêter le théâtre et le spectacle vivant qui occupent une place irremplaçable dans nos sociétés.

La fermeture des salles de spectacles a mis à l'arrêt l'ensemble de la filière. L'avenir est lourd d'interrogations et d'inquiétudes pour les professionnels, pour les institutions, pour le public. Mais nous aurons toujours besoin de théâtre. Célébrer celles et ceux qui se sont distingués au cours de la saison passée, c'est prendre date pour l'avenir. C'est dire combien nous comptons sur le théâtre et, plus globalement, sur la culture, pour sortir du confinement et nous rouvrir les uns aux autres.

Cette 32e cérémonie est là pour apporter de la joie, de la surprise, de l'enthousiasme au plus grand nombre d'entre nous. Pour dévoiler et mettre en lumière des talents, des spectacles et avant tout rendre hommage à l'incroyable et réjouissante diversité culturelle de notre pays.

L'engagement immédiat et constant de Delphine Ernotte et de Michel Field de France Télévisions à nos côtés, en diffusant la Nuit des Molières à une heure de très grande écoute, fera de cette soirée l'un de ces événements populaires, fédérateurs, dont nous avons besoin après deux mois d'isolement.

Plus que jamais, il est urgent de nous retrouver.
Plus que jamais nous devons nous projeter dans l'avenir."
Jean Marc Dumontet.

"Une histoire d'amour" d'Alexis Michalik © François Fonty.
"Une histoire d'amour" d'Alexis Michalik © François Fonty.
Molière du Théâtre privé
"Les Beaux" de Léonore Confino, mise en scène de Côme de Bellescize, Théâtre du Petit Saint Martin.
"Marie des poules - gouvernante chez George Sand" de Gérard Savoisien, mise en scène d'Arnaud Denis, Théâtre du Petit Montparnasse.
"Rouge" de John Logan, mise en scène de Jérémie Lippmann, Théâtre Montparnasse.
"Une histoire d'amour" d'Alexis Michalik, mise en scène d'Alexis Michalik, Théâtre La Scala Paris.

Molière du Théâtre public
"Contes et légendes" de Joël Pommerat, mise en scène de l'auteur, Compagnie Louis Brouillard.
"Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian, mise en scène de l'auteur, Compagnie des 5 Roues.
"La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq, Théâtre des Bouffes du Nord, Compagnie Point Fixe.
"La Puce à l'oreille" de Georges Feydeau, mise en scène de Lilo Baur, Comédie-Française, Salle Richelieu.

Molière de la Comédie
"Deux euros vingt" de Marc Fayet, mise en scène de José Paul, Théâtre Rive Gauche.
"J'ai envie de toi" de Sébastien Castro, mise en scène de José Paul, Théâtre Fontaine.
"Père ou fils" de Clément Michel, mise en scène de David Roussel et Arthur Jugnot, Théâtre de la Renaissance.
"La Vie trépidante de Brigitte Tornade" de Camille Kohler, mise en scène d'Éléonore Joncquez, Théâtre Tristan Bernard.

Molière de la Création visuelle
"Contes et légendes" de Joël Pommerat, mise en scène de l'auteur, Théâtre Nanterre- Amandiers
"Cirque Le Roux - La nuit du cerf" de la Compagnie Le Roux, mise en scène de Charlotte Saliou, Théâtre Libre.
"La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq, Théâtre des Bouffes du Nord.
"Rouge" de John Logan, mise en scène de Jérémie Lippmann, Théâtre Montparnasse.

"Contes et légendes" de Joël Pommerat © Elizabeth Carecchio.
"Contes et légendes" de Joël Pommerat © Elizabeth Carecchio.
Molière du Spectacle musical
"Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" d'Éric Bu et Élodie Menant, mise en scène de Johanna Boyé, Théâtre du Petit Montparnasse.
"Frou-Frou les Bains" de Patrick Haudecoeur, mise en scène de Patrick Haudecoeur, Théâtre Edouard VII.
"Hen" de Johanny Bert, mise en scène de l'auteur, Théâtre de Romette.
"Jean Louis XIV" de Nicolas Lumbreras, mise en scène de l'auteur, Théâtre des Béliers Parisiens.

Molière de l'Humour
Bérengère Krief dans "Amour" de Bérengère Krief, mise en scène de Nicolas Vital et Bérengère Krief.
Nora Hamzawi dans "Nouveau spectacle" de Nora Hamzawi.
Alex Lutz de Alex Lutz et Tom Dingler, mise en scène de Tom Dingler.
Muriel Robin dans "Et pof !" de Muriel Robin et Pierre Palmade, mise en scène de Muriel Robin et Roger Louret.

Molière du Jeune public
"La Petite sirène" d'après Hans Christian Andersen, mise en scène de Géraldine Martineau, Studio-Théâtre de la Comédie-Française.
"Pinocchio, le conte musical", livret d'Ely Grimaldi et Igor de Chaillé, mise en scène de Guillaume Bouchède, Théâtre des Variétés et Théâtre de Paris.
"Le Tour du monde en 80 jours" de Ludovic-Alexandre Vidal, mise en scène de David Rozen, Théâtre Mogador.
"Les Yeux de Taqqi" de Frédéric Chevaux, mise en scène de Cédric Revollon, Cie Paname Pilotis.

"Hen" de Johanny Bert © Christophe Raynaud de Lage.
"Hen" de Johanny Bert © Christophe Raynaud de Lage.
Molière du Seul(e) en scène
"L'Effort d'être spectateur"avec Pierre Notte, de Pierre Notte, mise en scène de l'auteur, Cie Les gens qui tombent.
"Féministe pour homme" avec Noémie de Lattre, mise en scène plurielle, Théâtre La Pépinière.
"Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à vous parler d'amour" avec Yannick Jaulin, de Yannick Jaulin, Le Beau monde ? Cie Yannick Jaulin.
"Monsieur X" avec Pierre Richard, de Mathilda May, mise en scène de l'auteur, Théâtre de l'Atelier.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre privé
Niels Arestrup dans "Rouge" de John Logan, mise en scène de Jérémie Lippmann.
Édouard Baer dans "Les élucubrations d'un homme soudain frappé par la grâce" d'Édouard Baer, mise en scène d'Isabelle Nanty et Édouard Baer.
Sébastien Castro dans "J'ai envie de toi" de Sébastien Castro, mise en scène de José Paul.
Guillaume de Tonquédec dans "7 ans de réflexion" de George Axelrod, mise en scène de Stéphane Hillel.

Molière du Comédien dans un spectacle de Théâtre public
Simon Abkarian dans "Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian, mise en scène de l'auteur.
Christian Hecq dans "La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq.
Philippe Torreton dans "La Vie de Galilée" de Bertolt Brecht, mise en scène de Claudia Stavisky.
Michel Vuillermoz dans "Angels in America" de Tony Kushner, mise en scène d'Arnaud Desplechin.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre privé
Béatrice Agenin dans "Marie des poules - gouvernante chez George Sand" de Gérard Savoisien, mise en scène d'Arnaud Denis.
Catherine Arditi dans "Madame Zola" d'Annick Le Goff, mise en scène d'Anouch Setbon.
Léa Drucker dans "La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau, mise en scène de Zabou Breitman.
Élodie Navarre dans "Les Beaux" de Léonore Confino, mise en scène de Côme de Bellescize.

Molière de la Comédienne dans un spectacle de Théâtre public
Isabelle Adjani dans "Opening Night" d'après John Cassavetes, mise en scène de Cyril Teste.
Isabelle Carré dans "Détails" de Lars Norén, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia.
Géraldine Martineau dans "Pompier(s)" de Jean-Benoît Patricot, mise en scène de Catherine Schaub.
Christine Murillo dans "La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq.

"Dom Juan" mis en scène par Jean-Philippe Daguerre © Grégoire Matzneff.
"Dom Juan" mis en scène par Jean-Philippe Daguerre © Grégoire Matzneff.
Molière du Comédien dans un second rôle
Pierre Forest dans "Madame Zola" de Annick Le Goff, mise en scène d'Anouch Setbon.
Jean Franco dans "Plus haut que le ciel" de Julien et Florence Lefebvre, mise en scène de Jean-Laurent Silvi.
Jérémy Lopez dans "La Puce à l'oreille" de Georges Feydeau, mise en scène de Lilo Baur.
Alexis Moncorgé dans "Rouge" de John Logan, mise en scène de Jérémie Lippmann.
Frédéric Pierrot dans "Opening Night" d'après John Cassavetes, mise en scène de Cyril Teste.
Stephan Wojtowicz dans "La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq.

Molière de la Comédienne dans un second rôle
Dominique Blanc dans "Angels in America" de Tony Kushner, mise en scène d'Arnaud Desplechin.
Emmanuelle Bougerol dans "Suite française" d'Irène Némirovsky, mise en scène de Virginie Lemoine.
Céline Espérin dans "Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" d'Éric Bu et Élodie Menant, mise en scène de Johanna Boyé.
Valérie Lesort dans "La Mouche" d'après George Langelaan, mise en scène de Valérie Lesort et Christian Hecq.
Ophélia Kolb dans "Détails" de Lars Norén, mise en scène de Frédéric Bélier-Garcia.
Héloïse Wagner" dans "Plus haut que le ciel" de Julien et Florence Lefebvre, mise en scène de Jean-Laurent Silvi.

Molière de la Révélation masculine
Jean Chevalier dans "Fanny et Alexandre" d'Ingmar Bergman, mise en scène Julie Deliquet.
Grégory Corre dans "Les Passagers de l'aube" de Violaine Arsac, mise en scène Violaine Arsac.
Brice Hillairet dans "La Souricière" d'Agatha Christie, mise en scène Ladislas Chollat.
Teddy Melis dans "Dom Juan" de Molière, mise en scène Jean-Philippe Daguerre.

Molière de la Révélation féminine
Pauline Clément dans "La Puce à l'oreille" de Georges Feydeau, mise en scène de Lilo Baur.
Aurore Frémont dans "Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian, mise en scène de l'auteur.
Élodie Menant dans "Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ?" d'Éric Bu et Élodie Menant, mise en scène de Johanna Boyé.
Marie-Camille Soyer dans "Une histoire d'amour" d'Alexis Michalik, mise en scène de l'auteur.

Molière de la mise en scène d'un spectacle de Théâtre privé
Zabou Breitman pour "La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau.
Arnaud Denis pour "Marie des poules - gouvernante chez George Sand" de Gérard Savoisien.
Jérémie Lippmann pour "Rouge" de John Logan.
Alexis Michalik pour "Une histoire d'amour" d'Alexis Michalik.

Molière de la mise en scène d'un spectacle de Théâtre public
Simon Abkarian pour "Électre des bas-fonds" de Simon Abkarian.
Lilo Baur pour "La Puce à l'oreille" de Georges Feydeau.
Pauline Bureau pour "Hors la loi" de Pauline Bureau.
Joël Pommerat pour "Contes et légendes" de Joël Pommerat.

Molière de l'Auteur francophone vivant
Simon Abkarian pour "Électre des bas-fonds".
Pauline Bureau pour "Hors la loi".
Léonore Confino pour "Les Beaux".
Alexis Michalik pour "Une histoire d'amour".
Gérard Savoisien pour "Marie des poules - gouvernante chez George Sand".
Joël Pommerat pour "Contes et légendes".

Gil Chauveau
Lundi 18 Mai 2020

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Fred Pallem et Le Sacre du Tympan racontent les Fables de La Fontaine

Excellente idée que celle de Fred Pallem, musicien compositeur aux multiples talents et goûts musicaux, de revisiter avec quelques belles notes revigorantes "Les Fables de La Fontaine", quatorze plus précisément, qui sont racontées par une belle "brochette" d'artistes, des fidèles parmi les fidèles ou des - nouvellement ! - copains et copines.

Concert
En ces temps si particuliers, où nous sommes coincés - petits et grands - dans nos lieux de vie, notre disponibilité pour lire, écouter, songer, affabuler, s'évader sur des histoires anciennes ou nouvelles, est grande. C'est l'occasion aussi de redécouvrir nos classiques, mais en mode inédit, portés par des phrasés mélodiques et des conteurs aux personnalités affirmées et talentueuses.

S'il y a bien un compositeur à qui l'on ne peut pas reprocher de raconter des fables, c'est bien Fred Pallem. En plus de vingt ans de compositions et de concerts, jamais il ne se répète. Depuis son premier album avec sa formation "Le Sacre du Tympan" (en 2002) jusqu'à sa dernière "Odyssée" en 2018, en passant par ses passions cinématographiques - "Soundtrax" (2010), "Soul Cinéma" (2017) -, voire celles aux dessins animés de son enfance - Cartoons (2017) - et à des compositeurs comme François de Roubaix, jamais il n'a cessé d'innover, de créer.

Mais ce que l'on sait moins, c'est que Fred Pallem est également un amoureux des mots. On peut le constater avec les multiples collaborations qu'il a eues avec des chanteurs et chanteuses comme Lavilliers, Barbara Carlotti, MC Solaar, Clarika, etc. Mais aujourd'hui, avec ce nouvel album, les mots prennent le devant. "Tout d'abord, j'avais envie de composer de la musique autour d'une voix parlée ; m'imprégner du rythme des mots et de leurs sons, ressentir le tempo de la diction, puis écrire de la musique à partir de cela. Nous avons donc enregistré les voix en premier et les musiques ensuite."

Gil Chauveau
15/11/2020
Spectacle à la Une

"Rabudôru, poupée d'amour" Une expérience intime de théâtre filmé, diffusée en direct via le web

L'incidence de la mise en sommeil de tous les spectacles, en ce mol novembre 2020, n'est pas la seule raison de cette représentation destinée aux internautes à laquelle nous à conviée la Compagnie La Cité Théâtre. Dès la conception du spectacle, Olivier Lopez, auteur et metteur, envisageait une double vision du spectacle : une en contact direct avec le public de la salle, l'autre en streaming par captation en temps réel.

© Julien Hélie.
"Le "ciné live stream" est un autre regard sur l'histoire de "Rabudôru". Accessible en ligne, cette "dématérialisation" interroge l'expérience théâtrale, la place du(de la) comédien(ne), entre l'image et le plateau. (Olivier Lopez/Dossier de presse).

Le plateau de théâtre devient également plateau de cinéma, avec cadreurs, techniciens et cabine de réalisation intégrée. Le but est de rechercher d'autres rapports à la scène que cet éphémère "ici et maintenant" dont le spectacle vivant a toujours été fier et dépendant. C'est un ici au ailleurs que propose Olivier Lopez mais pas seulement.

Le filmage en direct apporte, dans certaines scènes, une proximité, une intimité avec les personnages sans le filtre de la déclamation théâtrale. Les expressions en plans rapprochés semblent plus fortes. Les cadrages permettent d'oublier un temps le reste du décor plateau et s'immerger plus profondément dans la scène, passer d'un lieu à un autre avec souplesse et précision.

Bruno Fougniès
16/11/2020
Sortie à la Une

"Zaï Zaï Zaï Zaï" Road movie déjanté… Tout ça pour un poireau !

Ne devoir son salut qu'à un légume à bulbe blanc et à longues feuilles vertes, brandi sous le nez d'un vigile expert en roulade arrière dissuasive, marque le point de bascule de ce jeune homme - peu recommandable, il est auteur de BD - venant de commettre l'impensable : ne pas avoir été en mesure de présenter sa carte de fidélité à la caissière ! Telle est l'origine de la folle cavale du "héros" échappé de l'album éponyme de Fabcaro pour être porté sur la scène par Angélique Orvain, réalisant là une prouesse propre à rendre lumineuse toute grisaille.

© Romain Dumazer.
Dans un dispositif immergeant le spectateur au cœur de l'action effrénée - pas moins de quatre podiums disposés en cercle, éclairés tour à tour, incluent le public dans des tableaux vivants -, l'épopée du fuyard décrété ennemi numéro 1 par la vox populi reprenant en chœur les voix des médias et des représentants de l'ordre va être vécue de manière haletante. L'occasion pour l'auteur et la metteure en scène, fins observateurs des travers contemporains, de croquer à pleines dents les errements hilarants des conduites dites "ordinaires".

En effet ces "arrêts sur images", joués superbement par huit acteurs tirant parti avec intelligence des ressorts du théâtre de tréteaux et des ralentis cinématographiques, passent au scanner les dérives de la pensée commune érigée en système de pensée. Aucun milieu n'y échappe. Pas moins les complotistes avachis devant leur téloche, les bobos contents d'eux-mêmes lisant Les Inrocks ou Le Monde Diplomatique, les artistes charitables réalisant un album de soutien à l'auteur de BD à la dérive, les forces de l'ordre au képi bas, et encore moins les journalistes des chaînes d'infos en continu commentant en boucle l'absence d'infos.

Éberlué par tant de perspicacité bienveillante mais non moins mordante, on jubile… Rien ne nous est épargné du grotesque qui sous-tend les comportements de la meute de ces (braves) gens commentant avidement la cavale du dangereux mécréant ayant bravé l'interdit suprême des fidèles du "Temple de la consumation". Et si le trait est grossi à l'envi, il déforme à peine la réalité des travers.

Yves Kafka
29/10/2020