La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Les Géants de la montagne" Un feu d'"artifices" pour célébrer l'illusion théâtrale

S'emparer à bras le corps de l'œuvre inachevée de Luigi Pirandello, pièce ô combien énigmatique, pour la porter au plateau dans une scénographie luxuriante propre à faire vaciller l'imaginaire, telle est l'entreprise de Lucie Berelowitsch. Metteuse en scène à l'imagination flamboyante, celle qui nous avait gratifiés en 2020 - dans cette même salle Vitez du TnBA - d'une remarquable "Antigone" revue et corrigée à l'aune des conflits contemporains n'a rien perdu de sa faconde, y compris lorsque la profusion d'effets peut faire perdre le fil.



© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
D'abord parler du décor plongé dans une semi-obscurité, lieu d'ombres et de lumières scintillantes, porteur à lui seul d'une intrigue foisonnante tissée de niveaux se recouvrant les uns les autres. Perdue au milieu d'une île indéterminée, une villa décrépite en cours de délitement où des feuillages s'invitent, crevant les murs, comme si la végétation entendait reprendre ses droits sur la civilisation des hommes. Elle a pour nom cette étrange bâtisse, "La Scalognata"… la poisse. Ses étranges occupants seront joués (mis en musique et chantés) par les Dakh Daughters, leurs voix sublimes et leur tonicité à tout rompre créant une atmosphère diabolique ; accompagnées de vrais et faux pantins, elles scanderont l'action de leurs rythmes endiablés aux pouvoirs enchanteurs.

C'est dans ce cadre aux vertus hypnotiques que fait irruption une troupe de théâtre déchue. Ces survivants d'une épopée artistique interrompue font chorus autour de la figure tutélaire de la Comtesse Isle, à la recherche éperdue de "La fable de l'enfant échangé" qu'elle porte en elle comme elle voudrait la porter sur scène. Flanquée d'un Comte en quête de son amour perdu, elle est traversée, et avec elle ce qui reste de sa troupe, par les questionnements déstabilisateurs des Scalognati. Entourés de vrais et faux pantins, d'êtres "fabuleux", c'est l'univers même du théâtre qui se trouve mis en abyme, jusqu'au renversement des "sens".

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
En effet, "avec la divine prérogative des enfants qui prennent au sérieux le jeu", les habitants de cette étrange demeure n'ont de cesse de multiplier le jeu des miroirs entre réalités et illusions, entre faits et fantasmes. Ainsi diffractée par la mise en jeu de fantômes, de voix sépulcrales, d'anges facétieux, de sorcières inquiétantes, de pantins tombés des cintres, l'inquiétante étrangeté prend la main sur le sens commun, le transfigurant pour mieux le donner à voir. Telles des épreuves argentiques révélant leur vérité au grand jour, ces séquences "outre-réalité" disent de la vérité de l'humain ce qu'aucun discours rationnel ne pourrait approcher.

La fantasmagorie des situations où les corps se dédoublent - continuant à dormir dans les chambres de l'étage, alors que leurs "répliques" dans la pièce à vivre portent leurs paroles - revêt un charme (au sens premier du terme, celui de sortilège magique) éminemment troublant. Ainsi de la scénographie où le fond de la villa s'ouvre pour faire apparaître dans le lointain la troupe de la Comtesse prenant in fine la route vers la Montagne des Géants, sur fond de paysage océanique, pour y représenter leur fable.

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Dès l'ouverture, une apparition de l'auteur à l'adresse de son fils aîné, Stefano Pirandello, son héritier littéraire - "Cette pièce n'est pas finie Stefano… La vie est composée de tous nos fragments. L'important est ce en quoi l'on croit" - initie l'enjeu princeps de la pièce : faire vivre le théâtre dans le théâtre. En effet, outre le plaisir d'être dérouté jusqu'à perdre le fil de cette intrigue à facettes multiples (profusion de strates, le monde des "vivants", celui des fantômes, celui des pantins…), l'enjeu dramatique est à trouver de manière exaltante du côté des mises en abyme, entre rêves et réalités. Les Scalognati - incarnés par les envoûtantes Dakh Daughters - sont les passeurs vers l'autre réalité de la villa hantée par des Esprits, esprits créés par eux-mêmes. Ainsi de leur adresse aux comédiens de la Compagnie de la Comtesse : "Vous êtes des acteurs. Vous donnez corps à des fantômes… Nous, nous les faisons vivre !".

Eux, la vérité, ils l'inventent. Comme des enfants le feraient, pour enchanter le monde. La seule réalité à prendre en compte c'est celle de nos rêves. S'évader par l'esprit pour créer une vie en dehors de soi, une vie qui soit plus vraie que le pauvre réel vécu au ras du sol… Paradoxe essentiel : ce sont les étranges habitants de cette villa perdue auxquels revient la mission d'éclairer la troupe de comédiens sur ce qu'est le Théâtre, le lieu de "L'Illusion Comique" (cf. Corneille), le lieu d'une tragi-comédie éblouissante. L'existence donnée à voir par l'entremise d'un feu "d'artifices".

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Ainsi Lucie Berelowitsch s'est-elle risquée non sans bonheur - dans sa mise en jeu exubérante à souhait de la dernière pièce testament de Luigi Pirandello - à pénétrer dans les arcanes des "Géants de la montagne" afin de nous en livrer une version propre à faire résonner en nous ses enjeux énigmatiques. Et si par moments, on pourrait être affolé par la profusion des strates s'entremêlant, par une traduction (une partie du texte est en ukrainien) défilant à un rythme endiablé, par des éclairages obscurcissant à l'envi le plateau, c'est pour mieux nous extraire de notre zone de confort d'assoupis englués durablement dans des réalités sans horizon… c'est pour mieux nous faire tutoyer le monde véridique des rêves créateurs. Géant.

Vu, pour la première, le mardi 10 janvier dans la Grande Salle Vitez du TnBA à Bordeaux.
A été représenté du mardi 10 au vendredi 13 janvier 2023.

"Les Géants de la montagne"

© Simon Gosselin.
© Simon Gosselin.
Création 2023.
Spectacle en français et en ukrainien, surtitré en français.
D'après l'œuvre de Luigi Pirandello.
Ttraduction : Irina Dmytrychyn, Macha Isakova et Anna Olekhnovych.
Mise en scène et adaptation : Lucie Berelowitsch.
Assistant à la mise en scène et dramaturgie : Hugo Soubise.
Avec Les Dakh Daughters : Natacha Charpe-Zozul, Natalia Halanevych, Ruslana Khazipova, Solomiia Melnyk, Anna Nikitina.
Et : Jonathan Genet, Marina Keltchewsky, Thibault Lacroix, Baptiste Mayoraz (comédien permanent), Roman Yasinovskyi.
Musique : Les Dakh Daughters et Vlad Troitskyi, Baptiste Mayoraz.
Scénographie et accessoires : Hervé Cherblanc, assisté de Clara Hubert et Ninon Le Chevalier.
Régie générale et création lumières : Jean Huleu.
Sonorisation : Mikaël Kandelman.
Costumes : Caroline Tavernier assistée de Sarah Barzic.
Conception des pantins : Natacha Charpe-Zozul et Les Ateliers du Théâtre de l'Union.
Construction du décor : Les Ateliers du Préau et du TnBA.
Production Le Préau CDN de Normandie-Vire.
Durée : 1 h 45.

Tournée
Du 19 au 21 janvier 2023 : Le Préau - CDN de Normandie-Vire, Vire (14).
D'octobre 2023 à février 2024 - en cours de montage :
Théâtre de l'Union - CDN du Limousin, Limoges (87).
Le Meta - CDN de Poitiers Nouvelle-Aquitaine, Poitiers (86).
Scène nationale du Sud-Aquitain, Bayonne (64).
DSN - Scène nationale, Dieppe (76).
Le Tangram - Scène nationale, Évreux (27).
NEST - CDN transfrontalier de Thionville-Grand Est, -Thionville (57).

Yves Kafka
Mardi 17 Janvier 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023